Intervention Review

Cephalic version by moxibustion for breech presentation

  1. Meaghan E Coyle1,*,
  2. Caroline A Smith2,
  3. Brian Peat3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 16 MAY 2012

Assessed as up-to-date: 27 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD003928.pub3


How to Cite

Coyle ME, Smith CA, Peat B. Cephalic version by moxibustion for breech presentation. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5. Art. No.: CD003928. DOI: 10.1002/14651858.CD003928.pub3.

Author Information

  1. 1

    Monash University, School of Nursing and Midwifery, Churchill, Victoria, Australia

  2. 2

    University of Western Sydney, Centre for Complementary Medicine Research, Penrith South DC, New South Wales, Australia

  3. 3

    Women's and Children's Hospital, Department of Obstetrics and Gynaecology, North Adelaide, South Australia, Australia

*Meaghan E Coyle, School of Nursing and Midwifery, Monash University, Gippsland Campus, Northways Road, Churchill, Victoria, 3842, Australia. meaghan.coyle@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 16 MAY 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Moxibustion (a type of Chinese medicine which involves burning a herb close to the skin) to the acupuncture point Bladder 67 (BL67) (Chinese name Zhiyin), located at the tip of the fifth toe, has been proposed as a way of correcting breech presentation.

Objectives

To examine the effectiveness and safety of moxibustion on changing the presentation of an unborn baby in the breech position, the need for external cephalic version (ECV), mode of birth, and perinatal morbidity and mortality for breech presentation.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (26 March 2012), MEDLINE (1966 to 1 August 2011), EMBASE (1980 to August 2011), CINAHL (1982 to 1 August 2011), MIDIRS (1982 to 1 August 2011) and AMED (1985 to 1 August 2011) and searched bibliographies of relevant papers.

Selection criteria

The inclusion criteria were published and unpublished randomised controlled trials comparing moxibustion (either alone or in combination with acupuncture or postural techniques) with a control group (no moxibustion), or other methods (e.g. external cephalic version, acupuncture, postural techniques) in women with a singleton breech presentation.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed eligibility and trial quality and extracted data. The outcome measures were baby's presentation at birth, need for external cephalic version, mode of birth, perinatal morbidity and mortality, maternal complications and maternal satisfaction, and adverse events.

Main results

Six new trials have been added to this updated review. One trial has been moved to studies awaiting classification while further data are being requested. This updated review now includes a total of eight trials (involving 1346 women). Meta-analyses were undertaken (where possible) for the main and secondary outcomes. Moxibustion was not found to reduce the number of non-cephalic presentations at birth compared with no treatment (P = 0.45). Moxibustion resulted in decreased use of oxytocin before or during labour for women who had vaginal deliveries compared with no treatment (risk ratio (RR) 0.28, 95% confidence interval (CI) 0.13 to 0.60). Moxibustion was found to result in fewer non-cephalic presentations at birth compared with acupuncture (RR 0.25, 95% CI 0.09 to 0.72). When combined with acupuncture, moxibustion resulted in fewer non-cephalic presentations at birth (RR 0.73, 95% CI 0.57 to 0.94), and fewer births by caesarean section (RR 0.79, 95% CI 0.64 to 0.98) compared with no treatment. When combined with a postural technique, moxibustion was found to result in fewer non-cephalic presentations at birth compared with the postural technique alone (RR 0.26, 95% CI 0.12 to 0.56).

Authors' conclusions

This review found limited evidence to support the use of moxibustion for correcting breech presentation. There is some evidence to suggest that the use of moxibustion may reduce the need for oxytocin. When combined with acupuncture, moxibustion may result in fewer births by caesarean section; and when combined with postural management techniques may reduce the number of non-cephalic presentations at birth, however, there is a need for well-designed randomised controlled trials to evaluate moxibustion for breech presentation which report on clinically relevant outcomes as well as the safety of the intervention.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Cephalic version by moxibustion for breech presentation

There is some evidence to suggest that moxibustion may be useful for turning babies from breech presentation (bottom first) to cephalic presentation (head first) for labour when used with either acupuncture or postural techniques of knee to chest or lifting buttocks while lying on the side.

Breech presentation of babies is common in the second trimester of pregnancy but most babies turn themselves before the onset of labour; some do not. A baby coming bottom first can have more difficulty being born, which causes trauma to the mother. A vaginal birth has to be planned or a caesarean section may be suggested. Moxibustion is a type of Chinese medicine that may be helpful in turning a breech baby. It involves burning a herb close to the skin at an acupuncture point on the little toe to produce a warming sensation. This review found eight randomised controlled trials involving 1346 women. Women randomly assigned to moxibustion had daily to twice weekly treatment at between 28 and 37 weeks. In one trial adverse events relating to treatment included an unpleasant odour (with or without throat irritation), nausea and abdominal pain from contractions. The included trials were of moderate methodological quality, sample sizes in some of the studies were small, how the treatment was applied differed and reporting was limited. While the results were combined they should be interpreted with caution due to the differences in the included studies. More evidence is needed concerning the benefits and safety of moxibustion.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Version céphalique par moxibustion pour la présentation par le siège

Contexte

La moxibustion (un type de médecine chinoise qui consiste à faire brûler une herbe à proximité de la peau) au point d'acupuncture Vessie 67 (V67) (nom chinois Zhiyin), situé à l'extrémité du cinquième orteil, a été proposée pour corriger la présentation par le siège.

Objectifs

Examiner l'efficacité et la sécurité de la moxibustion pour modifier la présentation d'un bébé à naître se présentant par le siège, la nécessité de version céphalique externe (VCE), le mode d'accouchement, et la morbidité et mortalité périnatales pour la présentation par le siège.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (26 mars 2012), MEDLINE (de 1966 au 1 août 2011), EMBASE (de 1980 au 1 août 2011), CINAHL (de 1982 au 1 août 2011), MIDIRS (de 1982 au 1 août 2011) et AMED (de 1985 au 1 août 2011) et dans les bibliographies des articles pertinents.

Critères de sélection

Les critères d'inclusion correspondaient aux essais contrôlés randomisés publiés et non publiés comparant la moxibustion (soit seule ou combinée à l'acupuncture ou à des techniques posturales) à un groupe témoin (sans moxibustion) ou à d'autres méthodes (par ex. la version céphalique externe, l'acupuncture, les techniques posturales) chez les femmes ayant une grossesse unique avec présentation par le siège.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante l'éligibilité et la qualité des essais et ont extrait des données. Les critères de jugement mesurés étaient la présentation des bébés à la naissance, la nécessité de version céphalique externe, le mode d'accouchement, la morbidité et la mortalité périnatales, les complications maternelles et la satisfaction maternelle, ainsi que les événements indésirables.

Résultats Principaux

Six nouveaux essais ont été ajoutés à cette revue mise à jour. Un essai a été placé dans les études en attente de classification pendant que des données supplémentaires étaient demandées. Cette revue mise à jour inclut à présent un total de huit essais (portant sur 1 346 femmes). Des méta-analyses ont été réalisées (lorsque cela était possible) pour les critères de jugement principaux et secondaires. Il n'a pas été observé que la moxibustion réduisait le nombre de présentations non céphaliques à la naissance comparé à une absence de traitement (P = 0,45). La moxibustion a entraîné une baisse de l'utilisation d'ocytocine avant ou pendant le travail chez les femmes qui accouchaient par voie vaginale comparé à une absence de traitement (risque relatif (RR) 0,28, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,13 à 0,60). Il a été constaté que la moxibustion avait pour conséquence un moins grand nombre de présentations non céphaliques à la naissance comparé à l'acupuncture (RR 0,25, IC à 95 % 0,09 à 0,72). Combinée à l'acupuncture, la moxibustion avait pour résultat un moins grand nombre de présentations non céphaliques à la naissance (RR 0,73, IC à 95 % 0,57 à 0,94) et un moins grand nombre de naissances par césarienne (RR 0,79, IC à 95 % 0,64 à 0,98) comparé à une absence de traitement. Combinée à une technique posturale, il a été constaté que la moxibustion avait pour conséquence un moins grand nombre de présentations non céphaliques à la naissance comparé à la technique posturale seule (RR 0,26, IC à 95 % 0,12 à 0,56).

Conclusions des auteurs

Cette revue a trouvé peu de preuves soutenant l'utilisation de la moxibustion afin de corriger la présentation par le siège. Il existe des preuves suggérant que l'utilisation de la moxibustion pourrait réduire le besoin d'ocytocine. Combinée à l'acupuncture, la moxibustion peut avoir pour résultat un moins grand nombre de naissances par césarienne et, lorsqu'elle est combinée à des techniques posturales, elle peut réduire le nombre de présentations non céphaliques à la naissance ; cependant, des essais contrôlés randomisés, bien conçus, rendant compte de critères de jugement cliniquement pertinents, ainsi que de la sécurité de l'intervention, sont nécessaires pour évaluer la moxibustion dans les cas de présentation par le siège.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Version céphalique par moxibustion pour la présentation par le siège

Version céphalique par moxibustion pour la présentation par le siège

Certaines preuves suggèrent que la moxibustion pourrait être utile pour retourner les bébés se présentant par le siège (pieds ou fesses en bas) afin qu'ils se présentent en position céphalique (la tête en bas) pendant le travail lorsque la moxibustion est utilisée avec l'acupuncture ou des techniques posturales (position genu-pectorale ou soulèvement du bassin) en position allongée sur le côté.

La présentation des bébés par le siège est courante au cours du deuxième trimestre de grossesse, mais la plupart des bébés se retournent avant le début du travail, ce qui n'est toutefois pas le cas de certains. Un bébé se présentant par le siège peut avoir des difficultés à naître, ce qui provoque des traumatismes chez la mère. Une naissance vaginale doit être programmée ou une césarienne peut être suggérée. La moxibustion est un type de médecine chinoise qui peut être utile pour retourner un bébé se présentant par le siège. Elle implique de faire brûler une herbe à proximité de la peau en un point d'acupuncture sur le petit orteil afin de produire une sensation de chaleur. Cette revue a découvert huit essais contrôlés randomisés impliquant 1 346 femmes. Les femmes randomisées pour être traitées par moxibustion recevaient un traitement d'une fois par jour à deux fois par semaine entre les semaines 28 et 37. Dans un essai, les événements indésirables liés au traitement comprenaient une odeur désagréable (avec ou sans irritation de la gorge), des nausées et des douleurs abdominales dues aux contractions. Les essais inclus étaient de qualité méthodologique moyenne, les échantillons de certaines études étaient de petite taille, l'application du traitement était différente et les comptes-rendus étaient limités. Si les résultats ont été combinés, ils doivent être interprétés avec prudence en raison des différences dans les études incluses. Des preuves supplémentaires sont nécessaires concernant les bénéfices et l'innocuité de la moxibustion.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français