Intervention Review

Restricting oral fluid and food intake during labour

  1. Mandisa Singata1,*,
  2. Joan Tranmer2,
  3. Gillian ML Gyte3

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 22 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 9 JUL 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD003930.pub3

How to Cite

Singata M, Tranmer J, Gyte GML. Restricting oral fluid and food intake during labour. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD003930. DOI: 10.1002/14651858.CD003930.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of the Witwatersrand/University of Fort Hare/East London Hospital complex, Effective Care Research Unit, East London, South Africa

  2. 2

    Queen's University, School of Nursing, Kingston, Ontario, Canada

  3. 3

    The University of Liverpool, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK

*Mandisa Singata, Effective Care Research Unit, University of the Witwatersrand/University of Fort Hare/East London Hospital complex, East London, South Africa. mandisa.singata@gmail.com. mandisa.singata@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 22 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Restricting fluids and foods during labour is common practice across many birth settings with some women only being allowed sips of water or ice chips. Restriction of oral intake may be unpleasant for some women, and may adversely influence their experience of labour.

Objectives

To determine the benefits and harms of oral fluid or food restriction during labour.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 June 2013) and reference lists of retrieved studies.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs of restricting fluids and food for women in labour compared with women free to eat and drink.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed the studies for inclusion, assessed risk of bias and carried out data extraction.

Main results

We identified 19 studies of which we included five, involving 3130 women. We excluded eight studies, one awaits classification and five are ongoing studies. All the included studies looked at women in active labour and at low risk of potentially requiring a general anaesthetic. One study looked at complete restriction versus giving women the freedom to eat and drink at will; two studies looked at water only versus giving women specific fluids and foods and two studies looked at water only versus giving women carbohydrate drinks.

When comparing any restriction of fluids and food versus women given some nutrition in labour, the meta-analysis was dominated by one study undertaken in a highly medicalised environment. There were no statistically significant differences identified in: caesarean section (average risk ratio (RR) 0.89, 95% confidence interval (CI) 0.63 to 1.25, five studies, 3103 women), operative vaginal births (average RR 0.98, 95% CI 0.88 to 1.10, five studies, 3103 women) and Apgar scores less than seven at five minutes (average RR 1.43, 95% CI 0.77 to 2.68, four studies, 2902 infants), nor in any of the other outcomes assessed. Women's views were not assessed. The pooled data were insufficient to assess the incidence of Mendelson's syndrome, an extremely rare outcome. Other comparisons showed similar findings, except one study did report a significant increase in caesarean sections for women taking carbohydrate drinks in labour compared with water only, but these results should be interpreted with caution as the sample size was small.

Authors' conclusions

Since the evidence shows no benefits or harms, there is no justification for the restriction of fluids and food in labour for women at low risk of complications. No studies looked specifically at women at increased risk of complications, hence there is no evidence to support restrictions in this group of women. Conflicting evidence on carbohydrate solutions means further studies are needed and it is critical in any future studies to assess women's views.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Eating and drinking in labour

In some cultures, food and drinks are consumed during labour for nourishment and comfort to help meet the demands of labour. However, in many birth settings, oral intake is restricted in response to work by Mendelson in the 1940s. Mendelson reported that during general anaesthesia, there was an increased risk of the stomach contents entering the lungs. The acid nature of the stomach liquid and the presence of food particles were particularly dangerous, and potentially could lead to severe lung disease or death. Since the 1940s, obstetrical anaesthesia has changed considerably, with better general anaesthetic techniques and a greater use of regional anaesthesia. These advances, and the reports by women that they found the restrictions unpleasant, have led to research looking at these restrictions. In addition, poor nutritional balance may be associated with longer and more painful labours, and fasting does not guarantee an empty stomach or less acidity. This review looked at any restriction of fluids and food in labour compared with women able to eat and drink. The review identified five studies involving 3130 women. Most studies had looked at specific foods being recommended, though one study let women choose what they wished to eat and drink. The review identified no benefits or harms of restricting foods and fluids during labour in women at low risk of needing anaesthesia. There were no studies identified on women at increased risk of needing anaesthesia. None of the studies looked at women's views of restricting fluids and foods during labour. Thus, given these findings, women should be free to eat and drink in labour, or not, as they wish.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Restriction de l'ingestion orale de liquides et de nourriture pendant le travail

Contexte

Les restrictions relatives aux liquides et à la nourriture pendant le travail sont une pratique courante dans de nombreux environnements d'accouchement, certaines femmes n'étant autorisées qu'à boire quelques gorgées d'eau ou à ingérer des copeaux de glace. La restriction de l'ingestion orale peut être désagréable pour certaines femmes et peut avoir un effet négatif sur la façon dont elles vivent l'accouchement.

Objectifs

Déterminer les bénéfices et les préjudices de la restriction de l'ingestion orale de liquides ou de nourriture pendant le travail.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (30 juin 2013) et dans les références bibliographiques des études trouvées.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et les quasi-ECR portant sur la restriction des liquides et de la nourriture pour les femmes pendant le travail comparé aux femmes autorisées à manger et à boire.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études en vue de leur l'inclusion, évalué les risques de biais et extrait des données.

Résultats Principaux

Nous avons trouvé 19 études, sur lesquelles nous avons inclus cinq études, portant sur 3 130 femmes. Nous avons exclu huit études, une est en attente de classification et cinq sont en cours. Toutes les études incluses examinaient des femmes en travail actif présentant un faible risque de nécessiter une éventuelle anesthésie générale. Une étude examinait une restriction complète versus autoriser les femmes à manger et boire à volonté ; deux études examinaient l'eau seulement versus donner aux femmes des liquides et aliments spécifiques et deux études examinaient l'eau seulement versus donner aux femmes des boissons riches en glucides.

S'agissant de la comparaison de restrictions concernant les liquides et la nourriture versus des femmes recevant une certaine alimentation pendant le travail, la méta-analyse a été dominée par une étude conduite dans un environnement hautement médicalisé. Aucune différence statistiquement significative n'a été observée en termes de : césariennes (risque relatif (RR) moyen 0,89, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,63 à 1,25, cinq études, 3 103 femmes), accouchements par voie basse opératoire (RR moyen 0,98, IC à 95 % 0,88 à 1,10, cinq études, 3 103 femmes) et scores Apgar inférieurs à sept à cinq minutes (RR moyen 1,43, IC à 95 % 0,77 à 2,68, quatre études, 2 902 nouveau-nés), ni concernant aucun des autres critères de jugement évalués. L'avis des femmes n'a pas été évalué. Les données combinées ont été insuffisantes pour évaluer l'incidence du syndrome de Mendelson, un critère de jugement extrêmement rare. D'autres comparaisons ont montré des résultats semblables, à l'exception d'une étude ayant rapporté une augmentation significative des césariennes pour les femmes prenant des boissons riches en glucides pendant le travail comparé à de l'eau uniquement, mais ces résultats doivent être interprétés avec prudence, car les échantillons étaient de petite taille.

Conclusions des auteurs

Du fait que les preuves ne montrent pas de bénéfices ni de préjudices, la restriction relative aux liquides et à la nourriture pendant le travail pour les femmes présentant un faible risque de complications n'est pas justifiée. Aucune étude n'a examiné spécifiquement les femmes présentant un risque accru de complications, il n'y a donc pas de preuves pour soutenir ces restrictions dans ce groupe de femmes. En raison des preuves contradictoires concernant les solutions riches en glucides, des études supplémentaires doivent être conduites et il est essentiel que ces futures études évaluent l'avis des femmes.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Restriction de l'ingestion orale de liquides et de nourriture pendant le travail

Manger et boire pendant le travail

Dans certaines cultures, de la nourriture et des boissons sont consommés durant le travail pour l'alimentation et le confort afin de répondre aux exigences du travail. Cependant, dans de nombreux environnements d'accouchement, l'ingestion orale est restreinte en réaction aux travaux de Mendelson dans les années 1940. Mendelson a indiqué qu'au cours d'une anesthésie générale, il existait un risque accru de pénétration du contenu de l'estomac dans les poumons. La nature acide du liquide de l'estomac et la présence de particules de nourriture étaient particulièrement dangereuses et pouvaient éventuellement conduire à une grave maladie pulmonaire ou au décès. Depuis les années 1940, l'anesthésie obstétrique a considérablement changé, elle dispose de meilleures techniques d'anesthésie générale et utilise davantage l'anesthésie locale. Ces avancées et les notifications des femmes indiquant qu'elles trouvaient les restrictions désagréables ont conduit à des recherches examinant ces restrictions. De plus, un mauvais équilibre nutritionnel peut être associé à un travail plus long et plus douloureux et le jeûne ne garantit pas un estomac vide ou moins d'acidité. Cette revue a examiné toutes les restrictions concernant les liquides et la nourriture pendant le travail comparé aux femmes pouvant manger et boire. La revue a identifié cinq études, impliquant 3 130 femmes. La plupart des études avaient examiné la recommandation de certains aliments spécifiques, bien qu'une étude ait laissé les femmes choisir ce qu'elles souhaitaient manger et boire. La revue n'a trouvé aucun bénéfice ni aucun préjudice pour la restriction relative à la nourriture et aux liquides pendant le travail chez les femmes ayant peu de chances de nécessiter une anesthésie. Aucune étude portant sur des femmes ayant un risque accru de nécessiter une anesthésie n'a été trouvée. Aucune des études n'a examiné l'avis des femmes concernant les restrictions relatives aux liquides et à la nourriture pendant le travail. Par conséquent, au vu de ces résultats, les femmes devraient avoir le droit de manger et de boire, ou non, pendant le travail, selon ce qu'elles souhaitent.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 24th September, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.