Get access

Interventions for preventing infection in nephrotic syndrome

  • Conclusions changed
  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Infection is one of the most common complications and still remains a significant cause of morbidity and occasionally mortality in patients, especially children with nephrotic syndrome. Many different prophylactic interventions have been used or recommended for reducing the risks of infection in nephrotic syndrome in clinical practice. Whether the existing evidence is scientifically rigorous and which prophylactic intervention can be recommended for routine use based on the current evidence is still unknown.

Objectives

To assess the benefits and harms of any prophylactic intervention for reducing the risk of infection in children and adults with nephrotic syndrome.

Search methods

We searched the Cochrane Renal Group's specialised register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (in The Cochrane Library), MEDLINE and Pre-MEDLINE (from 1966), EMBASE (from 1980), China Biological Medicine Database (1979 to December 2009), Chinese Science and Technique Journals Database (to December 2009), China National Infrastructure (to December 2009), WangFang database (to December 2009), reference lists of nephrology textbooks, review articles, relevant studies and abstracts from nephrology meetings without language restriction.

Date of last search: 6 February 2012

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs comparing any prophylactic interventions (pharmacological or non-pharmacological) for preventing any infection in children and adults with nephrotic syndrome.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed and extracted information. Information was collected on methods, participants, interventions and outcomes (appearance of infection, mortality, quality of life and adverse events). Results were expressed as risk ratios (RR) for dichotomous outcomes or as mean differences (MD) for continuous data with 95% confidence intervals (CI).

Main results

Twelve studies conducted in China, including 762 children with nephrotic syndrome were identified. No studies were identified in adults. All studies compared one kind of prophylactic pharmacotherapy (intravenous immunoglobulin (IVIG), thymosin, oral transfer factor, mannan peptide tablet, Bacillus Calmette-Guerin (BCG) vaccine injection, polyvalent bacterial vaccine (Lantigen B) and two kinds of Chinese medicinal herbs: a compound of Chinese medicinal herbs (TIAOJINING) and Huangqi (astragalus) granules) plus baseline treatment with baseline treatment alone. No RCTs were identified comparing antibiotics, non-pharmacological prophylaxis, or pneumococcal vaccination. Four studies showed a significantly beneficial effect of IVIG on preventing nosocomial or unspecified infection in children with nephrotic syndrome (RR 0.47, 95% CI 0.31 to 0.73). Thymosin (RR 0.50, 95% CI 0.26 to 0.97), oral transfer factor (RR 0.51, 95% CI 0.35 to 0.73), BCG vaccine injection (RR 0.68, 95% CI 0.48 to 0.95), Huangqi granules (RR 0.62, 95% CI 0.47 to 0.83) and TIAOJINING (RR 0.59, 95% CI 0.43 to 0.81) were also effective in reducing the risk of infection in children with nephrotic syndrome. However mannan peptide tablet (RR 0.46, 95% CI 0.21 to 1.01) and polyvalent bacterial vaccine (RR 0.24, 95% CI 0.06 to1.00) were not superior to baseline treatment in reducing the risk of infection for nephrotic children. No serious adverse events were reported.

Authors' conclusions

IVIG, thymosin, oral transfer factor, BCG vaccine, Huangqi granules and TIAOJINING may have positive effects on the prevention of nosocomial or unspecified infection with no obvious serious adverse events in children with nephrotic syndrome. However the methodological quality of all studies was poor, the sample sizes small, and all studies were from China, and thus there is no strong evidence on the effectiveness of these interventions.

Résumé scientifique

Interventions visant à prévenir l'infection dans le syndrome néphrotique

Contexte

L'infection est l'une des complications les plus fréquentes et demeure toujours une cause importante de morbidité et occasionnellement de mortalité des patients, en particulier chez les enfants présentant un syndrome néphrotique. De nombreuses interventions prophylactiques différentes ont été utilisées ou recommandées pour réduire les risques d'infection dans le syndrome néphrotique en pratique clinique. Il reste toujours à déterminer si les preuves existantes sont scientifiquement rigoureuses et quelle intervention prophylactique peut être recommandée pour une utilisation en routine fondée sur les preuves actuelles.

Objectifs

Évaluer les effets bénéfiques et nocifs de toute intervention prophylactique visant à réduire le risque d'infection chez les enfants et les adultes présentant un syndrome néphrotique.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les reins, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (dans The Cochrane Library), MEDLINE et Pre-MEDLINE (depuis 1966), EMBASE (depuis 1980), China Biological Medicine Database (1979 jusqu'à décembre 2009), Chinese Science and Technique Journals Database (jusqu'à décembre 2009), la base de données de l'infrastructure du savoir national chinois (China National Infrastructure) (jusqu'à décembre 2009), la base de données WangFang (jusqu'à décembre 2009), les listes bibliographiques des manuels sur la néphrologie, les articles de revues, les études pertinentes et les résumés de conférences scientifiques concernant la néphrologie ; aucune restriction de langue n’a été appliquée.

Date de la dernière recherche : 06 février 2012

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-randomisés comparant toutes les interventions prophylactiques (pharmacologiques ou non pharmacologiques) visant à prévenir toute infection chez les enfants et les adultes présentant un syndrome néphrotique.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué la qualité méthodologique des études et extrait les données de façon indépendante. Des données ont été recueillies sur les méthodes, les participants, les interventions et les critères de jugement (aspect de l'infection, mortalité, qualité de vie et événements indésirables). Les résultats étaient exprimés en risques relatifs (RR) pour les résultats dichotomiques et en différences moyennes (DM) pour les données continues, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux

Douze études menées en Chine, portant sur 762 enfants présentant un syndrome néphrotique ont été identifiées. Aucune étude portant sur des adultes n'a été trouvée. Toutes les études comparaient un type de pharmacothérapie prophylactique (immunoglobuline intraveineuse (IVIG), thymosine, facteur de transfert oral, comprimé de peptide mannane, injection du vaccin BCG (bacille de Calmette-Guérin), vaccin antibactérien polyvalent (Lantigène B) et deux types de plantes médicinales chinoises : un composé de plantes médicinales chinoises (TIAOJINING) et des granules Huangqi (astragalus) plus un traitement de base à un traitement de base seul. Aucun essai contrôlé randomisé (ECR) comparant les antibiotiques, la prophylaxie non pharmacologique, ou la vaccination antipneumococcique, n'a été identifié. Quatre études ont montré un effet considérablement bénéfique de l'immunoglobuline intraveineuse (IVIG) sur la prévention de l'infection nosocomiale ou non spécifiée chez les enfants présentant un syndrome néphrotique (RR 0,47 ; IC à 95 % 0,31 à 0,73). La thymosine (RR 0,50 ; IC à 95 % 0,26 à 0,97), le facteur de transfert oral (RR 0,51 ; IC à 95 % 0,35 à 0,73), l'injection du vaccin BCG (RR 0,68 ; IC à 95 % 0,48 à 0,95), les granules Huangqi (RR 0,62 ; IC à 95 % 0,47 à 0,83) et TIAOJINING (RR 0,59 ; IC à 95 % 0,43 à 0,81) étaient aussi efficaces pour réduire le risque d'infection chez les enfants présentant un syndrome néphrotique. Toutefois, le peptide mannane (RR 0,46 ; IC à 95 % 0,21 à 1,01) et le vaccin antibactérien polyvalent (RR 0,24 ; IC à 95 % 0,06 à 1,00) n'étaient pas supérieurs au traitement de base pour réduire le risque d'infection pour les enfants néphrotiques. Aucun effet indésirable grave n'avait été signalé.

Conclusions des auteurs

L'immunoglobuline intraveineuse (IVIG), la thymosine, le facteur de transfert oral, le vaccin BCG, les granules Huangqi et TIAOJINING peuvent avoir des effets positifs sur la prévention de l'infection nosocomiale ou non spécifiée sans aucun événement indésirable grave manifeste chez les enfants présentant un syndrome néphrotique. Toutefois, la qualité méthodologique de toutes les études était médiocre, les tailles des échantillons petites, et toutes les études provenaient de Chine ; il n'existe donc pas de preuves solides de l'efficacité de ces interventions.

Plain language summary

No strong evidence for any interventions for preventing infection in nephrotic syndrome

Patients with nephrotic syndrome, particularly children, are susceptible to infections. Infections can cause frequent relapses of illness, poor response to therapies (e.g. steroids) and severe infections occasionally lead to death. Oral antibiotics, pneumococcal vaccination, some immunomodulators and Chinese medicinal herbs have been used/recommended for reducing the risk of infection. No studies on antibiotics, pneumococcal vaccination and any other non-drug prophylaxis were identified. This review found that intravenous immunoglobulin (IVIG), thymosin, oral transfer factor, Bacillus Calmette-Guerin (BCG) vaccine injection and two kinds of Chinese medicinal herbs (Huangqi granules and TIAOJINING) may help prevent infections in nephrotic children. These studies were methodologically poor. Currently there is no strong evidence for recommending any interventions for preventing infections in nephrotic syndrome. More research is needed.

Résumé simplifié

Il n'existe aucune preuve solide pour aucune des interventions visant à prévenir l'infection dans le syndrome néphrotique

Les patients présentant un syndrome néphrotique, en particulier les enfants, risquent de contracter des infections. Les infections peuvent provoquer de fréquentes rechutes de la maladie, une faible réponse aux traitements (par ex. corticoïdes) et de graves infections entraînant occasionnellement le décès. Les antibiotiques oraux, la vaccination antipneumococcique, certains immunomodulateurs et les plantes médicinales chinoises ont été utilisés / recommandés pour réduire le risque d'infection. Aucune étude portant sur les antibiotiques, la vaccination antipneumococcique et toute autre prophylaxie non médicamenteuse n'a été identifiée. Cette revue a considéré que l'immunoglobuline intraveineuse (IVIG), la thymosine, le facteur de transfert oral, l'injection du vaccin BCG (bacille de Calmette-Guérin) et deux genres de plantes médicinales chinoises (granules Huangqi et TIAOJINING) peuvent favoriser la prévention des infections chez les enfants néphrotiques. La qualité méthodologique de ces études était médiocre. Il n'existe actuellement aucune preuve solide permettant de recommander les interventions visant à prévenir les infections dans le syndrome néphrotique. Des recherches supplémentaires doivent être effectuées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Laički sažetak

Nema čvrstih dokaza o djelotvornosti bilo koje intervencije za sprječavanje infekcije kod nefrotskog sindroma

Pacijenti s nefrotskim sindromom, pogotovo djeca, osjetljivi su na infekcije. Infekcije mogu uzrokovati česte recidive bolesti, slab odgovor na terapiju (npr. steroide) i teške infekcija ponekad mogu dovesti do smrti. Antibiotici koji se uzimaju na usta, pneumokokno cjepivo, neki imunomodulatori i kinesko ljekovito bilje se koriste/preporučene su za smanjenje rizika infekcija. U ovom Cochrane sustavnom pregledu nisu pronađene studije o antibioticima, pneumokoknom cjepivu i neke druge profilakse bez lijekova. Ovaj Cochrane sustavni pregled je utvrdio da intravenski imunoglobulin (IVIG), timozin, oralni faktor prijenosa, Bacillus Calmette-Guerin (BCG) cjepivo i dvije vrste kineskih ljekovitih biljaka (Huangqi granule i TIAOJINING) mogu spriječiti infekcije u djece s nefrotskim sindromom. Te su studije metodološki bile loše. Trenutno ne postoje čvrsti dokazi za preporuku nijedne intervencije za sprječavanje infekcija kod nefrotskog sindroma. Potrebno je više istraživanja na ovu temu.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane
Prevela: Božena Armanda
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr

Get access to the full text of this article