Intervention Review

Thymic peptides for treatment of cancer patients

  1. Elke Wolf1,†,
  2. Stefania Milazzo1,
  3. Katja Boehm1,
  4. Marcel Zwahlen2,
  5. Markus Horneber3,*

Editorial Group: Cochrane Gynaecological Cancer Group

Published Online: 16 FEB 2011

Assessed as up-to-date: 20 DEC 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD003993.pub3


How to Cite

Wolf E, Milazzo S, Boehm K, Zwahlen M, Horneber M. Thymic peptides for treatment of cancer patients. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 2. Art. No.: CD003993. DOI: 10.1002/14651858.CD003993.pub3.

Author Information

  1. 1

    Klinikum Nord, Medizinische Klinik 5-Schwerpunkt Onkologie/Haematologie, Nuernberg, Germany

  2. 2

    University of Bern, Institute of Social and Preventive Medicine, Bern, Switzerland

  3. 3

    Paracelsus Medical University, Klinikum Nuernberg, Department of Internal Medicine, Division of Oncology and Hematology, Nuernberg, Germany

  1. Deceased

*Markus Horneber, Department of Internal Medicine, Division of Oncology and Hematology, Paracelsus Medical University, Klinikum Nuernberg, Prof.-Ernst-Nathan-Str. 1, Nuernberg, D-90419, Germany. horneber@klinikum-nuernberg.de.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 FEB 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Purified thymus extracts (pTE) and synthetic thymic peptides (sTP) are thought to enhance the immune system of cancer patients in order to fight the growth of tumour cells and to resist infections due to immunosuppression induced by the disease and antineoplastic therapy.

Objectives

To evaluate the effectiveness of pTE and sTP for the management of cancer.

Search methods

We searched CENTRAL (The Cochrane Library 2010, Issue 3), MEDLINE, EMBASE, AMED, BIOETHICSLINE, BIOSIS, CATLINE, CISCOM, HEALTHSTAR, HTA, SOMED and LILACS (to February 2010).

Selection criteria

Randomised trials of pTE or sTP in addition to chemotherapy or radiotherapy, or both, compared to the same regimen with placebo or no additional treatment in adult cancer patients.

Data collection and analysis

Two authors independently extracted data from published trials. We derived odds ratios (OR) from overall survival (OS) and disease-free survival (DFS) rates, tumour response (TR) rates, and rates of adverse effects (AE) related to antineoplastic treatments. We used a random-effects model for meta-analysis.

Main results

We identified 26 trials (2736 patients). Twenty trials investigated pTE (thymostimulin or thymosin fraction 5) and six trials investigated sTP (thymopentin or thymosin α1). Twenty-one trials reported results for OS, six for DFS, 14 for TR, nine for AE and 10  for safety of pTE and sTP. Addition of pTE conferred no benefit on OS (RR 1.00, 95% CI 0.79 to 1.25); DFS (RR 0.97, 95% CI 0.82 to 1.16); or TR (RR 1.07, 95% CI 0.92 to 1.25). Heterogeneity was moderate to high for all these outcomes. For thymosin α1 the pooled RR for OS was 1.21 (95% CI 0.94 to 1.56, P = 0.14), with low heterogeneity; and 3.37 (95% CI 0.66 to 17.30, P = 0.15) for DFS, with moderate heterogeneity. The pTE reduced the risk of severe infectious complications (RR 0.54, 95% CI 0.38 to 0.78, P = 0.0008; I² = 0%). The RR for severe neutropenia in patients treated with thymostimulin was 0.55 (95% CI 0.25 to 1.23,  P = 0.15). Tolerability of pTE and sTP was good. Most of the trials had at least a moderate risk of bias.

Authors' conclusions

Overall, we found neither evidence that the addition of pTE to antineoplastic treatment reduced the risk of death or disease progression nor that it improved the rate of tumour responses to antineoplastic treatment. For thymosin α1, there was a trend for a reduced risk of dying and of improved DFS. There was preliminary evidence that pTE lowered the risk of severe infectious complications in patients undergoing chemotherapy or radiotherapy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Thymic peptides for treatment of cancer patients in addition to chemotherapy or radiotherapy, or both

The immune system plays a key role in the body’s own defences against cancer cells. The thymus gland plays a central part in this and modifies T-cells, a subset of lymphocytes. Studies with thymic peptides have shown a variety of effects on the immune system. There are two groups of thymic peptides available for use in treatment: purified extracts from animal (mostly calf) thymus glands and synthetically produced thymus gland peptides.
This review aims to answer the question whether having thymic peptides can improve the response to and tolerability of standard chemotherapy or radiotherapy, or combined treatment. Further questions are whether the peptides inhibit or reduce the progression and recurrence of disease, whether they prolong the life of cancer patients and whether quality of life is improved.

This review looked at the evidence from 26 clinical trials with a total of 2736 adult cancer patients. Many of the trials were small and of moderate quality. Only three studies were less than 10 years old. Thymosin α1 is a synthetic peptide that shows some promise as a treatment option for patients with metastatic melanoma when used in addition to chemotherapy. Severe problems occur during chemotherapy and radiotherapy due to low white blood cell counts and infections. These were reduced by using purified thymus extracts. However, the use of purified thymus extracts should be investigated more thoroughly before the extracts are used routinely in patients. The findings were not conclusive and caution is advised. Overall, thymic peptides seem to be well tolerated.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Peptides thymiques dans le traitement des patients cancéreux

Contexte

On pense que les extraits thymiques purifiés (ETp) et les peptides thymiques synthétiques (PTs) renforcent le système immunitaire des patients cancéreux pour leur permettre de combattre la croissance des cellules tumorales et de résister aux infections liées à l'immunosuppression induite par la maladie et le traitement antinéoplasique.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des ETp et des PTs dans la prise en charge du cancer.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté CENTRAL (Bibliothèque Cochrane 2010, numéro 3), MEDLINE, EMBASE, AMED, BIOETHICSLINE, BIOSIS, CATLINE, CISCOM, HEALTHSTAR, HTA, SOMED et LILACS (jusqu'en février 2010).

Critères de sélection

Les essais randomisés portant sur des ETp ou des PTs en complément de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou des deux par rapport au même schéma + placebo ou absence de traitement supplémentaire chez des patients adultes atteints de cancer.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont extrait les données des essais publiés de manière indépendante. Les rapports des cotes ont été dérivés des taux de survie globale (SG) et de survie sans maladie (SSM), des taux de réponse tumorale (RT) et des taux d'effets indésirables (EI) liés aux traitements antinéoplasiques. Un modèle à effets aléatoires a été utilisé pour la méta-analyse.

Résultats principaux

Nous avons identifié 26 essais (2 736 patients). Vingt essais examinaient des ETp (thymostimuline ou thymosine fraction 5) et six essais examinaient des PTs (thymopentine ou thymosine α1). Vingt-et-un essais rapportaient des résultats pour la SG, six pour la SSM, 14 pour la RT, 9 pour les EI et 10 pour l'innocuité des ETp et PTs. L'ajout d'ETp ne conférait aucun effet bénéfique en termes de SG (RR de 1,00, IC à 95 %, entre 0,79 et 1,25) ; de SSM (RR de 0,97, IC à 95 %, entre 0,82 et 1,16) ; ou RT (RR 1,07, IC à 95 %, entre 0,92 et 1,25). L'hétérogénéité était modérée à élevée pour tous ces critères de jugement. Pour la thymosine α1, le RR combiné pour la SG était de 1,21 (IC à 95 %, entre 0,94 et 1,56, P = 0,14), avec une hétérogénéité faible ; et de 3,37 (IC à 95 %, entre 0,66 et 17,30, P = 0,15) pour la SSM, avec une hétérogénéité modérée. Les ETp réduisaient le risque de complications infectieuses sévères (RR de 0,54, IC à 95 %, entre 0,38 et 0,78, P = 0,0008 ; I² = 0 %). Le RR de neutropénie sévère chez les patients sous thymostimuline était de 0,55 (IC à 95 %, entre 0,25 et 1,23, P = 0,15). Les ETp et les PTs étaient bien tolérés. La plupart des essais présentaient un risque de biais au moins modéré.

Conclusions des auteurs

Dans l'ensemble, nous n'avons identifié aucune preuve indiquant que l'ajout d'ETp au traitement antinéoplasique réduisait le risque de décès ou de progression de la maladie ou améliorait le taux de réponse tumorale au traitement antinéoplasique. Pour la thymosine α1, on observait une tendance à la baisse du risque de décès et à la hausse de la SSM. Des preuves préliminaires indiquaient que les ETp réduisaient le risque de complications infectieuses sévères chez les patients sous chimiothérapie ou radiothérapie.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Peptides thymiques dans le traitement des patients cancéreux en complément de la chimiothérapie, de la radiothérapie ou des deux

Le système immunitaire joue un rôle essentiel dans la capacité de l'organisme à se défendre contre les cellules cancéreuses. Le thymus joue un rôle central dans cette immunité en modifiant les lymphocytes T, un sous-ensemble de lymphocytes. Les études portant sur les peptides thymiques ont rapporté différents effets sur le système immunitaire. Deux groupes de peptides thymiques peuvent être utilisés de manière thérapeutique : les extraits purifiés issus du thymus animal (principalement du veau) et les peptides thymiques synthétiques.
L'objectif de cette revue est d'établir si l'administration de peptides thymiques peut améliorer la réponse et la tolérabilité de la chimiothérapie ou de la radiothérapie standard, ou du traitement combiné. Elle s'attache également à déterminer si les peptides inhibent ou réduisent la progression et la récidive de la maladie, s'ils prolongent la durée de vie des patients cancéreux et s'ils améliorent leur qualité de vie.

Cette revue a examiné les preuves issues de 26 essais cliniques portant sur un total de 2 736 patients adultes atteints de cancer. Beaucoup de ces essais étaient de petite taille et de qualité moyenne. Trois études seulement remontaient à moins de 10 ans. La thymosine α1 est un peptide synthétique qui semble constituer une option de traitement prometteuse chez les patients atteints de mélanome métastatique lorsqu'elle est utilisée en complément de la chimiothérapie. La chimiothérapie et la radiothérapie entraînent des problèmes graves liés à un nombre réduit de globules blancs et au développement d'infections. L'utilisation d'extraits thymiques purifiés réduisait ces problèmes. Néanmoins, l'utilisation d'extraits thymiques purifiés devrait être étudiée de manière plus approfondie avant qu'ils ne soient administrés de manière routinière. Les résultats n'étaient pas concluants et il est recommandé de faire preuve de précautions. Dans l'ensemble, les peptides thymiques semblaient bien tolérés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 27th March, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux