Intervention Review

You have free access to this content

Relapse prevention interventions for smoking cessation

  1. Peter Hajek1,
  2. Lindsay F Stead2,*,
  3. Robert West3,
  4. Martin Jarvis4,
  5. Jamie Hartmann-Boyce2,
  6. Tim Lancaster2

Editorial Group: Cochrane Tobacco Addiction Group

Published Online: 20 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 5 JUN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD003999.pub4


How to Cite

Hajek P, Stead LF, West R, Jarvis M, Hartmann-Boyce J, Lancaster T. Relapse prevention interventions for smoking cessation. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD003999. DOI: 10.1002/14651858.CD003999.pub4.

Author Information

  1. 1

    Barts and The London School of Medicine and Dentistry, Queen Mary University of London, Wolfson Institute of Preventive Medicine, London, UK

  2. 2

    University of Oxford, Department of Primary Care Health Sciences, Oxford, UK

  3. 3

    University College London, Department of Epidemiology and Public Health, London, UK

  4. 4

    University College London, Health Behavior Research Centre of Cancer Research UK, Department of Epidemiology and Public Health, London, UK

*Lindsay F Stead, Department of Primary Care Health Sciences, University of Oxford, Radcliffe Observatory Quarter, Woodstock Road, Oxford, OX2 6GG, UK. lindsay.stead@phc.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 20 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

A number of treatments can help smokers make a successful quit attempt, but many initially successful quitters relapse over time. Several interventions have been proposed to help prevent relapse.

Objectives

To assess whether specific interventions for relapse prevention reduce the proportion of recent quitters who return to smoking.

Search methods

We searched the Cochrane Tobacco Addiction Group trials register in May 2013 for studies mentioning relapse prevention or maintenance in title, abstracts or keywords.

Selection criteria

Randomized or quasi-randomized controlled trials of relapse prevention interventions with a minimum follow-up of six months. We included smokers who quit on their own, were undergoing enforced abstinence, or were participating in treatment programmes. We included trials that compared relapse prevention interventions with a no intervention control, or that compared a cessation programme with additional relapse prevention components with a cessation programme alone.

Data collection and analysis

Studies were screened and data extracted by one review author, and checked by a second. Disagreements were resolved by discussion or by referral to a third review author.

Main results

Sixty-three studies met inclusion criteria but were heterogeneous in terms of populations and interventions. We considered 41 studies that randomly assigned abstainers separately from studies that randomly assigned participants before their quit date.

Upon looking at studies of behavioural interventions that randomly assigned abstainers, we detected no benefit of brief and 'skills-based' relapse prevention methods for women who had quit smoking because of pregnancy, or for smokers undergoing a period of enforced abstinence during hospitalisation or military training. We also failed to detect significant effects of behavioural interventions in trials in unselected groups of smokers who had quit on their own or through a formal programme. Amongst trials randomly assigning smokers before their quit date and evaluating the effects of additional relapse prevention components, we found no evidence of benefit of behavioural interventions or combined behavioural and pharmacotherapeutic interventions in any subgroup. Overall, providing training in skills thought to be needed for relapse avoidance did not reduce relapse, but most studies did not use experimental designs best suited to the task and had limited power to detect expected small differences between interventions. For pharmacological interventions, extended treatment with varenicline significantly reduced relapse in one trial (risk ratio (RR) 1.18, 95% confidence interval (CI) 1.03 to 1.36). Pooling of six studies of extended treatment with bupropion failed to detect a significant effect (RR 1.15, 95% CI 0.98 to 1.35). Two small trials of oral nicotine replacement treatment (NRT) failed to detect an effect, but treatment compliance was low, and in two other trials of oral NRT in which short-term abstainers were randomly assigned, a significant effect of intervention was noted.

Authors' conclusions

At the moment, there is insufficient evidence to support the use of any specific behavioural intervention to help smokers who have successfully quit for a short time to avoid relapse. The verdict is strongest for interventions focused on identifying and resolving tempting situations, as most studies were concerned with these. Little research is available regarding other behavioural approaches.

Extended treatment with varenicline may prevent relapse. Extended treatment with bupropion is unlikely to have a clinically important effect. Studies of extended treatment with nicotine replacement are needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Do any interventions help smokers who have successfully quit for a short time to avoid relapsing?

Some people start smoking again shortly after quitting and are said to have 'relapsed'. Interventions used to help people avoid relapse usually focus on teaching the skills to cope with temptations to smoke. This approach and others have not been shown to be helpful, either for people who quit on their own or with the help of treatment, or for those who quit because they were pregnant or in hospital. Many trials conducted so far have not been of a strong enough design to detect possible small effects. Among drug treatments, extended use of varenicline may help some smokers. Studies of extended use of nicotine replacement treatment are urgently needed.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Interventions de prévention des rechutes pour l'arrêt du tabac

Contexte

Un certain nombre de traitements peuvent aider les fumeurs à réussir à arrêter de fumer, mais parmi eux, nombreux sont ceux qui rechutent avec le temps. Plusieurs interventions ont été proposées pour aider à prévenir les rechutes.

Objectifs

Déterminer si des interventions spécifiques pour la prévention des rechutes réduisent la proportion d'ex-fumeurs récents qui se remettent à fumer.

Stratégie de recherche documentaire

En mai 2013, nous avons recherché dans le registre du groupe Cochrane sur le tabagisme des études mentionnant la prévention des rechutes ou la maintenance dans les titres, résumés ou mots clés.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur des interventions de prévention des rechutes et ayant réalisé un suivi d'au moins six mois. Nous avons inclus les fumeurs ayant arrêté de fumer seuls, ou ceux à qui l'abstinence avait été imposée ou ceux qui participaient à des programmes de traitement. Nous avons inclus les essais ayant comparé des interventions de prévention des rechutes à un contrôle sans intervention, ou ayant comparé un programme de sevrage incluant des éléments de prévention des rechutes à un programme de sevrage simple.

Recueil et analyse des données

Les études ont été pré-sélectionnées et les données extraites par un auteur puis vérifiées par un second. Les désaccords ont été résolus par la discussion ou par recours à un troisième auteur.

Résultats principaux

Soixante-trois études répondaient aux critères d'inclusion, mais elles étaient hétérogènes en terme de populations et d'interventions. Nous avons retenu 41 études ayant randomisé des abstinents séparément des études ayant randomisé les participants avant leur date de sevrage.

En examinant des études sur des interventions comportementales ayant randomisé des personnes abstinentes, nous n'avons pas mis en évidence de bénéfice pour les méthodes de prévention des rechutes brèves et «Â axées sur les compétences » chez les femmes ayant arrêté de fumer durant leur grossesse ou pour les fumeurs contraints à l'abstinence au cours d'une hospitalisation ou lors d'une formation militaire. Nous n'avons également pas pu montrer d'effets significatifs des interventions comportementales dans des essais sur des groupes non sélectionnés de fumeurs ayant arrêté de fumer seuls ou à l'aide d'un programme formalisé. Nous n'avons également pas trouvé de bénéfice évident pour des interventions comportementales dans un quelconque sous-groupe parmi les essais ayant randomisé des fumeurs avant leur date d'arrêt et ayant évalué l'effet d'éléments supplémentaires de prévention des rechutes. Dans l'ensemble, la formation aux compétences jugées nécessaires pour éviter les rechutes ne les avait pas réduites, mais la plupart des études n'avaient pas utilisé les modèles expérimentaux les mieux adaptés à la tâche et n'avaient qu'un pouvoir limité pour mettre en évidence des petites différences entre les interventions. Pour ce qui concerne les interventions pharmacologiques, un traitement prolongé par varénicline avait significativement réduit les rechutes dans un essai (risque relatif 1,18 ; intervalle de confiance à 95 % 1,03 à 1,36). Le regroupement de six études sur le traitement prolongé par bupropion n'a pas permis de montrer d'effet significatif (risque relatif 1,15 ; intervalle de confiance à 95 % 0,98 à 1,35). Deux petits essais avec un traitement oral de substitution nicotinique n'ont pas montré d'effet, mais l'observance au traitement était faible et dans deux autres essais avec un traitement par substitut nicotinique oral ayant randomisé des personnes ayant récemment arrêté de fumer, l'intervention avait produit un effet significatif.

Conclusions des auteurs

À l'heure actuelle il n'y a pas suffisamment de preuves pour recommander l'utilisation d'une quelconque intervention comportementale pour aider les fumeurs ayant récemment arrêté de fumer à éviter une rechute. Le verdict est le plus fort pour les interventions axées sur l'identification et la résolution des situations propices aux tentations, la plupart des études ayant porté sur cela. Il existe peu de recherches disponibles sur d'autres approches comportementales.
Un traitement prolongé par varénicline pourrait prévenir les rechutes. Un traitement prolongé par bupropion n'a probablement pas d'effet cliniquement important. Des études sont nécessaires sur les traitements prolongés par substituts nicotiniques.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Certaines interventions aident-elles les fumeurs ayant récemment réussi à arrêter de fumer à éviter les rechutes ?

Certaines personnes recommencent à fumer peu de temps après avoir arrêté ; on parle alors de « rechute ». Les interventions destinées à aider les personnes à éviter la rechute sont centrées généralement sur l'enseignement de compétences permettant de faire face aux tentations de fumer. Ni cette approche ni d'autres ne se sont avérées utiles, que les personnes soient parvenues seules à arrêter de fumer, qu'elles aient bénéficié d'une aide thérapeutique au sevrage ou qu'elles aient arrêté de fumer parce qu'elles étaient enceintes ou hospitalisées. De nombreux essais réalisés jusqu'à présent n'ont pas été conçus de façon suffisamment solide pour détecter d'éventuels effets légers. En matière de traitements médicamenteux, l'utilisation prolongée de la varénicline pourrait aider certains fumeurs. Des études sur l'utilisation prolongée de traitements par substitution nicotinique sont nécessaires de façon urgente.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 29th August, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français