Get access

Washout policies in long-term indwelling urinary catheterisation in adults

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

People requiring long-term bladder draining with an indwelling catheter can experience catheter blockage. Regimens involving different solutions can be used to washout catheters with the aim of preventing blockage.

Objectives

To determine if certain washout regimens are better than others in terms of effectiveness, acceptability, complications, quality of life and economics for the management of long-term indwelling urinary catheterisation in adults.

Search methods

We searched the Cochrane Incontinence Group Specialised Trials Register (searched 30 April 2009), MEDLINE (January 1966 to April 2009), MEDLINE In-Process (30 April 2009), EMBASE (January 1980 to April 2009) and CINAHL (December 1981 to April 2009). Additionally, we examined all reference lists of identified trials and contacted manufacturers and researchers in the field.

Selection criteria

All randomised and quasi-randomised trials comparing catheter washout policies (e.g. washout versus no washout, different washout solutions, frequency, duration, volume, concentration, method of administration) in adults (16 years and above) in any setting (i.e. hospital, nursing/residential home, community) with an indwelling urethral or suprapubic catheter for more than 28 days.

Data collection and analysis

Data were extracted by three reviewers independently and compared. Disagreements were resolved by discussion. Data were processed as described in the Cochrane Handbook. If the data in trials were not fully reported, clarification was sought from the authors. For categorical outcomes, the numbers reporting an outcome were related to the numbers at risk in each group to derive an risk ratio (RR). For continuous outcomes, means and standard deviations were used to derive weighted mean differences (WMD). No meta-analysis of study results was possible.

Main results

Five trials met the inclusion criteria involving 242 patients (132 completed) in two cross-over and three parallel-group randomised controlled trials. Only three of the eight pre-stated comparisons were addressed in these trials. Some trials addressed more than one comparison (e.g. washout versus no washout and one type of washout solution versus another). The analyses reported for the two cross-over trials were inappropriate as they were based on differences between groups rather than differences within individuals receiving sequential interventions. Two parallel-group trials had limited value: one combined results for suprapubic and urethral catheters and one had data on only four participants. Only one trial was free of significant methodological limitations, but its sample size was small.

Three trials compared no washout with one or more washout solution (saline or acidic solutions) and authors tended to conclude no difference in clinical outcomes between washout and no washout. In the one trial which had data of sufficient quality to allow interpretation, no difference was detected between washout and no washout groups in the rate of symptomatic urinary tract infection or time to first catheter change.

Three trials compared different types of solution: saline versus acidic solutions (two trials); saline versus acidic solution versus antibiotic solution (one trial). Authors tended to report no difference between different washout solutions but the data were too few to support their conclusions. The one trial which warranted consideration concluded no difference between saline and an acidic solution in terms of symptomatic urinary tract infections or time to first catheter change.

Authors' conclusions

The data from five trials comparing differing washout policies were sparse and trials were generally of poor quality or poorly reported. The evidence was too scanty to conclude whether or not washouts were beneficial. In the first instance we require further rigorous, high quality trials with adequate power to detect any benefit from washout being performed as opposed to none. Then trials comparing different washout solutions, washout volumes, frequencies/timings and routes of administration are needed.

摘要

背景

成人長期留置導尿管的沖洗方針

需要長期使用導尿管從膀胱排尿的人,可能會碰上導管阻塞的情況。有許多包含不同沖洗液的沖洗方針, 能達到防止其阻塞的目的。

目標

針對成人長期留置導尿管的處罝,我們依據各種沖洗方式的效果、接受度、複雜度、生活品質以及經濟面,來決定某種沖洗方法是否優於其他方法。

搜尋策略

我們搜尋了Cochrane Incontinence Group Specialised Trials Register、MEDLINE、MEDLINE InProcess & Other NonIndexed Citations、CINAHL以及EMBASE﹝最後一次搜尋進度更新是在2009年4月﹞。除此之外,我們也查看了這些論文中的參考資料。

選擇標準

所有比較成人﹝16歲以上﹞在任何環境下﹝包括醫院、護理之家、自宅、社區﹞使用尿道導管或恥骨上導管超過28天的沖洗方針﹝例如:沖洗及不沖洗、不同沖洗方式、沖洗的頻率、間隔時間、體積、濃度、使用方法﹞的隨機或半隨機試驗。

資料收集與分析

資料分別由三位審查者摘取並作比較。若有意見分歧的部分,則經過討論之後解決。數據的處理是依照Cochrane Handbook的說明來進行。如果試驗中的數據沒有完全報告,則會尋求作者的說明。針對類別結果,報告的數量是與每一組暴露的風險數所算出的風險比率﹝RR﹞相關。針對數值結果,平均數和標準誤差是用來計算加權平均差異﹝WMD﹞。沒有得到合理的統合分析的研究結果。

主要結論

有五組試驗是符合篩選條件,包括在兩組交叉試驗和三組平行小組隨機控制試驗中共242位病人﹝其中132位完成試驗 ﹞。在先前所提及的八種比較中只有三種在這些試驗中被提及,有的試驗做了一種或以上的比較﹝例如:比較有沖洗和沒沖洗以及各種不同沖洗方式﹞。這兩組交叉試驗的分析結果其實不太恰當,因為它們是分析群組間的不同而不是比較接受連續介入中個體間的差異。有兩組平行小組試驗的數據有限制:其中一組是將恥骨上導管和尿道導管的數據合併討論,另一組則只有四位受試者的數據。只有一組試驗在方法上沒有明顯的限制,但它的樣本數很少。有三組試驗是比較沒沖洗和使用一種或一種以上的沖洗溶液沖洗﹝生理 食鹽水或酸性溶液﹞的差別,而這些試驗的作者都認為,結果顯示有沒有導管沖洗並沒有太大的差異。在其中一組數據有足夠的品質來解釋有沖洗和沒沖洗兩組的試驗,在有症狀的尿道感染率以及第一次更換導管的時間上沒有差異。有三組試驗比較不同沖洗液的差別:包括比較生理食鹽水和酸性溶液﹝兩組﹞; 比較生理食鹽水、酸性溶液和抗生素溶液﹝一組﹞。這些作者都認為各種沖洗液沒有太大的差異,但實驗數據太少,並不足以支持他們的結論。只有一個值得納入考量的試驗顯示,使用生理食鹽水或是酸性溶液沖洗的這兩組,在有症狀的尿道感染率以及第一次更換導管的時間上沒有差異。

作者結論

從五個比較不同沖洗方式的試驗所得之數據稀少,而且這些試驗一般是品質不佳或粗劣的報告。因為證據太少而無法去評斷導管沖洗是否有利。我們首先須要嚴格、高品質且強有力的的試驗來偵測出使用導管沖洗的好處。接著需要一些比較不同沖洗溶液、沖洗液體積、頻率/時機以 及使用途徑的試驗。

翻譯人

本摘要由朱奕蓁翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院 (National Health Research Institutes, Taiwan) 統籌。

總結

長期導尿管的沖洗方針:很多人有尿失禁﹝漏尿﹞或是無法順利將膀胱排空的問題。有的可以藉由在膀胱內插入導尿管,讓尿液經由導管排除而獲得改善。當導管是需要長期留置時,就有可能發生阻塞。此時可以注入一些溶液來避免或緩解這種阻塞。也就是所謂的沖洗。在這篇評論中,我們希望能評估沖洗的成效。我們搜尋了一些有納入留置導管的人,並且將他們隨機分成有導管沖洗以及沒有導管沖洗兩組的研究,接著進行成效的比較。 我們同時也搜尋了比較不同沖洗溶液的研究。其中只找到五篇相關的研究。而這五篇的結論都認為導管沖洗沒有太大的幫助。但其中大部分都是較小型且品質較差的研究,且它們的結論無法相互呼應。因此我們認為,目前沒有充分且夠好的證據能證明消費者或是醫療照護人員應該實施導管沖洗。

Résumé scientifique

Politiques de rinçage dans le cathétérisme urinaire à demeure de long terme chez l'adulte

Contexte

Les personnes nécessitant à long terme le drainage de la vessie au moyen d'un cathéter à demeure peuvent être victimes d'une obstruction du cathéter. Pour prévenir l'obstruction, les cathéters peuvent être rincés à l'aide de différentes solutions.

Objectifs

Déterminer si certaines régimes de rinçage des cathéters sont meilleurs que d'autres en termes d'efficacité, d'acceptabilité, de complications, de qualité de vie et de coût pour gérer sur le long terme le cathétérisme urinaire à demeure chez l'adulte

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre spécialisé d’essais cliniques du groupe Cochrane sur l’incontinence (le 30 avril 2009), MEDLINE (de janvier 1966 à avril 2009), MEDLINE In-Process (30 avril 2009), EMBASE (de janvier 1980 à avril 2009) et CINAHL (de décembre 1981 à avril 2009). Nous avons de plus examiné toutes les références bibliographiques des essais identifiés et contacté des fabricants et des chercheurs dans le domaine.

Critères de sélection

Tous les essais randomisés et quasi-randomisés ayant comparé des politiques de rinçage de cathéter (p.ex. rinçage versus non rinçage, ou bien différentes solutions, fréquences, durées, volumes, concentrations et modes d'administration du rinçage), quelque soit le contexte (hôpital, maisons de retraite résidentielles / médicalisées, habitat indépendant), chez les adultes (16 ans ou plus) ayant un cathéter urétral ou sus-pubien à demeure depuis plus de 28 jours.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites indépendamment par trois évaluateurs puis comparées. Les désaccords ont été résolus par la discussion. Les données ont été traitées comme indiqué dans le manuel Cochrane. Quand le compte-rendu des données d'un essai était incomplet, une clarification a été demandée aux auteurs. Pour les variables de résultat catégorielles, les mesures rapportées sont liées aux nombres à risque dans chaque groupe afin d'en tirer un rapport de risque (RR). Pour les variables de résultat continues, nous avons utilisé les moyennes et les écarts-types pour en tirer les différences moyennes pondérées (DMP). Aucune méta-analyse des résultats des études n'a été possible.

Résultats principaux

Cinq essais portant sur 242 patients dans deux essais croisés et trois essais contrôlés randomisés en groupes parallèles, répondaient aux critères d'inclusion. Seules trois des huit comparaisons pré-mentionnées étaient examinées dans ces essais. Certains essais portaient sur plus d'une comparaison (p.ex. rinçage versus non rinçage et un type de solution de rinçage par rapport à un autre). Les analyses présentées pour les deux essais croisés étaient inappropriées car elles se basaient sur les différences entre les groupes plutôt que sur les différences entre les personnes recevant des interventions séquentielles. Deux essais en groupes parallèles étaient de valeur limitée : un avait combiné les résultats de cathéters sus-pubiens et urétraux, et un ne rapportait de données que pour quatre participants. Un seul essai était exempt de limitations méthodologiques significatives, mais ses effectifs étaient petits.

Trois essais avaient comparé l'absence de rinçage à une ou plusieurs solutions de rinçage (solutions salines ou acides) et les auteurs tendaient à conclure qu'il n'y avait pas de différence entre le rinçage et le non rinçage au niveau des résultats cliniques. Dans le seul essai dont les données étaient de qualité suffisante pour permettre une interprétation, aucune différence n'avait été décelée entre les groupes de rinçage et de non rinçage pour ce qui concerne le taux d'infection symptomatique des voies urinaires ou le temps écoulé avant le premier remplacement du cathéter.

Trois essais avaient comparé différents types de solution : solution saline versus acide (deux essais) ; solution saline versus solution acide versus solution antibiotique (un essai). Les auteurs tendaient à ne rendre compte d'aucune différence entre les différentes solutions de rinçage, mais les données étaient trop peu nombreuses pour valider ces conclusions. L'essai qui méritait considération avait conclu qu'il n'y avait pas de différence entre une solution saline et une solution acide en termes d'infections symptomatiques des voies urinaires ou du temps écoulé avant le premier remplacement du cathéter.

Conclusions des auteurs

Les données provenant de cinq essais comparant différentes politiques de rinçage étaient peu nombreuses et les essais étaient généralement de qualité médiocre ou mal rapportés. Les données étaient trop maigres pour pouvoir conclure si oui ou non les rinçages avaient été bénéfiques. Dans un premier temps, il nous faut de nouveaux essais rigoureux, de bonne qualité et de puissance suffisante pour détecter un éventuel bénéfice du rinçage. Puis il faudra des essais comparant des solutions, volumes, fréquences/moments et voies d'administration de rinçage différents.

Plain language summary

Policies on flushing urinary catheters which are used on a long-term basis

Many people have incontinence (leak urine) or are unable to empty their bladder properly. Some can be helped by having a catheter inserted into their bladder, through which urine is passed out of the body. When the catheter is kept in place on a long-term basis blockages may occur. Liquid solutions may be injected into the catheter to prevent or relieve a blockage. This is sometimes known as a washout. In this review we wished to assess how effective washouts were. We looked for studies which included people with long-term catheters, where they were allocated at random to have catheter washouts or not, and the effects compared. Studies which compared different types of washout solution were also searched for. Only five relevant studies were found. All five concluded that there was no evidence that washouts were helpful. However most studies were small and of poor quality, and their results could not be combined. We concluded that, at present, there is not enough good research evidence to say whether or not consumers and providers of health care should use catheter washouts.

Résumé simplifié

Politiques pour le rinçage des sondes urinaires utilisées à long terme

De nombreuses personnes souffrent d'incontinence (fuites d'urine) ou ne parviennent pas à vider correctement leur vessie. Il est possible d'aider certaines personnes en insérant dans leur vessie une sonde par laquelle l'urine est évacuée du corps. Lorsque la sonde est maintenue en place sur le long terme elle est susceptible de s'obstruer. Des solutions liquides peuvent être injectées dans la sonde afin de prévenir ou d'éliminer les obstructions. C'est ce qu'on appelle aussi le « rinçage ». Dans cette revue, nous avons voulu évaluer l'efficacité des rinçages. Nous avons recherché des études ayant comparé des personnes équipées de sondes à long terme, assignées au hasard pour bénéficier ou non de rinçages de la sonde. Nous avons également recherché des études ayant comparé différents types de solutions de rinçage. Nous n'avons trouvé que cinq études pertinentes. Toutes les cinq avaient conclu qu'il n'y avait aucune preuve que les rinçages aient été utiles. La plupart des études étaient toutefois de petite taille et de qualité médiocre et il n'a pas été possible combiner leurs résultats. Nous avons conclu qu'à l'heure actuelle il n'y a pas suffisamment de bonnes données de recherche pour dire s'il y a lieu ou non de procéder au rinçage des sondes.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.