Intervention Review

High-dose chemotherapy with autologous stem cell transplantation in the first line treatment of aggressive Non-Hodgkin Lymphoma (NHL) in adults

  1. Alexander Greb1,*,
  2. Julia Bohlius2,
  3. Daniel Schiefer3,
  4. Guido Schwarzer4,
  5. Holger Schulz5,
  6. Andreas Engert5

Editorial Group: Cochrane Haematological Malignancies Group

Published Online: 23 JAN 2008

Assessed as up-to-date: 9 JUN 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD004024.pub2


How to Cite

Greb A, Bohlius J, Schiefer D, Schwarzer G, Schulz H, Engert A. High-dose chemotherapy with autologous stem cell transplantation in the first line treatment of aggressive Non-Hodgkin Lymphoma (NHL) in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 1. Art. No.: CD004024. DOI: 10.1002/14651858.CD004024.pub2.

Author Information

  1. 1

    Cologne, Germany

  2. 2

    University of Bern, Institute of Social and Preventive Medicine, Bern, Switzerland

  3. 3

    University Hospital Ulm, Department of Internal Medicine II, Ulm, Germany

  4. 4

    Institute of Medical Biometry and Medical Informatics, University Medical Center Freiburg, German Cochrane Centre, Freiburg, Germany

  5. 5

    University Hospital of Cologne, Cochrane Haematological Malignancies Group, Department I of Internal Medicine, Cologne, Germany

*Alexander Greb, Carl Schurz Strasse 8, Cologne, 50935, Germany. alexandergreb@freenet.de. info@chmg.de.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 JAN 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

High-dose chemotherapy with autologous stem cell support (HDT) has been proven effective in relapsed aggressive non-Hodgkin lymphoma (NHL). However, conflicting results of HDT as part of first-line treatment have been reported in randomised controlled trials (RCTs). We undertook a systematic review and meta-analysis to assess the effects of such treatment.

Objectives

To determine whether high-dose chemotherapy with autologous stem cell transplantation as part of first-line treatment improves survival in patients with aggressive non-Hodgkin lymphoma.

Search methods

MEDLINE, EMBASE, Cancer Lit, the Cochrane Library and smaller databases, Internet-databases of ongoing trials, conference proceedings of the American Society of Clinical Oncology and the American Society of Hematology were searched until September 2006. An update search in MEDLINE and CENTRAL was done in June 2010, no more trials fulfilling the inclusion criteria were identified. We included full-text, abstract publications and unpublished data.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing conventional chemotherapy versus high-dose chemotherapy in the first-line treatment of adults with aggressive non-Hodgkin lymphoma were included in this review.

Data collection and analysis

Eligibility and quality assessment, data extraction and analysis were done in duplicate. All authors were contacted to obtain missing data and asked to provide individual patient data.

Main results

Fifteen RCTs including 3079 patients were eligible for this meta-analysis. Overall treatment-related mortality was 6.0% in the HDT group and not significantly different compared to conventional chemotherapy (OR 1.33 [95% CI 0.91 to 1.93], P = 0.14). 13 studies including 2018 patients showed significantly higher CR rates in the group receiving HDT (OR 1.32, [95% CI 1.09 to 1.59], P = 0.004). However, HDT did not have an effect on OS, when compared to conventional chemotherapy. The pooled HR was 1.04 ([95% CI 0.91 to 1.18], P = 0.58). There was no statistical heterogeneity among the trials. Sensitivity analyses underlined the robustness of these results. Subgroup analysis of prognostic groups according to IPI did not show any survival difference between HDT and controls in 12 trials (low and low-intermediate risk IPI: HR 1.41[95% CI 0.95 to 2.10], P = 0.09; high-intermediate and high risk IPI: HR 0.97 [95% CI 0.83 to 1.13], P = 0.71. Event-free survival (EFS) also showed no significant difference between HDT and CT (HR 0.93, [95% CI 0.81 to 1.07], P = 0.31). Other possible risk factors such as the proportion of patient with diffuse large cell lymphoma, protocol adherence, HDT strategy, response status before HDT, conditioning regimens and methodological issues were analysed in sensitivity analyses. However, there was no evidence for an association between these factors and the results of our analyses.

Authors' conclusions

.
Despite higher CR rates, there is no benefit for high-dose chemotherapy with stem cell transplantation as a first line treatment in patients with aggressive NHL.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

High-dose chemotherapy with autologous stem cell transplantation in the first line treatment of aggressive Non-Hodgkin Lymphoma (NHL) in adults

Aggressive Non-Hodgkin's Lymphomas (NHLs) are fast growing forms of lymphoma. The most common type is a diffuse large B-Cell lymphoma (DLCL) but there are several other subtypes of aggressive lymphoma and variants of DLCL, such as centroblastic, immunoblastic or anaplastic large B-Cell lymphoma. Aggressive NHLs are generally responsive to conventional cancer therapies such as chemotherapy and radiation therapy. In the 1980s, many researchers reported that some patients with diffuse, large-cell lymphoma, who had not responded to conventional chemotherapy, could be cured with high-dose chemotherapy and autologous stem cell or bone marrow transplantation. This techniques may be used to treat the cancer, because the high doses of chemotherapy can destroy the patient's bone marrow. Therefore stem cells or marrow is taken from the patient before treatment. The marrow or the stem cells are then frozen, and the patient is given high-dose chemotherapy with or without radiation therapy to treat the cancer. The marrow or the stem cells that were taken out is then thawed and given back through a needle in a vein to replace the marrow that was destroyed. This type of transplant is called an autologous transplant. If the marrow given is taken from another person, the transplant is called an allogeneic transplant.On the first decade of study into autologous transplantation for the treatment of aggressive lymphoma, the focus was on the use of this approach to rescue patients after relapse or if the disease already progressed under standard chemotherapy. These encouraging results in relapsed or progressive lymphoma led to the testing of the technique as a primary therapy for the disease. However, it was also important to identify factors that could predict outcome of the therapy for patients with aggressive lymphoma. The International Prognostic Index score (IPI) was established in 1993. This score was designed to better predict outcome of aggressive lymphoma. Based on the number of negative prognostic factors present at the time of diagnosis (age >60 years, stage III/IV disease, elevated lactate dehydrogenase [LDH] level, Eastern Cooperative Oncology Group [ECOG] performance status > 2, more than one extranodal site of disease) four outcome groups (low-risk, low-intermediate risk, high-intermediate risk and high-risk ) were identified with a 5-year overall survival ranging from 26% to 73%.

In the last few years, several randomised trials of high-dose chemotherapy (HDT) with autologous transplantation in patients with aggressive lymphoma have been reported. These studies have included incorporation of autotransplantation into the initial treatment, use of adjuvant autotransplantation in complete responders, and the use of this treatment approach in patients responding slowly or incompletely to their primary chemotherapy regimen. In this trials conflicting results of high-dose chemotherapy with autologous transplantation as part of first-line treatment have been reported. A few studies indicated a trend towards a better survival for patients with a poor prognosis according to the age-adjusted International Prognostic Index score, whereas others failed to show an advantage for primary high-dose chemotherapy. Therefore we undertook this systematic review and meta-analysis to assess the effects of such treatment on overall survival in patients with aggressive non-Hodgkin lymphoma.

The main results from this analysis are:
(i) In general, there was no evidence that HDT improves overall survival (OS) (HR 1.05; CI 0.92 to 1.19) or event free survival (EFS) (HR 0.92; CI 0.80 to 1.05).
(ii) In patients with good risk aaIPI there was some evidence for worse OS (HR 1.46; CI 1.02 to 2.09) when treated with HDT.
(iii) In contrast, there was suggestive but inconclusive evidence that poor risk patients may benefit from HDT.

Overall, with respect to the large population included in our analyses and the attempts made to minimise bias and confounding, we conclude that there is no evidence for a general benefit of the therapeutic principle of myeloablative chemotherapy followed by autologous stem cell transplantation for patients with aggressive NHL as first-line treatment based on the data presently available.

We have seen improvements for relapse free survival and complete remission rates but this was not translated into a benefit concerning the OS in the respective groups.

Most importantly, IPI low-risk patients appear to be harmed by high-dose chemotherapy in first-line treatment: patients. Furthermore with the availability of the anti-CD20 monoclonal antibody Rituximab good risk patients will have a better overall outcome after a combined conventional immunochemotherapy. However, if HDT is employed for high risk patients, there may be a benefit, but physicians should not arbitrarily employ HDT during first-line treatment. There is a strong need to treat this group of high-risk patients in large trials with harmonized procedures and definitions, which would facilitate the comparability of results, and improve the assessment of therapeutic intervention. Further research should aim at either reproducing the studies showing positive trends or applying new approaches that do not solely rely on the principle of high-dose chemotherapy with autologous transplantation.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Chimiothérapie à haute dose avec greffe autologue de cellules souches dans le traitement de première ligne de la forme agressive du lymphome non-hodgkinien (LNH) chez l'adulte

Contexte

La chimiothérapie à haute dose avec autogreffe de cellules souches (HDT) s'est révélée efficace dans le lymphome non-hodgkinien (LNH) agressif récidivant. Cependant, des résultats contradictoires de la chimiothérapie à haute dose dans le cadre du traitement de première ligne ont été rapportés dans des essais contrôlés randomisés (ECR). Nous avons effectué une revue systématique avec méta-analyse afin d'évaluer les effets de ce type de traitement.

Objectifs

Déterminer si la chimiothérapie à haute dose avec autogreffe de cellules souches dans le cadre du traitement de première ligne améliore la survie des patients atteints de lymphome non-hodgkinien agressif.

Stratégie de recherche documentaire

Des recherches ont été effectuées dans MEDLINE, EMBASE, Cancer Lit, The Cochrane Library et des bases de données plus petites, des bases de données d'essais en cours accessibles sur Internet, des actes de conférences de la société ASCO (American Society of Clinical Oncology) et de la société ASH (American Society of Hematology) jusqu'au mois de septembre 2006. Une mise à jour de la recherche dans MEDLINE et CENTRAL a été effectuée en juin 2010, aucun essai supplémentaire répondant aux critères d'inclusion n'a été identifié. Nous avons inclus des versions intégrales et des abstracts de publications et des données non publiées.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés comparant la chimiothérapie conventionnelle à la chimiothérapie à haute dose dans le traitement de première ligne des adultes atteints de lymphome non-hodgkinien agressif ont été inclus dans cette revue.

Recueil et analyse des données

L'évaluation de l'éligibilité et de la qualité méthodologique des essais, l'extraction et l'analyse des données ont été effectuées à deux reprises. Tous les auteurs ont été contactés pour obtenir les données manquantes et ont été invités à fournir les données de patients individuels.

Résultats Principaux

Quinze essais contrôlés randomisés (ECR) incluant 3 079 patients étaient éligibles à cette méta-analyse. La mortalité globale liée au traitement était de 6,0 % dans le groupe sous chimiothérapie à haute dose et n'était pas significativement différente par rapport à celle de la chimiothérapie conventionnelle (OR 1,33 [IC à 95 % 0,91 à 1,93], P = 0,14). 13 études incluant 2 018 patients ont mis en évidence des taux de réponse complète significativement plus élevés dans le groupe recevant la chimiothérapie à haute dose (OR 1,32, [IC à 95 % 1,09 à 1,59], P = 0,004). Toutefois, la chimiothérapie à haute dose n'a pas eu d'effet sur la survie globale (SG), comparée à la chimiothérapie conventionnelle. Le HR regroupé était de 1,04 ([IC à 95 % 0,91 à 1,18], P = 0,58). Il n'y avait pas d'hétérogénéité statistique entre les essais. Les analyses de sensibilité ont mis en évidence la robustesse de ces résultats. L’analyse en sous-groupes des groupes pronostiques conformément au score IPI n'a pas révélé de différence quant à la survie entre la chimiothérapie à haute dose et les témoins dans 12 essais (score IPI à risque faible et à risque faible-intermédiaire : HR 1,41 [IC à 95 % 0,95 à 2,10], P = 0,09 ; score IPI à risque élevé-intermédiaire et à risque élevé : HR 0,97 [IC à 95 % 0,83 à 1,13], P = 0,71. De même, en ce qui concerne la survie sans événement (EFS), aucune différence significative n'a été révélée entre la chimiothérapie à haute dose et les témoins (HR 0,93, [IC à 95 % 0,81 à 1,07], P = 0,31). D'autres facteurs de risque possibles tels que la proportion de patients atteints de lymphome diffus à grandes cellules, le respect du protocole, la stratégie de chimiothérapie à haute dose, le statut de réponse avant la chimiothérapie à haute dose, les schémas de conditionnement et les questions méthodologiques ont été analysés dans les analyses de sensibilité. Toutefois, il n'existait aucune preuve d'une association entre ces facteurs et les résultats de nos analyses.

Conclusions des auteurs

.
Malgré des taux de réponse complète plus élevés, il n'existe aucun effet bénéfique de la chimiothérapie à haute dose avec autogreffe de cellules souches comme traitement de première ligne chez les patients atteints de lymphome non-hodgkinien (LNH) agressif.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Chimiothérapie à haute dose avec greffe autologue de cellules souches dans le traitement de première ligne de la forme agressive du lymphome non-hodgkinien (LNH) chez l'adulte

Chimiothérapie à haute dose avec autogreffe de cellules souches dans le traitement de première ligne de la forme agressive du lymphome non-hodgkinien (LNH) chez l'adulte

Les lymphomes non-hodgkiniens (LNH) agressifs sont des formes de lymphome à croissance rapide. Le type le plus courant est le lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) mais il existe plusieurs autres sous-types de lymphome agressif et variantes de lymphome diffus à grandes cellules B, notamment le lymphome centroblastique, l'immunoblastosarcome ou le lymphome anaplasique à grandes cellules B. Les lymphomes non-hodgkiniens agressifs sont généralement sensibles aux traitements anticancéreux conventionnels tels que la chimiothérapie et la radiothérapie. Dans les années 1980, un grand nombre de chercheurs ont rapporté que certains patients atteints d'un lymphome diffus à grandes cellules, qui n'avaient pas répondu à la chimiothérapie conventionnelle, ont pu être guéris par une chimiothérapie à haute dose et une autogreffe de cellules souches ou une greffe de moelle osseuse. Ces techniques peuvent être utilisées pour traiter le cancer, parce que les hautes doses de chimiothérapie peuvent détruire la moelle osseuse du patient. C'est pourquoi on procède à des prélèvements de cellules souches ou de moelle osseuse sur le patient avant le traitement. La moelle osseuse ou les cellules souches sont ensuite congelées et le patient reçoit une chimiothérapie à haute dose avec ou sans radiothérapie pour traiter le cancer. La moelle osseuse ou les cellules souches qui ont été prélevées sont ensuite décongelées et ré-introduites à l'aide d’une aiguille dans une veine pour remplacer la moelle qui a été détruite. Ce type de greffe s'appelle la greffe autologue. Si la moelle introduite est prélevée sur une autre personne, la greffe est une greffe allogénique. Pendant la première décennie d'études consacrées à la greffe autologue pour le traitement du lymphome agressif, l'accent a été mis sur l'application de cette approche pour sauver des patients après une récidive ou si la maladie avait déjà progressé sous une chimiothérapie standard. Ces résultats encourageants concernant le lymphome progressif ou récidivant ont conduit à des tests de la technique au titre de traitement principal de la maladie. Toutefois, il était également important d'identifier les facteurs susceptibles de prédire le résultat du traitement chez des patients atteints de lymphome agressif. Le score IPI (Index pronostique international) a été établi en 1993. Ce score a été mis au point en vue de mieux prédire l'évolution du lymphome agressif. D'après le nombre de facteurs pronostiques négatifs présents au moment du diagnostic (âge > 60 ans, maladie aux stades III/IV, taux élevé de lactodéshydrogénase [LDH], indice de performance ECOG > 2 (Eastern Cooperative Oncology Group), maladie avec plusieurs sites extra-ganglionnaires), quatre groupes de résultat (à risque faible, à risque faible-intermédiaire, à risque élevé-intermédiaire et à risque élevé) ont été identifiés avec une survie globale sur 5 ans allant de 26 % à 73 %.

Au cours des quelques dernières années, plusieurs essais randomisés portant sur la chimiothérapie à haute dose avec greffe autologue chez des patients atteints de lymphome agressif ont été rapportés. Ces études ont inclus l'incorporation de l'autogreffe dans le traitement initial, l'utilisation d'une autogreffe adjuvante chez les patients à réponse complète, et l'utilisation de cette approche de traitement chez des patients ayant eu une réponse lente ou incomplète à leur premier régime de chimiothérapie. Dans ces essais, des résultats contradictoires de chimiothérapie à haute dose avec autogreffe dans le cadre d'un traitement de première ligne ont été rapportés. Quelques études ont indiqué une tendance en faveur d'une meilleure survie chez les patients ayant un mauvais pronostic selon le score IPI (Index pronostique international) adapté à l'âge, tandis que d'autres n'ont pas réussi à démontrer le moindre avantage pour la première chimiothérapie à haute dose. Nous avons donc effectué cette revue systématique avec méta-analyse afin d'évaluer les effets de ce type de traitement sur la survie globale chez des patients atteints de lymphome non-hodgkinien agressif.

Les principaux résultats de cette analyse sont les suivants :
(i) D'une manière générale, il n'existait aucune preuve que la chimiothérapie à haute dose améliore la survie globale (SG) (HR 1,05 ; IC 0,92 à 1,19) ou la survie sans événement (EFS) (HR 0,92 ; IC 0,80 à 1,05).
(ii) Chez les patients ayant un bon score aaIPI de risque (score IPI adapté à l'âge), il existait certaines preuves d'une aggravation de la survie globale (SG) (HR 1,46 ; IC 1,02 à 2,09) s'ils avaient été traités par une chimiothérapie à haute dose.
(iii) En revanche, il existait des preuves suggérant mais ne confirmant pas que les patients ayant un mauvais score de risque pourraient bénéficier de la chimiothérapie à haute dose.

Globalement, par rapport à la grande population incluse dans nos analyses et aux tentatives menées dans le but de minimiser les biais et les facteurs de confusion, nous en concluons qu'il n'existe pas de preuve d'un bénéfice général du principe thérapeutique de la chimiothérapie myéloablative suivie d'une autogreffe de cellules souches pour les patients atteints de lymphome non-hodgkinien (LNH) agressif comme traitement de première ligne d'après les données dont nous disposons à l'heure actuelle.

Nous avons constaté des améliorations des taux de survie sans rechute et de rémission complète mais elles ne se sont pas traduites en effet bénéfique concernant la survie globale (SG) dans les groupes respectifs.

Mais plus important encore, il semble que la chimiothérapie à haute dose dans le cadre du traitement de première ligne soit nocive chez les patients ayant un score IPI à risque faible : patients. En outre, grâce à la disponibilité de l'anticorps monoclonal anti-CD20, Rituximab, les patients ayant un bon score de risque auront un meilleur résultat global après une immunochimiothérapie conventionnelle combinée. Toutefois, si la chimiothérapie à haute dose est employée chez les patients à risque élevé, il peut y avoir un effet bénéfique, mais les médecins ne devraient pas employer arbitrairement la chimiothérapie à haute dose au cours du traitement de première ligne. Il existe un besoin urgent de traiter ce groupe de patients à risque élevé dans des essais à grande échelle avec des procédures et des définitions harmonisées, ce qui faciliterait la comparabilité des résultats, et améliorerait l'évaluation de l'intervention thérapeutique. Des recherches supplémentaires devraient s'intéresser soit à la reproduction des études révélant des tendances positives soit à l'application de nouvelles approches qui ne s'appuient pas exclusivement sur le principe de chimiothérapie à haute dose avec greffe autologue.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 30th January, 2013
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

高劑量化療合併自體幹細胞移植術作為成人侵犯性非何杰金氏淋巴癌的第一線治療

高劑量化療合併自體幹細胞移植術(HDT)已被證實在復發的侵犯性非何杰金氏淋巴癌有相當的療效.但是用在第一線治療的隨機控制試驗報告,結果卻不一致.我們著手於系統性的檢閱,以及透過統合分析法去評估此種治療的效果.

目標

目標:決定高劑量化療合併自體幹細胞移植術作為第一線治療,是否可改善侵犯性非何杰金氏淋巴癌病人的生存率.

搜尋策略

我們收集了醫學文獻資料庫(MEDLINE),醫藥學文獻資料庫(EMBASE),癌症醫學文獻資料庫(Cancer Lit),考科藍實證醫學資料庫(Cochrane Library),以及其他小型的資料庫,並從網路資料庫搜尋現在正在進行的臨床試驗,美國臨床腫瘤醫學會和美國血液病學會的會議記錄等.其中包含了全文和已發表及未發表資料的摘要.

選擇標準

此檢閱包含了各個隨機控制試驗,比較傳統化學治療及高劑量學治化療合併自體幹細胞移植術,作為成年人侵犯性非何杰金氏淋巴癌的第一線治療.

資料收集與分析

篩選資格品質評估,數據擷選及分析,皆接受兩次的評估.我們聯繫了所有的作者去得到遺漏的數據,並且請他們提供各個病人的相關資料.

主要結論

此統合分析共包含了十五個隨機控制試驗,總共3079個病人.所有治療相關死亡,在高劑量化學治療合併自體幹細胞移植術組裡佔6%,比較起傳統化學治療沒有顯著的差異(風險性增加0.33 ;95%信賴區間是0.91至1.93,p值是0.14).十三個研究共包含了2018位病患,顯示在高劑量化學治療合併自體幹細胞移植術組比較傳統化學治療組,前者有較高的完全緩解率(風險性增加0.32 ;95%信賴區間是1.09至1.59,p值是0.004).但是在高劑量化學治療合併自體幹細胞移植術組比較傳統化學治療組,並沒有較好的存活率.整體的危險比是1.04(95%信賴區間是0.91 至1.18,p值是0.58);這些試驗並沒有統計學上的異質性。敏感度分析強調這些結果的堅實.在十二個試驗中,利用國際預後指數(International Prognostic Index)區分預後組別,各組分別去做次群體分析;發現高劑量化學治療合併自體幹細胞移植術組及傳統化學治療組存的活率並沒有差別.低或低至中的國際預後指數的危險比是1.41(95%信賴區間是0.95到 2.10),p值是0.09.高至中或高的國際預後指數的危險比是0.97(95%信賴區間是0.83到 1.13),p值是0.71.無事件存活在兩組間也沒有顯著差異〔危險比是0.93(95%信賴區間是0.81到 1.07),p值是0.31〕.其他可能的危險因子,例如瀰漫性大細胞淋巴瘤病人佔的比例,以及是否遵照醫囑完成治療,高劑量化學治療合併自體幹細胞移植術施行的策略,給予高劑量化學治療合併自體幹細胞移植術前的治療反應,調理治療的配方及敏感度分析的方法學等,皆接受敏感度分析.然而沒有證據顯示這些因子與我們分析的結果有關聯性.

作者結論

除了較高的完全緩解之外,高劑量化療合併自體幹細胞移植術做為侵犯性非何杰金氏淋巴癌的第一線治療,並沒有好處.

翻譯人

本摘要由慈濟醫院王柔云翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

侵犯性非何杰金氏淋巴瘤是生長快速的淋巴瘤。最常見的型態是瀰漫性大細胞B細胞淋巴瘤(DLCL),但另外還有其他類侵犯性非何杰金氏淋巴瘤和變異的型瀰漫性大細胞B細胞淋巴瘤,例如中央母細胞性,免疫母細胞性或退化型大細胞B細胞淋巴瘤。侵犯性非何杰金氏淋巴癌一般對傳統癌症治療,例如化學治療及放射線治療有療效。在1980年代,許多研究發表某些對傳統化學治療沒效的瀰漫性大細胞淋巴瘤病人,或許使用高劑量化學治療合併自體幹細胞或骨髓移植治療可達治癒。因為使用高劑量的化學治療可破壞病患的骨髓,因此這種技術可治療癌症。所以在治療前須從病人取得幹細胞或骨髓。幹細胞或骨髓被冷凍後,病人需接受高劑量的化學治療或合併放射線治療之後,骨髓或是幹細胞再取出,並經靜脈注射輸回病患身上,取代被破壞的骨髓。這種移植方式稱為自體移植。如果骨髓取自其他人,則稱為異體骨髓移植。在最早期研究自體幹細胞移植術用於治療侵犯性淋巴瘤,主要著重在用於援救疾病復發,或是經標準化學治療後疾病惡化的病人。這些使用在疾病復發或是惡化淋巴瘤上令人振奮的結果,使得研究嘗試去使用在第一線治療。然而確認病人對治療的預後因子也是相當重要。1993年制定了國際預後指數(international prognostic index) 。國際預後指數設計對侵犯性淋巴瘤有較好的預後評估。基本上是計算在初診斷時負面預後因子的數目〔年齡大於60歲,第三/四期疾病,LDH升高,美國東岸癌症臨床研究合作組織(ECOG) 日常體能狀態(Performance Status scale, PS) 評估大於兩分,至少一個林巴結外病灶〕分為四個預後群組(低風險,低至中度風險,高至中度風險,高風險) (lowrisk, lowintermediate risk, highintermdiaterisk and highrisk),可得到從26%到73%的五年存活率。在最近幾年,幾個隨機臨床試驗提出,侵犯性淋巴瘤使用高劑量化學治療合併自體幹細胞移植術的報告。這些研究將自體幹細胞移植術放在前線治療,使用在完全緩解後給予輔助性自體幹細胞移植。,也使用在第一線化學治療後反應較慢或是反應不完全的病人。高劑量化學治療後加上自體幹細胞移植術用於第一線治療在這些研究得到了相衝突的結論。少數的研究指出使用年齡調整國際預後指數(ageadjusted IPI score)評估預後較差的病人,似乎比第一線高劑量化學治療有更好的存活率。因此我們試圖利用系統性回顧和統合分析,去評估這種治療方式在非何杰金氏淋巴瘤病人的整體存活率。這個分析的主要結果是:(1)整體而言,高劑量治療沒有證據顯示可提升整體存活(OS) (HR 1.05; CI 0.92 – 1.19)或無事件存活率(EFS) (HR0.92; CI0.80 – 1.05)。(2)有證據顯示年齡調整國際預後指數評估低風險的病人,使用高劑量治療有較差的存活率(HR 1.46; CI 1.02 to 2.09) 。(3)相反的,這些結果建議(非結論)高風險的病人使用高劑量治療有好處。整體而言,為減少偏差及混淆,我們所作大規模的分析,得到的結論是,依據可獲得的資料顯示,沒有證據證明骨髓清除性化學治療合併自體幹細胞移植術使用在侵犯性非何杰金氏淋巴癌第一線治療有整體的好處。我們也觀察到無復發存活和完全緩解率的改善,但這個發現無法解釋成存活率在個別的族群中皆有好處。最重要的是,國際預後指數分數為低風險的病人,在第一線給予高劑量化學治療似乎會有傷害。尤其是抗CD20單株抗體製劑 – 莫須瘤(Rituximab)合併傳統免疫化學治療(immunochemotherpy)使用在風險低的病人有較好的整體預後。然而若在高風險的病人使用高劑量治療,或許會有好處,但臨床醫師不應任意的將高劑量治療使用在第一線治療上。對於治療高風險病人,擁有調和程序及定義的大型研究,能有助於結果的對照以及改善治療方式的評估。針對重複做有正傾向的研究,或是應用在新的、不單只是依照高劑量治療合併自體幹細胞移植術原則的新方法,需要更進一步的研究。