Intervention Review

Psychosocial combined with agonist maintenance treatments versus agonist maintenance treatments alone for treatment of opioid dependence

  1. Laura Amato*,
  2. Silvia Minozzi,
  3. Marina Davoli,
  4. Simona Vecchi

Editorial Group: Cochrane Drugs and Alcohol Group

Published Online: 5 OCT 2011

Assessed as up-to-date: 31 JUL 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD004147.pub4


How to Cite

Amato L, Minozzi S, Davoli M, Vecchi S. Psychosocial combined with agonist maintenance treatments versus agonist maintenance treatments alone for treatment of opioid dependence. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 10. Art. No.: CD004147. DOI: 10.1002/14651858.CD004147.pub4.

Author Information

  1. ASL RM/E, Department of Epidemiology, Rome, Italy

*Laura Amato, Department of Epidemiology, ASL RM/E, Via di Santa Costanza, 53, Rome, 00198, Italy. amato@asplazio.it.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 5 OCT 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Maintenance treatments are effective in retaining patients in treatment and suppressing heroin use. Questions remain regarding the efficacy of additional psychosocial services.

Objectives

To evaluate the effectiveness of any psychosocial plus any agonist maintenance treatment versus standard agonist treatment for opiate dependence

Search methods

We searched the Cochrane Drugs and Alcohol Group trials register (June 2011), Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (Issue 6, 2011), PUBMED (1996 to 2011); EMBASE (January 1980 to 2011); CINAHL (January 2003 to 2011); PsycINFO (1985 to 2003) and reference list of articles.

Selection criteria

Randomised controlled trials and controlled clinical trial comparing any psychosocial plus any agonist with any agonist alone for opiate dependence.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed trial quality quality and extracted data.

Main results

35 studies, 4319 participants, were included. These studies considered thirteen different psychosocial interventions. Comparing any psychosocial plus any maintenance pharmacological treatment to standard maintenance treatment, results do not show benefit for retention in treatment, 27 studies, 3124 participants, RR 1.03 (95% CI 0.98 to 1.07), abstinence by opiate during the treatment, 8 studies, 1002 participants, RR 1.12 (95% CI 0.92 to 1.37), compliance, three studies, MD 0.43 (95% CI -0.05 to 0.92), psychiatric symptoms, 3 studies, MD 0.02 (-0.28 to 0.31), depression, 3 studies, MD -1.70 (95% CI -3.91 to 0.51) and results at the end of follow up as number of participants still in treatment, 3 studies, 250 participants, RR 0.90 (95% CI 0.77 to 1.07) and participants abstinent by opioid, 3 studies, 181 participants, RR 1.15 (95% CI 0.98 to 1.36). Comparing the different psychosocial approaches, results are never statistically significant for all the comparisons and outcomes.

Authors' conclusions

For the considered outcomes, it seems that adding any psychosocial support to standard maintenance treatments do not add additional benefits. Data do not show differences also for contingency approaches, contrary to all expectations. Duration of the studies was too short to analyse relevant outcomes such as mortality. It should be noted that the control intervention used in the studies included in the review on maintenance treatments, is a program that routinely offers counselling sessions in addition to methadone; thus the review, actually, did not evaluate the question of whether any ancillary psychosocial intervention is needed when methadone maintenance is provided, but the narrower question of whether a specific more structured intervention provides any additional benefit to a standard psychosocial support. These interventions probably can be measured and evaluated by employing diverse criteria for evaluating treatment outcomes, aimed to rigorously assess changes in emotional, interpersonal, vocational and physical health areas of life functioning.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Combined psychosocial and agonist maintenance interventions for treatment of opioid dependence

The abuse of opioid drugs and drug dependency are major health and social issues. Maintenance treatments with pharmacological agents can help to reduce the risks associated with the use of street drugs for drug addicts who are unable to abstain from drug use. Methadone is effective in retaining patients in treatment and reducing heroin use but re-addiction remains as a substantial challenge. Opiate addicts often have psychiatric problems such as anxiety and depression and may not be able to cope with stress. Psychosocial interventions including psychiatric care, psychotherapy, counselling, and social work services are commonly offered as part of the maintenance programs. Psychological support varies from structured psychotherapies such as cognitive behavioural therapy and supportive-expressive therapy to behavioural interventions and contingency management.
This review addressed whether a specific psychosocial intervention provides any additional benefit to pharmacological maintenance treatment. The control intervention was a maintenance program, which routinely offers counselling sessions in addition to pharmacological treatment. Present evidence suggests that adding psychosocial support does not change the effectiveness of retention in treatment and opiate use during treatment. Findings on retention in treatment were for 12 different psychosocial interventions including contingency management. These conclusions are based on 34 randomised trials involving 3777 opiate addicts, some 73% of whom were male. All but three studies were conducted in the USA.
The previous version of this review showed a reduction in opiate use during treatment that was no longer the case with the addition of new studies and the same is for the number of participants abstinent at the end of follow up. The psychosocial interventions are likely to require rigorous assessment of any changes in emotional, interpersonal, vocational and physical health areas of life functioning that may indirectly reduce drug use over longer periods of time.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Contexte

Les traitements d'entretien permettent de maintenir les patients sous traitement et de supprimer la consommation d'héroïne. Des questions demeurent quant à l'efficacité de services psychosociaux supplémentaires.

Objectif

Évaluer l'efficacité en pratique d'un traitement psychosocial associé à un traitement d'entretien aux agonistes par comparaison avec un traitement standard aux agonistes pour le traitement de la dépendance aux opiacés.

Stratégie de recherche

Nous avons effectué une recherche dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur les drogues et l'alcool (juin 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (numéro 6, 2011), PUBMED (1996 à 2011), EMBASE (janvier 1980 à 2011), CINAHL (janvier 2003 à 2011), PsycINFO (1985 à 2003) et les listes de références des articles.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés et essai contrôlé comparant un traitement psychosocial associé à un agoniste à un agoniste seul pour le traitement de la dépendance aux opiacés.

Collecte de données et analyse

Deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Principaux résultats

35 études, soit 4 319 participants, ont été inclus. Ces études ont examiné treize interventions psychosociales différentes. Lorsqu'on compare un traitement psychosocial associé à un traitement pharmacologique d'entretien à un traitement d'entretien standard, les résultats ne montrent aucun bénéfice pour le maintien du traitement, 27 études, 3 124 participants, risque relatif (RR) 1,03 (intervalle de confiance (IC) à 95% 0,98 à 1,07), l'abstinence d'opiacés pendant le traitement, 8 études, 1 002 participants, RR 1,12 (IC à 95% 0,92 à 1,37), l'observance, trois études, différence moyenne (DM) 0,43 (IC à 95% −0,05 à 0,92), les symptômes psychiatriques, 3 études, DM 0,02 (−0,28 à 0,31), la dépression, 3 études, DM −1,70 (IC à 95% −3,91 à 0,51) et les résultats à la fin du suivi en tant que nombre de participants toujours sous traitement, 3 études, 250 participants, RR 0,90 (IC à 95% 0,77 à 1,07) et de nombre de participants abstinents vis-à-vis des opiacés, 3 études, 181 participants, RR 1,15 (IC à 95% 0,98 à 1,36). En comparant les différentes approches psychosociales, les résultats ne sont jamais statistiquement significatifs pour toutes les comparaisons et tous les critères.

Conclusions des auteurs

Pour les critères de jugement pris en considération, il semble que l'ajout d'un soutien psychosocial à des traitements d'entretien standard ne permette pas d'obtenir de bénéfices supplémentaires. De même, les données ne font état d'aucune différence pour les approches de contingence, contrairement à toutes les attentes. La durée des études était trop courte pour pouvoir analyser les critères pertinents tels que la mortalité. Il convient de noter que l'intervention de contrôle utilisée dans les études incluses dans la revue sur les traitements d'entretien est un programme qui offre systématiquement des séances de conseil en plus de la méthadone; par conséquent, la revue, en fait, n'a pas évalué l'éventuelle nécessité d'une intervention psychosociale auxiliaire en cas de traitement d'entretien à la méthadone, mais l'éventuel bénéfice supplémentaire apporté à un soutien psychosocial standard grâce à une intervention spécifique plus structurée. Ces interventions peuvent probablement être mesurées et évaluées en utilisant divers critères destinés à évaluer avec rigueur les changements émotionnels, relationnels, professionnels et physiques du fonctionnement social afin d'évaluer les résultats thérapeutiques.

Intervention psychosociale et intervention d'entretien aux agonistes combinées pour le traitement de la dépendance aux opiacés

Traduction

Centre Cochrane Français - Novembre 2011

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Resume En Langage Simplifie

Intervention psychosociale et intervention d'entretien aux agonistes combinées pour le traitement de la dépendance aux opiacés

L'usage d'opiacés et la pharmacodépendance représentent des problèmes sanitaires et sociaux majeurs. Des traitements d'entretien avec des agents pharmacologiques peuvent contribuer à réduire les risques associés à l'usage de drogues illicites chez les toxicomanes qui ne sont pas en mesure de s'abstenir de consommer de la drogue. La méthadone permet de maintenir les patients sous traitement et de réduire leur consommation d'héroïne, mais la rechute demeure un défi considérable. Les toxicomanes aux opiacés présentent souvent des problèmes psychiatriques tels que l'anxiété et la dépression et peuvent ne pas être capables de gérer le stress. Des interventions psychosociales incluant des soins psychiatriques, une psychothérapie, des conseils et des services de travail social sont couramment proposées dans le cadre des programmes d'entretien. Le soutien psychologique englobe des psychothérapies structurées telles que la thérapie comportementale cognitive et la thérapie de soutien par l'expression en passant par les interventions comportementales et la gestion de la contingence.

Cette revue a étudié si une intervention psychosociale spécifique apportait un bénéfice supplémentaire au traitement d'entretien pharmacologique. L'intervention de contrôle était un programme d'entretien qui offre systématiquement des séances de conseil en plus d'un traitement pharmacologique. Les preuves actuelles suggèrent que l'ajout d'un soutien psychosocial ne modifie pas l'efficacité en pratique du maintien sous traitement et la consommation d'opiacés pendant le traitement. Les résultats sur le maintien sous traitement s'appliquaient à 12 interventions psychosociales différentes, dont la gestion de la contingence. Ces conclusions sont basées sur 34 essais randomisés incluant 3 777 toxicomanes aux opiacés, dont 73% environ étaient des hommes. Toutes les études, trois excepté, ont été menées aux États-Unis.

La précédente version de cette revue montrait une réduction de la consommation d'opiacés pendant le traitement, réduction qui a disparu avec l'ajout de nouvelles études; il en va de même pour ce qui est du nombre de participants abstinents à la fin du suivi. Les interventions psychosociales nécessiteront probablement une évaluation rigoureuse des changements émotionnels, relationnels, professionnels et physiques du fonctionnement social qui peuvent indirectement réduire la consommation de drogue sur de plus longues périodes de temps.