Get access

Effectiveness of brief alcohol interventions in primary care populations

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Many trials reported that brief interventions are effective in reducing excessive drinking. However, some trials have been criticised for being clinically unrepresentative and unable to inform clinical practice.

Objectives

To assess the effectiveness of brief intervention, delivered in general practice or based primary care, to reduce alcohol consumption. To assess whether outcomes differ between trials in research settings and those in routine clinical settings.

Search methods

We searched the Cochrane Drug and Alcohol Group specialised register (February 2006), MEDLINE (1966 to February 2006), EMBASE (1980 to February 2006), CINAHL (1982 to February 2006), PsycINFO (1840 to February 2006), Science Citation Index (1970 to February 2006), Social Science Citation Index (1970 to February 2006), Alcohol and Alcohol Problems Science Database (1972 to 2003), reference lists of articles.

Selection criteria

Randomised controlled trials, patients presenting to primary care not specifically for alcohol treatment; brief intervention of up to four sessions.

Data collection and analysis

Two authors independently abstracted data and assessed trial quality. Random effects meta-analyses, sub-group, sensitivity analyses, and meta-regression were conducted.

Main results

Meta-analysis of 22 RCTs (enrolling 7,619 participants) showed that participants receiving brief intervention had lower alcohol consumption than the control group after follow-up of one year or longer (mean difference: -38 grams/week, 95% CI: -54 to -23), although there was substantial heterogeneity between trials (I2 = 57%). Sub-group analysis (8 studies, 2,307 participants) confirmed the benefit of brief intervention in men (mean difference: -57 grams/week, 95% CI: -89 to -25, I2 = 56%), but not in women (mean difference: -10 grams/week, 95% CI: -48 to 29, I2 = 45%). Meta-regression showed little evidence of a greater reduction in alcohol consumption with longer treatment exposure or among trials which were less clinically representative. Extended intervention was associated with a non-significantly greater reduction in alcohol consumption than brief intervention (mean difference = -28, 95%CI: -62 to 6 grams/week, I2 = 0%)

Authors' conclusions

Overall, brief interventions lowered alcohol consumption. When data were available by gender, the effect was clear in men at one year of follow up, but not in women. Longer duration of counselling probably has little additional effect. The lack of evidence of any difference in outcomes between efficacy and effectiveness trials suggests that the current literature is relevant to routine primary care. Future trials should focus on women and on delineating the most effective components of interventions.

摘要

背景

少量酒精對人體基本保健之成效

很多試驗指出少量的攝取在降低過量飲酒方面是有成效的。然而,有些試驗已被批評不具臨床代表性且不能證實臨床實際情形。

目標

為了評估少量攝取的成效,用於一般做法或基本保健,以減少飲酒量。

搜尋策略

我們搜尋Cochrane Drug and Alcohol Group specialised register (2006 2月), MEDLINE (1966到2006 2月),EMBASE (1980 到 2006 2月),CINAHL (1982 到 2006 2月),PsycINFO (1840 到 2006 2月),Science Citation Index (1970 到 2006 2月),Social Science Citation Index (1970 到 2006 2月),Alcohol and Alcohol Problems Science Database (1972 到 2006 2月)資料庫所有相關文獻的文章。

選擇標準

隨機對照試驗(Randomised controlled trials)病人基本保健沒有明確的酒精治療,少量酒精攝取最多分為四個部分。

資料收集與分析

兩位作者獨立提取資料和質性審查。用隨機效應統合分析(Random effects metaanalyses),分組 (subgroup),敏感度分析(sensitivity analyses),和統合迴歸(metaregression)進行處理。

主要結論

22個統合分析(Metaanalysis)隨機對照試驗(共7619人參加)顯示追蹤一年或更久,參與者接受少量的攝取具有較低的飲酒量對照控制組(平均差:−38克/週,95%CI為:−54至−23),雖然有大量的異質性試驗(碘 = 57%)。分組分析(8個研究,2307人參加)證實了少量的攝取對男性有益(平均差異:−57克/週,95%CI為:−89至−25,碘 = 56%),但是在女性方面則無(平均差:−10克/週,95%CI為:−48至29日,碘 = 45%)。很少有證據顯示在長期治療或一些較不具臨床代表的試驗上,飲酒量有大幅減少情形。大量的攝取和少量攝取相較下,並無顯著的飲酒量減少(平均差 = −28,95%CI為:−62~6克/週,碘 = 0%)。

作者結論

整體來說,少量的攝取可減少飲酒量。當結果以性別來區分時,顯示出男性在追縱一年後有成效,而女性則無。長期的輔導有額外成效之可能性不大。在缺乏證據指出療效和有效性試驗間差異的情況下,顯示出目前的文獻是有關基本保健的。未來試驗應著重在女性和規劃有效成份的攝取。

翻譯人

本摘要由高雄榮民總醫院陳孟勤翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

少量攝取在基本保健是有成效的。過量的飲酒明顯導致社會問題、身體和心理方面的疾病、受傷和死亡。潛藏的影響包括暴力傾向、車禍、自殺。大部分酒精相關的傷害都源至於過量飲酒超過標準值,而非嚴重酒精依賴的問題。在1∼4個部分提供少量的攝取在基本保健上,為一個可減少酒精消耗量的方法。這方法是由健康照護工作者(像是醫生、護士、心理治療師)所提供。在一般執行上,病人例行性的被詢問有關戒酒期飲酒量,及一般性的健康檢查和健檢一部分(問卷)。當酗酒問題發生時,他們傾向於不尋求協助。他們所提供的飲酒攝取包括喝酒後的反應和傷害、顯著的高飲酒風險和對策,增強了他們戒酒的動機和計畫。藉由5∼15分鐘的標準心理師諮詢或護士以更長的時間做諮詢。在一般執行上(24個試驗)或緊急狀況下(5個試驗),總共29個來自不同國家的控制組試驗證實。此試驗中參與者為每週平均喝掉306克的酒精(超過30個標準值)。超過7000位參與者(平均年齡43歲)隨機接受少量攝取或控制干預包括只有評估的。一年或更久以後,接受少量酒精攝取的人和控制酒精攝取的人(平均相差38克/週,23∼54克的範圍)相較之下,喝較少的酒。對男性而言(70%的參與者),少量攝取的成效是有57克/週的差別(範圍25∼89克,六個試驗)。此成效在女性方面並不明顯。此少量攝取的成效在一般臨床試驗和擁有廣大資源的研究上有相同的情形。長期的輔導對於戒酒成效不大。

Résumé scientifique

Efficacité d'interventions brèves concernant la consommation d'alcool menées par les services de soins généralistes

Contexte

Plusieurs essais signalaient que des interventions brèves étaient efficaces pour réduire la consommation excessive d'alcool. Toutefois, certains d'entre eux ont été critiqués comme étant cliniquement non représentatifs et incapables d'informer la pratique clinique.

Objectifs

Évaluer l'efficacité d'une intervention brève, menée dans la pratique générale ou dans les services généralistes, à réduire la consommation d'alcool. Évaluer si les critères de jugement diffèrent entre les essais en milieu de recherche et ceux d'un milieu clinique de routine.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les drogues et l'alcool (février 2006), MEDLINE (de 1966 à février 2006), EMBASE (de 1980 à février 2006), CINAHL (de 1982 à février 2006), PsycINFO (de 1840 à février 2006), Science Citation Index (de 1970 à février 2006), Social Science Citation Index (de 1970 à février 2006), Alcohol and Alcohol Problems Science Database (de 1972 à 2003), ainsi que dans les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés concernant des patients se présentant à un service de soins généralistes pour une raison autre que le traitement de leur alcoolisme ; intervention brève composée d'une à quatre sessions.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait des données et évalué la qualité méthodologique des essais. Des méta-analyses à effets aléatoires, des analyses de sous-groupes, de sensibilité et des méta-régressions ont été réalisées.

Résultats principaux

La méta-analyse de 22 ECR (impliquant 7 619 participants) montrait que les participants bénéficiant d'une intervention brève avaient diminué leur consommation d'alcool par rapport au groupe témoin après la visite de suivi au bout d'un an, ou plus (différence moyenne : - 38 grammes/semaine, IC à 95 % : - 54 à - 23), malgré une importante hétérogénéité entre les essais (I2 = 57 %). Une analyse de sous-groupes (8 études, 2 307 participants) confirmait les effets bénéfiques d'une intervention brève menée chez les hommes (différence moyenne : - 57 grammes/semaine, IC à 95 % : - 89 à - 25, I2 = 56 %), mais pas chez les femmes (différence moyenne : - 10 grammes/semaine, IC à 95 % : - 48 à 29, I2 = 45 %). La méta-régression montrait des preuves insuffisantes concernant une diminution importante de la consommation d'alcool avec un traitement prolongé ou dans les essais qui étaient moins cliniquement représentatifs. Une intervention prolongée était associée à une diminution importante non significative de la consommation d'alcool par rapport à une intervention brève (différence moyenne = - 28, IC à 95 % : - 62 à 6 grammes/semaine, I2 = 0 %).

Conclusions des auteurs

Dans l'ensemble, les interventions brèves permettaient de réduire la consommation d'alcool. Lorsque des données étaient disponibles par sexe, les effets étaient clairs chez les hommes lors de la visite de suivi au bout d'un an, mais pas chez les femmes. La prolongation de la durée des séances n'a probablement que des effets supplémentaires moindres. Le manque de preuves signalant une différence au niveau des critères entre les essais d'efficacité réelle et potentielle suggère que la littérature actuelle est suffisamment pertinente pour la médecine généraliste de routine. D'autres essais sont nécessaires pour examiner le cas des femmes et définir les composantes des interventions les plus efficaces.

Plain language summary

Effectiveness of brief interventions in primary care populations

Excessive drinking contributes significantly to social problems, physical and psychological illness, injury and death. Hidden effects include increased levels of violence, accidents and suicide. Most alcohol-related harm is caused by excessive drinkers whose consumption exceeds recommended drinking levels, not the drinkers with severe alcohol dependency problems. One way to reduce consumption levels in a community may be to provide a brief intervention in primary care over one to four sessions. This is provided by healthcare workers such as general physicians, nurses or psychologists. In general practice, patients are routinely asked about alcohol consumption during registration, general health checks and as part of health screening (using a questionnaire). They tend not to be seeking help for alcohol problems when presenting. The intervention they are offered includes feedback on alcohol use and harms, identification of high risk situations for drinking and coping strategies, increased motivation and the development of a personal plan to reduce drinking. It takes place within the time-frame of a standard consultation, 5 to 15 minutes for a general physician, longer for a nurse.

A total of 29 controlled trials from various countries were identified, in general practice (24 trials) or an emergency setting (five trials). Participants drank an average of 306 grams of alcohol (over 30 standard drinks) per week on entry to the trial. Over 7000 participants with a mean age of 43 years were randomised to receive a brief intervention or a control intervention, including assessment only. After one year or more, people who received the brief intervention drank less alcohol than people in the control group (average difference 38 grams/week, range 23 to 54 grams). For men (some 70% of participants), the benefit of brief intervention was a difference of 57 grams/week, range 25 to 89 grams (six trials). The benefit was not clear for women. The benefits of brief intervention were similar in the normal clinical setting and in research settings with greater resources. Longer counselling had little additional benefit.

Résumé simplifié

Efficacité d'interventions brèves menées par les services de soins généralistes

La consommation excessive d'alcool contribue en grande partie à l'apparition de problèmes sociaux, de maladies physiques et psychosociales, de traumatismes et peut être une cause de décès. Des effets cachés incluent une augmentation des niveaux de violence, des accidents et des suicides. La majorité des dangers liés à l'alcool sont liés aux buveurs excessifs dont la consommation dépasse les niveaux d'alcool recommandés et non pas aux buveurs présentant une grave dépendance à l'alcool. Une méthode permettant de réduire les niveaux de consommation au sein d'une communauté peut consister en une intervention brève, d'une à quatre sessions, menée par les services de soins généralistes. Ces interventions sont prodiguées par le personnel de santé comme les médecins généralistes, les infirmières ou les psychologues. Dans la pratique générale, les patients interrogés en routine sur leur consommation d'alcool lors de leur enregistrement, de la réalisation de bilans de santé et dans le cadre d'un dépistage (à l'aide d'un questionnaire). Ils ont tendance à ne pas demander de l'aide pour résoudre leurs problèmes avec l'alcool lorsque le cas se présente. L'intervention qui leur est proposée inclut des commentaires sur leur consommation d'alcool et ses dangers, l'identification de situations à haut risque, des stratégies d'adaptation (ou de gestion), une motivation accrue et le développement d'un plan personnel pour réduire leur consommation d'alcool. Elle se déroule dans le cadre d'une consultation standard, sa durée varie entre 5 et 15 minutes pour un médecin généraliste, plus longtemps pour un infirmier.

Un total de 29 essais contrôlés, dans la pratique générale (24 essais) ou dans un service d'urgences (cinq essais), issus de différents pays, ont été identifiés. Les participants buvaient en moyenne 306 grammes d'alcool (plus de 30 verres standard) par semaine lors de leur entrée dans l'essai. Plus de 7 000 participants âgés en moyenne de 43 ans ont été randomisés à recevoir une intervention brève ou une intervention témoin, composée uniquement d'une évaluation. Après un an ou plus, les personnes ayant bénéficié d'une intervention brève consommaient moins d'alcool que les personnes du groupe témoin (différence moyenne de 38 grammes/semaine, avec une variation comprise entre 23 et 54 grammes). Chez les hommes (environ 70 % des participants), les effets bénéfiques d'une intervention brève affichaient une différence de 57 grammes/semaine, avec une variation comprise entre 25 et 89 grammes (six essais). Chez les femmes, les effets bénéfiques étaient incertains. Ils étaient similaires en milieu clinique normal ou en milieu de recherche avec davantage de ressources. Des séances de conseils plus longues n'avaient que très peu d'effets bénéfiques supplémentaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 31st August, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary