Intervention Review

You have free access to this content

Screening programmes for the early detection and prevention of oral cancer

  1. Paul Brocklehurst1,*,
  2. Omar Kujan2,3,
  3. Lucy A O'Malley4,
  4. Graham Ogden5,
  5. Simon Shepherd6,
  6. Anne-Marie Glenny7

Editorial Group: Cochrane Oral Health Group

Published Online: 19 NOV 2013

Assessed as up-to-date: 22 JUL 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD004150.pub4


How to Cite

Brocklehurst P, Kujan O, O'Malley LA, Ogden G, Shepherd S, Glenny AM. Screening programmes for the early detection and prevention of oral cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 11. Art. No.: CD004150. DOI: 10.1002/14651858.CD004150.pub4.

Author Information

  1. 1

    School of Dentistry, The University of Manchester, Manchester, UK

  2. 2

    School of Dentistry, AlBaath University, Oral Pathology and Medicine, Hama, Syrian Arab Republic

  3. 3

    Al-Farabi College, Department of Oral and Maxillofacial Sciences, School of Dentistry, Riyadh, Saudi Arabia

  4. 4

    The University of Manchester, School of Dentistry, Manchester, Greater Manchester, UK

  5. 5

    University of Dundee, Division of Oral and Maxillofacial Clinical Sciences, School of Dentistry, Dundee, Scotland, UK

  6. 6

    University of Dundee, Department of Oral Surgery & Medicine, School of Dentistry, Dundee, Scotland, UK

  7. 7

    School of Dentistry, The University of Manchester, Cochrane Oral Health Group, Manchester, UK

*Paul Brocklehurst, School of Dentistry, The University of Manchester, Coupland III Building, Oxford Road, Manchester, M13 9PL, UK. paul.brocklehurst@manchester.ac.uk. paul.r.brocklehurst@btopenworld.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 19 NOV 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Background

Oral cancer is an important global healthcare problem, its incidence is increasing and late-stage presentation is common. Screening programmes have been introduced for a number of major cancers and have proved effective in their early detection. Given the high morbidity and mortality rates associated with oral cancer, there is a need to determine the effectiveness of a screening programme for this disease, either as a targeted, opportunistic or population-based measure. Evidence exists from modelled data that a visual oral examination of high-risk individuals may be a cost-effective screening strategy and the development and use of adjunctive aids and biomarkers is becoming increasingly common.

Objectives

To assess the effectiveness of current screening methods in decreasing oral cancer mortality.

Search methods

We searched the following electronic databases: the Cochrane Oral Health Group's Trials Register (to 22 July 2013), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2013, Issue 6), MEDLINE via OVID (1946 to 22 July 2013), EMBASE via OVID (1980 to 22 July 2013) and CANCERLIT via PubMed (1950 to 22 July 2013). There were no restrictions on language in the search of the electronic databases.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) of screening for oral cancer or potentially malignant disorders using visual examination, toluidine blue, fluorescence imaging or brush biopsy.

Data collection and analysis

Two review authors screened the results of the searches against inclusion criteria, extracted data and assessed risk of bias independently and in duplicate. We used mean differences (MDs) and 95% confidence intervals (CIs) for continuous data and risk ratios (RRs) with 95% CIs for dichotomous data. Meta-analyses would have been undertaken using a random-effects model if the number of studies had exceeded a minimum of three. Study authors were contacted where possible and where deemed necessary for missing information.

Main results

A total of 3239 citations were identified through the searches. Only one RCT, with 15-year follow-up met the inclusion criteria (n = 13 clusters: 191,873 participants). There was no statistically significant difference in the oral cancer mortality rates for the screened group (15.4/100,000 person-years) and the control group (17.1/100,000 person-years), with a RR of 0.88 (95% CI 0.69 to 1.12). A 24% reduction in mortality was reported between the screening group (30/100,000 person-years) and the control group (39.0/100,000) for high-risk individuals who used tobacco or alcohol or both, which was statistically significant (RR 0.76; 95% CI 0.60 to 0.97). No statistically significant differences were found for incidence rates. A statistically significant reduction in the number of individuals diagnosed with stage III or worse oral cancer was found for those in the screening group (RR 0.81; 95% CI 0.70 to 0.93). No harms were reported. The study was assessed as at high risk of bias.

Authors' conclusions

There is evidence that a visual examination as part of a population-based screening programme reduces the mortality rate of oral cancer in high-risk individuals. In addition, there is a stage shift and improvement in survival rates across the population as a whole. However, the evidence is limited to one study, which has a high risk of bias and did not account for the effect of cluster randomisation in the analysis. There was no evidence to support the use of adjunctive technologies like toluidine blue, brush biopsy or fluorescence imaging as a screening tool to reduce oral cancer mortality. Further RCTs are recommended to assess the efficacy and cost-effectiveness of a visual examination as part of a population-based screening programme in low, middle and high-income countries.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Screening programmes for the early detection and prevention of oral cancer

Review question

This review, carried out by authors of the Cochrane Oral Health Group, was conducted to investigate the effectiveness of current screening programmes in detecting oral cancer at an early stage and whether or not they can assist in decreasing deaths due to oral cancer.

Background

Oral cancer is increasing worldwide and it is the sixth most common cancer overall. The highest rates of oral cancer occur in the most disadvantaged sections of the population. Important risk factors in the development of the disease are tobacco, alcohol, age, gender and sunlight although a role for candida (which causes thrush) and the human papillomavirus (which causes warts) has also been documented. People who are heavy drinkers and also smoke have 38 times the risk of developing oral cancer compared with people who do neither. These factors are considered to be especially important in the development of the disease in young people, a group experiencing an increasing incidence of the disease, particularly in countries with a high incidence of it.

Geographic variation in the occurrence of oral cancer around the world is wide. For example it is the most common cancer for men in India, Sri Lanka and Pakistan and 30% of all new cases of cancer in these countries is oral cancer whereas only 3% of new cases of cancer in the United Kingdom are oral cancer.

When people first seek medical help, their oral cancer is usually at a late or advanced stage and the effects of the condition as well as the treatment for it can be extremely debilitating. Death rates from oral cancer and the negative effects of the disease are high and increasing rather than declining as for other cancers such as breast and colon.

Prevention screening programmes for other cancers have proven to be effective in early detection. However, whilst there maybe advantages to screening there are disadvantages because screening has the potential to produce either false positive or false negative results. Screening can be targeted at high-risk groups, it can be opportunistic, for example when people attend health services for other reasons, or can be done by looking at statistics across the population as a whole.

The aim of preventive screening for early detection of oral cancer is to screen individuals for pre-cancerous conditions which are lesions such as leukoplakia. The most common screening method is visual inspection by a clinician but other techniques include the use of a special blue dye, the use of imaging techniques and measuring biochemical changes to normal calls.

Study characteristics

The evidence on which this review is based is up to date as of 22 July 2013. The only study included was based in rural areas of the city of Trivandrum in Kerala, India. The study included 191,873 apparently healthy adults aged 35 years or older living in 13 clusters with an average of 14,759 participants in each cluster. Screening took place in seven clusters (96,517 participants) and six clusters acted as a control (95,356 participants). Participants were excluded if they were bedridden, if they had open tuberculosis, other debilitating diseases or were already suffering from oral cancer.

Healthcare workers trained in the detection of oral lesions undertook the screening of participants and the social history of participants including use of paan, tobacco, alcohol and dietary supplements was recorded.

Key results

The review found that overall there is not enough evidence to decide whether screening by visual inspection reduces the death rate for oral cancer and there is no evidence for other screening methods. However, there is some evidence that it might help reduce death rates in patients who use tobacco and alcohol although the only included study may be affected by bias.

Quality of evidence

The evidence presented is of low quality and limited to one study assessed as at high risk of bias.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Les programmes de dépistage pour la détection précoce et la prévention du cancer buccal

Contexte

Le cancer buccal est un problème de santé important mondialement, son incidence est en augmentation et la détection en stade de développement avancé est fréquente. Les programmes de dépistage ont été introduits pour un certain nombre de cancers majeurs et se sont avérés efficaces pour la détection précoce. Compte-tenu de la morbidité et des taux de mortalité associés au cancer buccal, il est nécessaire de déterminer l'efficacité d'un programme de dépistage pour cette maladie, soit ciblé, soit opportuniste, ou comme mesure basée sur la population. Il existe des preuves issues de données modélisées qu'un examen buccal visuel des personnes à haut risque pourrait être une stratégie de dépistage rentable. De plus, le développement et l'utilisation d'aides complémentaires et de bio-marqueurs sont de plus en plus fréquents.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des méthodes de dépistage actuelles pour réduire la mortalité par cancer buccal.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu' au 22 juillet 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ( La Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 6), MEDLINE via OVID (de 1946 au 22 juillet 2013), EMBASE via OVID (de 1980 au 22 juillet 2013) et CANCERLIT via PubMed (de 1950 jusqu' au 22 juillet 2013). Aucune restriction de langue dans les recherches effectuées sur les bases de données électroniques n’a été appliquée.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés (ECR) sur le dépistage du cancer buccal ou des troubles potentiellement malins à l'aide d'un examen visuel, du bleu de toluidine, de l'imagerie fluorescence ou de la biopsie par brossage.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont passé au crible les résultats des recherches par rapport aux critères d'inclusion, extrait les données et évalué le risque de biais de manière indépendante et en double. Nous avons utilisé la différence moyenne (DM) et les intervalles de confiance (IC) à 95% pour les données continues et les risques relatifs (RR) avec IC à 95% pour les données dichotomiques. Les méta-analyses auraient été réalisées à l'aide d'un modèle à effets aléatoires si le nombre d'études dépassait un minimum de trois. Les auteurs des études ont été contactés lorsque cela était possible et jugé nécessaire pour obtenir des informations manquantes.

Résultats principaux

Un total de 3 239 références bibliographiques a été identifié par les recherches. Un seul ECR, avec un suivi sur 15 ans, remplissait les critères d'inclusion (n =13 grappes : 191 873 participants). Il n'y avait aucune différence statistiquement significative concernant le taux de mortalité par cancer buccal dans le groupe de dépistage (15,4/100,000 personne-années) et le groupe témoin (17,1/100,000 personne-années), avec un RR de 0,88 (IC à 95% de 0,69 à 1,12). 24% de réduction de la mortalité était rapportée entre le groupe de dépistage (30/100,000 personne-années) et le groupe témoin (39,0/100,000) pour les sujets à haut risque, qui consommaient du tabac ou de l'alcool ou les deux, ce qui était statistiquement significatif (RR 0,76; IC à 95% de 0,60 à 0,97). Aucune différence statistiquement significative n'a été trouvée pour les taux d'incidence. Une réduction statistiquement significative dans le nombre d'individus présentant un diagnostic de stade III ou une aggravation de cancer buccal a été trouvée chez les patients du groupe de dépistage (RR 0,81; IC à 95% de 0,70 à 0,93). Aucun préjudice n'a été signalé. L'étude a été évaluée comme présentant un risque de biais élevé.

Conclusions des auteurs

Il existe des preuves indiquant qu'un examen visuel, dans le cadre d'un programme de dépistage, réduit le taux de mortalité de cancer buccal chez les sujets à haut risque. De plus, les taux de survie à travers la population mondiale se sont améliorés. Cependant, les preuves sont limitées à une étude qui a un risque de biais élevé. Dans l'analyse, les preuves n'ont également pas pris en compte l'effet de la randomisation en groupes. Il n'y avait aucune preuve permettant de recommander l'utilisation de technologies complémentaires, telles que le bleu de toluidine, la biopsie par brossage ou l'imagerie médicale fluorescence comme outil de dépistage pour réduire la mortalité par cancer buccal. D’autres ECR sont recommandés pour évaluer l'efficacité et la rentabilité d'un examen visuel dans le cadre d'un programme de dépistage dans les pays à revenus faibles, moyens et élevés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

Les programmes de dépistage pour la détection précoce et la prévention du cancer buccal

Question

Cette revue, menée par les auteurs du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire, a été effectuée pour examiner l'efficacité des programmes actuels de dépistage dans la détection de cancer buccal à un stade précoce et s’ils peuvent ou non aider à réduire les décès dus au cancer buccal.

Contexte

Le cancer buccal est en augmentation dans le monde et il s’agit du sixième cancer le plus fréquent. Les plus fort taux de cancers buccaux surviennent dans les populations les plus défavorisées. Les facteurs de risque importants dans le développement de la maladie sont le tabac, la consommation d'alcool, l'âge, le sexe et la lumière du soleil, bien que la candidose (provoquant des mycoses) et le virus du papillome humain (provoquant des verrues) aient également été rapportés. Les personnes qui sont fumeurs et consommateurs excessifs d'alcool ont un risque38 fois supérieurs de développer un cancer buccal par rapport aux non-fumeurs ne consommant pas d’alcool. Ces facteurs sont considérés être particulièrement important chez les jeunes dans le développement de la maladie, un groupe de patients éprouvant une incidence accrue de la maladie, en particulier dans les pays à une incidence élevée du cancer buccal.

Les variations géographiques à travers le monde dans les cas de cancers buccaux sont larges. Par exemple, c’est le cancer le plus fréquent chez les hommes en Inde, au Sri Lanka et au Pakistan et 30% de tous les nouveaux cas de cancers dans ces pays sont des cancers buccaux, tandis que seulement 3% de nouveaux cas de cancers au Royaume-Uni sont des cancers buccaux.

Lors d’une première évaluation médicale, le cancer buccal est généralement à un stade avancé ou tardif. De plus, les effets de la maladie, et du traitement peuvent être extrêmement débilitants. Les taux de mortalité par cancer buccal et les effets néfastes de la maladie sont élevés et en hausse, plutôt qu’en déclin, tels que les cancers du sein et du côlon.

Les programmes de dépistages préventifs concernant d'autres cancers se sont avérés être efficaces pour la détection précoce. Cependant, alors qu'il peut être bénéfique de dépister, il existe des inconvénients, car le dépistage peut fournir de faux résultats positifs ou négatifs. Le dépistage peut cibler les groupes à haut risque, il peut être opportuniste, par exemple lorsque les personnes ont recours aux services de santé pour d'autres raisons, ou peut être réalisé en étudiant les statistiques parmi la population dans son ensemble.

L'objectif du dépistage préventif pour la détection précoce de cancer buccal est d'identifier les individus avec des pathologies précancéreuses qui sont des lésions, telles que la leucoplasie. La méthode de dépistage la plus courante est un examen visuel par un clinicien, mais d'autres techniques incluent l'utilisation d'un colorant spécial de couleur bleue, l'utilisation de techniques d'imagerie et la mesure des changements biochimiques.

Les caractéristiques de l'étude

Les preuves sur lesquelles cette revue est basée ont été mise à jour le 22 juillet 2013. La seule étude incluse a été réalisée dans des zones rurales de Trivandrum dans le Kerala, en Inde. L'étude incluait 191 873 adultes apparemment en bonne santé, âgés de 35 ans ou plus. Elle comportait 13 groupes avec une moyenne de 14 759 participants dans chaque groupe. Le dépistage s’est déroulé dans sept groupes (96 517 participants), les six autres étaient des groupes témoins (95 356 participants). Les personnes invalides, qui allaitaient, qui souffraient d’une tuberculose ouverte ou d’une autre maladie débilitante ou qui étaient déjà atteintes du cancer buccal, ont été exclues.

Les professionnels de santé, formés dans la détection de lésions orales, ont dépisté les participants. De plus, les antécédents sociaux des participants, dont la consommation de tabac, d'alcool, de noix de bétel et de compléments alimentaires ont été enregistrés.

Résultats principaux

Cette revue a constaté que, globalement, il n'existe pas suffisamment de preuves pour déterminer si le dépistage, par un examen visuel, réduit le taux de mortalité pour un cancer buccal et il n'existe pas de preuves pour d'autres méthodes de dépistage. Cependant, certaines preuves démontrent qu'il pourrait permettre de réduire les taux de mortalité chez les consommateurs de tabac et d'alcool bien que la seule étude incluse puisse être affectée par un biais.

La qualité des preuves

Les preuves présentées sont de faible qualité et limitées à une étude évaluée comme présentant un risque de biais élevé.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�, Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

口腔癌的早期偵測與預防之篩檢方案

背景

口腔癌是一個重要的全球健康問題,它的發生率正在增加當中且常見於後期才有明顯表徵的情形。篩檢方案已經導入在許多主要的癌症上,也已經證明對於癌症的早期偵測是有效的。有鑒於與口腔癌相關的高發病率與高死亡率,判斷這個疾病的篩檢方案之有效性是必要的,不論是做為一個針對特定目標的、伺機性的或以族群為基礎的量度。模型化資料中的證據顯示,口腔黏膜目視檢查對屬於高危險群的個體來說,可能是一個符合經濟效益的篩檢策略,且輔助工具與生物標記的開發及使用也變得越來越普遍。

目的

評估現行篩檢方法對於降低口腔癌死亡率的效益。

搜尋策略

我們搜尋了下列的電子資料庫:Cochrane Oral Health Group's Trials Register (至2013年7月22日)、Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2013年,Issue 6)、MEDLINE via OVID (1946年至2013年7月22日)、EMBASE via OVID (1980年至2013年7月22日)以及CANCERLIT via PubMed (1950年至2013年7月22日)等資料庫;在搜尋電子資料庫時,沒有語言上的限制。

選擇標準

以目視檢查、甲苯胺藍染色、螢光顯影或刷抹切片,進行口腔癌或潛在惡性病篩檢的隨機對照試驗(RCTs)。

資料收集與分析

兩位作者獨立且重複地篩檢搜尋與納入條件比較的結果、摘錄資料並評估偏誤風險。我們針對連續數據使用平均差(MD)與95%信賴區間(CIs),而二分資料則使用風險率比(RR)與95% CIs。如果研究數量為四個以上,統合分析可能會是以隨機效應模式進行。資訊遺漏時,在有辦法或認為必要的情況下,會連絡研究作者。

主要結果

在搜尋過程中,共找出3,239篇引文,只有一個追蹤了15年的RCT符合納入條件(n = 13個群組:191,873位受試者)。在篩檢組(15.4/100,000人-年)與對照組(17.1/100,000人-年)中,口腔癌死亡率沒有統計上的顯著差異,RR皆為0.88(95% CI 0.69至1.12)。抽菸、喝酒或兩者皆有的高危險群個體,在篩檢組(30/100,000人-年)及對照組(39.0/100,000人-年)中皆有死亡率減少24%的記錄(RR 0.76; 95% CI 0.60至0.97),這在統計上是重要的;在發生率上則沒有發現有統計上的顯著差異。在篩檢組中發現,被診斷為第三期或更嚴重的口腔癌患者人數有統計上的顯著減少(RR 0.81; 95% CI 0.70至0.93)。沒有損害的記錄,本研究被評估為高偏誤風險。

作者結論

有證據顯示,在以族群為基礎的篩檢方案中,目視檢查能降低口腔癌高危險群個體的死亡率。此外,在所有的人當中,也能轉換口腔癌的分期與改善存活率。然而,此證據只侷限於一個研究,有高偏誤風險且無法說明對於分析中以群組為單位隨機分派的影響。沒有證據支持使用像甲苯胺藍染色、刷抹切片或螢光顯影為篩檢工具的輔助技術能降低口腔癌死亡率;建議要有更進一步的RCTs,評估在低、中、高收入國家中,目視檢查在以族群為基礎的篩檢方案裡的功效與經濟效益。

譯註

翻譯者:臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)

本翻譯計畫由臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行
聯絡E-mail:cochranetaiwan@tmu.edu.tw

 

淺顯易懂的口語結論

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要
  7. 淺顯易懂的口語結論

口腔癌的早期偵測與預防之篩檢方案

文獻問題

本文獻由Cochrane Oral Health Group的作者們完成,是為了研究現行篩檢方案對早期發現口腔癌的有效性與是否能協助降低口腔癌造成的死亡而進行。

背景

口腔癌正在世界各地增加當中,且整體來說,它高居最常見癌症的第六位。在社經地位最弱勢的族群中,口腔癌的發生率為最高。形成此疾病的重要危險因子有菸、酒、年齡、性別以及陽光,然而念珠菌(導致鵝口瘡的產生)與人類乳突病毒(導致疣的產生)也曾被記載。重度酗酒且抽菸的人,罹患口腔癌的風險為不菸不酒的人的38倍。特別在發生率高的國家中,這些都被視為造成此疾病在年輕人身上(一個正在經歷口腔癌發生率增加的族群)形成的極度重要因子。

世界各地發生口腔癌的地理變異很廣,舉例來說,對印度、斯里蘭卡與巴基斯坦的男人來說,這是最常見的癌症;這些國家所有新的癌症案例中有30%是口腔癌,而在英國所有新的癌症案例中,只有3%為口腔癌。

人們首次尋求醫療協助時,他們的口腔癌通常已經是晚期或後期,此時的病況以及相應的治療可能會使患者更加虛弱。口腔癌死亡率與此疾病的負面效應高並且還在增加中,不像其他癌症(如:乳癌與結腸癌)一樣在降低當中。

其他癌症的預防篩檢方案已經證明對早期偵測是有效的。然而,雖然篩檢可能有好處但也可能有缺點,因為篩檢有產生偽陽性或偽陰性結果的潛在可能。可以針對高危險群做篩檢,也可以伺機,例如在當人們為了其他原因而使用醫療服務時執行,或者在檢視所有人的統計資料後進行篩檢。

口腔癌早期偵測的預防篩檢,目標是為了偵測出癌症前期的症狀,也就是像白斑病這樣的病灶,而做的個體篩檢。最常見的篩檢方法是由臨床醫師進行目視檢查,其他技術則包括特殊藍色染劑的使用、顯影技術的使用與測量正常細胞的生物化學變化。

研究特性

本文獻的根據為至2013年7月22日的最新證據。唯一收錄的研究之根據地,是在印度喀拉拉邦郊區的特里凡德琅市。研究包括191,873位顯然為健康、35歲或以上且居住在13個平均有14,759位受試者的群體中之成人。篩檢在7個群體中進行(96,517位受試者),有6個群體為對照組(95,356位受試者);排除久病、有開放性結核、其他會使其衰弱的疾病或已罹患口腔癌的受試者。

由接受過口腔病灶偵測訓練的健康照護工作人員來進行受試者的篩檢,且受試者的社交生活史,包括嚼檳榔、抽菸、喝酒與膳食補充品的攝取皆被記錄。

主要結論

本文發現整體來說,沒有足夠的證據判定以目視檢查做的篩檢是否能降低口腔癌死亡率,且沒有關於其他篩檢方法的證據。然而,儘管唯一收錄的研究可能受偏誤影響,在有抽菸喝酒的患者中,有些證據仍顯示它也許能幫助降低死亡率。

證據品質

提出來的證據品質為低,且受限於一個被評估為高偏誤風險的研究。

譯註

翻譯者:臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)

本翻譯計畫由臺北醫學大學考科藍臺灣研究中心(Cochrane Taiwan)、台灣實證醫學學會及東亞考科藍聯盟(EACA)統籌執行
聯絡E-mail:cochranetaiwan@tmu.edu.tw