Intervention Review

You have free access to this content

Rehabilitation following carpal tunnel release

  1. Susan Peters1,2,*,
  2. Matthew J Page3,
  3. Michel W Coppieters1,
  4. Mark Ross2,4,
  5. Venerina Johnston1

Editorial Group: Cochrane Neuromuscular Group

Published Online: 5 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 3 APR 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD004158.pub2

How to Cite

Peters S, Page MJ, Coppieters MW, Ross M, Johnston V. Rehabilitation following carpal tunnel release. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD004158. DOI: 10.1002/14651858.CD004158.pub2.

Author Information

  1. 1

    The University of Queensland, Division of Physiotherapy, School of Health and Rehabilitation Sciences, Brisbane, Queensland, Australia

  2. 2

    Brisbane Hand and Upper Limb Research Institute, Brisbane, Queensland, Australia

  3. 3

    Monash University, School of Public Health & Preventive Medicine, Melbourne, Victoria, Australia

  4. 4

    The University of Queensland, Division of Orthopaedic Surgery, School of Medicine, Brisbane, Queensland, Australia

*Susan Peters, Brisbane Hand and Upper Limb Research Institute, Level 9, 259 Wickham Terrace, Brisbane, Queensland, QLD 4000, Australia.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 5 JUN 2013




  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié


Various rehabilitation treatments may be offered following carpal tunnel syndrome (CTS) surgery. The effectiveness of these interventions remains unclear.


To review the effectiveness of rehabilitation following CTS surgery compared with no treatment, placebo, or another intervention.

Search methods

On 3 April 2012, we searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Specialized Register (3 April 2012), CENTRAL (2012, Issue 3), MEDLINE (January 1966 to March 2012), EMBASE (January 1980 to March 2012), CINAHL Plus (January 1937 to March 2012), AMED (January 1985 to April 2012), LILACS (January 1982 to March 2012), PsycINFO (January 1806 to March 2012), PEDRO (29 January 2013) and clinical trials registers (29 January 2013).

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised clinical trials that compared any postoperative rehabilitation intervention with either no intervention, placebo or another postoperative rehabilitation intervention in individuals who had undergone CTS surgery.

Data collection and analysis

Two reviewers independently selected trials for inclusion, extracted data and assessed the risk of bias according to standard Cochrane methodology.

Main results

In this review we included 20 trials with a total of 1445 participants. We studied different rehabilitation treatments including: immobilisation using a wrist orthosis, dressings, exercise, controlled cold therapy, ice therapy, multimodal hand rehabilitation, laser therapy, electrical modalities, scar desensitisation, and arnica. Three trials compared a rehabilitation treatment to a placebo comparison; three trials compared rehabilitation to a no treatment control; three trials compared rehabilitation to standard care; and 14 trials compared various rehabilitation treatments to one another.

Overall, the included studies were very low in quality. Eleven trials explicitly reported random sequence generation and, of these, three adequately concealed the allocation sequence. Four trials achieved blinding of both participants and outcome assessors. Five studies were at high risk of bias from incompleteness of outcome data at one or more time intervals. Eight trials had a high risk of selective reporting bias.

The trials were heterogenous in terms of the treatments provided, the duration of interventions, the nature and timing of outcomes measured and setting. Therefore, we were not able to pool results across trials.

Four trials reported our primary outcome, change in self reported functional ability at three months or longer. Of these, three trials provided sufficient outcome data for inclusion in this review. One small high quality trial studied a desensitisation program compared to standard treatment and revealed no statistically significant functional benefit based on the Boston Carpal Tunnel Questionnaire (BCTQ) (MD -0.03; 95% CI -0.39 to 0.33). One moderate quality trial assessed participants six months post surgery using the Disabilities of the Arm, Shoulder and Hand (DASH) questionnaire and found no significant difference between a no formal therapy group and a two-week course of multimodal therapy commenced at five to seven days post surgery (MD 1.00; 95% CI -4.44 to 6.44). One very low quality quasi-randomised trial found no statistically significant difference in function on the BCTQ at three months post surgery with early immobilisation (plaster wrist orthosis worn until suture removal) compared with a splint and late mobilisation (MD 0.39; 95% CI -0.45 to 1.23).

The differences between the treatments for the secondary outcome measures (change in self reported functional ability measured at less than three months; change in CTS symptoms; change in CTS-related impairment measures; presence of iatrogenic symptoms from surgery; return to work or occupation; and change in neurophysiological parameters) were generally small and not statistically significant. Few studies reported adverse events.

Authors' conclusions

There is limited and, in general, low quality evidence for the benefit of the reviewed interventions. People who have had CTS surgery should be informed about the limited evidence of the effectiveness of postoperative rehabilitation interventions. Until the results of more high quality trials that assess the effectiveness and safety of various rehabilitation treatments have been reported, the decision to provide rehabilitation following CTS surgery should be based on the clinician's expertise, the patient's preferences and the context of the rehabilitation environment. It is important for researchers to identify patients who respond to a certain treatment and those who do not, and to undertake high quality studies that evaluate the severity of iatrogenic symptoms from the surgery, measure function and return-to-work rates, and control for confounding variables.


Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Rehabilitation following carpal tunnel release

Carpal tunnel syndrome (CTS) is a condition in which a nerve that runs through a tunnel in the wrist is compressed. This leads to pain, numbness and tingling in the hand and sometimes into the forearm. In advanced stages, some patients experience weakness and muscle wasting in the hand. CTS is more common in women and individuals with certain risk factors, such as diabetes, obesity, arthritis, older age, working in certain occupations and having a previous wrist fracture. Many people undergo surgery to reduce the pressure on the nerve and to improve pain, sensation and hand function. Sometimes individuals receive rehabilitation following CTS surgery. Rehabilitation treatments are believed to speed up recovery and manage pain or symptoms from the surgery itself. On 3 April 2012, we searched for all relevant clinical trials in which a rehabilitation treatment was compared to another rehabilitation treatment, no treatment or placebo (sham treatment). We found 20 trials with a total of 1445 participants that assessed the benefits and harms of different rehabilitation treatments following CTS surgery. Based on these studies, we found limited and low quality evidence for the benefit of the reviewed treatments including: immobilisation with a wrist orthosis (splint), dressings used post surgery, exercise, cold and ice therapy, different types of hand rehabilitation in combination, laser therapy, electrical treatments, scar desensitisation, and arnica. Few studies reported on the safety of these treatments. More research is needed to investigate the effectiveness and safety of the various types of rehabilitation treatments available for people following CTS surgery.


Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Rééducation après une libération du canal carpien


Différents traitements de rééducation peuvent être proposés après une chirurgie du syndrome du canal carpien (SCC). L'efficacité de ces interventions demeure incertaine.


Etudier l'efficacité de la rééducation après une chirurgie du SCC par rapport à l'absence de traitement, un placebo ou une autre intervention.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires (le 03.04.12), CENTRAL (2012, numéro 3), MEDLINE (de janvier 1966 à mars 2012), EMBASE (de janvier 1980 à mars 2012), AMED (de janvier 1985 à avril 2012), CINAHL Plus (de janvier 1937 à mars 2012), LILACS (de janvier 1982 à mars 2012), PsycINFO (de janvier 1806 à mars 2012), PEDRO (le 29 janvier 2013), et les registres d'essais cliniques (le 29 janvier 2013).

Critères de sélection

Les essais randomisés ou quasi-randomisés qui comparaient une intervention de rééducation post-opératoire à l'absence d'intervention, un placebo ou une autre intervention de rééducation post-opératoire sur des individus qui avaient subi une chirurgie du SCC.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné les essais à inclure, extrait les données et évalué les risques de biais de manière indépendante, selon la méthodologie Cochrane standard.

Résultats principaux

Cette revue a identifié 20 essais totalisant 1445 participants. Nous avons étudié les différents traitements de rééducation, y compris : l'immobilisation avec une orthèse du poignet, les pansements, les exercices physiques, la cryothérapie, la rééducation multimodale de la main, la thérapie au laser, l'électrostimulation, la désensibilisation de la cicatrice et l'arnica. Trois essais comparaient un traitement de rééducation à un placebo ; trois essais comparaient la rééducation à aucun traitement témoin ; trois essais comparaient la rééducation aux soins standard ; et 14 essais comparaient les différents traitements de rééducation les uns aux autres.

Globalement, les études incluses était de très mauvaise qualité. Onze essais mentionnaient explicitement une génération de séquences aléatoire et parmi celles-ci, trois maintenaient secrète la séquence d'assignation de manière appropriée. Quatre essais ont obtenu la mise en aveugle des participants et des évaluateurs. Cinq études avaient un risque de biais élevé en raison de l'insuffisance de données à un ou plusieurs intervalles temporels. Huit essais avaient un risque élevé de biais de notification sélective.

Les essais étaient hétérogènes en termes des traitements proposés, de la durée des interventions, de la nature et de la durée des critères de jugement mesurés et de la configuration. Par conséquent, nous n'avons pas pu regrouper les résultats des essais.

Quatre essais mentionnaient notre résultat principal, à savoir un changement de la capacité fonctionnelle signalée à trois mois ou plus. Parmi eux, trois essais fournissaient des données suffisantes pour être inclus dans cette revue. Un essai de petite taille de qualité élevée étudiait un programme de désensibilisation par rapport à un traitement standard, il n'a révélé aucun bénéfice fonctionnel statistiquement significatif basé sur le questionnaire BCTQ (Boston Carpal Tunnel Questionnaire) (DM -0,03 ; IC à 95 % -0,39 à 0,33). Un essai de qualité modérée évaluait les participants six mois après leur chirurgie à l'aide du questionnaire DASH (Disability of the Arm, Shoulder and Hand), il n'a été découvert aucune différence significative entre un groupe sans traitement formel et un traitement multimodal de deux semaines entre cinq et sept jours après la chirurgie (DM 1,00 ; IC à 95 % -4,44 à 6,44). Un essai quasi-randomisé de très mauvaise qualité n'a trouvé aucune différence statistiquement significative dans la fonction sur le questionnaire BCTQ à trois mois après la chirurgie avec un immobilisation précoce (orthèse du poignet en plâtre portée jusqu'à ce que les sutures soient enlevées) par rapport à une attelle et une immobilisation tardive (DM 0,39 ; IC à 95 % -0,45 à 1,23).

Les différences entre les traitements pour les résultats secondaires (changement dans la capacité fonctionnelle signalée mesurée à moins de trois mois ; modification des symptômes du SCC ; modification des mesures de l'incapacité liée au SCC ; présence de symptômes iatrogènes provenant de la chirurgie ; retour au travail ou à son poste ; et modification des paramètres neuropsychologiques) étaient généralement restreintes et pas statistiquement significatives. Quelques études ont signalé des effets indésirables.

Conclusions des auteurs

Il existe des données limitées et généralement de mauvaise qualité sur le bénéfice des interventions examinées. Les personnes qui ont eu une chirurgie du SCC devraient être informées sur les données limitées de l'efficacité des interventions de rééducation post-opératoire. Jusqu'à ce que des résultats issus d'essais de meilleure qualité évaluant l'efficacité et l'innocuité des différents traitements de rééducation aient été signalés, la décision de proposer une rééducation après une chirurgie du SCC devra être basée sur l'expertise du clinicien, les préférences du patient et le contexte de l'environnement de rééducation. Il est essentiel pour les chercheurs d'identifier les patients qui répondent à un certain traitement et ceux qui n'y répondent pas, et d'entreprendre des études de qualité qui évaluent la gravité des symptômes iatrogènes issus de la chirurgie, les taux de fonction de mesure et de retour au travail et le contrôle des variables contaminantes.


Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Rééducation après une libération du canal carpien

Le syndrome du canal carpien (SCC) est une pathologie dans laquelle un nerf qui va jusqu'au poignet est comprimé. Cela entraîne des douleurs, un engourdissement et des picotements dans la main et parfois l'avant-bras. A un stade avancé, certains patients ressentent une faiblesse et une émaciation musculaire dans la main. Le SCC est plus courant chez les femmes et les personnes qui ont certains facteurs de risque tels que le diabète, l'obésité, l'arthrite, le vieillissement, le travail à certains postes et une fracture antérieure du poignet. De nombreuses personnes subissent une intervention chirurgicale pour diminuer la pression sur le nerf et atténuer la douleur, et améliorer les sensations et la fonction de la main. Parfois, les patients font de la rééducation après une chirurgie du SCC. Les traitements de rééducation sont sensés accélérer la récupération et traiter la douleur ou les symptômes issus de la chirurgie en elle-même. Le 3 avril 2012, nous avons effectué des recherches pour trouver tous les essais cliniques pertinents dans lesquels un traitement de rééducation était comparé à un autre traitement de rééducation, une absence de traitement ou un placebo (traitement factice). Nous avons trouvé 20 essais totalisant 1445 participants qui évaluaient les avantages et les inconvénients des différentes traitements de rééducation après une chirurgie du SCC. En nous basant sur ces études, nous avons trouvé des données limitées et de qualité modérée quant à l'avantage des traitements étudiés, comprenant : l'immobilisation avec une orthèse du poignet (attelle), les pansements utilisés après la chirurgie, les exercices physiques, la cryothérapie, les différents types de rééducation de la main en association, la thérapie au laser, les traitements électriques, la désensibilisation de la cicatrice et l'arnica. Très peu d'études mentionnaient l'innocuité de ces traitements. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour étudier l'efficacité et l'innocuité des différents types de traitements de rééducation disponibles pour les patients ayant subi une chirurgie du SCC.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 16th July, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.