Intervention Review

Exercises for mechanical neck disorders

  1. Theresa M Kay1,2,*,
  2. Anita Gross3,
  3. Charles H Goldsmith4,
  4. Sherrill Rutherford5,
  5. Sandra Voth6,
  6. Jan L Hoving7,
  7. Gert Brønfort8,
  8. Pasqualina L Santaguida9

Editorial Group: Cochrane Back Group

Published Online: 15 AUG 2012

Assessed as up-to-date: 29 MAY 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD004250.pub4


How to Cite

Kay TM, Gross A, Goldsmith CH, Rutherford S, Voth S, Hoving JL, Brønfort G, Santaguida PL. Exercises for mechanical neck disorders. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 8. Art. No.: CD004250. DOI: 10.1002/14651858.CD004250.pub4.

Author Information

  1. 1

    Women's College Hospital, Toronto, ON, Canada

  2. 2

    University of Toronto, Department of Physical Therapy, Toronto, Canada

  3. 3

    McMaster University, School of Rehabilitation Science & Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

  4. 4

    Simon Fraser University, Faculty of Health Sciences, Burnaby, BC, Canada

  5. 5

    Vancouver Island University, Nanaimo, BC, Canada

  6. 6

    Sport & Spine Physiotherapy Clinic, Lethbridge, AB, Canada

  7. 7

    Academic Medical Center, University of Amsterdam, Coronel Institute of Occupational Health and Research Center for Insurance Medicine, Amsterdam, Netherlands

  8. 8

    Northwestern Health Sciences University, Wolfe-Harris Center for Clinical Studies, Bloomington, MN, USA

  9. 9

    McMaster University, Evidence-Based Practice Centre, Hamilton, Ontario, Canada

*Theresa M Kay, theresa.m.kay@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 15 AUG 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Neck disorders are common, disabling and costly. The effectiveness of exercise as a physiotherapy intervention remains unclear.

Objectives

To improve pain, disability, function, patient satisfaction, quality of life and global perceived effect in adults with neck pain.

Search methods

Computerized searches were conducted up to February 2012.

Selection criteria

We included single therapeutic exercise randomized controlled trials for adults with neck pain with or without cervicogenic headache or radiculopathy.

Data collection and analysis

Two review authors independently conducted selection, data extraction, 'Risk of bias' assessment, and clinical relevance. The quality of the body of evidence was assessed using GRADE. Relative risk and standardized mean differences (SMD) were calculated.  After judging clinical and statistical heterogeneity, we performed meta-analyses.

Main results

Six of the 21 selected trials had low risk of bias. Moderate quality evidence shows that combined cervical, scapulothoracic stretching and strengthening are beneficial for pain relief post treatment (pooled SMD -0.35, 95% confidence interval (CI): -0.60, -0.10) and at intermediate follow-up (pooled SMD -0.31, 95% CI: -0.57, -0.06), and improved function short term and intermediate term (pooled SMD -0.45, 95% CI: -0.72, -0.18) for chronic neck pain. Moderate quality evidence demonstrates patients are very satisfied with their care when treated with therapeutic exercise. Low quality evidence shows exercise is of benefit for pain in the short term and for function up to long-term follow-up for chronic neck pain. Low to moderate quality evidence shows that chronic neck pain does not respond to upper extremity stretching and strengthening or a general exercise program.

Low to moderate quality evidence supports self-mobilization, craniocervical endurance and low load cervical-scapular endurance exercises in reducing pain, improving function and global perceived effect in the long term for subacute/chronic cervicogenic headache. Low quality evidence supports neck strengthening exercise in acute cervical radiculopathy for pain relief in the short term.

Authors' conclusions

Low to moderate quality evidence supports the use of specific cervical and scapular stretching and strengthening exercise for chronic neck pain immediately post treatment and intermediate term, and cervicogenic headaches in the long term. Low to moderate evidence suggests no benefit for some upper extremity stretching and strengthening exercises or a general exercise program.  Future trials should consider using an exercise classification system to establish similarity between protocols and adequate sample sizes. Factorial trials would help determine the active treatment agent within a treatment regimen where a standardized representation of dosage is essential. Standardized reporting of adverse events is needed for balancing the likelihood of treatment benefits over potential harms.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Exercise for Neck Pain

Neck pain is common; it can limit a person's ability to participate in normal activities and is costly.  Exercise therapy is a widely used treatment for neck pain. This review includes active exercises (including specific neck and shoulder exercises, stretching, strengthening, postural, functional, eye-fixation, and proprioception exercises) prescribed or performed in the treatment of neck pain. Studies in which exercise therapy was given as part of a multidisciplinary treatment, multimodal treatment (along with other treatments such as manipulation or ultrasound), or exercises requiring application by a trained individual (such as hold-relax techniques, rhythmic stabilization, and passive techniques) were excluded. Twenty-one trials were used to assess if exercise could help reduce neck pain; improve function, patient satisfaction and/or quality of life. In these trials exercise was compared to either a placebo treatment, or no treatment (waiting list), or exercise combined with another intervention was compared with that same intervention (which could include manipulation, education/advice, acupuncture, massage, heat or medications). Results showed that exercise is safe, with temporary and benign side effects, although almost half of the trials did not report on adverse effects. An exercise classification system was used to ensure similarity between protocols when looking at the effects of different types of exercises. Exercise did show an advantage over the other comparison groups. There appears to be a role for exercises in the treatment of chronic neck pain and cervicogenic headache if stretching and strengthening exercises are focused on the neck and shoulder blade region. There appears to be no advantage to arm stretching and strengthening exercises or a general exercise program. There were a number of challenges with this review; for example, the number of participants in most trials was small and there was limited evidence on optimum doseage requirements.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'exercice pour les troubles mécaniques cervicaux

Contexte

Les troubles du cou sont courants, invalidants et coûteux. L'efficacité de l'exercice comme intervention de physiothérapie reste incertaine.

Objectifs

Améliorer la douleur, l'invalidité, la fonction, la satisfaction des patients, leur qualité de vie et l'effet global perçu chez l'adulte souffrant de cervicalgie.

Stratégie de recherche documentaire

Des recherches informatisées ont été effectuées jusqu'en février 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés portant sur l'exercice thérapeutique seul chez des adultes souffrant de cervicalgie, avec ou sans céphalée cervicogène ou radiculopathie.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont procédé à la sélection des études, à l'extraction des données, à l'évaluation du « risque de biais » et de la pertinence clinique de façon indépendante. La qualité de l'ensemble des preuves a été évaluée au moyen de la méthode GRADE. Le risque relatif et les différences moyennes standardisées (DMS) ont été calculés. Après avoir déterminé l'hétérogénéité clinique et statistique, nous avons effectué des méta-analyses.

Résultats Principaux

Six des 21 essais sélectionnés présentaient un faible risque de biais. Des données de qualité modérée montrent que l'étirement et le renforcement cervical et scapulo-thoracique combiné est bénéfique pour le soulagement de la douleur post-traitement (DMS combinée -0,35, intervalle de confiance (IC) à 95 % : -0,60, -0,10) et lors du suivi intermédiaire (DMS combinée -0,31, IC à 95 % : -0,57, -0,06), et l'amélioration de la fonction à court terme et à moyen terme (DMS combinée -0,45, IC à 95 % : -0,72, -0,18) pour la cervicalgie chronique. Des données de qualité modérée indiquent que les patients sont très satisfaits de leurs soins lorsqu'ils sont traités par exercice thérapeutique. Des données de faible qualité indiquent que l'exercice est bénéfique pour la douleur à court terme et pour la fonction jusqu'au suivi à long terme pour la cervicalgie chronique. Des données de qualité faible à modérée indiquent que la cervicalgie chronique n'est pas sensible à l'étirement et au renforcement des extrémités supérieures ni aux programmes d'exercices généraux.

Des données de qualité faible à modérée corroborent les exercices d'auto-mobilisation, d'endurance craniocervicale et d'endurance cervico-scapulaire sous faible charge dans la réduction de la douleur, l'amélioration de la fonction et de l'effet global perçu à long terme en cas de céphalée cervicogène subaiguë/chronique. Des données de faible qualité corroborent les exercices de renforcement du cou en cas de radiculopathie cervicale aiguë pour le soulagement de la douleur à court terme.

Conclusions des auteurs

Des données de qualité faible à modérée corroborent l'utilisation d'exercices d'étirement et de renforcement cervical et scapulaire spécifiques contre la cervicalgie chronique immédiatement après le traitement et à moyen terme, et contre les céphalées cervicogènes à long terme. Des données de qualité faible à modérée semblent indiquer l'absence de bénéfice pour certains exercices d'étirement et de renforcement des extrémités supérieures ou programmes d'exercices généraux. De futurs essais devraient envisager d'utiliser un système de classification des exercices permettant d'établir des similarités entre les protocoles et les tailles d’échantillon adéquates. Les essais factoriels aideraient à déterminer l'agent de traitement actif au sein d'un régime thérapeutique où une représentation normalisée de la posologie est essentielle. La notification normalisée des événements indésirables est nécessaire pour peser les effets bénéfiques possibles et les effets indésirables éventuels du traitement.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'exercice pour les troubles mécaniques cervicaux

L'exercice pour les cervicalgies

Les cervicalgies sont courantes, elles peuvent limiter la capacité des personnes à participer à des activités normales et sont coûteuses. La thérapie d'exercice est un traitement couramment utilisé contre la cervicalgie. Cette revue comprend les exercices actifs (notamment les exercices spécifiques pour le cou et les épaules, et les exercices d'étirement, de renforcement, posturaux, fonctionnels, de fixation oculaire et de proprioception) prescrits ou réalisés dans le traitement de la cervicalgie. Les études dans lesquelles une thérapie d'exercice était donnée dans le cadre d'un traitement multidisciplinaire, d'un traitement multimodal (conjointement avec d'autres traitements tels que la manipulation ou les ultrasons), ou d'exercices nécessitant l'application par une personne formée (tels que les techniques de tenu-relâché, la stabilisation rythmique et les techniques passives) étaient exclues. Vingt-et-un essais ont été utilisés pour évaluer si l'exercice pouvait aider à réduire les cervicalgies et améliorer la fonction, la satisfaction des patients et/ou leur qualité de vie. Dans ces essais, l'exercice était comparé soit à un traitement par placebo, soit à l'absence de traitement (liste d'attente), ou bien l'exercice combiné à une autre intervention était comparé à cette même intervention (qui pouvait comprendre la manipulation, l'éducation/conseil, l'acupuncture, les massages, l'application de chaleur ou les médicaments). Les résultats montraient que l'exercice est sûr et est associé à des effets secondaires temporaires et bénins, bien que près de la moitié des essais n'aient pas rendu compte des effets indésirables. Un système de classification des exercices a été utilisé pour garantir la similarité entre les protocoles lors de l'examen des effets des différents types d'exercices. L'exercice montrait un certain avantage par rapport aux autres groupes de comparaison. Les exercices semblent pouvoir tenir un rôle dans le traitement de la cervicalgie chronique et la céphalée cervicogène si les exercices d'étirement et de renforcement se concentrent sur la région du cou et des omoplates. Les exercices d'étirement et de renforcement des bras et les programmes d'exercices généraux semblent n'offrir aucun avantage. Cette revue comportait un certain nombre de défis. Par exemple, le nombre de participants de la plupart des essais était petit et il n'existait pas beaucoup de données sur les besoins posologiques optimaux.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 13th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français