Get access

Physiotherapy interventions for shoulder pain

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Sally Green,

    Corresponding author
    1. Monash University, School of Public Health & Preventive Medicine, Melbourne, Victoria, Australia
    • Sally Green, School of Public Health & Preventive Medicine, Monash University, The Alfred Centre, 99 Commercial Road, Melbourne, Victoria, 3004, Australia. sally.green@monash.edu.

    Search for more papers by this author
  • Rachelle Buchbinder,

    1. Department of Epidemiology and Preventive Medicine, School of Public Health and Preventive Medicine, Monash University, Monash Department of Clinical Epidemiology at Cabrini Hospital, Malvern, Victoria, Australia
    Search for more papers by this author
  • Sarah E Hetrick

    1. University of Melbourne, Orygen Youth Health Research Centre, Centre for Youth Mental Health, Melbourne, Victoria, Australia
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

The prevalence of shoulder disorders has been reported to range from seven to 36% of the population (Lundberg 1969) accounting for 1.2% of all General Practitioner encounters in Australia (Bridges Webb 1992). Substantial disability and significant morbidity can result from shoulder disorders. While many treatments have been employed in the treatment of shoulder disorders, few have been proven in randomised controlled trials. Physiotherapy is often the first line of management for shoulder pain and to date its efficacy has not been established. This review is one in a series of reviews of varying interventions for shoulder disorders, updated from an earlier Cochrane review of all interventions for shoulder disorder.

Objectives

To determine the efficacy of physiotherapy interventions for disorders resulting in pain, stiffness and/or disability of the shoulder.

Search methods

MEDLINE, EMBASE, the Cochrane Clinical Trials Regiter and CINAHL were searched 1966 to June 2002. The Cochrane Musculoskeletal Review Group's search strategy was used and key words gained from previous reviews and all relevant articles were used as text terms in the search.

Selection criteria

Each identified study was assessed for possible inclusion by two independent reviewers. The determinants for inclusion were that the trial be of an intervention generally delivered by a physiotherapist, that treatment allocation was randomised; and that the study population be suffering from a shoulder disorder, excluding trauma and systemic inflammatory diseases such as rheumatoid arthritis.

Data collection and analysis

The methodological quality of the included trials was assessed by two independent reviewers according to a list of predetermined criteria, which were based on the PEDro scale specifically designed for the assessment of validity of trials of physiotherapy interventions. Outcome data was extracted and entered into Revman 4.1. Means and standard deviations for continuous outcomes and number of events for binary outcomes were extracted where available from the published reports. All standard errors of the mean were converted to standard deviation. For trials where the required data was not reported or not able to be calculated, further details were requested from first authors. If no further details were provided, the trial was included in the review and fully described, but not included in the meta-analysis. Results were presented for each diagnostic sub group (rotator cuff disease, adhesive capsulitis, anterior instability etc) and, where possible, combined in meta-analysis to give a treatment effect across all trials.

Main results

Twenty six trials met inclusion criteria. Methodological quality was variable and trial populations were generally small (median sample size = 48, range 14 to 180). Exercise was demonstrated to be effective in terms of short term recovery in rotator cuff disease (RR 7.74 (1.97, 30.32), and longer term benefit with respect to function (RR 2.45 (1.24, 4.86). Combining mobilisation with exercise resulted in additional benefit when compared to exercise alone for rotator cuff disease. Laser therapy was demonstrated to be more effective than placebo for adhesive capsulitis (RR 8, 95%CI 2.11 to 30.34) but not for supraspinatus tendinitis (RR 2, 95%CI 0.98 to 4.09). Both ultrasound and pulsed electromagnetic field therapy resulted in improvement compared to placebo in pain in calcific tendinitis (RR 1.81 (1.26, 2.60) and RR 19 (1.16, 12.43) respectively). There is no evidence of the effect of ultrasound in shoulder pain (mixed diagnosis), adhesive capsulitis or rotator cuff tendinitis. When compared to exercises, ultrasound is of no additional benefit over and above exercise alone. There is some evidence that for rotator cuff disease, corticosteroid injections are superior to physiotherapy and no evidence that physiotherapy alone is of benefit for adhesive capsulitis

Authors' conclusions

The small sample sizes, variable methodological quality and heterogeneity in terms of population studied, physiotherapy intervention employed and length of follow up of randomised controlled trials of physiotherapy interventions results in little overall evidence to guide treatment. There is evidence to support the use of some interventions in specific and circumscribed cases. There is a need for trials of physiotherapy interventions for specific clinical conditions associated with shoulder pain, for shoulder pain where combinations of physiotherapy interventions, as well as, physiotherapy interventions as an adjunct to other, non physiotherapy interventions are compared. This is more reflective of current clinical practice. Trials should be adequately powered and address key methodological criteria such as allocation concealment and blinding of outcome assessor.

Résumé scientifique

Physiothérapies pour les douleurs d'épaule

Contexte

Les problèmes d'épaule toucheraient entre 7 et 36% de la population (Lundberg 1969) et représenteraient 1,2% de toutes les visites chez un médecin généraliste en Australie (Bridges Webb 1992). Les problèmes d'épaule peuvent entraîner un handicap substantiel et une morbidité significative. Bien que de nombreux traitements aient été utilisés pour les problèmes d'épaule, peu ont été validés au moyen d'essais contrôlés randomisés. La physiothérapie est souvent utilisée comme traitement de première intention pour les douleurs d'épaule, mais son efficacité n'a pas encore été établie. Cette revue fait partie d'une série de revues portant sur différents traitements des problèmes d'épaule et constitue une mise à jour d'une revue Cochrane précédente portant sur tous les traitements applicables aux problèmes d'épaule.

Objectifs

Déterminer l'efficacité des physiothérapies pour les problèmes d'épaule entraînant des douleurs, une raideur et/ou un handicap.

Stratégie de recherche documentaire

MEDLINE, EMBASE, le registre Cochrane des essais cliniques et CINAHL ont été consultés de 1966 à juin 2002. La stratégie de recherche documentaire du groupe de revue Cochrane sur les troubles musculo-squelettiques a été utilisée et les mots clés issus de revues précédentes et de tous les articles pertinents ont été utilisés comme termes de recherche.

Critères de sélection

Chaque étude identifiée a été évaluée par deux évaluateurs indépendants pour décider de son éventuelle inclusion. Les éléments déterminants pour l'inclusion étaient que l'essai devait évaluer une intervention délivrée par un physiothérapeute, que l'assignation du traitement était randomisés; et que la population étudiée souffrait d'un trouble de l'épaule, à l'exclusion des patients traumatisés ou souffrant de maladies inflammatoires systémiques tels que la polyarthrite rhumatoïde.

Recueil et analyse des données

La qualité méthodologique des essais inclus a été évaluée par deux évaluateurs indépendants sur la base d'une liste de critères prédéterminés, qui reposaient sur l'échelle PEDro spécifiquement conçue pour l'évaluation de la validité des essais portant sur les physiothérapies. Les données de résultats ont été extraites et saisies dans Revman 4.1. Les moyennes et les écarts types pour les résultats continus; le nombre d'événements pour les résultats binaires ont été extraits lorsqu' ils étaient disponibles dans les rapports publiés. Toutes les erreurs standards ont été converties en écart type. Pour les essais ne rapportant pas les données nécessaires ou pour lesquels ces données ne pouvaient pas être calculées, des informations supplémentaires ont été demandées aux auteurs originaux. Si aucune information supplémentaire nétait fournie par ceux-ci, l'essai était inclus dans la revue et bien décrits, mais pas inclus dans la méta-analyse. Les résultats ont été présentés pour chaque sous-groupe de diagnostic (maladie de la coiffe des rotateurs, capsulite rétractile, instabilité antérieure, etc.

Résultats principaux

Vingt-six essais étaient conformes aux critères d'inclusion. La qualité méthodologique était variable et les populations étudiées étaient généralement de petite taille (taille moyenne de l'échantillon =48, de 14 à 180). L'exercice sest avéré efficace en termes de rétablissement à court terme pour la maladie de la coiffe des rotateurs (RR de 7,74 (1,97- 30,32)) et de bénéfice à plus long terme en matière de capacités fonctionnelles (RR de 2,45 (1,24-4,86)). Une mobilisation associée à de l'exercice offrait un bénéfice supplémentaire par rapport à l'exercice seul pour la maladie de la coiffe des rotateurs. La thérapie laser était plus efficace que le placebo pour la capsulite rétractile (RR de 8, IC à 95% 2,11 à jour), mais pas pour la tendinite supraspinatus (RR de 2, IC à 95% 0,98 à 4,09). L'ultrasonothérapie et le traitement par champs électromagnétiques pulsés entraînaient une amélioration de la douleur par rapport au placebo pour la tendinite calcifiante (RR de 1,81 (1,26 - 2,60) et de 19 (RR 1,16 - 12,43) respectivement). Il n'existe pas de preuve de l'effet des ultrasons sur les douleurs d'épaule (diagnostic mixte), la capsulite rétractive ou la tendinite de la coiffe des rotateurs. Aucun bénéfice supplémentaire n'est observé pour les ultrasons par rapport aux exercices seuls. Certaines preuves indiquent que les injections de corticostéroïdes sont supérieures à la physiothérapie pour la maladie de la coiffe des rotateurs, mais aucune preuve n'indique que la physiothérapie seule offre un bénéfice pour la capsulite rétractive.

Conclusions des auteurs

Les tailles d'échantillon insuffisantes, la qualité méthodologique variable et l'hétérogénéité de la population étudiée, des physiothérapies employées et de la durée du suivi des essais contrôlés randomisés portant sur les physiothérapies n'apportent, dans l'ensemble, que peu de preuves susceptibles d'orienter le traitement. Des preuves confirment l'efficacité de certains traitements dans certains cas spécifiques et limités. Des essais portant sur des physiothérapies pour des états cliniques spécifiquement associés à des douleurs d'épaule, et comparant différentes physiothérapies ainsi que des physiothérapies associées à d'autres traitements sont nécessaires. Ces situations sont davantage représentatives des pratiques cliniques actuelles. Les essais devraient présenter une puissance statistique appropriée et utiliser des critères méthodologiques clés tels que l'assignation secrète et l'assignation en aveugle de l'évaluateur des résultats.

Plain language summary

Some physiotherapy interventions are effective for shoulder pain in some cases.

There is a high prevalence of shoulder disorders in the community. Shoulder disorders can result in considerable pain and disability. Physiotherapy is often the first line of treatment for shoulder disorder. Twenty-six trials presented sufficient data to be included in meta-analysis. There is some evidence from methodologically weak trials to indicate that some physiotherapy interventions are effective for some specific shoulder disorders. The results overall provide little evidence to guide treatment. There is a clear need for further high quality trials of physiotherapy interventions, including trials using combinations of modalities, in the treatment of shoulder disorders.

Résumé simplifié

Dans certains cas, certaines physiothérapies sont efficaces pour réduire les douleurs d'épaule.

La prévalence des problèmes d'épaule est élevée au sein de la population. Les problèmes d'épaule peuvent entraîner des douleurs et un handicap considérables. La physiothérapie est souvent utilisée comme traitement de première intention pour les problèmes d'épaule. Vingt-six essais présentaient des données suffisantes pour être inclus dans une méta-analyse. Des preuves issues d'essais présentant une qualité méthodologique insuffisante montrent que certaines physiothérapies sont efficaces pour certains problèmes d'épaule spécifiques. Dans l'ensemble, les résultats apportent peu de preuves susceptibles d'orienter le traitement. D'autres essais de haute qualité portant sur les physiothérapies dans ces indications, sont nécessaires, notamment des essais combinant différentes modalités de traitement des problèmes d'épaule.

Notes de traduction

Depuis la revue originale, qui portait sur tous les traitements utilisés pour les douleurs d'épaule, de nombreux essais cliniques portant sur divers traitements ont été effectués. En vue de sa mise à jour, cette revue a été subdivisée en une série de revues étudiant les preuves de l'efficacité des traitements individuels. Cette revue a également été élargie pour inclure tous les essais cliniques randomisés ou pseudo-aléatoires, que l'évaluation des résultats ait été ou non assignée en aveugle.

Cette revue sera divisée en revues distinctes sur la mise à jour: traitements physiques pour les douleurs d'épaule dû à une capsulite rétractile (épaule gelée); traitements physiques pour la douleur d'épaule due à la coiffe des rotateurs; électrothérapie pour les douleurs d'épaule dû à la capsulite rétractile (épaule gelée); et les modalités délectrothérapie pour les douleurs d'épaule dû à des troubles de la coiffe des rotateurs. Les physiothérapies applicables aux douleurs d'épaule seront extraites des publications de la Bibliothèque Cochrane lorsque les nouvelles revues auront été publiées.

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

எளியமொழிச் சுருக்கம்

சில இயன்முறைமருத்துவ தலையிடுகள், சில தோள்பட்டை வலிக்கு நற்பலன்களை தருகின்றன.

தோள்பட்டை அசௌக்கியம் சமூகத்தில் அதிக அளவில் பொதுவாக வியாபித்து இருக்கிறது. தோள்பட்டை அசௌக்கியத்தால் குறிப்பிடத்தக்கவலி மற்றும் இயலாமை ஏற்படலாம் பெரும்பாலும் இயன்முறை மருத்துவம் தோள்பட்டை அசௌக்கியத்திற்கு முதன்நிலை மருத்துவமாக உள்ளது மெட்டா -பகுப்பில் (meta-analysis) சேர்ப்பதற்கு இருபத்து ஆறு (இருபத்தாறு)ஆராய்ச்சிகளில் போதுமான தரவுகள் இருக்கின்றன. சில சான்றுகள், வழிமுறைகளில் பலவீனமான ஆராய்ச்சிகளிலிருந்து, சில இயன்முறைமருத்துவ தலையிடுகள், சில குறிப்பிட்ட தோள்பட்டை அசௌக்கியத்திற்கு நற்பலன்களை தருவதாக உள்ளன என காண்கிறது. மொத்தத்தில் சில சான்றுகள் மட்டுமே தோள்பட்டை அசௌக்கியத்திற்க்கான இயன்முறை மருத்துவ தலையிட்டிற்கு வழிகாட்டுகின்றன. தோள்பட்டை அசௌக்கியத்திற்கு இயன்முறை மருத்துவ தலையிடும் மற்றும் இயன்முறை மருத்துவ கூட்டு உள்ளிட்ட தலையிடுகளுக்கும் தெளிவான உயர்தர ஆராய்ச்சிகள் தேவை உள்ளது.

மொழிபெயர்ப்பு குறிப்புகள்

மொழிபெயர்ப்பு: கா.அழகு மூர்த்தி மற்றும் சி.இ. பி.என்.அர் குழு

Ancillary