Intervention Review

Steroid hormones for contraception in men

  1. David A Grimes1,*,
  2. Laureen M Lopez2,
  3. Maria F Gallo3,
  4. Vera Halpern2,
  5. Kavita Nanda4,
  6. Kenneth F Schulz5

Editorial Group: Cochrane Fertility Regulation Group

Published Online: 14 MAR 2012

Assessed as up-to-date: 7 FEB 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD004316.pub4


How to Cite

Grimes DA, Lopez LM, Gallo MF, Halpern V, Nanda K, Schulz KF. Steroid hormones for contraception in men. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 3. Art. No.: CD004316. DOI: 10.1002/14651858.CD004316.pub4.

Author Information

  1. 1

    University of North Carolina School of Medicine, Obstetrics and Gynecology, Chapel Hill, North Carolina, USA

  2. 2

    FHI 360, Clinical Sciences, Research Triangle Park, North Carolina, USA

  3. 3

    Centers for Disease Control and Prevention, Division of Reproductive Health, Atlanta, Georgia, USA

  4. 4

    FHI, Clinical Sciences, Research Triangle Park, North Carolina, USA

  5. 5

    FHI 360 and UNC School of Medicine, Quantitative Sciences, Research Triangle Park, North Carolina, USA

*David A Grimes, Obstetrics and Gynecology, University of North Carolina School of Medicine, CB #7570, Chapel Hill, North Carolina, 27599-7570, USA. david_grimes@med.unc.edu.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 14 MAR 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Background

Male hormonal contraception has been an elusive goal. Administration of sex steroids to men can shut off sperm production through effects on the pituitary and hypothalamus. However, this approach also decreases production of testosterone, so 'add-back' therapy is needed.

Objectives

To summarize all randomized controlled trials (RCTs) of male hormonal contraception.

Search methods

In January and February 2012, we searched the computerized databases CENTRAL, MEDLINE, POPLINE, and LILACS. We also searched for recent trials in ClinicalTrials.gov and ICTRP. Previous searches included EMBASE. We wrote to authors of identified trials to seek additional unpublished or published trials.

Selection criteria

We included all RCTs that compared a steroid hormone with another contraceptive. We excluded non-steroidal male contraceptives, such as gossypol. We included both placebo and active-regimen control groups.

Data collection and analysis

The primary outcome measure was the absence of spermatozoa on semen examination, often called azoospermia. Data were insufficient to examine pregnancy rates and side effects.

Main results

We found 33 trials that met our inclusion criteria. The proportion of men who reportedly achieved azoospermia or had no detectable sperm varied widely. A few important differences emerged. 1) Levonorgestrel implants (160 μg daily) combined with injectable testosterone enanthate (TE) were more effective than levonorgestrel 125 µg daily combined with testosterone patches. 2) Levonorgestrel 500 μg daily improved the effectiveness of TE 100 mg injected weekly. 3) Levonorgestrel 250 μg daily improved the effectiveness of testosterone undecanoate (TU) 1000 mg injection plus TU 500 mg injected at 6 and 12 weeks. 4) Desogestrel 150 μg was less effective than desogestrel 300 μg (with testosterone pellets). 5) TU 500 mg was less likely to produce azoospermia than TU 1000 mg (with levonorgestrel implants). 6) Norethisterone enanthate 200 mg with TU 1000 mg led to more azoospermia when given every 8 weeks versus 12 weeks. 7) Four implants of 7-alpha-methyl-19-nortestosterone (MENT) were more effective than two MENT implants. We did not conduct any meta-analysis due to intervention differences.

Several trials showed promising efficacy in percentages with azoospermia. Three examined desogestrel and testosterone preparations or etonogestrel and testosterone, and two examined levonorgestrel and testosterone.

Authors' conclusions

No male hormonal contraceptive is ready for clinical use. Most trials were small exploratory studies. Their power to detect important differences was limited and their results imprecise. In addition, assessment of azoospermia can vary by sensitivity of the method used. Future trials need more attention to the methodological requirements for RCTs. More trials with adequate power would also be helpful.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Hormones for contraception (birth control) in men

Researchers have tried to develop contraceptives for men that would be like birth control pills for women. Hormone birth control for men has been hard to achieve. Giving sex hormones to men can lower the sperm produced. However, this approach also lowers the male hormone testosterone in the body, so some testosterone has to be 'added back.' This review looks at the randomized controlled trials of giving hormones to men to prevent their sexual partners from becoming pregnant.

In January and February 2012, we did a computer search for studies of hormones tested for contraception in men. We also looked at reference lists of articles. We considered randomized controlled trials in any language. We wrote to trial authors to find other studies we may have missed.

We found 33 studies. The focus of the trials was having no sperm found in semen. The percent of men who achieved no sperm varied widely. We found a few major differences and list them here. 1) Implants plus injected testosterone worked better than a pill plus testosterone patch. 2) Adding a hormone pill improved the effect of testosterone injected weekly. 3) A hormone pill also improved the effect of a testosterone injection with more injections at 6 and 12 weeks. 4) A lower dose pill did not work as well as a higher dose when testosterone was put under the skin (implant). 5) When used with implants, a lower dose of injected testosterone led to no sperm more often than a higher dose. 6) An injected hormone plus injected testosterone led to no sperm more often when given every 8 weeks versus 12 weeks. 7) Four implants of a male hormone worked better than two implants.

Several trials showed good results for the percent with no sperm. Five trials studied testosterone and another hormone. The other hormones were desogestrel, etonogestrel, and levonorgestrel.

No hormonal birth control for men is ready for general use. Most trials were small pilot studies trying out different hormone treatments. Larger trials with better methods are needed to test good leads in this area.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Hormones stéroïdes pour la contraception masculine

Contexte

La contraception hormonale masculine est un objectif difficile à atteindre. L'administration de stéroïdes sexuels aux hommes peut stopper la production de spermatozoïdes par des effets sur l'hypophyse et l'hypothalamus. Cependant, cette approche diminue également la production de testostérone, un traitement substitutif est donc nécessaire.

Objectifs

Résumer tous les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur la contraception hormonale masculine.

Stratégie de recherche documentaire

En janvier et février 2012, nous avons effectué des recherches dans les bases de données informatisées de CENTRAL, MEDLINE, POPLINE et LILACS. Nous avons également recherché des essais récents dans ClinicalTrials.gov et ICTRP. De précédentes recherches incluaient EMBASE. Nous avons écrit aux auteurs des essais identifiés pour obtenir des essais supplémentaires publiés ou non publiés.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les ECR qui comparaient une hormone stéroïde à un autre contraceptif. Nous avons exclu les contraceptifs masculins non stéroïdiens, tels que le gossypol. Nous avons inclus à la fois les groupes témoins sous placebo et sous traitement actif.

Recueil et analyse des données

La mesure de critère de jugement principal était l'absence de spermatozoïdes à l'examen du sperme, souvent appelée l'azoospermie. Les données étaient insuffisantes pour examiner les taux de grossesse et les effets secondaires.

Résultats principaux

Nous avons trouvé 33 essais qui répondaient à nos critères d'inclusion. La proportion d'hommes qui auraient atteint une azoospermie ou ne présenteraient pas de spermatozoïdes détectables était très variable. Quelques différences importantes sont apparues. 1) Les implants de lévonorgestrel (160 μg par jour) combinés à de l'énanthate de testostérone (ET) injectable ont été plus efficaces que le lévonorgestrel à 125 µg par jour combiné à des patchs de testostérone. 2) Le lévonorgestrel à 500 μg par jour a amélioré l'efficacité de l'ET à 100 mg injecté une fois par semaine. 3) Le lévonorgestrel à 250 μg par jour a amélioré l'efficacité de l'injection d'undécanoate de testostérone (UT) à 1 000 mg avec injection d'UT à 500 mg à 6 et 12 semaines. 4) Le désogestrel à 150 μg a été moins efficace que le désogestrel à 300 μg (avec pastilles de testostérone). 5) L'UT à 500 mg avait moins de chances de produire une azoospermie que l'UT à 1 000 mg (avec des implants de lévonorgestrel). 6) L'énanthate de noréthistérone à 200 mg avec de l'UT à 1 000 mg a conduit à une plus grande azoospermie lors d'une administration toutes les 8 semaines versus 12 semaines. 7) Quatre implants de 7-alpha-méthyl-19-nortestostérone (MENT) ont été plus efficaces que deux implants de MENT. Nous n'avons mené aucune méta-analyse en raison de différences d'intervention.

Plusieurs essais ont montré une efficacité prometteuse en termes de pourcentage avec azoospermie. Trois ont examiné des préparations de désogestrel et de testostérone ou l'étonogestrel et la testostérone, et deux ont examiné le lévonorgestrel et la testostérone.

Conclusions des auteurs

Aucune contraception hormonale masculine n'est prête pour un usage clinique. La plupart des essais étaient des études exploratoires de petite taille. Leur puissance de détection des différences importantes était limitée et leurs résultats étaient imprécis. De plus, l'évaluation de l'azoospermie peut varier en fonction de la sensibilité de la méthode utilisée. Les essais futurs doivent se concentrer davantage sur les exigences méthodologiques des ECR. Des essais supplémentaires avec une puissance adéquate seraient également utiles.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Les hormones pour la contraception (contrôle des naissances) masculine

Les chercheurs ont essayé de mettre au point des contraceptifs pour les hommes qui ressembleraient aux pilules contraceptives pour les femmes. La contraception hormonale pour les hommes est difficile à obtenir. L'administration d'hormones sexuelles aux hommes peut diminuer la quantité de spermatozoïdes produite. Cependant, cette approche diminue également la testostérone, l'hormone mâle, dans l'organisme ; de la testostérone doit donc être « rajoutée ». Cette revue examine les essais contrôlés randomisés portant sur l'administration d'hormones à des hommes afin d'empêcher leurs partenaires sexuelles de tomber enceintes.

En janvier et février 2012, nous avons effectué une recherche informatisée pour trouver des études portant sur des hormones testées pour la contraception masculine. Nous avons également effectué des recherches dans des bibliographies d'articles. Nous avons pris en compte les essais contrôlés randomisés dans toutes les langues. Nous avons écrit aux auteurs des essais pour trouver d'autres études que nous aurions pu manquer.

Nous avons trouvé 33 études. Les essais avaient pour objectif l'absence de spermatozoïdes observés dans le sperme. Le pourcentage d'hommes qui ont atteint une absence de spermatozoïdes a été très variable. Nous avons trouvé quelques différences importantes et les énumérons ci-dessous. 1) Les implants avec injection de testostérone ont mieux fonctionné qu'une pilule avec un patch à la testostérone. 2) L'ajout d'une pilule hormonale a amélioré l'effet de l'injection hebdomadaire de testostérone. 3) Une pilule hormonale a également amélioré l'effet d'une injection de testostérone avec d'autres injections à 6 et 12 semaines. 4) Une pilule à plus faible dose n'a pas fonctionné aussi bien qu'une dose plus élevée lorsque la testostérone était placée sous la peau (implant). 5) Dans le cas d'un usage avec des implants, une dose plus faible de testostérone injectée n'a pas conduit à une absence de spermatozoïdes plus fréquemment qu'une dose plus élevée. 6) Une injection d'hormone avec injection de testostérone a plus fréquemment conduit à une absence de spermatozoïdes lors d'une administration toutes les 8 semaines versus 12 semaines. 7) Quatre implants d'hormone mâle ont mieux fonctionné que deux implants.

Plusieurs essais ont montré de bons résultats en termes de pourcentage sans spermatozoïdes. Cinq essais étudiaient la testostérone et une autre hormone. Les autres hormones étaient le désogestrel, l'étonogestrel et le lévonorgestrel.

Aucune contraception hormonale masculine n'est prête pour un usage généralisé. La plupart des essais étaient des études pilotes à petite échelle testant différents traitements hormonaux. Des essais de plus grande taille avec de meilleures méthodes sont nécessaires pour tester les pistes intéressantes dans ce domaine.

Notes de traduction

Notre revue initiale de 2004 n'a pas permis d'identifier un essai contrôlé randomisé important (Kinniburgh 2002). Cela est dû au fait que le rapport publié ne respectait pas les directives CONSORT. Le terme « randomisé » n'apparaissait pas dans le titre ni dans le résumé et le rapport n'a donc pas été trouvé au cours des recherches informatisées.

Traduit par: French Cochrane Centre 18th May, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

Laički sažetak

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Muška kontracepcija hormonima

Istraživači pokušavaju razviti kontracepciju za muškarce koja bi bila slična kontraceptivnim tabletama u žena. Međutim, osmišljavanje učinkovite hormonske kontracepcije u muškaraca pokazalo se kao težak zadatak. Primjena spolnih hormona u muškaraca može uzrokovati smanjenu kvalitetu sperme. Također utječe na sniženje muškog spolnog hormona testosterona, koji se onda mora malo popraviti. U ovom Cochrane sustavnom pregledu su obuhvaćeni rezultati o primjeni hormona u muškaraca u svrhu sprječavanja neželjene trudnoće.

U siječnju i veljači 2012. godine provedeno je elektroničko pretraživanje studija koje su ispitivale hormone u muškoj kontracepciji. Također je pretražena i literatura korištena u tim studijama. U razmatranje su uzete sve kontrolirane studije bez obzira na jezik na kojem su napisane. Kontaktirani su autori u svezi ostalih studija koje nisu nađene pretraživanjem.

Pronađene su 33 studije čiji je cilj bio postizanje sperme bez spermija. Postotak muškaraca u kojih nisu nađeni spermiji je bio različit. Pronađeno je nekoliko glavnih razlika: 1) implantat i injekcija testosterona su pokazali bolji učinak nego tablete i testosteronski flaster; 2) hormonske tablete su poboljšale učinak testosteronskih injekcija kod tjedne primjene; 3) hormonske tablete su također poboljšale učinak testosteronskih injekcija s više injekcija u 6 i 12 tjednu; 4) tablete s nižim dozama nisu imale učinak kao tablete s višim dozama uz primjenu testosteronskih implantata; 5) niže doze testosteronskih injekcija uz implantate su omogućile spermu bez spermija učestalije nego visoke doze testosterona; 6) injekcija hormona i injekcija testosterona su češće imali učinak ostvarivanja sperme bez spermija kod primjene svakih 8 u odnosu na 12 tjedana; 7) četiri implantata muških spolnih hormona su imali bolij učinak od dva implantata.

Nekoliko istraživanja pokazalo je dobar rezultat postizanja postotka bez spermija. Pet studija je istraživalo testosteron i druge hormone (dezogestrel, etonogestrel i levonogestrel).

Zaključno, hormonski kontraceptivi u muškaraca nisu još spremni za opću primjenu. Većina istraživanja su male pilot studije (početne studije) koje ispituju različite oblike hormonskih kontraceptiva. Potrebna su veća istraživanja s boljim metodama za pouzdane rezultate u ovom području.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane ogranak
Prevela: Vesna Kušec