Intervention Review

You have free access to this content

Surgical versus non-surgical treatment for acute anterior shoulder dislocation

  1. Helen HG Handoll2,
  2. Mohammed A Al-Maiyah1,*

Editorial Group: Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group

Published Online: 26 JAN 2004

Assessed as up-to-date: 13 AUG 2009

DOI: 10.1002/14651858.CD004325.pub2


How to Cite

Handoll HHG, Al-Maiyah MA. Surgical versus non-surgical treatment for acute anterior shoulder dislocation. Cochrane Database of Systematic Reviews 2004, Issue 1. Art. No.: CD004325. DOI: 10.1002/14651858.CD004325.pub2.

Author Information

  1. 1

    Trauma & Orthopaedic Department, c/o Mr Rangan's Secretary, Middlesbrough, Cleveland, UK

  2. 2

    University of Teesside, Centre for Rehabilitation Sciences (CRS), Research Institute for Health Sciences and Social Care, Middlesborough, Tees Valley, UK

*Mohammed A Al-Maiyah, c/o Mr Rangan's Secretary, Trauma & Orthopaedic Department, The James Cook University Hospital, Marton Road, Middlesbrough, Cleveland, TS4 3BW, UK. mamaiyah@yahoo.co.uk. mamaiyah@doctors.net.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 26 JAN 2004

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Acute anterior dislocation is the commonest type of shoulder dislocation. Subsequently, the shoulder is less stable and more susceptible to redislocation, especially in active young adults.

Objectives

To compare surgical versus non-surgical treatment for acute anterior dislocation of the shoulder.

Search methods

We searched the Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group Specialised Register (14 August 2009), The Cochrane Library (2009, Issue 3), MEDLINE (1950 to August 2009), EMBASE (1980 to August 2009), trial registration databases, conference proceedings and reference lists of articles.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised controlled trials comparing surgical with conservative interventions.

Data collection and analysis

Both authors independently selected trials, assessed methodological quality and extracted data. Where appropriate, results were pooled.

Main results

The four included studies involved 163 participants, mainly active young adult males. All had had a primary (first time) traumatic anterior shoulder dislocation. Methodological quality was variable.

All participants of one trial returned to active military duty. Two trials respectively reported similar numbers with reduced sports participation or non return to previous activities. The other, an inadequately reported, trial found significantly fewer people in the surgical group failed to attain previous levels of sports activity.

Pooled results from all four trials showed that subsequent instability, either redislocation or subluxation, was statistically significantly less frequent in the surgical group (risk ratio 0.25, 95% confidence interval 0.14 to 0.44). This result remained statistically significant (risk ratio 0.32, 95% confidence interval 0.17 to 0.59) for the three trials reported in full. Half (17/33) of the conservatively treated patients with shoulder instability in these three trials opted for subsequent surgery.

Different, mainly patient rated, functional assessment measures for the shoulder were recorded in these trials. The results were more favourable, usually statistically significantly so, in those treated surgically.

The only complication reported was a septic joint in a surgically treated patient. There was no information on shoulder pain, long-term complications or resource use.

Authors' conclusions

Limited evidence supports primary surgery for young adults, usually male, engaged in highly demanding physical activities who have sustained their first acute traumatic shoulder dislocation. There is no evidence available to determine which treatment is better for other patient groups.

Sufficiently powered, good quality, well reported randomised trials are required that compare surgical treatment with conservative treatment for these injuries, including in people at lower risk of recurrence. Long-term surveillance of outcome, looking at shoulder disorders including osteoarthritis is also required.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Surgical versus non-surgical treatment for acute anterior shoulder dislocation

Acute anterior shoulder dislocation occurs where the top end of the humerus (the upper arm bone) is pushed out of the joint socket in a forward direction, usually as a result of an accident such as a fall. Initial treatment requires putting the joint back together. Subsequent treatment is either non-surgical, involving placing the arm in a sling followed by exercises, or surgical, involving repair of damaged structures or cleaning up the joint space.

This review included four trials that involved 163 participants who were mainly active young adult males. All had had a primary (first time) anterior shoulder dislocation as a result of injury. Methodological quality of the trials was variable. Three trials found similar numbers returning to previous activities such as active military duties and sports. The other trial found significantly fewer people in the surgical group failing to attain previous levels of sports activity.

Pooled results from the three trials that were reported in full (124 participants) showed that subsequent instability, either redislocation or subluxation (partial dislocation), was significantly less frequent in the surgical group. Half (17/33) of the conservatively treated patients with shoulder instability in these three trials opted for subsequent surgery. Function, measured in different ways in the four trials, was usually better in those treated surgically. The only complication of treatment reported was an infected joint in a surgically treated patient.

This review found that highly active young people were less likely to have an unstable shoulder when treated surgically after an acute anterior shoulder dislocation.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Traitement chirurgical versus non chirurgical dans la luxation antérieure aiguë de l'épaule

Contexte

La luxation antérieure aiguë est le type de luxation de l'épaule le plus fréquent. Après une luxation, l'épaule est moins stable et le risque de nouvelle luxation est plus élevé, en particulier chez les jeunes adultes actifs.

Objectifs

Comparer un traitement chirurgical à un traitement non chirurgical dans la luxation antérieure aiguë de l'épaule.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (14 août 2009), la Bibliothèque Cochrane (2009, numéro 3), MEDLINE (1950 à août 2009), EMBASE (1980 à août 2009), les bases de données d'enregistrement des essais, les actes de congrès et les références bibliographiques des articles.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant des interventions chirurgicales et conservatrices.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs ont sélectionné les essais, évalué la qualité méthodologique et extrait les données de manière indépendante. Les résultats ont été combinés lorsque cela était approprié.

Résultats principaux

Les quatre études incluses portaient sur 163 participants, principalement de jeunes adultes actifs de sexe masculin. Tous présentaient une luxation antérieure primaire (première luxation) traumatique de l'épaule. La qualité méthodologique était variable.

Dans un essai, tous les participants avaient repris leurs fonctions militaires actives. Deux essais rapportaient des résultats similaires concernant, respectivement, la participation réduite aux activités sportives ou la non reprise des activités habituelles. L'autre essai, qui était mal documenté, rapportait que les patients du groupe de la chirurgie étaient significativement moins nombreux à ne pas reprendre leurs activités sportives au niveau habituel.

Les résultats combinés de ces quatre essais montraient une réduction statistiquement significative de la fréquence de l'instabilité subséquente, caractérisée par une nouvelle luxation ou une subluxation, dans le groupe de la chirurgie (risque relatif de 0,25, intervalle de confiance à 95 %, entre 0,14 et 0,44). Ce résultat demeurait statistiquement significatif (risque relatif de 0,32, intervalle de confiance à 95 %, entre 0,17 et 0,59) dans les trois essais rapportés dans leur intégralité. Dans ces trois essais, la moitié (17/33) des patients ayant reçu un traitement conservateur et présentant une instabilité de l'épaule avaient ensuite opté pour une chirurgie.

Ces essais enregistraient d'autres mesures de l'évaluation fonctionnelle de l'épaule, qui étaient principalement rapportées par les patients. Les résultats (généralement statistiquement significatifs) étaient plus favorables chez les patients traités chirurgicalement.

La seule complication rapportée était une articulation septique chez un patient traité chirurgicalement. Aucune information n'était rapportée concernant les douleurs d'épaule, les complications à long terme ou l'utilisation des ressources.

Conclusions des auteurs

Des preuves limitées sont favorables à une chirurgie primaire chez les jeunes adultes, généralement de sexe masculin, pratiquant des activités physiques intensives et présentant une première luxation aiguë traumatique de l'épaule. Aucune preuve ne permet d'identifier le traitement le plus efficace chez d'autres groupes de patients.

Des essais randomisés de bonne qualité présentant une puissance statistique suffisante et une documentation adéquate sont nécessaires afin de comparer le traitement chirurgical au traitement conservateur dans ce contexte, y compris chez des patients présentant un faible risque de récidive. Une surveillance des résultats à long terme est également nécessaire afin d'examiner des troubles de l'épaule tels que l'arthrose.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Traitement chirurgical versus non chirurgical dans la luxation antérieure aiguë de l'épaule

Une luxation antérieure aiguë de l'épaule se produit lorsque l'extrémité supérieure de l'humérus (l'os de la partie supérieure du bras) sort de son articulation vers l'avant, généralement suite à un accident tel qu'une chute. Le traitement initial consiste à remettre l'articulation en place. On applique ensuite un traitement non chirurgical consistant à placer le bras dans une écharpe puis à réaliser des exercices, ou un traitement chirurgical consistant à réparer les structures endommagées ou à nettoyer l'espace articulaire.

Cette revue inclut quatre essais portant sur 163 participants, principalement de jeunes adultes actifs de sexe masculin. Tous présentaient une luxation antérieure primaire (première luxation) de l'épaule suite à un traumatisme. La qualité méthodologique des essais était variable. Trois essais rapportaient des résultats similaires concernant la reprise des activités habituelles, telles que les fonctions militaires actives et le sport. L'autre essai indiquait que les patients du groupe de la chirurgie étaient significativement moins nombreux à ne pas reprendre leurs activités sportives au niveau habituel.

Les résultats combinés des trois essais rapportés dans leur intégralité (124 participants) montraient que l'instabilité subséquente, caractérisée par une nouvelle luxation ou une subluxation (luxation partielle), était significativement moins fréquente dans le groupe de la chirurgie. Dans ces trois essais, la moitié (17/33) des patients ayant reçu un traitement conservateur et présentant une instabilité de l'épaule avaient ensuite opté pour une chirurgie. La fonction, mesurée de différentes manières dans les quatre essais, était généralement supérieure chez les patients traités chirurgicalement. La seule complication du traitement rapportée était une infection de l'articulation chez un patient traité chirurgicalement.

Cette revue a observé que les jeunes gens très actifs étaient moins susceptibles de présenter une instabilité de l'épaule lorsqu'ils étaient traités chirurgicalement après une luxation antérieure aiguë de l'épaule.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st July, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.