Intervention Review

You have free access to this content

Prevention and treatment of postpartum hypertension

  1. Laura Magee1,*,
  2. Peter von Dadelszen2

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 12 FEB 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD004351.pub3


How to Cite

Magee L, von Dadelszen P. Prevention and treatment of postpartum hypertension. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD004351. DOI: 10.1002/14651858.CD004351.pub3.

Author Information

  1. 1

    British Columbia Women's Hospital and Health Centre, Departments of Internal Medicine (UBC) and Specialized Women's Health (BC Women's Hospital), Vancouver, British Columbia, Canada

  2. 2

    University of British Columbia, Department of Obstetrics and Gynaecology, Vancouver, BC, Canada

*Laura Magee, Departments of Internal Medicine (UBC) and Specialized Women's Health (BC Women's Hospital), British Columbia Women's Hospital and Health Centre, 4500 Oak Street, Suite 1U59, Vancouver, British Columbia, V6H 3N1, Canada. lmagee@cw.bc.ca.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Postpartum blood pressure (BP) is highest three to six days after birth when most women have been discharged home. A significant rise in BP may be dangerous (e.g., can lead to stroke), but there is little information about how to prevent or treat postpartum hypertension.

Objectives

To assess the relative benefits and risks of interventions to:
(1) prevent postpartum hypertension, by assessing whether 'routine' postpartum medical therapy is better than placebo/no treatment; and
(2) treat postpartum hypertension, by assessing whether (i) one antihypertensive therapy is better than placebo/no therapy for mild-moderate postpartum hypertension; and (ii) one antihypertensive agent offers advantages over another for mild-moderate or severe postpartum hypertension.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (31 January 2013), bibliographies of retrieved papers, and personal files.

Selection criteria

For women with antenatal hypertension, trials comparing a medical intervention with placebo/no therapy. For women with postpartum hypertension, trials comparing one antihypertensive with either another or placebo/no therapy.

Data collection and analysis

We extracted the data independently and were not blinded to trial characteristics or outcomes. We contacted authors for missing data when possible.

Main results

Nine trials are included.

Prevention: Four trials (358 women) compared furosemide, nifedipine capsules, or L-arginine with placebo/no therapy. For women with antenatal pre-eclampsia, postnatal furosemide is associated with a strong trend towards reduced use of antihypertensive therapy in hospital.

Treatment: For treatment of mild-moderate postpartum hypertension, three trials (189 women) compared timolol, oral hydralazine, or oral nifedipine with methyldopa. Use of additional antihypertensive therapy did not differ between groups (risk ratio (RR) 0.92, 95% confidence interval (CI) 0.20 to 4.20; three trials), but the trials were not consistent in their effects. The drugs were well tolerated.

For treatment of severe postpartum hypertension, two trials (120 women) compared intravenous hydralazine with either sublingual nifedipine or intravenous labetalol. There were no maternal deaths or hypotension. Use of additional antihypertensive therapy did not differ between groups (RR 0.58, 95% CI 0.04 to 9.07; two trials), but the trials were not consistent in their effects.

Authors' conclusions

For women with pre-eclampsia, postnatal furosemide may decrease the need for postnatal antihypertensive therapy in hospital, but more data are needed on substantive outcomes before this practice can be recommended. There are no reliable data to guide management of women who are hypertensive postpartum. Any antihypertensive agent used should be based on a clinician's familiarity with the drug. Future studies should include data on postpartum analgesics, severe maternal hypertension, breastfeeding, hospital length of stay, and maternal satisfaction with care.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prevention and treatment of postpartum hypertension

Not enough evidence to know how best to treat women with hypertension after birth.

After birth, it is not uncommon for women to experience high blood pressure (hypertension), but it can have serious consequences. It can lead to stroke and, very rarely, death. It is unclear what causes hypertension after childbirth, or which women may develop the problem, although women with antenatal severe pre-eclampsia appear to be at highest risk. The review of nine trials found no reliable evidence to guide care for these women. Further research is needed, particularly as the problem occurs most commonly three to six days after birth when most women have left hospital.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prévention et traitement de l'hypertension du post-partum

Contexte

La pression artérielle (PA) dans la période du post-partum est la plus élevée trois à six jours après l'accouchement alors que la plupart des femmes sont retournées chez elles. Une élévation significative de la pression artérielle peut être dangereuse (par exemple, conduire à des accidents vasculaires cérébraux), mais il existe peu d'informations sur la façon de prévenir ou de traiter l'hypertension du post-partum.

Objectifs

Évaluer les bénéfices et les risques des interventions afin de :
(1) prévenir l'hypertension du post-partum, en évaluant si l'administration d'un traitement médical « systématique » pendant la période du post-partum donne de meilleurs résultats qu'un placebo/l'absence de traitement, et
(2) traiter l'hypertension du post-partum, en évaluant si (i) un traitement antihypertenseur donne de meilleurs résultats qu'un placebo/l'absence de traitement dans le cas d'une hypertension légère à modérée du post-partum, et si (ii) un agent antihypertenseur présente des avantages par rapport à un autre agent hypertenseur dans le cas d'une hypertension du post-partum légère à modérée ou sévère.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 janvier 2013), les bibliographies des articles identifiés, et des fichiers personnels.

Critères de sélection

Pour les femmes ayant présenté une hypertension prénatale, essais comparant une intervention médicale avec un placebo/l'absence de traitement. Pour les femmes présentant une hypertension du post-partum, essais comparant un agent antihypertenseur avec un autre agent hypertenseur ou un placebo/l'absence de traitement.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données d'une manière indépendante et en ayant connaissance (levée d'aveugle) des caractéristiques ou des résultats des essais. Nous avons contacté les auteurs afin d'obtenir les données manquantes lorsque cela était possible.

Résultats Principaux

Neuf essais sont inclus.

Prévention : Quatre essais (358 femmes) ont comparé le furosémide ou la nifédipine en gélules ou la L-arginine avec un placebo/l'absence de traitement. Pour les femmes ayant présenté une pré-éclampsie prénatale, l'administration postnatale de furosémide est associée à une forte tendance à la réduction de l'administration d'un traitement antihypertenseur à l'hôpital.

Traitement : Pour le traitement de l'hypertension légère à modérée du post-partum, trois essais (189 femmes) ont comparé le timolol, l'hydralazine (par voie orale), ou la nifédipine (par voie orale) avec la méthyldopa. L'administration d'un traitement antihypertenseur supplémentaire n'a entraîné aucune différence entre les groupes (risque relatif (RR) = 0,92, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,20 à 4,20; trois essais), mais les essais n'étaient pas cohérents en termes d'effets. Les médicaments ont été bien tolérés.

Pour le traitement de l'hypertension sévère du post-partum, deux essais (120 femmes) ont comparé l'administration d'hydralazine par voie intraveineuse avec la nifédipine sublinguale ou le labétalol intraveineux. Aucun décès maternel ni aucune hypotension n'ont été observés. L'administration d'un traitement antihypertenseur supplémentaire n'a entraîné aucune différence entre les groupes (RR = 0,58, IC à 95 % 0,04 à 9,07 ; deux essais), mais les essais n'étaient pas cohérents en termes d'effets.

Conclusions des auteurs

Chez les femmes ayant présenté une pré-éclampsie, l'administration postnatale de furosémide est susceptible de réduire la nécessité de recourir à un traitement antihypertenseur postnatal à l'hôpital, mais des données supplémentaires sur des résultats concrets sont nécessaires avant que cette pratique puisse être recommandée. Il n'existe aucune donnée fiable pour orienter la prise en charge des femmes qui sont hypertendues dans la période du post-partum. L'administration de tout agent antihypertenseur doit reposer sur les connaissances et l'expérience du clinicien vis-à-vis du médicament en question. Les études futures devront inclure des données sur les analgésiques du post-partum, l'hypertension maternelle sévère, l'allaitement, la durée de l'hospitalisation et la satisfaction des mères vis-à-vis des soins dispensés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Prévention et traitement de l'hypertension du post-partum

Prévention et traitement de l'hypertension du post-partum

Les preuves sont insuffisantes pour connaître la meilleure façon de traiter les femmes souffrant d'hypertension après un accouchement.

Après un accouchement, il n'est pas rare que les femmes présentent une pression artérielle élevée (hypertension), dont les conséquences peuvent être graves. Elle peut conduire à un AVC et, très rarement, au décès. Les causes de l'hypertension après un accouchement ou les femmes susceptibles de présenter ce problème ne sont pas clairement établies, bien que le risque semble plus élevé chez les femmes ayant eu une pré-éclampsie prénatale sévère. La revue des neuf essais n'a trouvé aucun élément probant fiable pour orienter les soins à prodiguer à ces femmes. Des recherches supplémentaires sont nécessaires, en particulier dans la mesure où le problème survient le plus souvent trois à six jours après la naissance alors que la plupart des femmes ont quitté l'hôpital.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français