Get access

Twenty-four hour care for schizophrenia

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Despite modern treatment approaches and a focus on community care, there remains a group of people who cannot easily be discharged from psychiatric hospital directly into the community. Twenty-four hour residential rehabilitation (a 'ward-in-a-house') is one model of care that has evolved in association with psychiatric hospital closure programmes.

Objectives

To determine the effects of 24 hour residential rehabilitation compared with standard treatment within a hospital setting.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (May 2002 and February 2004).

Selection criteria

We included all randomised or quasi-randomised trials that compared 24 hour residential rehabilitation with standard care for people with severe mental illness.

Data collection and analysis

Studies were reliably selected, quality assessed and data extracted. Data were excluded where more than 50% of participants in any group were lost to follow-up. For binary outcomes we calculated the relative risk and its 95% confidence interval.

Main results

We identified and included one study with 22 participants with important methodological shortcomings and limitations of reporting. The two-year controlled study evaluated "new long stay patients" in a hostel ward in the UK. One outcome 'unable to manage in the placement' provided usable data (n=22, RR 7.0 CI 0.4 to 121.4). The trial reported that hostel ward residents developed superior domestic skills, used more facilities in the community and were more likely to engage in constructive activities than those in hospital - although usable numerical data were not reported. These potential advantages were not purchased at a price. The limited economic data was not good but the cost of providing 24 hour care did not seem clearly different from the standard care provided by the hospital - and it may have been less.

Authors' conclusions

From the single, small and ill-reported, included study, the hostel ward type of facility appeared cheaper and positively effective. Currently, the value of this way of supporting people - which could be considerable - is unclear. Trials are needed. Any 24 hour care 'ward-in-a-house' is likely to be oversubscribed. We argue that the only equitable way of providing care in this way is to draw lots as to who is allocated a place from the eligible group of people with serious mental illness. With follow-up of all eligible for the placements - those who were lucky enough to be allocated a place as well as people in more standard type of care - real-world evaluation could take place. In the UK further randomised control trials are probably impossible, as many of these types of facilities have closed. The broader lesson of this review is to ensure early and rigorous evaluation of fashionable innovations before they are superseded by new approaches.

Résumé scientifique

Soins 24 heures sur 24 dans le traitement de la schizophrénie

Contexte

Malgré des approches thérapeutiques modernes et l'intérêt porté aux soins de proximité, il reste un groupe de personnes ne pouvant être facilement renvoyées de l'hôpital directement au sein de la collectivité. La réadaptation en résidence 24 heures sur 24 (un service hospitalier dans une maison) est un modèle de soins ayant évolué parallèlement aux programmes de fermeture des hôpitaux psychiatriques.

Objectifs

Déterminer les effets de la réadaptation en résidence 24 heures sur 24 par rapport à un traitement standard en centre hospitalier.

Stratégie de recherche documentaire

Le registre d'essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie a été consulté (mai 2002 et février 2004).

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais randomisés ou quasi-randomisés comparant une réadaptation en résidence 24 heures sur 24 avec des soins standards pour des personnes souffrant d'une maladie mentale grave.

Recueil et analyse des données

Les études ont été sélectionnées de manière fiable, leur qualité a été évaluée et leurs données ont été extraites. Les données ont été exclues lorsque plus de 50 % des participants, de n'importe quel groupe, étaient absents aux contrôles de suivi. Pour les résultats binaires, le risque relatif et son intervalle de confiance à 95 % ont été calculés.

Résultats principaux

Une étude portant sur 22 participants a été identifiée et incluse. Elle présentait d'importantes lacunes méthodologiques et une consignation limitée. L'étude contrôlée d'une durée de deux ans évaluait de nouveaux patients en séjour prolongé dans un foyer médicalisé au Royaume-Uni. Un critère d’évaluation impossible à traiter dans le lieu a fourni des données utilisables (n=22, RR 7,0 IC entre 0,4 et 121,4). L'essai signalait que les résidents du foyer médicalisé développaient des compétences domestiques supérieures, avaient plus recours aux services de la collectivité et étaient plus susceptibles d'entreprendre des activités constructives par rapport aux malades en centre hospitalier, mais les données numériques utilisables n'ont pas été consignées. Ces avantages potentiels n'ont pas coûté excessivement cher. Les données économiques limitées n'étaient pas bonnes, mais le coût des soins jour et nuit n'était pas nettement différent du coût des soins standards en centre hospitalier, il se peut qu'il ait été inférieur.

Conclusions des auteurs

D'après l'unique étude incluse, de petite envergure et mal consignée, les soins en foyer médicalisé se révélaient être moins chers et bénéfiques. Bien que l'utilité de ce type de soutien aux malades puisse être considérable, elle est actuellement incertaine. Des essais sont nécessaires. Les soins 24 heures sur 24 en service hospitalier dans une maison recevront probablement un excès de demandes. Nous soutenons que la seule façon équitable d'attribuer une place pour ce type de soins est de tirer au sort parmi les personnes éligibles et souffrant d'une maladie mentale grave. Avec le suivi de toutes les personnes éligibles à un placement, celles qui ont eu assez de chance pour se voir attribuer une place ainsi que celles dans un type de soins plus standard, une évaluation dans des conditions réelles pourrait avoir lieu. Au Royaume-Uni, il est probablement impossible de réaliser d'autres essais contrôlés randomisés car bon nombre de ce type d'établissements ont fermé. La principale conclusion de cette revue est qu'il convient de veiller à ce que les innovations florissantes soient évaluées dès le début, et rigoureusement, avant que de nouvelles approches ne les supplantent.

Plain language summary

Twenty-four hour care for schizophrenia

Schizophrenia is a long-term, chronic, illness with a worldwide lifetime prevalence of about one per cent. It has a high disability rate and the cost to individuals, their carers and health services is substantial. Although the majority of people with schizophrenia learn to cope in the community, there are some people who need help and reminders if they are to manage self-care and other aspects of day-to-day living. In many countries these people end up as long stay patients on hospital wards. This review aims to look at the economic costs and quality of life of people in 24 hour non-hospital care compared to those still in hospital. Only one trial of 22 people and lasting two years was identified, and it took place in the UK. Most of the participants but not all had schizophrenia. Half were assigned to live in a house staffed by a psychologist, and enough nurses and nursing assistants to provide 24 hour care. The staff were expected to help prepare and share meals with the residents and the residents had a programme of domestic work and some self-care tasks. The psychologist worked with each individual to improve social interaction and behaviour. The control group had normal hospital care with access to occupational therapy, industrial therapy and recreational facilities. They were also allowed home on leave and were counted as part of the group if they were discharged, transferred to hostels or in prison. The majority of the data were difficult to interpret because the numbers needed to make statistical comparisons were not given. Three people from the house had to be readmitted to the hospital and several of the others had short stays there. Those people who were resident in the house were reported to be significantly more likely to use social facilities and spent more time in socially constructive activities (self-care, eating with the group). All other measures reported were not significantly different between the groups. The costs for each group were similar, however if cost was calculated for those in the house who did not use the hospital at all, it was slightly less expensive. This was a small study which was not designed well. A larger, well-designed trial would answer the question of whether 24 hour care would benefit this group of people.

(Plain language summary prepared for this review by Janey Antoniou of RETHINK, UK www.rethink.org).

Résumé simplifié

Soins 24 heures sur 24 dans le traitement de la schizophrénie

La schizophrénie est une maladie chronique de longue durée qui, au niveau mondial, affiche une prévalence au cours de la vie d'environ un pour-cent. Elle présente un taux d'invalidité élevé et un coût considérable pour les malades, leurs soignants et les services de santé.Bien que la majorité des personnes atteintes de schizophrénie apprennent à s'en sortir seules au sein de la collectivité, d'autres ont besoin d'aide et de rappels pour gérer les autosoins et d'autres aspects de la vie quotidienne.Dans de nombreux pays, ces personnes finissent comme patients de longue durée dans des services hospitaliers.Cette revue vise à examiner les coûts économiques et la qualité de vie des personnes recevant des soins non hospitaliers jour et nuit par rapport aux malades en centre hospitalier.Un seul essai, réalisé au Royaume-Uni, portant sur 22 personnes et d'une durée de deux ans a été identifié.La plupart des participants, mais pas la totalité, souffraient de schizophrénieLa moitié a été placée dans une maison où étaient présents un psychologue et assez de personnel soignant pour prodiguer des soins jour et nuit.Le personnel devait aider à préparer et partager les repas avec les résidents ; les résidents avaient un programme de tâches domestiques et devaient effectuer quelques activités d'autosoins.Le psychologue travaillait avec chaque malade afin d'améliorer leurs rapports sociaux et leur comportement.Le groupe témoin recevait des soins hospitaliers normaux avec accès à l'ergothérapie, à la thérapie industrielle et à des équipements récréatifs et sportifs.Ils bénéficiaient également d'une permission de sortie et étaient considérés comme faisant partie du groupe s'ils regagnaient leur domicile, étaient envoyés en foyer ou en prison.Les nombres nécessaires pour effectuer des comparaisons statistiques n'ayant pas été communiqués, la majorité des données était difficilement interprétable.Trois personnes de la maison ont dû être à nouveau admises à l'hôpital et plusieurs autres y ont eu des séjours de courte durée.Selon les informations rapportées, les résidents étaient beaucoup plus susceptibles d'utiliser les équipements sociaux et passaient plus de temps à des activités socialement constructives (autosoins, prise de repas avec le groupe).Toutes les autres mesures consignées n'étaient pas significativement différentes entre les groupes.Les coûts pour chaque groupe étaient identiques. Cependant, lorsque les coûts étaient calculés pour les résidents n'ayant pas du tout eu recours aux services de l'hôpital, ils étaient légèrement moins élevés.Cette étude était de petite envergure et n'avait pas été correctement conçue.Un essai d'une plus grande envergure, et bien conçu, permettrait de savoir si les soins jour et nuit profitent à ce type de malades.

(Résumé en langage simplifié préparé pour cette revue par Janey Antoniou de RETHINK, Royaume-Uni www.rethink.org).

Notes de traduction

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary