Intervention Review

You have free access to this content

Endothelin receptor antagonists for pulmonary arterial hypertension

  1. Chao Liu1,*,
  2. Junmin Chen2,
  3. Yanqiu Gao1,
  4. Bao Deng1,
  5. Kunshen Liu1

Editorial Group: Cochrane Airways Group

Published Online: 28 FEB 2013

Assessed as up-to-date: 12 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD004434.pub5


How to Cite

Liu C, Chen J, Gao Y, Deng B, Liu K. Endothelin receptor antagonists for pulmonary arterial hypertension. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 2. Art. No.: CD004434. DOI: 10.1002/14651858.CD004434.pub5.

Author Information

  1. 1

    The First Hospital of Hebei Medical University, Shijiazhuang, Hebei Province, China

  2. 2

    The First Affiliated Hospital of Fujian Medical University, Department of Hematology and Rheumatology, Fuzhou, Fujian Province, China

*Chao Liu, The First Hospital of Hebei Medical University, Donggang Road, Shijiazhuang, Hebei Province, 050031, China. dr_chaoliu@yahoo.com.cn. lcwv@sohu.com.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 28 FEB 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Pulmonary arterial hypertension is a devastating disease, which leads to right heart failure and premature death. Recent evidence suggests that endothelin receptor antagonists may be promising drugs in the treatment of pulmonary arterial hypertension.

Objectives

To evaluate the efficacy of endothelin receptor antagonists in pulmonary arterial hypertension.

Search methods

We searched CENTRAL (Cochrane Central Register of Controlled Trials), MEDLINE, EMBASE, and the reference section of retrieved articles. Searches are current as of January 2012.

Selection criteria

We included randomised trials (RCTs) and quasi-randomised trials involving patients with pulmonary arterial hypertension.

Data collection and analysis

Five review authors independently selected studies, assessed study quality and extracted data.

Main results

We included 12 randomised controlled trials involving 1471 patients. All the trials were of relatively short duration (12 weeks to six months). After treatment, patients treated with endothelin receptor antagonists could walk on average 33.71 metres (95% confidence interval (CI) 24.90 to 42.52 metres) further than those treated with placebo in a six-minute walk test. Endothelin receptor antagonists improved more patients' World Health Organization/New York Heart Association (WHO/NYHA) functional class status than placebo (odds ratio (OR) 1.60; 95% CI 1.20 to 2.14), and reduced the odds of functional class deterioration compared with placebo (OR 0.26; 95% CI 0.16 to 0.42). There was a reduction in mortality that did not reach statistical significance on endothelin receptor antagonists (OR 0.57; 95% CI 0.26 to 1.24), and limited data suggest that endothelin receptor antagonists improve the Borg dyspnoea score and cardiopulmonary haemodynamics in symptomatic patients. Hepatic toxicity was not common, and endothelin receptor antagonists were well tolerated in this population. However, several cases of irreversible liver failure caused by sitaxsentan have been reported that led to license holder for sitaxsentan to withdraw the product from all markets worldwide.

Authors' conclusions

Endothelin receptor antagonists can increase exercise capacity, improve WHO/NYHA functional class, prevent WHO/NYHA functional class deterioration, reduce dyspnoea and improve cardiopulmonary haemodynamic variables in patients with pulmonary arterial hypertension with WHO/NYHA functional class II and III. However, there was only a trend towards endothelin receptor antagonists reducing mortality in patients with pulmonary arterial hypertension. Efficacy data are strongest in those with idiopathic pulmonary hypertension. The irreversible liver failure caused by sitaxsentan and its withdrawal from global markets emphasise the importance of hepatic monitoring in patients treated with endothelin receptor antagonists.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Endothelin receptor antagonists for pulmonary arterial hypertension

Pulmonary hypertension is an increase in blood pressure in the pulmonary artery, pulmonary vein, or pulmonary capillaries, together known as the lung vasculature, leading to shortness of breath, dizziness, fainting, and other symptoms, all of which are exacerbated by exertion. The World Health Organization (WHO) has reclassified pulmonary hypertension into five groups based on their mechanisms rather than associated conditions. We have focused on pulmonary arterial hypertension (PAH) only in this review. Pulmonary arterial hypertension is a devastating disease characterised by an increase in pulmonary vascular resistance which leads to right ventricular failure and ultimately death.

Tradiational therapies for pulmonary arterial hypertension include prostacyclin and its analogues, calcium channel blockers, nitric oxide (NO), and important adjunctive therapies, such as anticoagulants and oxygen. Endothelin receptor antagonists have recently been proposed as an alternative to these traditional therapies. This review includes twelve trials on 1471 participants. Endothelin receptor antagonists can improve exercise capacity, symptoms, and cardiopulmonary haemodynamic variables in people with symptomatic pulmonary arterial hypertension over a period of three to six months treatment. There is uncertainty as to whether endothelin receptor antagonists reduce mortality in this population. The most severe potential side effect was hepatic toxicity which was not common in these short-term trials.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les antagonistes des récepteurs de l'endothéline pour le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire

Contexte

L'hypertension artérielle pulmonaire est une maladie, dévastatrice qui entraîne une insuffisance cardiaque droite et un décès prématuré. Des preuves récentes suggèrent que les antagonistes des récepteurs de l'endothéline peuvent être des traitements prometteurs dans le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des antagonistes des récepteurs de l'endothéline dans l'hypertension artérielle pulmonaire.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (registre Cochrane des essais contrôlés), MEDLINE, EMBASE, et les références bibliographiques des articles identifiés. Les recherches sont à jour en janvier 2012.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais randomisés (ECR) et quasi-randomisés portant sur des patients atteints d'hypertension artérielle pulmonaire.

Recueil et analyse des données

Cinq auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les études, évalué la qualité des études et extrait les données de manière indépendante.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 12 essais contrôlés randomisés impliquant 1471 patients. Tous les essais étaient de durée relativement courte (12 semaines à six mois). Après le traitement, les patients traités avec les antagonistes des récepteurs de l'endothéline pouvaient marcher en moyenne 33.71 mètres (intervalle de confiance (IC) de 24.90 à 42.52 mètres) de plus que ceux traités avec un placebo dans un test de marche pendant six minutes. Les antagonistes des récepteurs de l'endothéline amélioraient davantage la classe fonctionnelle OMS/NYHA (World Health Organization/New York Heart Association) des patients que le placebo (rapport des cotes (RC) 1,60 ; IC à 95 % 1,20 à 2,14), et réduisait le risque de détérioration de la classe fonctionnelle par rapport à un placebo (RC 0,26 ; IC à 95 % 0,16 à 0,42). Il y avait une réduction de la mortalité qui n'a pas atteint la signification statistique sur les antagonistes des récepteurs de l'endothéline (rapport des cotes de 0,57 ; IC à 95 % 0,26 à 1,24), et des données limitées suggèrent que les antagonistes des récepteurs de l'endothéline améliorer le score de dyspnée de Borg et l'hémodynamique cardiopulmonaire chez les patients symptomatiques. La toxicité hépatique était peu fréquente et les antagonistes des récepteurs de l'endothéline étaient bien tolérés dans cette population. Cependant, plusieurs cas d'insuffisance hépatique irréversible causée par le sitaxsentan ont été rapportés ce qui a conduit le détenteur de la licence à retirer le produit de l'ensemble des marchés dans le monde.

Conclusions des auteurs

Les antagonistes des récepteurs de l'endothéline peuvent augmenter la capacité d'exercice, améliorer la classe fonctionnelle OMS/NYHA, prévenir la détérioration de la classe fonctionnelle OMS/NYHA, réduire la dyspnée et améliorer les variables hémodynamiques cardiopulmonaires chez les patients atteints d'hypertension artérielle pulmonaire des classes fonctionnelles II et III de l'OMS/NYHA. Cependant, il n'y avait qu'une tendance des antagonistes des récepteurs de l'endothéline à réduire la mortalité chez les patients atteints d'hypertension artérielle pulmonaire. L'efficacité est plus forte chez les patients atteints d'hypertension artérielle pulmonaire idiopathique. La déconvenue de l'insuffisance hépatique irréversible causée par le sitaxsentan et son retrait des marchés internationaux soulignent l'importance de la surveillance hépatique chez les patients traités avec les antagonistes des récepteurs de l'endothéline.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les antagonistes des récepteurs de l'endothéline pour le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire

Les antagonistes des récepteurs de l'endothéline pour le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire

L'hypertension pulmonaire est une augmentation de la pression sanguine dans l'artère pulmonaire, la veine pulmonaire, ou les capillaires pulmonaires (la circulation pulmonaire), conduisant à des essoufflements, des vertiges, des évanouissements et d'autres symptômes, qui sont tous aggravés par l'effort. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a reclassifié l'hypertension pulmonaire en cinq groupes basés sur leurs mécanismes plutôt que sur les affections associées. Dans cette revue nous nous sommes focalisés seulement sur l'hypertension artérielle pulmonaire (HAP) . L'hypertension artérielle pulmonaire est une maladie dévastatrice se caractérisant par une augmentation de la résistance vasculaire pulmonaire qui conduit à une insuffisance cardiaque droite et finalement au décès.

Traditionnellement les thérapies pour le traitement de l'hypertension artérielle pulmonaire comprennent la prostacycline et ses analogues, les inhibiteurs des canaux calciques, l'oxyde nitrique (ON), et des thérapies adjuvantes importantes, telles que les anticoagulants et l'oxygène. Les antagonistes des récepteurs de l'endothéline ont récemment été proposés comme alternative à ces traitements conventionnels. Cette revue inclut douze essais portant sur 1471 participants. Les antagonistes des récepteurs de l'endothéline peuvent améliorer la capacité d'exercice, les symptômes et les variables hémodynamiques cardiopulmonaires chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle pulmonaire symptomatique pendant une période de trois à six mois de traitement. Il existe une incertitude quant à savoir si les antagonistes des récepteurs de l'endothéline réduisent la mortalité chez cette population. L'effet secondaire potentiel le plus grave était la toxicité hépatique, qui était peu fréquente dans ces essais à court terme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français