This is not the most recent version of the article. View current version (6 APR 2015)

Intervention Review

Phytomedicines (medicines derived from plants) for sickle cell disease

  1. Oluseyi Oniyangi1,*,
  2. Damian H Cohall2

Editorial Group: Cochrane Cystic Fibrosis and Genetic Disorders Group

Published Online: 31 JAN 2013

Assessed as up-to-date: 12 DEC 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD004448.pub4


How to Cite

Oniyangi O, Cohall DH. Phytomedicines (medicines derived from plants) for sickle cell disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 1. Art. No.: CD004448. DOI: 10.1002/14651858.CD004448.pub4.

Author Information

  1. 1

    National Hospital, Paediatrics Department, Abuja, Nigeria

  2. 2

    University of the West Indies, Faculty of Medical Sciences, St Michael, Barbados

*Oluseyi Oniyangi, Paediatrics Department, National Hospital, Plot 132 Central District (Phase II), PMB 425 Garki, Abuja, Nigeria. seyioniyangi@gmail.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 31 JAN 2013

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (06 APR 2015)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Sickle cell disease (SCD), a common recessively inherited haemoglobin disorder, affects people from sub-Saharan Africa, the Middle East, Mediterranean basin, Indian subcontinent, Caribbean and South America. It is associated with complications and a reduced life expectancy. Phytomedicines (medicine derived from plants in their original state) encompass many of the plant remedies from traditional healers which the populations most affected would encounter. There has been little systematic appraisal of their benefits.

Objectives

To assess the benefits and risks of phytomedicines in people with SCD of all types, of any age, in any setting.

Search methods

We searched the Cochrane Cystic Fibrosis and Genetic Disorders Group Haemoglobinopathies Trials Register, the International Standard 
Randomised Controlled Trial Number Register (ISRCTN) and the Allied and Complimentary Medicine Database (AMED).

Dates of most recent searches:

Haemoglobinopathies Trials Register: 05 July 2012;

ISRCTN: 28 December 2009;

AMED: August 2003.

Selection criteria

Randomised or quasi-randomised trials with participants of all ages with SCD, in all settings, comparing the administration of phytomedicines, by any mode to placebo or conventional treatment, including blood transfusion and hydroxyurea.

Data collection and analysis

Both authors independently assessed trial quality and extracted data.

Main results

Two trials (182 participants) and two phytomedicines Niprisan® (also known as Nicosan®) and Ciklavit® were included. The Phase IIB (pivotal) trial suggests that Niprisan® was effective in reducing episodes of severe painful SCD crisis over a six-month period. It did not affect the risk of severe complications or the level of anaemia. No serious adverse effects were reported. The single trial of Cajanus cajan (Ciklavit®) reported a possible benefit to individuals with painful crises, and a possible adverse effect (non-significant) on the level of anaemia.

Authors' conclusions

While Niprisan® appeared to be safe and effective in reducing severe painful crises over a six-month follow-up period, further trials are required to assess its role in the management of people with SCD and the results of its multicentre trials are awaited. Currently no conclusions can be made regarding the efficacy of Ciklavit®. Based on the published results for Niprisan® and in view of the limitations in data collection and analysis of both trials, phytomedicines may have a potential beneficial effect in reducing painful crises in SCD. This needs to be further validated in future trials. More trials are required on the safety and efficacy of phytomedicines used in managing SCD.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Phytomedicines (medicines derived from plants) for sickle cell disease

Sickle cell disease is an inherited blood condition caused by defects in the production of haemoglobin. Haemoglobin is the part of the red blood cell that carries oxygen across the body. Sickle cell disease occurs when people inherit faulty genes responsible for producing haemoglobin from both parents. A variety of complications and a reduced life expectancy are linked with sickle cell disease. Phytomedicines are medicines derived from plants in their original state. People with sickle cell disease may come across them in terms of plant-remedies from traditional healers. Their benefits have not been evaluated systematically. Laboratory work has long suggested that these medicines may help to ease the symptoms of sickle cell disease.

This review includes two trials. Each trial looked at a different phytomedicine. This review found that Niprisan® (also known as Nicosan®), may help to reduce episodes of sickle cell disease crisis associated with severe pain. Ciklavit®, which has been reported to reduce painful crises in people with SCD, deserves further study before recommendations can be made regarding its use. The trial of Ciklavit® also reported a possible adverse effect on the level of anaemia. More detailed and larger trials of these medicines will need to be carried out before we can make any recommendations about their use. Further research should also assess long-term outcome measures.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les phytomédicaments (médicaments à base de plantes) pour la drépanocytose

Contexte

La drépanocytose, une maladie héréditaire récessive de l'hémoglobine répandue, affecte des personnes originaires de l'Afrique sub-saharienne, du Moyen-Orient, du bassin méditerranéen, du sous-continent indien, des Caraïbes et de l'Amérique du Sud. Elle est associée à des complications et à une espérance de vie réduite. Les phytomédicaments (des médicaments fabriqués avec des plantes dans leur état d'origine) incluent une grande partie des remèdes à base de plantes de la médecine traditionnelle que les populations les plus touchées peuvent connaître. Il y a eu peu d'évaluation systématique de leurs bénéfices.

Objectifs

Évaluer les bénéfices et les risques des phytomédicaments chez les personnes atteintes d'une quelconque forme de drépanocytose, quel que soit l'âge ou le contexte.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais sur les hémoglobinopathies du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et
autres maladies génétiques, le registre ISRCTN et la base de données AMED.

Dates des recherches les plus récentes :

Registre des essais sur les hémoglobinopathies : 5 juillet 2012 ;

ISRCTN : 28 décembre 2009 ;

AMED : août 2003.

Critères de sélection

Des essais randomisés ou quasi-randomisés avec des participants de tous âges atteints de drépanocytose et comparant, dans tout contexte, un quelconque mode d'administration de phytomédicaments à un placebo ou à un traitement conventionnel, notamment la transfusion sanguine et l'hydroxyurée.

Recueil et analyse des données

Les deux auteurs ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats Principaux

Deux essais (soit 182 participants) et deux phytomédicaments, le Niprisan® (également connu sous le nom de Nicosan®) et le Ciklavit®, ont été inclus. L'essai de phase IIB (pivot) laisse penser que le Niprisan® a été efficace pour réduire les épisodes de grave crise douloureuse de drépanocytose sur une période de six mois. Il n'a pas eu d'incidence sur le risque de complications graves ni sur le niveau d'anémie. Aucun effet indésirable grave n’a été signalé. Le seul essai sur le Cajanus cajan (Ciklavit®) a rendu compte d'un possible bénéfice pour les personnes souffrant de crises douloureuses, et d'un possible effet indésirable (non significatif) sur le niveau d'anémie.

Conclusions des auteurs

Bien que le Niprisan® semble sûr et efficace dans la réduction des graves crises douloureuses sur une période de suivi de six mois, d'autres essais sont nécessaires pour évaluer son rôle dans la prise en charge des personnes atteintes de drépanocytose et les résultats de ses essais multicentriques sont attendus. À ce jour, aucune conclusion ne peut être établie quant à l'efficacité du Ciklavit®. Sur la base des résultats publiés pour le Niprisan® et compte tenu des limitations de collecte de données et d'analyse dans les deux essais, on peut penser que les phytomédicaments ont un effet bénéfique pour la réduction des crises douloureuses de la drépanocytose. Cela doit être encore validé par de futurs essais. D'autres essais devront être réalisés sur l'innocuité et l'efficacité des phytomédicaments utilisés dans la prise en charge de la drépanocytose.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Les phytomédicaments (médicaments à base de plantes) pour la drépanocytose

Les phytomédicaments (médicaments à base de plantes) pour la drépanocytose

La drépanocytose est une maladie héréditaire du sang causée par une production d'hémoglobine défectueuse. L'hémoglobine est la partie du globule rouge qui transporte l'oxygène à travers le corps. La drépanocytose survient lorsque les gènes responsables de la production d'hémoglobine hérités des deux parents sont défectueux. La drépanocytose est liée à toute une variété de complications et à une espérance de vie réduite. Les phytomédicaments sont des médicaments fabriqués avec des plantes dans leur état ​​d'origine. Les personnes atteintes de drépanocytose sont susceptibles de rencontrer de tels remèdes à base de plantes dans les médecines traditionnelles. Leurs bénéfices n'ont pas été évalués de manière systématique. Des travaux de laboratoire ont longtemps laissé penser que ces médicaments pouvaient aider à soulager les symptômes de la drépanocytose.

Cette revue inclut deux essais. Chaque essai portait sur un phytomédicament différent. Cette revue a constaté que le Niprisan® (également connu sous le nom de Nicosan®), pouvait aider à réduire les épisodes de crise de drépanocytose associés à une douleur intense. Le Ciklavit®, réputé réduire les crises douloureuses chez les personnes atteintes de drépanocytose, nécessite une étude plus approfondie avant que des recommandations puissent être formulées concernant son utilisation. L'essai sur le Ciklavit® avait également rapporté un possible effet négatif sur le niveau d'anémie. Il faudra conduire des essais plus amples et plus détaillés sur ces médicaments avant que nous puissions faire des recommandations quant à leur utilisation. De nouvelles recherches devraient également évaluer les mesures de résultat à long terme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 24th March, 2014
Traduction financée par: Minist�re du Travail, de l'Emploi et de la Sant� Fran�ais