Abdominal surgical incisions for caesarean section

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Matthews Mathai,

    Corresponding author
    1. World Health Organization, Department of Maternal; Newborn, Child & Adolescent Health, Geneva, Switzerland
    • Matthews Mathai, Department of Maternal; Newborn, Child & Adolescent Health, World Health Organization, Avenue Appia 20, Geneva, CH 1211, Switzerland. mathaim@who.int.

    Search for more papers by this author
  • G Justus Hofmeyr,

    1. University of the Witwatersrand, University of Fort Hare, Eastern Cape Department of Health, Department of Obstetrics and Gynaecology, East London Hospital Complex, East London, Eastern Cape, South Africa
    Search for more papers by this author
  • Namratha E Mathai

    1. Chambésy, Switzerland
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Caesarean section is the commonest major operation performed on women worldwide. Operative techniques, including abdominal incisions, vary. Some of these techniques have been evaluated through randomised trials.

Objectives

To determine the benefits and risks of alternative methods of abdominal surgical incisions for caesarean section.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (28 February 2013).

Selection criteria

Randomised controlled trials of intention to perform caesarean section using different abdominal incisions.

Data collection and analysis

We extracted data from the sources, checked them for accuracy and analysed the data.

Main results

Four studies (666 women) were included in this review.

Two studies (411 women) compared the Joel-Cohen incision with the Pfannenstiel incision. Overall, there was a 65% reduction in reported postoperative febrile morbidity (risk ratio (RR) 0.35, 95% confidence interval (CI) 0.14 to 0.87) with the Joel-Cohen incision. One of the trials reported reduced postoperative analgesic requirements (RR 0.55, 95% CI 0.40 to 0.76); operating time (mean difference (MD) -11.40, 95% CI -16.55 to -6.25 minutes); delivery time (MD -1.90, 95% CI -2.53 to -1.27 minutes); total dose of analgesia in the first 24 hours (MD -0.89, 95% CI -1.19 to -0.59); estimated blood loss (MD -58.00, 95% CI -108.51 to -7.49 mL); postoperative hospital stay for the mother (MD -1.50, 95% CI -2.16 to -0.84 days); and increased time to the first dose of analgesia (MD 0.80, 95% CI 0.12 to 1.48 hours) compared with the Pfannenstiel group. No other significant differences were found in either trial.

Two studies compared muscle cutting incisions with Pfannenstiel incision. One study (68 women) comparing Mouchel incision with Pfannenstiel incision did not contribute data to this review. The other study (97 women) comparing the Maylard muscle-cutting incision with the Pfannenstiel incision, reported no difference in febrile morbidity (RR 1.26, 95% CI 0.08 to 19.50); need for blood transfusion (RR 0.42, 95% CI 0.02 to 9.98); wound infection (RR 1.26, 95% CI 0.27 to 5.91); physical tests on muscle strength at three months postoperative and postoperative hospital stay (MD 0.40 days, 95% CI -0.34 to 1.14).

Authors' conclusions

The Joel-Cohen incision has advantages compared with the Pfannenstiel incision. These are: less fever, pain and analgesic requirements; less blood loss; shorter duration of surgery and hospital stay. These advantages for the mother could be extrapolated to savings for the health system. However, these trials do not provide information on severe or long-term morbidity and mortality.

Résumé scientifique

Incisions chirurgicales de l'abdomen pour la césarienne

Contexte

La césarienne est l'intervention chirurgicale majeure la plus couramment réalisée sur les femmes dans le monde entier. Les techniques chirurgicales, et notamment les incisions abdominales, varient. Certaines de ces techniques ont été évaluées par des essais randomisés.

Objectifs

Déterminer les bénéfices et les risques des différentes méthodes d’incisions chirurgicales de l’abdomen pour la césarienne.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (28 février 2013).

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés portant sur l'intention d'utiliser différentes techniques d'incision abdominale pour réaliser une césarienne.

Recueil et analyse des données

Nous avons extrait les données des sources, vérifié leur exactitude et nous les avons analysées.

Résultats principaux

Quatre études (666 femmes) ont été incluses dans cette revue.

Deux études (411 participantes) comparaient l'incision de Joël-Cohen à l'incision de Pfannenstiel. Dans l'ensemble, une réduction de 65 % de la morbidité postopératoire signalée (risque relatif (RR) = 0,35, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,14 à 0,87) a été observée avec l'incision de Joël-Cohen. Un des essais indiquait une réduction des besoins en analgésiques postopératoires (RR = 0,55, IC à 95 % 0,40 à 0,76) ; de la durée de l'intervention (différence moyenne pondérée (DMP) = -11,40, IC à 95 % -16,55 à -6,25 minutes) ; de la durée de l'accouchement (DMP = -1,90, IC à 95 % -2,53 à -1,27) ; de la dose totale d'analgésiques administrée pendant les premières 24 heures (DMP = -0,89, IC à 95 % -1,19 à -0,59) ; de la perte sanguine estimée (DMP = -58,00, IC à 95 % -108,51 à - 7,49 ml) ; de la durée d'hospitalisation postopératoire de la mère (DMP = -1,50, IC à 95 % -2,16 à -0,84) et d’une augmentation du délai avant l’administration de la première dose d'analgésiques (DMP = 0,80, IC à 95 % 0,12 à 1,48) par rapport au groupe ayant bénéficié de l'incision de Pfannenstiel. Aucune autre différence significative n'a été observée dans les deux essais.

Deux études comparaient des incisions transrectales à l'incision de Pfannenstiel. Une étude (68 femmes) qui comparait l'incision de Mouchel à celle de Pfannenstiel n'a fourni aucune donnée pouvant être incluse dans cette revue. L'autre étude (97 femmes), qui comparait l'incision transrectale de Maylard à l'incision de Pfannenstiel, n'a signalé aucune différence concernant la morbidité fébrile (RR = 1,26, IC à 95 % 0,08 à 19,50) ; la nécessité de transfusion sanguine (RR = 0,42, IC à 95 % 0,02 à 9,98) ; l'infection de la paroi (RR = 1,26, IC à 95 % 0,27 à 5,91) ; les tests physiques sur la force musculaire trois mois après l'intervention et la durée d'hospitalisation postopératoire (DMP = 0,40 jours, IC à 95 % -0,34 à 1,14).

Conclusions des auteurs

L'incision de Joël-Cohen présente des avantages comparée à l'incision de Pfannenstiel. On observe une réduction de la fièvre, de la douleur, des besoins en analgésiques, de la perte sanguine, de la durée de l'intervention et de l'hospitalisation. Ces avantages pour la mère pourraient être transposés en économies réalisées par les systèmes de santé. Cependant ces essais ne fournissent pas d'informations relatives à la mortalité et à la morbidité sévère ou à long terme.

Plain language summary

Abdominal surgical incisions for caesarean section

In a caesarean section operation, there are various types of incisions in the abdominal wall that can be used. These include vertical and transverse incisions, and there are variations in the specific ways the incisions can be undertaken. The review of studies identified four trials involving 666 women. The Joel-Cohen incision showed better outcomes than the Pfannenstiel incision in terms of less fever for women, less postoperative pain, less blood loss, shorter duration of surgery and shorter hospital stay. However, the trials did not assess possible long-term problems associated with different surgical techniques.

Résumé simplifié

Incisions chirurgicales de l'abdomen pour la césarienne

Dans une intervention chirurgicale de type césarienne, il existe divers types d'incisions de la paroi abdominale pouvant être utilisées. Il s'agit notamment des incisions verticales et transversales, et il existe des variations spécifiques dans la manière de pratiquer les incisions. La revue des études a identifié 4 essais portant sur 666 femmes. Comparée à la technique de Pfannenstiel, l’incision selon la méthode de Joël-Cohen a montré de meilleurs résultats et était associée à une réduction de la fièvre, des douleurs postopératoires, des pertes de sang, de la durée de l'intervention et de l’hospitalisation. Cependant, les essais n'ont pas évalué les éventuels problèmes à long terme associés aux différentes techniques chirurgicales.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français