Intervention Review

Home visits during pregnancy and after birth for women with an alcohol or drug problem

  1. Catherine Turnbull2,
  2. David A Osborn3,*

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 18 JAN 2012

Assessed as up-to-date: 30 NOV 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD004456.pub3


How to Cite

Turnbull C, Osborn DA. Home visits during pregnancy and after birth for women with an alcohol or drug problem. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 1. Art. No.: CD004456. DOI: 10.1002/14651858.CD004456.pub3.

Author Information

  1. 2

    Department of Health, South Australia, Adelaide, South Australia, Australia

  2. 3

    University of Sydney, Discipline of Obstetrics, Gynaecology and Neonatology, Central Clinical School, Sydney, NSW, Australia

*David A Osborn, RPA Newborn Care, Royal Prince Alfred Hospital, Missenden Road, Camperdown, NSW, 2050, Australia. david.osborn@email.cs.nsw.gov.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 JAN 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

One potential method of improving outcome for pregnant or postpartum women with a drug or alcohol problem is with home visits.

Objectives

To determine the effects of home visits during pregnancy and/or after birth for women with a drug or alcohol problem.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 November 2011), CENTRAL (The Cochrane Library 2011, Issue 4 of 4), MEDLINE (1966 to 30 November 2011), EMBASE (1980 to 30 November 2011), CINAHL (1982 to 30 November 2011) and PsycINFO (1974 to 30 November 2011) supplemented by searches of citations from previous reviews and trials and contact with experts.

Selection criteria

Studies using random or quasi-random allocation of pregnant or postpartum women with a drug or alcohol problem to home visits. Trials enrolling high-risk women of whom more than 50% were reported to use drugs or alcohol were also eligible.

Data collection and analysis

Review authors performed assessments of trials independently. We performed statistical analyses using fixed-effect and random-effects models where appropriate.

Main results

Seven studies (reporting 803 mother-infant pairs) compared home visits mostly after birth with no home visits. Visitors included community health nurses, paediatric nurses, trained counsellors, paraprofessional advocates, midwives and lay African-American women. Several studies had significant methodological limitations. There was no significant difference in continued illicit drug use (three studies, 384 women; risk ratio (RR) 1.05, 95% confidence interval (CI) 0.89 to 1.24), continued alcohol use (three studies, 379 women; RR 1.18, 95% CI 0.96 to 1.46), failure to enrol in a drug treatment program (two studies, 211 women; RR 0.45, 95% CI 0.10 to 1.94), not breastfeeding at six months (two studies, 260 infants; RR 0.95, 95% CI 0.83 to 1.10), incomplete six-month infant vaccination schedule (two studies, 260 infants; RR 1.09, 95% CI 0.91 to 1.32), the Bayley Mental Development Index (three studies, 199 infants; mean difference 2.89, 95% CI -1.17 to 6.95) or Psychomotor Index (MD 3.14, 95% CI -0.03 to 6.32), child behavioural problems (RR 0.46, 95% CI 0.21 to 1.01), infants not in care of biological mother (two studies, 254 infants; RR 0.83, 95% CI 0.50 to 1.39), non-accidental injury and non-voluntary foster care (two studies, 254 infants; RR 0.16, 95% CI 0.02 to 1.23) or infant death (three studies, 288 infants; RR 0.70, 95% CI 0.12 to 4.16). Individual studies reported a significant reduction in involvement with child protective services (RR 0.38, 95% CI 0.20 to 0.74) and failure to use postpartum contraception (RR 0.41, 95% CI 0.20 to 0.82).

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to recommend the routine use of home visits for pregnant or postpartum women with a drug or alcohol problem. Further large, high-quality trials are needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Home visits during pregnancy and after birth for women with an alcohol or drug problem

Not enough information on home visiting in pregnancy and after the birth for women with an alcohol or drug problem.

Women with an alcohol or drug problem in pregnancy are at increased risk of miscarriage, low birthweight babies, infections and postnatal depression, and the babies of withdrawal symptoms or impaired development. Home visits by individuals, teams of health professionals or trained lay people are aimed at improving health and social outcomes for mothers and babies. The review of seven trials, 803 women, found evidence that home visits after the birth may increase the engagement of these women in drug treatment services and their use of contraception, but there were insufficient data to say if this improved the health of the baby or mother. Further research is needed, with visits starting during pregnancy.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Visites à domicile aux femmes alcooliques ou toxicomanes pendant leur grossesse et après leur accouchement

Contexte

Les visites à domicile sont une méthode potentielle visant à améliorer les résultats des femmes toxicomanes ou alcooliques pendant leur grossesse ou après leur accouchement.

Objectifs

Déterminer les effets des visites à domicile pendant la grossesse et/ou après l'accouchement chez les femmes toxicomanes ou alcooliques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (30 novembre 2011), CENTRAL (The Cochrane Library 2011, numéro 4 sur 4), MEDLINE (de 1966 au 30 novembre 2011), EMBASE (de 1980 au 30 novembre 2011), CINAHL (de 1982 au 30 novembre 2011) et PsycINFO (de 1974 au 30 novembre 2011), auxquelles s'ajoutent des recherches de citations dans les revues et essais précédents, ainsi qu'une prise de contact avec des experts.

Critères de sélection

Des études ayant recours à une allocation aléatoire ou quasi aléatoire des femmes toxicomanes ou alcooliques enceintes ou ayant accouché aux visites à domicile. Des essais portant sur des femmes particulièrement à risque, dont plus de la moitié serait toxicomane ou alcoolique, étaient également éligibles.

Recueil et analyse des données

Les auteurs de la revue ont évalué les essais de façon indépendante. Nous avons effectué des analyses en utilisant des modèles à effets fixes et aléatoires, le cas échéant.

Résultats Principaux

Sept études (totalisant 803 paires mère-nourrisson) comparaient les visites à domicile rendues généralement après l'accouchement à l'absence de visites à domicile. Les visiteurs étaient des infirmiers sociaux, des infirmiers pédiatriques, des conseillers qualifiés, des avocats paraprofessionnels, des sages-femmes et des femmes laïques afro-américaines. Plusieurs études présentaient des limites méthodologiques significatives. Aucune différence significative n'a été constatée concernant la prise continue de drogues illicites (trois études, 384 femmes ; risque relatif (RR) 1,05, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,89 à 1,24), la consommation continue d'alcool (trois études, 379 femmes ; RR 1,18, IC à 95 % 0,96 à 1,46), l'échec d'une cure de désintoxication (deux études, 211 femmes ; RR 0,45, IC à 95 % 0,10 à 1,94), l'absence d'allaitement au bout de six mois (deux études, 260 nourrissons ; RR 0,95, IC à 95 % 0,83 à 1,10), un calendrier de vaccination incomplet pour un nourrisson âgé de 6 mois (deux études, 260 nourrissons ; RR 1,09, IC à 95 % 0,91 à 1,32), l'indice de développement mental de Bayley (trois études, 199 nourrissons ; différence moyenne 2,89, IC à 95 % - 1,17 à 6,95) ou l'indice psychomoteur (DM 3,14, IC à 95 % - 0,03 à 6,32), des troubles comportementaux de l'enfant (RR 0,46, IC à 95 % 0,21 à 1,01), les nourrissons qui ne sont pas sous la garde de leur mère biologique (deux études, 254 nourrissons ; RR 0,83, IC à 95 % 0,50 à 1,39), des blessures non accidentelles et le placement involontaire en foyer d'accueil (deux études, 254 nourrissons ; RR 0,16, IC à 95 % 0,02 à 1,23) ou la mort infantile (trois études, 288 nourrissons ; RR 0,70, IC à 95 % 0,12 à 4,16). Des études individuelles signalaient une baisse significative de l'engagement auprès des services de protection de l'enfance (RR 0,38, IC à 95 % 0,20 à 0,74) et des échecs concernant l'utilisation d'un contraceptif après l'accouchement (RR 0,41, IC à 95 % 0,20 à 0,82).

Conclusions des auteurs

Les preuves sont insuffisantes pour recommander le recours systématique aux visites à domicile chez des femmes toxicomanes ou alcooliques enceintes ou ayant accouché. Des essais de qualité supérieure et à grande échelle doivent être effectués.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Visites à domicile aux femmes alcooliques ou toxicomanes pendant leur grossesse et après leur accouchement

Visites à domicile aux femmes alcooliques ou toxicomanes pendant leur grossesse et après leur accouchement

Peu d'informations circulent à propos des visites à domicile aux femmes alcooliques ou toxicomanes pendant leur grossesse et après leur accouchement.

Les femmes alcooliques et toxicomanes enceintes sont davantage exposées à des risques de fausse couche, d'avoir un bébé présentant une insuffisance pondérale, d'infections, de dépression postnatale et d'avoir un bébé présentant des symptômes de sevrage ou un développement anormal. Les visites à domicile faites par des personnes, des équipes de professionnels de la santé ou des aidants ayant suivi une formation ont pour objectif d'améliorer les résultats sociaux et sanitaires des mères et leurs bébés. Cette revue composée de sept essais, soit 803 femmes, a démontré que les visites à domicile peuvent accroître le nombre de femmes souhaitant suivre une cure de désintoxication et avoir recours à une contraception, mais les données étaient insuffisantes pour avancer si cette initiative a permis d'améliorer la santé du bébé ou de sa mère. D'autres recherches sont requises, notamment sur les premières visites commençant pendant la grossesse.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th April, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français