Intervention Review

You have full text access to this OnlineOpen article

Educational and skills-based interventions for preventing relationship and dating violence in adolescents and young adults

  1. Gracia LT Fellmeth1,*,
  2. Catherine Heffernan2,
  3. Joanna Nurse3,
  4. Shakiba Habibula4,
  5. Dinesh Sethi3

Editorial Group: Cochrane Developmental, Psychosocial and Learning Problems Group

Published Online: 19 JUN 2013

Assessed as up-to-date: 7 NOV 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD004534.pub3

How to Cite

Fellmeth GLT, Heffernan C, Nurse J, Habibula S, Sethi D. Educational and skills-based interventions for preventing relationship and dating violence in adolescents and young adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 6. Art. No.: CD004534. DOI: 10.1002/14651858.CD004534.pub3.

Author Information

  1. 1

    Oxford University, Department of Public Health, Oxford, UK

  2. 2

    NHS Hounslow, Hounslow, UK

  3. 3

    WHO Regional Office for Europe, Copenhagen, Denmark

  4. 4

    Buckinghamshire County Council, Public Health, Aylesbury, UK

*Gracia LT Fellmeth, Department of Public Health, Oxford University, Rosemary Rue Building, Old Road Campus, Headington, Oxford, OX3 7LF, UK. gracia.fellmeth@nhs.net.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 19 JUN 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Educational and skills-based interventions are often used to prevent relationship and dating violence among young people.

Objectives

To assess the efficacy of educational and skills-based interventions designed to prevent relationship and dating violence in adolescents and young adults.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, six other databases and a trials register on 7 May 2012. We handsearched the references lists of key articles and two journals (Journal of Interpersonal Violence and Child Abuse and Neglect). We also contacted researchers in the field.

Selection criteria

Randomised, cluster-randomised and quasi-randomised studies comparing an educational or skills-based intervention to prevent relationship or dating violence among adolescents and young adults with a control.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed study eligibility and risk of bias. For each study included in the meta-analysis, data were extracted independently by GF and one other review author (either CH, JN, SH or DS). We conducted meta-analyses for the following outcomes: episodes of relationship violence, behaviours, attitudes, knowledge and skills.

Main results

We included 38 studies (15,903 participants) in this review, 18 of which were cluster-randomised trials (11,995 participants) and two were quasi-randomised trials (399 participants). We included 33 studies in the meta-analyses. We included eight studies (3405 participants) in the meta-analysis assessing episodes of relationship violence. There was substantial heterogeneity (I2 = 57%) for this outcome. The risk ratio was 0.77 (95% confidence interval (CI) 0.53 to 1.13). We included 22 studies (5256 participants) in the meta-analysis assessing attitudes towards relationship violence. The standardised mean difference (SMD) was 0.06 (95% CI -0.01 to 0.15). We included four studies (887 participants) in the meta-analysis assessing behaviour related to relationship violence; the SMD was -0.07 (95% CI -0.31 to 0.16). We included 10 studies (6206 participants) in the meta-analysis assessing knowledge related to relationship violence; the results showed an increase in knowledge in favour of the intervention (SMD 0.44, 95% CI 0.28 to 0.60) but there was substantial heterogeneity (I2 = 52%). We included seven studies (1369 participants) in the meta-analysis assessing skills related to relationship violence. The SMD was 0.03 (95% CI -0.11 to 0.17). None of the included studies assessed physical health, psychosocial health or adverse outcomes. Subgroup analyses showed no statistically significant differences by intervention setting or type of participants. The quality of evidence for all outcomes included in our meta-analysis was moderate due to an unclear risk of selection and detection bias and a high risk of performance bias in most studies.

Authors' conclusions

Studies included in this review showed no evidence of effectiveness of interventions on episodes of relationship violence or on attitudes, behaviours and skills related to relationship violence. We found a small increase in knowledge but there was evidence of substantial heterogeneity among studies. Further studies with longer-term follow-up are required, and study authors should use standardised and validated measurement instruments to maximise comparability of results.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions to prevent relationship and dating violence in adolescents and young people

Relationship and dating violence is a significant problem among adolescents and young adults. Relationship violence includes a range of violent behaviours, from verbal abuse to physical and sexual assault, and from threats to rape and murder. Currently there are many programmes in schools and universities and within community settings that aim to prevent relationship violence. It is important to establish whether these programmes work and whether they result in long-term reductions in relationship violence. This review looked at the results of 38 studies. The results showed no convincing evidence that the programmes decreased relationship violence, or that they improved participants' attitudes, behaviours and skills related to relationship violence. The results showed that participants' knowledge about relationships improved slightly following the programmes. These results should be interpreted with caution, as individual studies differed in the types of participants and interventions that they used and the ways in which changes were measured. None of the studies looked at the effect of the programmes on physical and mental health. Further studies, which follow participants for a longer period of time and which look at the relationship between attitudes, knowledge, behaviour, skills and the number of times relationship violence occurs, are required to improve our understanding of how well these programmes work.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions axées sur l'éducation et les compétences pour prévenir la violence dans les relations et les fréquentations chez les adolescents et les jeunes adultes

Contexte

Les interventions axées sur l'éducation et les compétences sont souvent utilisées pour prévenir la violence dans les relations et les fréquentations chez les jeunes.

Objectifs

Évaluer l'efficacité des interventions basées sur l'éducation et les compétences conçues pour prévenir la violence dans les relations et les fréquentations chez les adolescents et les jeunes adultes.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, six autres bases de données et un registre d'essais le 7 mai 2012. Nous avons effectué des recherches manuelles dans les listes bibliographiques des principaux articles et dans deux journaux (Journal of Interpersonal Violence et Child Abuse and Neglect). Nous avons également contacté des chercheurs spécialisés dans ce domaine.

Critères de sélection

Les études randomisées, randomisées en grappes et quasi-randomisées comparant les interventions axées sur l'éducation ou les compétences pour prévenir la violence dans les relations ou les fréquentations chez les adolescents et les jeunes adultes à un témoin.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué l'éligibilité et les risques de biais des études. Pour chaque étude incluse dans la méta-analyse, les données ont été extraites de manière indépendante par GF et un autre auteur de la revue (soit CH, JN, SH ou DS). Nous avons réalisé des méta-analyses pour les résultats suivants : épisodes de violence relationnelle, comportements, attitudes, connaissances et compétences.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 38 études (15903 participants) dans cette revue, dont 18 étaient des essais randomisés en grappes (11995 participants) et deux étaient des essais quasi-randomisés (399 participants). Nous avons inclus 33 études dans les méta-analyses. Nous avons inclus huit études (3405 participants) dans la méta-analyse évaluant les épisodes de violence relationnelle. Il a été constaté une hétérogénéité substantielle en ce qui concerne ce critère de jugement (statistique I2 = 57%). Le rapport de risque était de 0,77 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,53 à 1,13). Nous avons inclus 22 études (5256 participants) dans la méta-analyse évaluant les attitudes de violence relationnelle. La différence moyenne pondérée (DMP) était de 0,06 (IC à 95 % - 0,01 à 0,15). Nous avons inclus quatre études (887 participants) dans la méta-analyse évaluant le comportement lié à la violence relationnelle ; la DMP était de -0,07 (IC à 95 % -0,31 à 0,16). Nous avons inclus 10 études (6206 participants) dans la méta-analyse évaluant les connaissances liées à la violence relationnelle ; les résultats ont montré une hausse des connaissances en faveur de l'intervention (DMP 0,44, IC à 95% 0,28 à 0,60) mais il a été constaté une hétérogénéité substantielle (I2 = 52%). Nous avons inclus sept études (1369 participants) dans la méta-analyse évaluant les compétences liées à la violence relationnelle. La DMP était de 0,03 (IC à 95% -0,11 à 0,17). Aucune des études incluses n'a évalué la santé physique, la santé psycho-sociale ou les résultats indésirables. Les analyses de sous-groupes n'ont montré aucune différence statistiquement significative en fonction du contexte d'intervention ou du type de participants. La qualité des données pour tous les critères de jugement inclus dans notre méta-analyse était modérée en raison d'un risque confus de biais de sélection et de détection et d'un risque élevé de biais de performance dans la plupart des études.

Conclusions des auteurs

Les études incluses dans cette revue n'ont montré aucune preuve étayant l'efficacité des interventions sur les épisodes de violence relationnelle ou sur les attitudes, les comportements et les compétences liées à la violence relationnelle. Nous avons constaté une légère augmentation des connaissances mais il y avait une hétérogénéité substantielle évidente entre les études. Des études complémentaires avec un suivi à plus long terme sont requises et les auteurs des études devraient utiliser des instruments de mesure standardisés et validés pour optimiser la comparabilité des résultats.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions axées sur l'éducation et les compétences pour prévenir la violence dans les relations et les fréquentations chez les adolescents et les jeunes adultes

Interventions destinées à prévenir la violence dans les relations et les fréquentations chez les adolescents et les jeunes adultes

La violence dans les relations et les fréquentations est un problème important chez les adolescents et les jeunes adultes. La violence dans les relations inclut une multitude de comportements violents, allant des insultes verbales aux agressions physiques et sexuelles, et des menaces au viol et au meurtre. Il existe actuellement des programmes dans les écoles et les universités et au sein des cadres communautaires qui ont pour objectif de prévenir la violence dans les relations. Il est important d'établir si ces programmes fonctionnent et s'ils entraînent une baisse à long terme de la violence dans les relations. Cette revue a examiné les résultats de 38 études. Les résultats n'ont montré aucune preuve convaincante indiquant que les programmes faisaient baisser la violence dans les relations ou qu'ils amélioraient les attitudes les comportements et les compétences des participants par rapport à la violence dans les relations. Les résultats ont montré que la connaissance des participants sur les relations s'améliorait légèrement après les programmes. Ces résultats doivent être interprétés avec précaution étant donné que les études individuelles étaient différentes au niveau des types de participants et d'interventions utilisés et au niveau des manières dont les changements étaient mesurés. Aucune étude n'a étudié l'effet des programmes sur la santé physique et psychologique. Il est nécessaire de réaliser des études complémentaires, qui suivent les participants sur une période plus longue et qui examinent la relation entre les attitudes, les connaissances, les comportements, les compétences et le nombre de fois où la violence est apparue, afin de mieux comprendre si ces programmes fonctionnent bien.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 7th August, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.