Intervention Review

Stretching to prevent or reduce muscle soreness after exercise

  1. Robert D Herbert1,*,
  2. Marcos de Noronha2,
  3. Steven J Kamper1

Editorial Group: Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group

Published Online: 6 JUL 2011

Assessed as up-to-date: 7 MAY 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD004577.pub3

How to Cite

Herbert RD, de Noronha M, Kamper SJ. Stretching to prevent or reduce muscle soreness after exercise. Cochrane Database of Systematic Reviews 2011, Issue 7. Art. No.: CD004577. DOI: 10.1002/14651858.CD004577.pub3.

Author Information

  1. 1

    The George Institute for Global Health, Musculoskeletal Division, Sydney, Australia

  2. 2

    Universidade do Estado de Santa Catarina, Physiotherapy, Florianopolis, Santa Catarina, Brazil

*Robert D Herbert, Musculoskeletal Division, The George Institute for Global Health, PO Box M201, Missenden Road, Camperdown, Sydney, NWS 2050, Australia. rherbert@george.org.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 6 JUL 2011

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Many people stretch before or after engaging in athletic activity. Usually the purpose is to reduce risk of injury, reduce soreness after exercise, or enhance athletic performance. This is an update of a Cochrane review first published in 2007.

Objectives

The aim of this review was to determine effects of stretching before or after exercise on the development of delayed-onset muscle soreness.

Search methods

We searched the Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group Specialised Register (to 10 August 2009), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (2010, Issue 1), MEDLINE (1966 to 8th February 2010), EMBASE (1988 to 8th February 2010), CINAHL (1982 to 23rd February 2010), SPORTDiscus (1949 to 8th February 2010), PEDro (to 15th February 2010) and reference lists of articles.

Selection criteria

Eligible studies were randomised or quasi-randomised studies of any pre-exercise or post-exercise stretching technique designed to prevent or treat delayed-onset muscle soreness (DOMS). For the studies to be included, the stretching had to be conducted soon before or soon after exercise and muscle soreness had to be assessed.

Data collection and analysis

Risk of bias was assessed using The Cochrane Collaboration's 'Risk of bias' tool and quality of evidence was assessed using GRADE. Estimates of effects of stretching were converted to a common 100-point scale. Outcomes were pooled in fixed-effect meta-analyses.

Main results

Twelve studies were included in the review. This update incorporated two new studies. One of the new trials was a large field-based trial that included 2377 participants, 1220 of whom were allocated stretching. All other 11 studies were small, with between 10 and 30 participants receiving the stretch condition. Ten studies were laboratory-based and other two were field-based. All studies were exposed to either a moderate or high risk of bias. The quality of evidence was low to moderate.

There was a high degree of consistency of results across studies. The pooled estimate showed that pre-exercise stretching reduced soreness at one day after exercise by, on average, half a point on a 100-point scale (mean difference -0.52, 95% CI -11.30 to 10.26; 3 studies). Post-exercise stretching reduced soreness at one day after exercise by, on average, one point on a 100-point scale (mean difference -1.04, 95% CI -6.88 to 4.79; 4 studies). Similar effects were evident between half a day and three days after exercise. One large study showed that stretching before and after exercise reduced peak soreness over a one week period by, on average, four points on a 100-point scale (mean difference -3.80, 95% CI -5.17 to -2.43). This effect, though statistically significant, is very small.

Authors' conclusions

The evidence from randomised studies suggests that muscle stretching, whether conducted before, after, or before and after exercise, does not produce clinically important reductions in delayed-onset muscle soreness in healthy adults.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Stretching to prevent or reduce muscle soreness after exercise

Many people stretch prior to or after engaging in physical activities such as sport. Usually the purpose is to reduce the risk of injury, reduce soreness after exercise, or enhance athletic performance. This review looked at the effects of stretching on muscle soreness only.

The review located 12 relevant randomised controlled studies looking at the effect of stretching before or after physical activity on muscle soreness. Eleven studies were small with between 10 to 30 people being allocated stretching exercises. In contrast, one study was large with 2337 participants, 1220 of whom were in the stretching group. Ten studies were conducted in laboratories using standardised exercises. The only two studies, which included the only large study, were so-called field-based studies. These examined the effect of stretching on muscle soreness associated with self-selected physical activity. The studies were of low to moderate quality. Some of the studies examined the effects of stretching before physical activity, some examined the effects of stretching after physical activity, and some examined effects of stretching both before and after physical activity.

The studies produced very consistent findings. They showed there was little or no effect of stretching on the muscle soreness experienced in the week after the physical activity.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Étirements pour prévenir ou réduire les douleurs musculaires après l'exercice

Contexte

De nombreuses personnes s'étirent avant ou après une activité athlétique. L'objectif est généralement de réduire le risque de lésion, limiter les douleurs après l'exercice ou améliorer les performances physiques. Cette revue est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2007.

Objectifs

L'objectif de cette revue était de déterminer les effets des étirements avant ou après l'exercice sur le développement de douleurs musculaires d'apparition retardée.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (jusqu'au 10 août 2009), le registre Cochrane central des essais contrôlés (2010, numéro 1), MEDLINE (1966 au 8 février 2010), EMBASE (1988 au 8 février 2010), CINAHL (1982 au 23 février 2010), SPORTDiscus (1949 au 8 février 2010), PEDro (jusqu'au 15 février 2010) ainsi que les références bibliographiques des articles.

Critères de sélection

Les essais éligibles étaient des études randomisées ou quasi-randomisées portant sur n'importe quelle technique d'étirement avant ou après l'exercice conçue pour prévenir ou traiter les douleurs musculaires d'apparition retardée (DMAR). Pour que les études puissent être incluses, les étirements devaient être effectués peu de temps avant ou après l'exercice, et les douleurs musculaires devaient être évaluées.

Recueil et analyse des données

Le risque de biais a été évalué à l'aide de l'outil d'évaluation du risque de biais de la Collaboration Cochrane, et la qualité des preuves à l'aide du système GRADE. Les estimations des effets des étirements ont été converties en échelle commune en 100 points. Les résultats ont été combinés dans des méta-analyses à effets fixes.

Résultats Principaux

Douze études ont été incluses dans la revue. Cette mise à jour inclut deux nouvelles études. L'une de ces nouvelles études était un essai de terrain à grande échelle qui portait sur 2 377 participants, dont 1 220 étaient assignés au groupe des étirements. Les 11 études restantes étaient toutes de petite taille, avec 10 à 30 participants dans le groupe des étirements. Dix études avaient été réalisées en laboratoire et deux dans des conditions de terrain. Toutes les études présentaient un risque de biais modéré à élevé. La qualité des preuves était faible à modérée.

Les résultats des études présentaient un degré de cohérence élevé. L'estimation combinée montrait que les étirements avant l'exercice réduisaient les douleurs d'un demi-point en moyenne sur une échelle de 100 points un jour après l'exercice (différence moyenne de -0,52, IC à 95 %, entre -11,30 et 10,26 ; 3 études). Les étirements après l'exercice réduisaient les douleurs d'un point en moyenne sur une échelle de 100 points un jour après l'exercice (différence moyenne de -1,04, IC à 95 %, entre -6,88 et 4,79 ; 4 études). Des effets similaires étaient observés une demi-journée à trois jours après l'exercice. Une étude à grande échelle montrait que les étirements avant et après l'exercice réduisaient la douleur maximale de quatre points en moyenne sur une échelle de 100 points au cours d'une période d'une semaine (différence moyenne de -3,80, IC à 95 %, entre -5,17 et -2,43). Cet effet, quoique statistiquement significatif, est très limité.

Conclusions des auteurs

Les preuves issues d'études randomisées suggèrent que les étirements musculaires réalisés avant et/ou après l'exercice ne produisent pas de réduction cliniquement importante des douleurs musculaires d'apparition retardée chez les adultes en bonne santé.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Étirements pour prévenir ou réduire les douleurs musculaires après l'exercice

Étirements pour prévenir ou réduire les douleurs musculaires après l'exercice

De nombreuses personnes s'étirent avant ou après les activités physiques et sportives. L'objectif est généralement de réduire le risque de lésion, limiter les douleurs après l'exercice ou améliorer les performances physiques. Cette revue examinait uniquement les effets des étirements sur les douleurs musculaires.

Dans le cadre de cette revue, 12 études contrôlées randomisées pertinentes examinant les effets des étirements réalisés avant ou après les activités physiques sur les douleurs musculaires ont été identifiées. Onze études étaient de petite taille, avec 10 à 30 participants assignés à des exercices d'étirement. Une autre étude à grande échelle portait sur 2 337 participants, dont 1 220 étaient assignés au groupe des étirements. Dix études avaient été menées en laboratoire sur la base d'exercices standardisés. Seules deux études (dont la seule étude à grande échelle) étaient des études de terrain. Ces dernières examinaient les effets des étirements sur les douleurs musculaires associées à une activité physique choisie par le participant. Les études présentaient une qualité faible à modérée. Certaines études examinaient les effets des étirements avant l'activité physique, d'autres après l'activité physique, et d'autres encore avant et après l'activité physique.

Ces études produisaient des résultats très cohérents. Elles montraient que les étirements n'avaient que peu ou pas d'effet sur les douleurs musculaires au cours de la semaine suivant l'activité physique.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st July, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.