Get access

Inpatient versus other settings for detoxification for opioid dependence

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

There are a complex range of variables that can influence the course and subjective severity of opioid withdrawal. There is a growing evidence for the effectiveness of a range of medically-supported detoxification strategies, but little attention has been paid to the influence of the setting in which the process takes place.

Objectives

To evaluate the effectiveness of any inpatient opioid detoxification programme when compared with all other time-limited detoxification programmes on the level of completion of detoxification, the intensity and duration of withdrawal symptoms, the nature and incidence of adverse effects, the level of engagement in further treatment post-detoxification, and the rates of relapse post-detoxification.

Search methods

Electronic databases: the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL - The Cochrane Library Issue 2, 2008); MEDLINE (January 1966-May 2008); EMBASE (January 1988-May 2008); PsycInfo (January 1967-May 2008); CINAHL (January 1982-May 2008). In addition the Current Contents, Biological Abstracts, Science Citation Index and Social Sciences Index were searched.

Selection criteria

Randomised controlled clinical trials comparing inpatient opioid detoxification (any drug or psychosocial therapy) with other time-limited detoxification programmes (including residential units that are not staffed 24 hours per day, day-care facilities where the patient is not resident for 24 hours per day, and outpatient or ambulatory programmes, and using any drug or psychosocial therapy).

Data collection and analysis

All abstracts were independently inspected by two reviewers (ED & JI) and relevant papers were retrieved and assessed for methodological quality using Cochrane Reviewers' Handbook criteria.

Main results

Only one study met the inclusion criteria. This did not explicitly report the number of participants in each group that successfully completed the detoxification process, but the published data allowed us to deduce that 7 out of 10 (70%) in the inpatient detoxification group were opioid-free on discharge, compared with 11 out of 30 (37%) in the outpatient group. There was very limited data about the other outcomes of interest.

Authors' conclusions

This review demonstrates that there is no good available research to guide the clinician about the outcomes or cost-effectiveness of inpatient or outpatient approaches to opioid detoxification.

摘要

背景

住院對照其他機構對於鴉片成癮的解毒成效

許多複雜的變項會影響病程與主觀認定鴉片戒斷嚴重度。關於醫學支持解毒策略成效的證據愈來愈多,但較少關注於機構執行過程所造成為的影響。

目標

評估任何的住院鴉片解毒計畫相較於所有其他具有服務時間限制的解毒計畫對於完全解毒程度,戒斷症狀的期間,副作用的性質與發生率,解毒後進一步治療的參與程度,以及戒毒後復發的效果。

搜尋策略

電子資料庫:the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL  考科藍圖書館2004年第3期);MEDLINE (1966年1月−2004年3月);EMBASE (1988年1月−2004年3月);PsycInfo (1967年1月−2004年3月);CINAHL (1982年1月−2004年3月)。此外也檢索Current Contents,Biological Abstracts,Science Citation Index與Social Sciences Index。

選擇標準

比較住院的鴉片解毒作用(任何藥物或心理社會療法)與其他有服務限時解毒計畫(包括沒有每天24小時常駐工作人員的住宅中心,病患不是每天24小時居住的日間照護機構,與門診或緊急計畫,與使用任何藥物或心理社會療法)的隨機對照臨床試驗。

資料收集與分析

由兩名回顧者(ED & JI)分別檢閱所有的摘要並檢索相關文章,並使用考科藍回顧者手冊的標準來評估方法學品質。

主要結論

只有一篇研究符合納入標準。這篇研究沒有明確指出每組完全解毒成功的研究對象人數,但已發表的資料允許我們推論住院解毒組中有7/10(70%)的人解毒後出院,相較於門診組有11/30(37%)。其它感興趣的結果資料很有限。

作者結論

有關住院或門診患者之鴉片解毒方法的結果或成本效性,這篇回顧顯示沒有良好的研究可以指引臨床醫師。

翻譯人

本摘要由高雄榮民總醫院金沁琳翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

在許多社會裡,諸如海洛因,嗎啡與可待因等鴉片藥物成癮是嚴重的問題。鴉片藥物很難戒除,戒治的第一步是解毒,會因身體受藥物戒斷而產生許多痛苦症狀。許多人選擇住院解毒計畫而不是自己嘗試停止使用鴉片。住院計畫中,如美沙冬(methadone)的藥物可以緩解戒斷症狀,且病患處在一個不接觸鴉片的安全,支持性的環境。然而,住院計畫昂貴且會干擾病患的生活。現在增加了許多的門診計畫,以提供藥物與一些支持讓藥物使用者得以在社區生活。不像住院計畫,除了造訪計畫,還有日間中心與非24小時常駐工作人員的住宅機構。這篇回顧的作者尋找比較住院與其他類型鴉片戒斷計畫的研究,以觀察何者較有效。他們只發現了一篇1975年,有40名研究對象的研究。研究建議短期的住院療法也許比門診療法有效,但解毒後三個月內所有的住院病患皆復發。由於他們只發現了一篇包含少量病患的過時研究,因此考科藍回顧作者對於是否住院治療比門診或其他機構有效無法做出結論。必須完成更多的研究以測量住院解毒的利益與成本,尤其是對於較嚴重的藥物使用者。

Résumé scientifique

Comparaison d'un milieu hospitalier à un milieu autre pour une cure de désintoxication de la dépendance aux opiacés

Contexte

Il existe un éventail complexe de variables pouvant influencer le déroulement et la gravité subjective du sevrage des opiacés. Il existe de plus en plus de preuves concernant l'efficacité d'un ensemble de stratégies de désintoxication prises en charge médicalement, mais l'influence du milieu dans lequel se déroule le processus n'a fait l'objet d'aucune attention particulière.

Objectifs

Évaluer l'efficacité d'un programme hospitalier de désintoxication des opiacés par rapport à l'ensemble des autres programmes de désintoxication limités par le temps au niveau de l'achèvement de la désintoxication, de l'intensité et de la durée des symptômes de sevrage, mais aussi de la nature et de l'incidence des effets indésirables, du degré d'engagement dans un autre traitement suite à la désintoxication et des taux de rechute suite à la désintoxication.

Stratégie de recherche documentaire

Bases de données électroniques : le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL - The Cochrane Library, numéro 2, 2008) ; MEDLINE (de janvier 1966 à mai 2008) ; EMBASE (de janvier 1988 à mai 2008) ; PsycInfo (de janvier 1967 à mai 2008) ; CINAHL (de janvier 1982 à mai 2008). Current Contents, Biological Abstracts, Science Citation Index et Social Sciences Index ont également fait l'objet de recherches.

Critères de sélection

Essais cliniques contrôlés randomisés comparant une cure de désintoxication des opiacés en hôpital (tout traitement médicamenteux ou psychosocial) à d'autres programmes de désintoxication limités dans le temps (notamment les établissements d'hébergement dans lesquels le personnel n'est pas présent en permanence, les centres d'accueil de jour dans lesquels le patient n'est présent qu'une partie de la journée et les programmes externes ou ambulatoires utilisant tout traitement médicamenteux ou psychosocial).

Recueil et analyse des données

Deux relecteurs (ED et JI) ont indépendamment examiné tous les résumés et les articles pertinents ont été extraits et leur qualité méthodologique évaluée en utilisant les critères du manuel du relecteur Cochrane.

Résultats principaux

Une seule étude répondait aux critères d'inclusion. Elle n'indiquait pas explicitement le nombre de participants dans chaque groupe ayant terminé avec succès le processus de désintoxication, mais les données publiées nous ont permis de déduire que 7 patients sur 10 (70 %) du groupe de désintoxication en hôpital n'étaient plus dépendants aux opiacés à leur sortie d'hôpital par rapport à 11 patients sur 30 (37 %) du groupe de désintoxication ambulatoire. Il y avait des données très limitées concernant les autres résultats intéressants.

Conclusions des auteurs

La présente revue montre qu'il n'existe aucune recherche pertinente permettant de guider les cliniciens concernant les résultats ou le rapport coût/efficacité des approches en hôpital ou ambulatoires appliquées à une cure de désintoxication des opiacés.

Plain language summary

Inpatient versus other settings for detoxification for opioid dependence

Dependence on opioid drugs, such as heroin, morphine, and codeine, is a serious problem in many societies. Opioids are very difficult to quit using. The first step to quitting is detoxification, which can cause a number of painful symptoms as the drug withdraws from the body. Many people choose an inpatient detoxification program rather than trying to stop using opioids on their own. In an inpatient program, medications such as methadone can ease the symptoms of withdrawal and patients are in a secure, supportive environment with no access to opiates. However, inpatient programs are expensive and can disrupt patients' lives. An increasing number of outpatient programs are available, providing medication and some support while keeping the drug user in the community. In addition to drop-in programs, there are day centres and even residential facilities which are not staffed 24 hours, unlike inpatient programs. The authors of this review looked for research comparing inpatient and other types of opiate withdrawal programs to see which is more effective. They found only one study from 1975, which had 40 participants. The study suggested inpatient therapy might be more effective than outpatient therapy in the short-term, but all of the inpatients relapsed within three months after detoxification. Since they found only one outdated study which included very few patients, the Cochrane review authors could not conclude whether inpatient treatment is more effective than outpatient or other settings. More research must be done to measure the benefits and costs of inpatient detoxification, especially for more severely dependent users.

Résumé simplifié

Comparaison d'un milieu hospitalier à un milieu autre pour une cure de désintoxication de la dépendance aux opiacés

La dépendance aux opiacés, comme l'héroïne, la morphine et la codéine, est un problème grave dans nombre de nos sociétés. La réalisation du sevrage des opiacés est très difficile. La première étape du sevrage consiste à suivre une cure de désintoxication, ce qui peut provoquer un certain nombre de symptômes douloureux au fur et à mesure que la drogue se dissipe dans l'organisme. De nombreuses personnes optent pour un programme de désintoxication en milieu hospitalier au lieu d'essayer d'entreprendre seul un sevrage des opiacés. Dans un programme réalisé en milieu hospitalier, les médicaments comme la méthadone peuvent atténuer les symptômes du sevrage et les patients se trouvent dans un environnement sûr et favorable à la réussite de leur sevrage, qui interdit toute consommation d'opiacés. Cependant, ces programmes hospitaliers coûtent cher et peuvent perturber la vie des patients. De plus en plus de programmes ambulatoires sont disponibles et fournissent un traitement, ainsi qu'une assistance, tout en maintenant le toxicomane dans la communauté. En plus de ces programmes librement accessibles, il existe des centres d'accueil de jour et même des établissements d'hébergement dans lesquels le personnel n'est pas présent en permanence, contrairement aux programmes hospitaliers. Les auteurs de cette revue ont observé les recherches comparant les programmes hospitaliers et d'autres types de programmes de sevrage des opiacés afin de déterminer lequel est le plus efficace. Ils n'ont trouvé qu'une seule étude datant de 1975 et composée de 40 participants. Cette étude suggérait que le traitement hospitalier pouvait être plus efficace qu'un traitement ambulatoire à court terme, mais une rechute de l'ensemble des patients hospitalisés était constatée trois mois après la fin de la cure de désintoxication. Étant donné qu'ils n'ont trouvé qu'une seule étude ancienne qui n'incluait que très peu de patients, les auteurs de la revue Cochrane ne pouvaient pas conclure si le traitement en hôpital était plus efficace qu'un traitement ambulatoire ou réalisé dans un autre milieu. D'autres recherches sont nécessaires pour mesurer les effets bénéfiques et les coûts d'une cure de désintoxication en hôpital, surtout chez les toxicomanes les plus dépendants.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 4th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary