Get access

Screening programmes for developmental dysplasia of the hip in newborn infants

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Uncorrected developmental dysplasia of the hip (DDH) is associated with long term morbidity such as gait abnormalities, chronic pain and degenerative arthritis.

Objectives

To determine the effect of different screening programmes for DDH on the incidence of late presentation of congenital hip dislocation.

Search methods

Searches were performed in CENTRAL (The Cochrane Library), MEDLINE and EMBASE (January 2011) supplemented by searches of clinical trial registries, conference proceedings, cross references and contacting expert informants.

Selection criteria

Randomised, quasi-randomised or cluster trials comparing the effectiveness of screening programmes for DDH.

Data collection and analysis

Three independent review authors assessed study eligibility and quality, and extracted data.

Main results

No study examined the effect of screening (clinical and/or ultrasound) and early treatment versus not screening and later treatment.

One study reported universal ultrasound compared to clinical examination alone did not result in a significant reduction in late diagnosed DDH or surgery but was associated with a significant increase in treatment.

One study reported targeted ultrasound compared to clinical examination alone did not result in a significant reduction in late diagnosed DDH or surgery, with no significant difference in rate of treatment.

Meta-analysis of two studies found universal ultrasound compared to targeted ultrasound did not result in a significant reduction in late diagnosed DDH or surgery. There was heterogeneity between studies reporting the effect on treatment rate.

Meta-analysis of two studies found delayed ultrasound and targeted splinting compared to immediate splinting of infants with unstable (but not dislocated) hips resulted in no significant difference in the rate of late diagnosed DDH. Both studies reported a significant reduction in treatment with use of delayed ultrasound and targeted splinting.

One study reported delayed ultrasound and targeted splinting compared to immediate splinting of infants with mild hip dysplasia on ultrasound resulted in no significant difference in late diagnosed DDH but a significant reduction in treatment. No infants in either group received surgery.

Authors' conclusions

There is insufficient evidence to give clear recommendations for practice. There is inconsistent evidence that universal ultrasound results in a significant increase in treatment compared to the use of targeted ultrasound or clinical examination alone. Neither of the ultrasound strategies have been demonstrated to improve clinical outcomes including late diagnosed DDH and surgery. The studies are substantially underpowered to detect significant differences in the uncommon event of late detected DDH or surgery. For infants with unstable hips or mildly dysplastic hips, use of delayed ultrasound and targeted splinting reduces treatment without significantly increasing the rate of late diagnosed DDH or surgery.

Résumé scientifique

Programmes de dépistage de la dysplasie développementale de la hanche chez les nouveau-nés

Contexte

La dysplasie développementale de la hanche (DDH) non corrigée est associée à une morbidité à long terme caractérisée par des troubles de la marche, une douleur chronique et une arthrite dégénérative.

Objectifs

Déterminer les effets des différents programmes de dépistage de la DDH sur l'incidence de l'apparition tardive d'une luxation congénitale de la hanche.

Stratégie de recherche documentaire

Des recherches ont été effectuées dans CENTRAL (Bibliothèque Cochrane), MEDLINE et EMBASE (janvier 2011), complétées par des recherches dans les registres d'essais cliniques, les actes de congrès et les références croisées, ainsi que par des contacts avec des experts de ce domaine.

Critères de sélection

Les essais randomisés, quasi-randomisés ou en cluster comparant l'efficacité de différents programmes de dépistage de la DDH.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs de revue indépendants ont évalué l'éligibilité et la qualité des études et extrait les données.

Résultats principaux

Aucune étude n'examinait les effets du dépistage (clinique et/ou ultrasons) et du traitement précoce par rapport à une absence de dépistage et un traitement plus tardif.

Une étude rapportait que l'utilisation systématique d'ultrasons, par rapport à l'examen clinique seul, n'entraînait pas de réduction significative de la DDH diagnostiquée tardivement ou de la chirurgie, mais était associée à une augmentation significative du traitement.

Une étude rapportait que l'utilisation ciblée d'ultrasons, par rapport à l'examen clinique seul, n'entraînait pas de réduction significative de la DDH diagnostiquée tardivement ou de la chirurgie, et ne présentait pas de différence significative en termes de taux de traitement.

La méta-analyse de deux études révélait que l'utilisation systématique d'ultrasons, par rapport à l'utilisation ciblée, n'entraînait pas de réduction significative de la DDH diagnostiquée tardivement ou de la chirurgie. Une hétérogénéité était observée entre les études documentant les effets sur le taux de traitement.

La méta-analyse de deux études révélait que l'utilisation différée d'ultrasons et la pose d'attelle ciblée par rapport à la pose d'attelle immédiate chez les nourrissons présentant des hanches instables (mais pas luxées) n'entraînaient aucune différence significative en termes de taux de DDH diagnostiquée tardivement. Ces deux études rapportaient une réduction significative du traitement associée aux ultrasons différés et à la pose d'attelle ciblée.

Une étude rapportait que les ultrasons différés et la pose d'attelle ciblée, par rapport à la pose d'attelle immédiate chez les nourrissons présentant une légère dysplasie de la hanche aux ultrasons, n'entraînaient aucune différence significative en termes de DDH diagnostiquée tardivement, mais étaient associés à une réduction significative du traitement. Aucun des nourrissons des deux groupes n'avait subi de chirurgie.

Conclusions des auteurs

Les preuves sont insuffisantes pour émettre des recommandations définitives pour la pratique clinique. Des données peu probantes indiquent que l'utilisation systématique d'ultrasons entraîne une augmentation significative du traitement par rapport aux ultrasons ciblés ou à l'examen clinique seul. Aucune des stratégies utilisant des ultrasons n'a fait la preuve de son efficacité pour améliorer les résultats cliniques, y compris la DDH diagnostiquée tardivement et la chirurgie. La puissance statistique de ces études est très insuffisante pour détecter des différences significatives concernant des événements peu fréquents tels qu'une DDH détectée tardivement ou une chirurgie. Chez les nourrissons présentant des hanches instables ou légèrement dysplasiques, les ultrasons différés et la pose d'attelle ciblée réduisent le traitement sans augmentation significative du taux de DDH diagnostiquée tardivement ou de chirurgie.

Plain language summary

Screening methods for dislocated or improperly formed hips in newborn infants

The hip joint is a ball and socket joint. Newborns may have hips that are not in their socket (dislocated) or hips that are improperly formed (dysplasia). Risk factors for hip dysplasia include a family history of a similar problem and female infants delivered in the breech position. The hips of most newborns will be examined clinically after birth and during infancy to determine whether they are stable, unstable or dislocated. Screening for hip dysplasia may prevent the need for late treatment, which is associated with long term hip deformity, gait disturbance and arthritis. However, early screening leads to increased treatment. Treatment may be complicated by damage to the hip due to impairment of the blood supply (avascular necrosis).

This review found no studies that compared the benefits and costs of early screening versus not screening for hip problems. Studies that compared the addition of ultrasound to clinical examination reported that when ultrasound was performed on all infants, the rate of treatment increased with no significant difference in rate of late detected dysplasia or surgery. Targeted ultrasound to infants at high risk of hip dysplasia did not significantly increase the rate of treatment but also did not significantly reduce the rate of late detected dysplasia or surgery. It is not possible to give clear recommendations for hip screening of newborn infants from the available evidence.

Where infants are clinically detected as having unstable but not dislocated hips, or are detected on ultrasound to have mild hip dysplasia, there is evidence that delaying treatment by two to eight weeks reduces the need for treatment without a significant increase in late diagnosed dysplasia or surgery.

Résumé simplifié

Méthodes de dépistage d'une luxation ou d'une malformation des hanches chez les nouveau-nés

L'articulation de la hanche est un joint à rotule. Parfois, les hanches des nouveau-nés ne se trouvent pas dans leur articulation (luxation) ou ne sont pas correctement formées (dysplasie). Dans la dysplasie de la hanche, les facteurs de risque incluent les antécédents familiaux et la présentation par le siège des bébés de sexe féminin. La plupart des nouveau-nés font l'objet d'un examen clinique après la naissance et pendant la petite enfance afin de déterminer si les hanches sont stables, instables ou luxées. Le dépistage de la dysplasie de la hanche pourrait permettre de limiter le recours à un traitement tardif, qui est associé à une déformation de la hanche à long terme, des troubles de la marche et de l'arthrite. Néanmoins, le dépistage précoce entraîne une augmentation du traitement. Le traitement peut être compliqué par une lésion de la hanche liée à des troubles de la circulation sanguine (nécrose avasculaire).

Cette revue n'a identifié aucune étude comparant les bénéfices et les coûts d'un dépistage précoce des problèmes de hanche par rapport à une absence de dépistage. Les études qui examinaient l'utilisation d'ultrasons en plus de l'examen clinique rapportaient qu'une utilisation systématique d'ultrasons chez tous les nourrissons entraînait une augmentation du taux de traitement sans différence significative en termes de taux de dysplasie détectée tardivement ou de chirurgie. L'utilisation d'ultrasons limitée aux nourrissons présentant un risque élevé de dysplasie de la hanche n'entraînait pas d'augmentation significative du taux de traitement mais n'entraînait pas non plus de réduction significative du taux de dysplasie détectée tardivement ou de chirurgie. Sur la base des preuves disponibles, aucune recommandation définitive ne peut être présentée concernant le dépistage de la hanche chez les nouveau-nés.

Lorsque l'examen clinique révèle une instabilité des hanches sans luxation ou que les ultrasons détectent une légère dysplasie de la hanche, des preuves indiquent que le fait de différer le traitement de deux à huit semaines limite le recours à un traitement sans augmentation significative de la dysplasie diagnostiquée tardivement ou de la chirurgie.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Get access to the full text of this article

Ancillary