Intervention Review

You have free access to this content

Ibuprofen and/or paracetamol (acetaminophen) for pain relief after surgical removal of lower wisdom teeth

  1. Edmund Bailey1,*,
  2. Helen V Worthington2,
  3. Arjen van Wijk3,
  4. Julian M Yates1,
  5. Paul Coulthard1,
  6. Zahid Afzal4

Editorial Group: Cochrane Oral Health Group

Published Online: 12 DEC 2013

Assessed as up-to-date: 20 MAY 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD004624.pub2


How to Cite

Bailey E, Worthington HV, van Wijk A, Yates JM, Coulthard P, Afzal Z. Ibuprofen and/or paracetamol (acetaminophen) for pain relief after surgical removal of lower wisdom teeth. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 12. Art. No.: CD004624. DOI: 10.1002/14651858.CD004624.pub2.

Author Information

  1. 1

    School of Dentistry, The University of Manchester, Department of Oral and Maxillofacial Surgery, Manchester, UK

  2. 2

    School of Dentistry, The University of Manchester, Cochrane Oral Health Group, Manchester, UK

  3. 3

    Academic Centre for Dentistry Amsterdam (ACTA), Social Dentistry and Behavioural Sciences, Amsterdam, Netherlands

  4. 4

    City Hospital, Oral and Maxillofacial Surgery, Birmingham, UK

*Edmund Bailey, Department of Oral and Maxillofacial Surgery, School of Dentistry, The University of Manchester, Coupland III Building, Oxford Road, Manchester, M13 9PL, UK. edmund.bailey@manchester.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 12 DEC 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Both paracetamol and ibuprofen are commonly used analgesics for the relief of pain following the surgical removal of lower wisdom teeth (third molars). In 2010, a novel analgesic (marketed as Nuromol) containing both paracetamol and ibuprofen in the same tablet was launched in the United Kingdom, this drug has shown promising results to date and we have chosen to also compare the combined drug with the single drugs using this model. In this review we investigated the optimal doses of both paracetamol and ibuprofen via comparison of both and via comparison with the novel combined drug. We have taken into account the side effect profile of the study drugs. This review will help oral surgeons to decide on which analgesic to prescribe following wisdom tooth removal.

Objectives

To compare the beneficial and harmful effects of paracetamol, ibuprofen and the novel combination of both in a single tablet for pain relief following the surgical removal of lower wisdom teeth, at different doses and administered postoperatively.

Search methods

We searched the Cochrane Oral Health Group'sTrials Register (to 20 May 2013); the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2013, Issue 4); MEDLINE via OVID (1946 to 20 May 2013); EMBASE via OVID (1980 to 20 May 2013) and the metaRegister of Controlled Trials (to 20 May 2013). We checked the bibliographies of relevant clinical trials and review articles for further studies. We wrote to authors of the identified randomised controlled trials (RCTs), and searched personal references in an attempt to identify unpublished or ongoing RCTs. No language restriction was applied to the searches of the electronic databases.

Selection criteria

Only randomised controlled double-blinded clinical trials were included. Cross-over studies were included provided there was a wash out period of at least 14 days. There had to be a direct comparison in the trial of two or more of the trial drugs at any dosage. All trials used the third molar pain model.

Data collection and analysis

All trials identified were scanned independently and in duplicate by two review authors, any disagreements were resolved by discussion, or if necessary a third review author was consulted. The proportion of patients with at least 50% pain relief (based on total pain relief (TOTPAR) and summed pain intensity difference (SPID) data) was calculated for all three drugs at both two and six hours postdosing and meta-analysed for comparison. The proportion of participants using rescue medication over both six and eight hours was also collated and compared. The number of patients experiencing adverse events or the total number of adverse events reported or both were analysed for comparison.

Main results

Seven studies were included, they were all parallel-group studies, two studies were assessed as at low risk of bias and three at high risk of bias; two were considered to have unclear bias in their methodology. A total of 2241 participants were enrolled in these trials.

Ibuprofen was found to be a superior analgesic to paracetamol at several doses with high quality evidence suggesting that ibuprofen 400 mg is superior to 1000 mg paracetamol based on pain relief (estimated from TOTPAR data) and the use of rescue medication meta-analyses. The risk ratio for at least 50% pain relief (based on TOTPAR) at six hours was 1.47 (95% confidence interval (CI) 1.28 to 1.69; five trials) favouring 400 mg ibuprofen over 1000 mg paracetamol, and the risk ratio for not using rescue medication (also favouring ibuprofen) was 1.50 (95% CI 1.25 to 1.79; four trials).

The combined drug showed promising results, with a risk ratio for at least 50% of the maximum pain relief over six hours of 1.77 (95% CI 1.32 to 2.39) (paracetamol 1000 mg and ibuprofen 400 mg) (one trial; moderate quality evidence), and risk ratio not using rescue medication 1.60 (95% CI 1.36 to 1.88) (two trials; moderate quality evidence).

The information available regarding adverse events from the studies (including nausea, vomiting, headaches and dizziness) indicated that they were comparable between the treatment groups. However, we could not formally analyse the data as it was not possible to work out how many adverse events there were in total.

Authors' conclusions

There is high quality evidence that ibuprofen is superior to paracetamol at doses of 200 mg to 512 mg and 600 mg to 1000 mg respectively based on pain relief and use of rescue medication data collected at six hours postoperatively. The majority of this evidence (five out of six trials) compared ibuprofen 400 mg with paracetamol 1000 mg, these are the most frequently prescribed doses in clinical practice. The novel combination drug is showing encouraging results based on the outcomes from two trials when compared to the single drugs.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Ibuprofen versus paracetamol (acetaminophen) for pain relief after surgical removal of lower wisdom teeth

Review question

This review, carried out by the Cochrane Oral Health Group, seeks to compare the effectiveness of two commonly used painkillers, paracetamol and ibuprofen and the combination of both in a single tablet in the relief of pain following surgical removal of lower wisdom teeth.

Background

Worldwide the number of surgical operations to remove wisdom teeth is immense, in England alone approximately 63,000 are removed in National Health Service (NHS) hospitals each year. Many patients need time off work and their quality of life is significantly affected. However, despite these consequences, people are often most concerned about pain following the operation which can be severe. It is suggested that the most intense pain is felt three to five hours after surgery. The pain experienced after oral surgery is widely used as a model to measure the effectiveness of painkillers in general.

Both paracetamol and ibuprofen are commonly used for the relief of pain following the surgical removal of lower wisdom teeth. In 2010, a new painkiller (marketed as Nuromol) containing paracetamol and ibuprofen in the same tablet was licensed for use in the United Kingdom.

All the drugs studied in this review had minimal side effects noted when used correctly for short-term pain relief.

Study characteristics

The evidence on which this review is based was current as of 20 May 2013. Seven studies with a total of 2241 participants all involving a direct comparison of ibuprofen to paracetamol or the combination of both were included in this review. All participants had surgery to remove a lower wisdom tooth or teeth that required bone removal or at least caused moderate to severe pain. Painkillers were taken after surgery and different doses of the drugs were compared.

The majority of the studies took place in the USA with one in Puerto Rico. Four of the trials took place in clinical research facilities, two in university dental hospitals and one in a private oral surgery clinic. The age of participants differed slightly between studies but was broadly similar, ranging from 15 to 65 years old. All studies included male and female participants.

All the studies included in this review looked only at pain relief and intensity information after a single dose of the painkiller after surgery. It is known that pain does continue after this and the drugs evaluated in this review are normally taken every six to eight hours (maximum of four times per day).

Key results

Ibuprofen is more effective than paracetamol at all doses studied in this review. On limited evidence, the combination of ibuprofen and paracetamol appeared to be no more effective than the single drugs when measured two hours after surgery. However, again on limited evidence, it was found to be more effective than the drugs taken singly when measured at six hours after surgery. Participants taking the combined drug also had a smaller chance of requiring rescue medication.

The information available regarding adverse events from the studies (including nausea, vomiting, headaches and dizziness) indicated that they were comparable between the treatment groups. However, review authors could not formally analyse the data as it was not possible to work out how many adverse events there were in total.

Quality of the evidence

All of the results (outcomes) comparing ibuprofen to paracetamol are of high quality. This means that further research is very unlikely to change our confidence in the estimates of the effect.

When comparing combined versus single drugs, the body of evidence for the proportion of patients with > 50% maximum pain relief (TOTPAR) over two and six hours, was assessed as of moderate quality due to imprecise estimates based on single studies. This means that further research is likely to have an important impact on our confidence in the estimate of the effect. The body of evidence for the use of rescue medication was assessed as being of high quality.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'ibuprofène et/ou le paracétamol (acétaminophène) pour le soulagement de la douleur après l’extraction des dents de sagesse inférieures

Contexte

Le paracétamol et l'ibuprofène sont des analgésiques couramment utilisés pour le soulagement de la douleur après l’extraction des dents de sagesse inférieures (troisièmes molaires). En 2010, un nouvel analgésique (commercialisé sous le nom de Nuromol) contenant à la fois du paracétamol et de l'ibuprofène dans le même comprimé a été introduit au Royaume-Uni. À ce jour, ce médicament a indiqué des résultats prometteurs et nous avons également choisi de comparer les médicaments combinés avec un médicament seul en utilisant ce modèle. Dans cette revue, nous avons étudié les doses optimales du paracétamol et de l'ibuprofène en comparant les deux et par comparaison avec le nouveau médicament combiné. Nous avons pris en compte le profil des effets secondaires des médicaments étudiés. Cette revue permettra aux chirurgiens-dentistes de décider quel analgésique prescrire après l'extraction de la dent de sagesse.

Objectifs

Comparer les effets bénéfiques et néfastes du paracétamol, de l'ibuprofène et de leur nouvelle combinaison dans un comprimé unique pour le soulagement de la douleur après l'extraction des dents de sagesse inférieures, à différents dosages et administré après l'opération.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu' au 20 mai 2013); le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (La Bibliothèque Cochrane 2013, numéro 4); MEDLINE via OVID (de 1946 au 20 mai 2013); EMBASE via OVID (de 1980 au 20 mai 2013) et le méta-registre des essais contrôlés (jusqu' au 20 mai 2013). Nous avons vérifié les bibliographies des essais cliniques et des articles de revue pour d'autres études. Nous avons écrit aux auteurs des essais contrôlés randomisés (ECR) identifiés et consulté les références personnelles dans le but d'identifier des ECR non publiés ou en cours. Aucune restriction de langue n'a été appliquée aux recherches dans les bases de données électroniques.

Critères de sélection

Seuls les essais cliniques en double aveugle contrôlés randomisés ont été inclus. Les études croisées ont été inclues lorsqu'il y avait une période de sevrage d'au moins 14 jours. Une comparaison directe devait être effectuer dans deux essais ou plus à n'importe quelle dose. Tous les essais utilisaient le modèle de douleur de la troisième molaire.

Recueil et analyse des données

Tous les essais identifiés ont été examinés de manière indépendante et en double par deux auteurs de la revue, les désaccords ont été résolus par discussion, ou si nécessaire, un troisième auteur de la revue a été consulté. La proportion de patients présentant au moins 50% de soulagement de la douleur (sur la base de soulagement total de la douleur (TOTPAR) et les différences entre les scores d'intensité de la douleur (SPID)) a été calculée pour les trois médicaments six heures après la prescription et une méta-analyse a été effectuée pour la comparaison. Le nombre de participants utilisant un médicament de secours après six et huit heures était également collecté et comparé. Le nombre de patients présentant des effets indésirables ou le nombre total d'effets indésirables rapportés ou les deux ont été analysés pour la comparaison.

Résultats Principaux

Sept études ont été inclues, elles étaient toutes en groupes parallèles, deux études ont été évaluées comme présentant un faible risque de biais et trois à risque de biais élevé; deux ont été considérées comme ayant un biais incertain dans leur méthodologie. 2 241 participants ont été inclus dans ces essais.

L'ibuprofène s’est révélé être un analgésique supérieur au paracétamol à plusieurs doses avec des preuves de haute qualité, suggérant que l'ibuprofène 400 mg est supérieur au paracétamol 1000 mg, basé sur le soulagement de la douleur (estimé à partir des données TOTPAR) et les méta-analyses sur l'utilisation d'un médicament de secours. Le risque relatif pour au moins 50% de soulagement de la douleur (TOTPAR) à six heures était de 1,47 (intervalle de confiance à 95% (IC) de 1,28 à 1,69; cinq essais), favorisant l'ibuprofène 400 mg au paracétamol 1000 mg et le risque relatif pour ne avoir recours à un médicament de secours (également en faveur de l'ibuprofène) était de 1,50 (IC à 95% 1,25 à 1,79; quatre essais).

Le médicament combiné a montré des résultats prometteurs, avec un risque relatif pour au moins 50% du soulagement maximal de la douleur sur six heures de 1,77 (IC à 95% de 1,32 à 2,39) (paracétamol 1000 mg et ibuprofène 400 mg) (un essai; preuves de qualité modérée) et le risque relatif pour ne avoir recours à un médicament de secours était de 1,60 (IC à 95% 1,36 à 1,88) (deux essais; preuves de qualité modérée).

Les informations disponibles concernant les effets indésirables dans les études (y compris des nausées, des vomissements, des céphalées et des étourdissements) ont indiqué qu’ils étaient comparables entre les groupes de traitement. Toutefois, nous n'avons pas pu analyser les données de manière formelle car il n'a pas été possible de déterminer le nombre total d’effets indésirables.

Conclusions des auteurs

Il existe des preuves de qualité élevée que l'ibuprofène est plus efficace que le paracétamol à des doses respectives de 200 mg et 512 mg, ainsi que de 600 mg et 1000 mg, basé sur le soulagement de la douleur et l'utilisation d'un médicament de secours six heures après l'opération. La majorité de ces preuves (cinq des six essais) comparait l'ibuprofène 400 mg au paracétamol 1000 mg, ce sont les doses plus fréquemment prescrites dans la pratique clinique. La nouvelle combinaison montre des résultats encourageants sur la base des critères de jugement de deux essais par rapport au médicament seul.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

L'ibuprofène et/ou le paracétamol (acétaminophène) pour le soulagement de la douleur après l’extraction des dents de sagesse inférieures

L'ibuprofène et/ou le paracétamol (acétaminophène) pour le soulagement de la douleur après l’extraction des dents de sagesse inférieures

Question de la revue

Cette revue, réalisée par le groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire, a pour objectif de comparer l'efficacité de deux analgésiques couramment utilisés, le paracétamol et l'ibuprofène et la combinaison des deux dans un comprimé unique dans le soulagement de la douleur après l’extraction des dents de sagesse inférieures.

Contexte

Dans le monde entier, le nombre d'opérations chirurgicales pour l’extraction des dents de sagesse est immense. Au Royaume-Uni seul, environ 63 000 sont retirées chaque année par les hôpitaux du National Health Service (NHS). De nombreux patients ont besoin de temps d'arrêt de travail et leur qualité de vie est significativement affectée. Cependant, malgré ces conséquences, les personnes sont souvent plus préoccupées par la douleur après l'opération qui peut être grave. Il est suggéré que la douleur la plus intense est ressentie trois à cinq heures après la chirurgie. La douleur ressentie après la chirurgie par voie orale est largement utilisée comme modèle pour mesurer l'efficacité des analgésiques en général.

Le paracétamol et l'ibuprofène sont couramment utilisés pour le soulagement de la douleur après l’extraction des dents de sagesse. En 2010, un nouveau médicament antidouleur (commercialisé sous le nom de Nuromol), contenant du paracétamol et de l'ibuprofène dans le même comprimé, a été autorisé pour le traitement au Royaume-Uni.

Tous les médicaments étudiés dans cette revue présentaient des effets secondaires minimes observés lorsqu'utilisés de manière adéquate à court terme pour le soulagement de la douleur.

Les caractéristiques de l'étude

Les preuves sur lesquelles cette revue est basée étaient à jour le 20 mai 2013. Sept études, portant sur un total de 2 241 participants, toutes impliquant une comparaison directe de l'ibuprofène avec le paracétamol ou la combinaison des deux, ont été inclues dans cette revue. Tous les participants subissaient une chirurgie pour l’extraction de dents de sagesse inférieures qui nécessitaient une ablation osseuse ou qui causaient au minimum une douleur modérée à sévère. Des analgésiques ont été pris après la chirurgie et différentes doses de ces médicaments ont été comparées.

La majorité des études a été réalisée aux États-Unis et une à Puerto Rico. Quatre de ces essais ont été réalisés dans des établissements de recherche clinique, deux dans des facultés de chirurgie dentaire et une dans une clinique privée de chirurgie par voie orale. L'âge des participants était légèrement différent entre les études, mais était généralement comparable, allant de 15 à 65 ans. Toutes les études incluaient des hommes et des femmes.

Toutes les études incluses dans cette revue examinaient uniquement le soulagement de la douleur et l'intensité des informations après une dose unique de l'analgésie suite à la chirurgie. Il est connu que la douleur se poursuit après cette chirurgie et les médicaments évalués dans cette revue sont normalement pris toutes les six à huit heures (maximum de quatre fois par jour).

Résultats principaux

L'ibuprofène est plus efficace que le paracétamol pour toutes les doses étudiées dans cette revue. Sur des preuves limitées, la combinaison d'ibuprofène et de paracétamol ne semblait pas plus efficace que les médicaments unique lorsque mesurée deux heures après l'opération. Cependant, de nouveau sur des preuves limitées, cette combinaison était plus efficace que les médicaments pris seuls lorsque mesurée six heures après la chirurgie. Les participants prenant le médicament combiné présentaient également un plus faible risque de recourir à des médicaments.

Les informations disponibles concernant les effets indésirables (y compris des nausées, des vomissements, des céphalées et des étourdissements) ont indiqué qu'ils étaient comparables entre les groupes de traitement. Cependant, les auteurs de la revue n'ont pas pu analyser les données de manière formelle car il n'a pas été possible de déterminer le nombre total d’effets indésirables.

Qualité des preuves

Tous les résultats (critères de jugement) comparant l'ibuprofène au paracétamol sont de bonne qualité. Cela signifie que d'autres recherches ont très peu de chances de changer notre confiance dans les estimations de l'effet.

En comparant la combinaisons avec des médicaments uniques, l’ensemble des preuves pour la proportion de patients avec 50% de soulagement maximal de la douleur (TOTPAR) pendant deux et six heures, a été évalué en tant que qualité modérée en raison d’estimations imprécises basées sur des études uniques. Cela signifie que d'autres recherches sont susceptibles d'avoir un impact important sur notre confiance dans l'estimation de l'effet. L’ensemble des preuves pour l'utilisation d'un médicament de secours a été évalué comme étant de haute qualité.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé