Intervention Review

Long-term pituitary down-regulation before in vitro fertilization (IVF) for women with endometriosis

  1. Hassan N Sallam1,*,
  2. Juan A Garcia-Velasco2,
  3. Sofia Dias3,
  4. Aydin Arici4,
  5. Ahmed M Abou-Setta5

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 25 JAN 2006

Assessed as up-to-date: 16 OCT 2005

DOI: 10.1002/14651858.CD004635.pub2


How to Cite

Sallam HN, Garcia-Velasco JA, Dias S, Arici A, Abou-Setta AM. Long-term pituitary down-regulation before in vitro fertilization (IVF) for women with endometriosis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 1. Art. No.: CD004635. DOI: 10.1002/14651858.CD004635.pub2.

Author Information

  1. 1

    Alexandria University, Egypt, Obstetrics and Gynaecology, Alexandria, Egypt

  2. 2

    IVI-Madrid, Instituto Valenciano de Infertilidad-Madrid, Madrid, Spain

  3. 3

    University of Bristol, Department of Community Based Medicine, Bristol, UK

  4. 4

    Yale University, Reproductive Endocrinology Section, New Haven, Connecticut, USA

  5. 5

    Alberta Research Centre for Health Evidence (ARCHE), University of Alberta Evidence-based Practice Centre (UA-EPC), Edmonton, Edmonton, Canada

*Hassan N Sallam, Obstetrics and Gynaecology, Alexandria University, Egypt, 22 Victor Emanuel Square, Smouha, Alexandria, 21615, Egypt. hnsallam@link.net.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 25 JAN 2006

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Women with endometriosis who are treated with in vitro fertilization (IVF) or intracytoplasmic sperm injection (ICSI) have a lower pregnancy rate compared to women with tubal factor infertility. It has been suggested that the administration of gonadotrophin releasing hormone (GnRH) agonists for a few months prior to IVF or ICSI increases the pregnancy rate.

Objectives

To determine the effectiveness of administering GnRH agonists for three to six months prior to IVF or ICSI in women with endometriosis.

Search methods

We used computer searches of the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, the National Research Register (NRR) and the MDSG Specialised Register of controlled trials. We handsearched proceedings of annual meetings of the American Society for Reproductive Medicine (ASRM) and the European Society for Human Reproduction and Embryology (ESHRE). We reviewed lists of references in original research and review articles. We contacted experts in various countries to identify unpublished trials.

Selection criteria

We included randomised controlled trials using any GnRH agonist prior to IVF or ICSI to treat women with any degree of endometriosis diagnosed by laparoscopy or laparotomy

Data collection and analysis

Two independent review authors abstracted data (HNS and JGV). We sent e-mails to investigators to seek additional information. We assessed the validity of each study using the methods suggested in the Cochrane Handbook. The data were checked by the third review author (SD) and any disagreement was resolved by arbitration with the fourth review author (AA). We generated 2 x 2 tables for principal outcome measures. The Peto-modified Mantel-Haenszel technique was used to calculate odds ratios (OR) and assess statistical heterogeneity between studies.

Main results

Three randomised controlled trials (with 165 women) were included. The live birth rate per woman was significantly higher in women receiving the GnRH agonist compared to the control group (OR 9.19, 95% CI 1.08 to 78.22). However, this was based on one trial reporting "viable pregnancy" only. The clinical pregnancy rate per woman was also significantly higher (three studies: OR 4.28, 95% CI 2.00 to 9.15). The information on miscarriage rates came from two trials with high heterogeneity and, therefore, results of the meta-analysis were doubtful. The included studies provided insufficient data to investigate the effects of administration of GnRH agonists on multiple or ectopic pregnancies, fetal abnormalities or other complications.

Authors' conclusions

The administration of GnRH agonists for a period of three to six months prior to IVF or ICSI in women with endometriosis increases the odds of clinical pregnancy by fourfold. Data regarding adverse effects of this therapy on the mother or fetus are not available at present.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Long-term pituitary down-regulation before in vitro fertilization (IVF) for women with endometriosis

Endometriosis is a disease characterised by the presence of endometrial tissue (the lining of the womb) outside the cavity of the womb. Many women with the disease suffer from menstrual pain and some suffer from infertility. Infertile women with endometriosis are often treated with in vitro fertilization (IVF) or intracytoplasmic sperm injection (ICSI) but have a lower chance of becoming pregnant compared to women who are infertile with blocked tubes. It has been suggested that giving GnRH agonists before IVF or ICSI could increase the chances of pregnancy. We have reviewed the literature and found that treating women for three to six months with GnRH agonists before IVF or ICSI increases the odds of clinical pregnancy four-fold. However, at present there is no information on the effect of this treatment on the incidence of ectopic pregnancy, multiple pregnancies or complications arising for the women or their offspring.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Régulation à la baisse de la glande pituitaire à long terme avant une fécondation in vitro (FIV) chez les femmes souffrant d'endométriose

Contexte

Les femmes souffrant d'endométriose qui sont traitées par fécondation in vitro (FIV) ou injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (IICS) présentent un taux de grossesses inférieur aux femmes infertiles pour des raisons tubaires. Il a été envisagé que l'administration d'agonistes de l'hormone libérant de la gonadotrophine (GnRH) pendant quelques mois avant une FIV ou une IICS augmente le taux de grossesses.

Objectifs

Déterminer l'efficacité de l'administration d'agonistes de la GnRH pendant trois à six mois avant une FIV ou une IICS chez les femmes souffrant d'endométriose.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons utilisé des recherches électroniques du registre Cochrane des essais contrôlés - Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), de MEDLINE, de EMBASE, du National Research Register (NRR) et du registre spécialisé des essais contrôlés MDSG. Nous avons effectué des recherches manuelles dans les actes des congrès annuels de l'American Society for Reproductive Medicine (ASRM) et de l'European Society for Human Reproduction and Embryology (ESHRE). Nous avons examiné les listes bibliographiques des recherches et des articles de revue d'origine. Nous avons contacté des experts de divers pays afin d'identifier les essais non publiés.

Critères de sélection

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés utilisant tout agoniste de la GnRH avant une FIV ou une IICS pour traiter les femmes souffrant à un degré quelconque d'endométriose diagnostiquée par laparoscopie ou laparotomie

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue indépendants ont extrait les données (HNS et JGV). Nous avons envoyé des e-mails aux investigateurs afin d'obtenir des informations complémentaires. Nous avons évalué la validité de chaque étude à l'aide des méthodes suggérées dans le manuel Cochrane. Les données ont été vérifiées par le troisième auteur de la revue (SD) et tout désaccord a été résolu par arbitrage par le quatrième auteur de la revue (AA). Nous avons généré 2 x 2 tableaux pour les principales mesures de résultats. La technique de Mantel-Haenszel modifiée par Peto a été utilisée pour calculer les rapports de cotes (RC) et évaluer l'hétérogénéité statistique entre les études.

Résultats Principaux

Trois essais contrôlés randomisés (portant sur 165 femmes) ont été inclus. Le taux de naissances vivantes par femme était significativement plus élevé chez les femmes recevant l'agoniste de la GnRH que dans le groupe témoin (RC 9,19, IC à 95 % 1,08 à 78,22). Cependant, ceci était basé sur un seul essai ne faisant état que des « grossesses viables ». Le taux de grossesses cliniques par femme était également significativement supérieur (trois études : RC 4,28, IC à 95 % 2,00 à 9,15). Les informations sur les taux de fausses couches provenaient de deux essais d'hétérogénéité élevée, et par conséquent les résultats de la méta-analyse étaient discutables. Les études incluses n'ont pas fourni suffisamment de données pour étudier les effets de l'administration d'agonistes de la GnRH sur les grossesses multiples ou extra-utérines, les anomalies fœtales ou autres complications.

Conclusions des auteurs

L'administration d'agonistes de la GnRH pendant une durée de trois à six mois avant une FIV ou une IICS chez les femmes souffrant d'endométriose multiplie les chances de grossesse clinique par quatre. Les données relatives aux effets indésirables de ce traitement sur la mère ou le fœtus ne sont pas disponibles à l'heure actuelle.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Régulation à la baisse de la glande pituitaire à long terme avant une fécondation in vitro (FIV) chez les femmes souffrant d'endométriose

Régulation à la baisse de la glande pituitaire à long terme avant une fécondation in vitro (FIV) chez les femmes souffrant d'endométriose

L'endométriose est une maladie caractérisée par la présence de tissu endométrial (la muqueuse de l'utérus) en dehors de la cavité de l'utérus. De nombreuses femmes atteintes de cette maladie souffrent de douleurs menstruelles et certaines souffrent d'infertilité. Les femmes infertiles souffrant d'endométriose sont souvent traitées par fécondation in vitro (FIV) ou injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (IICS), mais ont une probabilité inférieure de tomber enceinte que les femmes qui sont infertiles en raison d'une obstruction des trompes. Il a été envisagé que l'administration d'agonistes de la GnRH avant une FIV ou une IICS pouvait augmenter les chances de grossesse. Nous avons passé en revue la littérature et découvert que traiter les femmes pendant trois à six mois par des agonistes de la GnRH avant une FIV ou une IICS multiplie les chances de grossesse clinique par quatre. Cependant, à l'heure actuelle il n'existe pas d'informations sur l'effet de ce traitement sur l'incidence de la grossesse extra-utérine, des grossesses multiples ou des complications affectant les femmes ou leur progéniture.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 19th February, 2013
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux;

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

子宮內膜異位症婦女於體外受精 (IVF) 前之長療程腦下垂體降調節

相較於具有輸卵管性不孕症之婦女,子宮內膜異位症婦女在接受體外受精 (in vitro fertilization;IVF) 或精蟲卵質內注射術 (intracytoplasmic sperm injection;ICSI) 治療時具有較低之懷孕率。建議可在進行IVF或ICSI之前投與促性腺激素釋放激素 (gonadotrophin releasing hormone;GnRH) 激動劑數個月以提高懷孕率。

目標

判定在進行IVF或ICSI之前對子宮內膜異位症婦女投與GnRH激動劑3至6個月之有效性。

搜尋策略

電腦搜尋Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) 、MEDLINE、EMBASE、National Research Register (NRR) 以及MDSG Specialised Register of controlled trials。並且人工搜尋American Society for Reproductive Medicine (ASRM) 以及European Society for Human Reproduction以及Embryology (ESHRE) 年度研討會手冊。我們也檢視原創研究(original research)以及文獻回顧得參考文獻清單。我們還與各國學者聯絡以找出未發表的試驗。

選擇標準

我們收納了經由腹腔鏡或剖腹探查後診斷的任何程度子宮內膜異位症婦女,在接受IVE及ICSI前使用GnRH agonist的隨機對照試驗。

資料收集與分析

由2位獨立之回顧作者摘錄數據 (HNS及JGV) 。我們以電子郵件向研究者尋求額外之資料。我們使用 Cochrane Handbook中所建議的方法評估各項研究之有效性。數據由第3名回顧作者 (SD) 複查,而任何爭議則由第4名回顧作者 (AA) 仲裁解決。我們產出了主要結果標準之2 x 2表格。茲使用 Peto改良式MantelHaenszel技術計算勝算比 (odds ratios;OR) 並評估研究之間的統計異質性。

主要結論

共收納3項隨機對照試驗 (計有165名婦女) 。相較於控制組,接受GnRH激動劑之婦女具有顯著較高之每名婦女活產率 (OR 9.19, 95% CI 1.08 to 78.22) 。然而,此結果係根據僅報告「活胎妊娠」之1項研究。每名女性之臨床懷孕率亦顯著較高 (3項研究: OR 4.28, 95% CI 2.00 to 9.15) 。有關流產率的資訊係來自高度異質之2項研究,因此整合分析之結果須予存疑。所收納之研究並無法提供足夠數據,研究GnRH激動劑之投與對於多胎或異位妊娠、胎兒發育異常、或是其他併發症之效應。

作者結論

在進行IVF或ICSI之前對子宮內膜異位症婦女投與GnRH激動劑3至6個月可使臨床懷孕率提高4倍。目前仍無有關此種療法對於母體及胎兒之不良作用的數據。

翻譯人

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院 (National Health Research Institutes, Taiwan) 統籌。

總結

子宮內膜異位症是一種在子宮腔外存在子宮內膜組織 (子宮內壁) 的疾病。許多罹患該種疾病之婦女會有經痛之情形,而部分則會不孕。患有子宮內膜異位症之不孕婦女通常會以體外受精 (IVF) 或精蟲卵質內注射術 (ICSI) 治療,但其相較於因為輸卵管阻塞而不孕之婦女而言具有較低之懷孕率。建議,在進行IVF或ICSI之前投與GnRH激動劑可增加懷孕的機會。我們進行了文獻回顧,發現在進行IVF或ICSI之前以GnRH激動劑治療婦女3至6個月可使臨床懷孕率提高4倍。然而,目前仍無任何資料,說明此種治療對於異位妊娠、多胎妊娠、或是該等婦女或其子代所產生之併發症的效應。