Intervention Review

Antiplatelet agents for preventing pre-eclampsia and its complications

  1. Lelia Duley1,*,
  2. David J Henderson-Smart2,
  3. Shireen Meher3,
  4. James F King4

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 18 APR 2007

Assessed as up-to-date: 6 FEB 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD004659.pub2


How to Cite

Duley L, Henderson-Smart DJ, Meher S, King JF. Antiplatelet agents for preventing pre-eclampsia and its complications. Cochrane Database of Systematic Reviews 2007, Issue 2. Art. No.: CD004659. DOI: 10.1002/14651858.CD004659.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Leeds, Centre for Epidemiology and Biostatistics, Bradford, West Yorkshire, UK

  2. 2

    Queen Elizabeth II Research Institute, NSW Centre for Perinatal Health Services Research, Sydney, NSW, Australia

  3. 3

    The University of Liverpool, School of Reproductive and Developmental Medicine, Division of Perinatal and Reproductive Medicine, Liverpool, UK

  4. 4

    Royal Women's Hospital, Department of Perinatal Medicine, Carlton, Victoria, Australia

*Lelia Duley, Centre for Epidemiology and Biostatistics, University of Leeds, Bradford Institute for Health Research, Bradford Royal Infirmary, Duckworth Lane, Bradford, West Yorkshire, BD9 6RJ, UK. l.duley@leeds.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 18 APR 2007

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Pre-eclampsia is associated with deficient intravascular production of prostacyclin, a vasodilator, and excessive production of thromboxane, a vasoconstrictor and stimulant of platelet aggregation. These observations led to the hypotheses that antiplatelet agents, low-dose aspirin in particular, might prevent or delay development of pre-eclampsia.

Objectives

To assess the effectiveness and safety of antiplatelet agents for women at risk of developing pre-eclampsia.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (July 2006), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library 2005, Issue 1), EMBASE (1994 to November 2005) and handsearched congress proceedings of the International and European Societies for the Study of Hypertension in Pregnancy.

We updated the search of the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register on 31 May 2010 and added the results to the awaiting classification section

Selection criteria

All randomised trials comparing antiplatelet agents with either placebo or no antiplatelet agent were included. Quasi-random studies were excluded. Participants were pregnant women at risk of developing pre-eclampsia. Interventions were any comparisons of an antiplatelet agent (such as low-dose aspirin or dipyridamole) with either placebo or no antiplatelet.

Data collection and analysis

Two authors assessed trials for inclusion and extracted data independently.

Main results

Fifty-nine trials (37,560 women) are included. There is a 17% reduction in the risk of pre-eclampsia associated with the use of antiplatelet agents ((46 trials, 32,891 women, relative risk (RR) 0.83, 95% confidence interval (CI) 0.77 to 0.89), number needed to treat (NNT) 72 (52, 119)). Although there is no statistical difference in RR based on maternal risk, there is a significant increase in the absolute risk reduction of pre-eclampsia for high risk (risk difference (RD) -5.2% (-7.5, -2.9), NNT 19 (13, 34)) compared with moderate risk women (RD -0.84 (-1.37, -0.3), NNT 119 (73, 333)).

Antiplatelets were associated with an 8% reduction in the relative risk of preterm birth (29 trials, 31,151 women, RR 0.92, 95% CI 0.88 to 0.97); NNT 72 (52, 119)), a 14% reduction in fetal or neonatal deaths (40 trials, 33,098 women, RR 0.86, 95% CI 0.76 to 0.98); NNT 243 (131, 1,666) and a 10% reduction in small-for-gestational age babies (36 trials, 23,638 women, RR 0.90, 95% CI0.83 to 0.98). There were no statistically significant differences between treatment and control groups for any other outcomes.

Authors' conclusions

Antiplatelet agents, largely low-dose aspirin, have moderate benefits when used for prevention of pre-eclampsia and its consequences. Further information is required to assess which women are most likely to benefit, when treatment is best started, and at what dose.

[Note: The 16 citations in the awaiting classification section of the review may alter the conclusions of the review once assessed.]

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antiplatelet agents for preventing pre-eclampsia and its complications

Low doses of aspirin do help prevent pre-eclampsia, and some of its complications.

Pre-eclampsia is a condition in pregnancy involving high blood pressure and protein in the urine. It can lead to serious complications. As it affects blood clotting, antiplatelets (drugs like aspirin which can prevent blood clots) are used to prevent pre-eclampsia. The review of 59 trials, involving 37,560 women, found low doses of aspirin reduced the risk of pre-eclampsia by about a sixth (17%), with a similar lowering in the risk of the baby dying (14%) and a small lowering in the risk of being born too early (8%). Doses up to 75 mg appear to be safe. Higher doses might be better, but adverse effects may also increase.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antiagrégants plaquettaires pour éviter la pré-éclampsie et ses complications

Contexte

La pré-éclampsie est liée à une déficience dans la production intravasculaire de prostacycline, un vasodilatateur, et à la production excessive de thromboxane, un vasoconstricteur et stimulant de l'agrégation plaquettaire. Ces observations ont conduit à l'hypothèse selon laquelle les antiagrégants plaquettaires, et notamment l'aspirine à faible dose, étaient susceptibles de prévenir ou de retarder le développement de la pré-éclampsie.

Objectifs

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des antiagrégants plaquettaires chez les femmes présentant un risque de développer une pré-éclampsie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (juillet 2006), le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library 2005, numéro 1), EMBASE (de 1994 à novembre 2005) et des recherches manuelles ont été réalisées sur les actes de congrès des Sociétés internationales et européennes pour l'étude de l'hypertension artérielle au cours de la grossesse.

Nous avons mis à jour la recherche du registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance le 31 mai 2010 et avons ajouté les résultats à la section de classification en attente.

Critères de sélection

Tous les essais randomisés comparant des antiagrégants plaquettaires contre placebo ou l'absence d'antiagrégants plaquettaires ont été inclus. Les études quasi-randomisées ont été exclues. Les participantes étaient des femmes enceintes présentant un risque de développer une pré-éclampsie. Les interventions étudiées concernaient toute comparaison d'un antiagrégant plaquettaire (comme l'aspirine à faible dose ou le dipyridamole) contre placebo ou absence d'antiagrégant plaquettaire.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué les essais pour l'inclusion et extrait les données indépendamment.

Résultats principaux

Cinquante-neuf essais (37 560 femmes) ont été inclus. L'administration d'antiagrégants plaquettaires a été associée à une réduction de 17 % du risque de pré-éclampsie ((46 essais portant sur 32 891 femmes, risque relatif (RR) = 0,83 (intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,77 à 0,89), nombre de sujets à traiter (NST) = 72 (52,119)). Bien qu'il n'y ait pas de différence statistique concernant le RR basé sur le risque maternel, une augmentation significative de la réduction absolue du risque de pré-éclampsie chez les femmes présentant un risque élevé (différence de risque (DR) = -5,2 % (-7,5 à -2,9), NST = 19 (13 à 34) par rapport aux femmes présentant un risque modéré (DR = -0,84 (-1,37 à -0,3), NST = 119 (73 à 333)) a été observée.

Les antiagrégants plaquettaires ont été associés à une réduction de 8 % du risque relatif d'accouchement prématuré (29 essais portant sur 31 151 femmes, RR = 0,92, IC à 95 % 0,88 à 0,97 ; NST = 72 (52 à 119)), une réduction de 14 % des décès fœtaux ou néonatals (40 essais portant sur 33 098 femmes, RR = 0,86 IC à 95 % 0,76 à 0,98) ; NST = 243 (131, 1 666), et une réduction de 10 % des nouveau-nés hypotrophes (36 essais portant sur 23 638 femmes, RR = 0,90, IC à 95 % 0,83 à 0,98). Aucune différence statistiquement significative n'a été observée entre le groupe ayant bénéficié du traitement et le groupe témoin pour les autres résultats.

Conclusions des auteurs

Les antiagrégants plaquettaires, le plus souvent de l'aspirine à faible dose, ont des effets bénéfiques modérés dans la prévention de la pré-éclampsie et de ses conséquences. Des informations supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer quelles sont les femmes pour lesquelles ce traitement est le plus susceptible d'être bénéfique, le moment où celui-ci devrait être commencé, et à quelle dose.

[Remarque : Les 16 références dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.]

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Antiagrégants plaquettaires pour éviter la pré-éclampsie et ses complications

De faibles doses d'aspirine aident à prévenir la pré-éclampsie et certaines de ses complications.

La pré-éclampsie est une affection liée à la grossesse et se traduisant par de l'hypertension artérielle et des protéines dans les urines. Elle peut conduire à de graves complications. Dans la mesure où elle affecte la coagulation sanguine, on utilise des antiplaquettaires (des médicaments tels que l'aspirine, qui permettent d'éviter les caillots de sang) pour prévenir la pré-éclampsie. La revue de 59 essais, impliquant 37 560 femmes, a établi que de faibles doses d'aspirine permettait de réduire d'environ un sixième le risque de pré-éclampsie (17 %) et de décès du bébé (14 %), et de réduire légèrement le risque de naissance prématurée (8 %). L'administration de doses jusqu'à 75 mg semblent sûre. Des doses plus élevées pourraient être plus efficaces, mais les effets indésirables risquent également d'augmenter.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 12th November, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français