Techniques for caesarean section

  • Review
  • Intervention

Authors

  • G Justus Hofmeyr,

    Corresponding author
    1. University of the Witwatersrand, University of Fort Hare, Eastern Cape Department of Health, Department of Obstetrics and Gynaecology, East London Hospital Complex, East London, Eastern Cape, South Africa
    • G Justus Hofmeyr, Department of Obstetrics and Gynaecology, East London Hospital Complex, University of the Witwatersrand, University of Fort Hare, Eastern Cape Department of Health, Frere and Cecilia Makiwane Hospitals, Private Bag X 9047, East London, Eastern Cape, 5200, South Africa. justhof@gmail.com.

    Search for more papers by this author
  • Matthews Mathai,

    1. World Health Organization, Department of Making Pregnancy Safer, Geneva, Switzerland
    Search for more papers by this author
  • Archana N Shah,

    1. World Health Organization, Department of Making Pregnancy Safer, Geneva, Switzerland
    Search for more papers by this author
  • Natalia Novikova

    1. Walter Sisulu University, Department of Obstetrics and Gynaecology, East London Hospital Complex, East London, South Africa
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Rates of caesarean section (CS) have been rising globally. It is important to use the most effective and safe technique.

Objectives

To compare the effects of complete methods of caesarean section; and to summarise the findings of reviews of individual aspects of caesarean section technique.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (August 2007), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (The Cochrane Library 2007, Issue 3) and reference lists of identified papers. We updated this search on 15 February 2012 and added the results to the awaiting classification section.

Selection criteria

Randomised controlled trials of intention to perform caesarean section using different techniques.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed studies and extracted data.

Main results

'Joel-Cohen based' compared with Pfannenstiel CS was associated with:

less blood loss, (five trials, 481 women; weighted mean difference (WMD) -64.45 ml; 95% confidence interval (CI) -91.34 to -37.56 ml);
shorter operating time (five trials, 581 women; WMD -18.65; 95% CI -24.84 to -12.45 minutes);
postoperatively, reduced time to oral intake (five trials, 481 women; WMD -3.92; 95% CI -7.13 to -0.71 hours);
less fever (eight trials, 1412 women; relative risk (RR) 0.47; 95% CI 0.28 to 0.81);
shorter duration of postoperative pain (two comparisons from one trial, 172 women; WMD -14.18 hours; 95% CI -18.31 to -10.04 hours);
fewer analgesic injections (two trials, 151 women; WMD -0.92; 95% CI -1.20 to -0.63); and
shorter time from skin incision to birth of the baby (five trials, 575 women; WMD -3.84 minutes; 95% CI -5.41 to -2.27 minutes).
Serious complications and blood transfusions were too few for analysis.

Authors' conclusions

'Joel-Cohen based' methods have advantages compared to Pfannenstiel and to traditional (lower midline) CS techniques, which could translate to savings for the health system. However, these trials do not provide information on mortality and serious or long-term morbidity such as morbidly adherent placenta and scar rupture.

[Note: The 19 citations in the awaiting classification section of the review may alter the conclusions of the review once assessed.]

Résumé scientifique

Techniques pour la césarienne

Contexte

Les taux de césarienne (CS) augmentent dans le monde entier. Il est important d'utiliser la technique la plus efficace et sûre.

Objectifs

Comparer les effets des méthodes complètes de césarienne ; et résumer les résultats des revues des différents aspects de la technique de la césarienne.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (août 2007), le registre Cochrane des essais contrôlés ( La Bibliothèque Cochrane 2007, numéro 3) et les références bibliographiques des articles identifiés. Nous avons mis à jour cette recherche le 15 février 2012 et ajouté les résultats à la section de classification en attente.

Critères de sélection

Essais contrôlés randomisés de l'intention de réaliser une césarienne à l'aide de différentes techniques.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études et extrait les données.

Résultats principaux

Le type Joël-Cohen par rapport à la technique de Pfannenstiel était associé à :

Moins de pertes de sang, (cinq essais, 481 femmes ; différence moyenne pondérée (DMP) -64.45 ml ; intervalle de confiance à 95% (IC 95%) -91.34 à -37.56 ml) ;
une réduction de la durée opératoire (cinq essais, 581 femmes ; DMP -18.65 ; IC à 95 % -24.84 à -12.45 minutes) ;
en post-opératoire, une réduction du délai avant reprise de lalimentation (cinq essais, 481 femmes ; DMP -3,92 ; IC à 95 % -7.13 à -0,71 heures) ;
moins de fièvre (huit essais, 1412 femmes ; risque relatif (RR 0,47 ; IC à 95 % 0,28 à 0,81) ;
une diminution de la durée de la douleur postopératoire (deux comparaisons provenant d'un essai, 172 femmes ; DMP -14.18 heures ; IC à 95 % -18,31 à -10.04 heures) ;
moins d injections d'analgésiques (deux essais, 151 femmes ; DMP de -0,92 ; IC à 95 % de -1,20 à -0,63) ; et
un délai inférieur entre l'incision de la peau et la naissance du bébé (cinq essais, 575 femmes ; DMP -3.84 minutes ; IC à 95 % -2,27 à -5.41
Les complications graves et les transfusions sanguines étaient trop peu nombreuses pour l'analyse.

Conclusions des auteurs

Les méthodes de type Joël-Cohen présentent des avantages par rapport à la technique de Pfannenstiel et à la technique classique (médiane sous-ombilicale), ce qui pourrait permettre de réduire le coût pour le système de santé. Cependant, ces essais ne fournissent pas d'informations sur la mortalité et la morbidité grave ou à long terme tels que le placenta adhérent pathologique et la rupture de la cicatrice.

[Note : 19 références dans la section de classification en attente de la revue pourraient modifier les conclusions de la revue après avoir été évaluées.]

Plain language summary

Techniques for caesarean section

Caesarean sections are performed as both elective and urgent procedures and the rates are rising. The major complications are intraoperative damage to organs, anaesthetic complications, bleeding, infection and thromboembolism. The techniques used vary considerably. Available evidence from randomised controlled trials suggests that the Joel-Cohen based techniques (Joel-Cohen, Misgav-Ladach) have short-term advantages over Pfannenstiel (11 trials) and traditional lower midline (two trials) methods. Blood loss, operating time, time from skin incision to birth of the baby, use of pain killers, time to oral intake and bowel function or mobilisation and fever are all reduced.

Use of Joel-Cohen based methods could result in improved short-term outcomes and savings for health systems but robust data on long-term outcomes (pain, fertility, morbidly adherent placenta and rupture of the uterus) after the different techniques (including two suture layers compared with single-layer uterine closure) are needed.

Résumé simplifié

Techniques pour la césarienne

Les césariennes sont réalisées soit de manière programmée soit en urgence et les taux sont en augmentation. Les complications majeures sont les lésions d'organes peropératoires, les complications liées à l'anesthésie, les saignements, les infections et les complications thrombo-emboliques. Les techniques utilisées varient considérablement. Les éléments de preuve provenant d'essais contrôlés randomisés suggèrent que les techniques de type Joël-Cohen (Joël-Cohen, Misgav-Ladac) présentent des avantages à court terme par rapport à la technique de Pfannenstiel (11 essais) et les méthodes dincision médiane sous-ombilicale classique (deux essais). La perte de sang, la durée opératoire, le délai entre l'incision de la peau et la naissance du bébé, l'utilisation d'analgésiques, le délai avant la reprise de lalimentation et la fonction intestinale ou la mobilisation et la fièvre sont tous réduits.

L'utilisation des techniques de type Joël-Cohen pourrait améliorer les résultats à court terme et permettre déconomiser des coûts pour les systèmes de santé, mais des données fiables sur les résultats à long terme (douleur, fertilité, placenta adhérent et rupture de l'utérus) après les différentes techniques (y compris deux couches de suture versus une seule couche de suture pour la fermeture de l'utérus) sont nécessaires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st December, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary