Intervention Review

Adjuvant (post-surgery) chemotherapy for early stage epithelial ovarian cancer

  1. Brett A Winter-Roach1,*,
  2. Henry C Kitchener2,
  3. Theresa A Lawrie3

Editorial Group: Cochrane Gynaecological Cancer Group

Published Online: 14 MAR 2012

Assessed as up-to-date: 16 JAN 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD004706.pub4

How to Cite

Winter-Roach BA, Kitchener HC, Lawrie TA. Adjuvant (post-surgery) chemotherapy for early stage epithelial ovarian cancer. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 3. Art. No.: CD004706. DOI: 10.1002/14651858.CD004706.pub4.

Author Information

  1. 1

    Salford Royal NHS Foundation Trust, Department of Obstetrics and Gynaecology, Salford, UK

  2. 2

    St. Mary's Hospital, Academic Unit of Obstetrics and Gynaecology, University of Manchester, Manchester, UK

  3. 3

    Royal United Hospital, Cochrane Gynaecological Cancer Group, Bath, UK

*Brett A Winter-Roach, Department of Obstetrics and Gynaecology, Salford Royal NHS Foundation Trust, Stott Lane, Salford, M6 8HD, UK. brett.winter_roach@btinternet.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 14 MAR 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Epithelial ovarian cancer is diagnosed in 4500 women in the UK each year of whom 1700 will ultimately die of their disease.Of all cases 10% to 15% are diagnosed early when there is still a good possibility of cure. The treatment of early stage disease involves surgery to remove disease often followed by chemotherapy. The largest clinical trials of this adjuvant therapy show an overall survival (OS) advantage with adjuvant platinum-based chemotherapy but the precise role of this treatment in subgroups of women with differing prognoses needs to be defined.

Objectives

To systematically review the evidence for adjuvant chemotherapy in early stage epithelial ovarian cancer to determine firstly whether there is a survival advantage of this treatment over the policy of observation following surgery with chemotherapy reserved for treatment of disease recurrence, and secondly to determine if clinical subgroups of differing prognosis based on histological sub-type, or completeness of surgical staging, have more or less to gain from chemotherapy following initial surgery.

Search methods

We performed an electronic search using the Cochrane Gynaecological Cancer Specialised Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL 2011, Issue 3), MEDLINE (1948 to Aug week 5, 2011) and EMBASE (1980 to week 36, 2011). We developed the search strategy using free-text and medical subject headings (MESH).

Selection criteria

We selected randomised clinical trials that met the inclusion criteria set out based on the populations, interventions, comparisons and outcome measures.

Data collection and analysis

Two review authors independently extracted data and assessed trial quality. Disagreements were resolved by discussion with a third review author. We performed random-effects meta-analyses and subgroup analyses.

Main results

Five randomised controlled trials (RCTs), enrolling 1277 women, with a median follow-up of 46 to 121 months, met the inclusion criteria. Four trials were included in the meta-analyses and we considered them to be at a low risk of bias. Meta-analysis of five-year data from three trials indicated that women who received adjuvant platinum-based chemotherapy had better overall survival (OS) than those who did not (1008 women; hazard ratio (HR) 0.71; 95% confidence interval (CI) 0.53 to 0.93). Likewise, meta-analysis of five-year data from four trials indicated that women who received adjuvant chemotherapy had better progression-free survival (PFS) than those who did not (1170 women; HR 0.67; 95% CI 0.53 to 0.84). The trials included in these meta-analyses gave consistent estimates of the effects of chemotherapy. In addition, these findings were robust over time (10-year PFS: two trials, 925 women; HR 0.67; 95% CI 0.54 to 0.84).

Subgroup analysis suggested that women who had optimal surgical staging of their disease were unlikely to benefit from adjuvant chemotherapy (HR for OS 1.22; 95% CI 0.63 to 2.37; two trials, 234 women) whereas those who had sub-optimal staging did (HR for OS 0.63; 95% CI 0.46 to 0.85; two trials, 772 women). One trial showed a benefit from adjuvant chemotherapy among women at high risk (HR for OS 0.48; 95% CI 0.32 to 0.72) but not among those at low/medium risk (HR for OS 0.95; 95% CI 0.54 to 1.66). However, these subgroup findings could be due to chance and should be interpreted with caution.

Authors' conclusions

Adjuvant platinum-based chemotherapy is effective in prolonging the survival of the majority of patients who are assessed as having early (FIGO stage I/IIa) epithelial ovarian cancer. However, it may be withheld from women in whom there is well-differentiated encapsulated unilateral disease (stage 1a grade 1) or those with comprehensively staged Ib, well or moderately differentiated (grade 1/2) disease. Others with unstaged early disease or those with poorly differentiated tumours should be offered chemotherapy. A pragmatic approach may be necessary in clinical settings where optimal staging is not normally performed/achieved. In such settings, adjuvant chemotherapy may be withheld from those with encapsulated stage Ia grade 1 serous and endometrioid carcinoma and offered to all others with early stage disease.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Post-surgery (adjuvant) chemotherapy for early stage epithelial ovarian cancer

Chemotherapy with platinum-containing drugs, given after surgery to remove ovarian cancers that have not spread beyond the pelvis, saves lives but is probably unnecessary when the tumour has been surgically proven not to have spread outside of the ovary (stage I), particularly if the specific cell type is not aggressive.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie adjuvante (post-chirurgicale) pour le traitement du stade précoce du cancer épithélial de l'ovaire

Contexte

Le cancer épithélial de l'ovaire est diagnostiqué chez 4 500 femmes au Royaume-Uni chaque année, sur lesquelles 1 700 finiront par décéder des suites de leur maladie. Sur tous les cas, 10 % à 15 % sont diagnostiqués précocement, alors qu'il existe encore de bonnes possibilités de guérison. Le traitement de la maladie au stade précoce implique une ablation chirurgicale de la tumeur, souvent suivie d'une chimiothérapie. Les essais cliniques de plus grande taille portant sur cette thérapie adjuvante montrent un avantage en termes de survie globale (SG) avec la thérapie adjuvante à base de platine, mais le rôle précis de ce traitement dans les sous-groupes des femmes ayant des pronostics différents doit être défini.

Objectifs

Examiner systématiquement les preuves concernant la chimiothérapie adjuvante dans le cancer épithélial de l'ovaire au stade précoce pour déterminer tout d'abord si ce traitement apporte un avantage de survie par rapport à la politique d'observation après une opération, la chimiothérapie étant réservée au traitement de la récurrence de la maladie, et ensuite pour déterminer si les sous-groupes cliniques présentant un diagnostic différent, basé sur le sous-type histologique ou la réalisation d'une stadification chirurgicale, ont plus ou moins à gagner avec une chimiothérapie après l'opération initiale.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche électronique en utilisant le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les cancers gynécologiques, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2011, numéro 3), MEDLINE (de 1948 à la 5ème semaine d'août 2011) et EMBASE (de 1980 à la semaine 36 de 2011). Nous avons développé la stratégie de recherche en utilisant du texte libre et les termes des sujets médicaux (MeSH).

Critères de sélection

Nous avons sélectionné les essais cliniques randomisés qui répondaient aux critères d'inclusion établis en fonction des populations, des interventions, des comparaisons et des mesures de critères de jugement.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait indépendamment les données et évalué la qualité méthodologique des essais. Les désaccords ont été résolus par l'intervention d'un troisième auteur de la revue. Nous avons effectué des méta-analyses à effets aléatoires et des analyses en sous-groupes.

Résultats Principaux

Cinq essais contrôlés randomisés (ECR), portant sur 1 277 femmes, avec un suivi moyen de 46 à 121 mois, ont répondu aux critères d'inclusion. Quatre essais ont été inclus dans les méta-analyses et nous avons considéré qu'ils présentaient un faible risque de biais. La méta-analyse des données sur cinq ans issues de trois essais a indiqué que les femmes qui recevaient une chimiothérapie adjuvante à base de platine avaient une meilleure survie globale (SG) que les autres (1 008 femmes ; hazard ratio (HR) 0,71 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,53 à 0,93). De même, la méta-analyse des données sur cinq ans issues de quatre essais a indiqué que les femmes qui recevaient une chimiothérapie adjuvante avaient une meilleure survie sans progression (SSP) que les autres (1 170 femmes ; HR 0,67 ; IC à 95 % 0,53 à 0,84). Les essais inclus dans ces méta-analyses ont donné des estimations cohérentes des effets de la chimiothérapie. De plus, ces résultats sont restés valables dans le temps (SSP sur 10 ans : deux essais, 925 femmes ; HR 0,67 ; IC à 95 % 0,54 à 0,84).

L'analyse en sous-groupes a suggéré que les femmes ayant eu une stadification chirurgicale optimale de leur maladie avaient peu de chances de bénéficier d'une chimiothérapie adjuvante (HR pour la SG 1,22 ; IC à 95 % 0,63 à 2,37 ; deux essais, 234 femmes), contrairement à celles ayant eu une stadification sous-optimale (HR pour la SG 0,63 ; IC à 95 % 0,46 à 0,85 ; deux essais, 772 femmes). Un essai a montré un bénéfice de la chimiothérapie adjuvante chez les femmes présentant un risque élevé (HR pour la SG 0,48 ; IC à 95 % 0,32 à 0,72), mais non chez celles présentant un risque faible/moyen (HR pour la SG 0,95 ; IC à 95 % 0,54 à 1,66). Cependant, ces résultats par sous-groupes pourraient être dus au hasard et doivent être interprétés avec prudence.

Conclusions des auteurs

La chimiothérapie adjuvante à base de platine est efficace pour prolonger la survie de la majorité des patientes auxquelles est diagnostiqué un cancer épithélial des ovaires au stade précoce (stade FIGO I/IIa). Cependant, elle peut être refusée à des femmes qui sont atteintes d'une maladie unilatérale encapsulée bien différenciée (stade 1a niveau 1) ou à celles atteintes d'une maladie bien ou modérément différenciée (stade 1/2) ayant fait l'objet d'une stadification exhaustive Ib. La chimiothérapie doit être proposée aux autres femmes atteintes d'une maladie précoce non stadifiée ou à celles présentant des tumeurs mal différenciées. Une approche pragmatique peut être nécessaire dans un contexte clinique lorsque la stadification optimale n'est normalement pas réalisée/obtenue. Dans ce contexte, la chimiothérapie adjuvante peut être refusée aux patientes atteintes d'un carcinome séreux et endométrioïde de stade Ia, de niveau 1, encapsulé et proposée à toute les autres atteintes d'une maladie au stade précoce.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Chimiothérapie adjuvante (post-chirurgicale) pour le traitement du stade précoce du cancer épithélial de l'ovaire

Chimiothérapie (adjuvante) post-chirurgicale pour le traitement du stade précoce du cancer épithélial de l'ovaire

La chimiothérapie avec des médicaments contenant du platine, administrée après une opération d'ablation du cancer de l'ovaire qui ne s'est pas étendu au-delà du pelvis, sauve des vies, mais est probablement inutile lorsqu'il a été prouvé chirurgicalement que la tumeur ne s'était pas étendue en dehors de l'ovaire (stade I), en particulier si l'espèce de cellules spécifique n'est pas agressive.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 31st March, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français