Intervention Review

You have free access to this content

Rivastigmine for vascular cognitive impairment

  1. Jacqueline Birks1,*,
  2. Bernadette McGuinness2,
  3. David Craig3

Editorial Group: Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group

Published Online: 31 MAY 2013

Assessed as up-to-date: 12 FEB 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD004744.pub3


How to Cite

Birks J, McGuinness B, Craig D. Rivastigmine for vascular cognitive impairment. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 5. Art. No.: CD004744. DOI: 10.1002/14651858.CD004744.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Oxford, Centre for Statistics in Medicine, Oxford, UK

  2. 2

    National University of Ireland, School of Medicine, Galway, Ireland

  3. 3

    Queen's University Belfast, Department of Geriatric Medicine, Belfast, Northern Ireland, UK

*Jacqueline Birks, Centre for Statistics in Medicine, University of Oxford, Wolfson College, Linton Road, Oxford, OX2 6UD, UK. jacqueline.birks@csm.ox.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 31 MAY 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Vascular dementia represents the second most common type of dementia after Alzheimer's disease. In older patients, in particular, the combination of vascular dementia and Alzheimer's disease is common, and is referred to as mixed dementia. The classification of vascular dementia broadly follows three clinico-pathological processes: multi-infarct dementia, single strategic infarct dementia and subcortical dementia. Not all victims fulfil strict criteria for dementia and may be significantly cognitively impaired without memory loss, when the term vascular cognitive impairment (VCI) is more useful. Currently, no established standard treatment for VCI exists. Reductions in acetylcholine and acetyltransferase activity are common to both Alzheimer's disease and VCI, raising the possibility that cholinesterase inhibitors - such as rivastigmine - which are beneficial in Alzheimer's disease, may also be beneficial for VCI.

Objectives

To assess the efficacy of rivastigmine compared with placebo in the treatment of people with vascular cognitive impairment (VCI), vascular dementia or mixed dementia.

Search methods

We searched ALOIS (the Cochrane Dementia and Cognitive Improvement Group’s Specialized Register) on 12 February 2013 using the terms: rivastigmine, exelon, "SDZ ENA 713". ALOIS contains records of clinical trials identified from monthly searches of a number of major healthcare databases (The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, LILACS), numerous trial registries and grey literature sources.

Selection criteria

All unconfounded randomized double-blind trials comparing rivastigmine with placebo in the treatment of people with VCI, vascular dementia or mixed dementia were eligible for inclusion.

Data collection and analysis

Two reviewers extracted and assessed data independently, and agreement was reached after discussion. They noted results concerning adverse effects.

Main results

Three trials, with a total of 800 participants, were identified for inclusion. The participants in one trial did not have dementia, while the other two studies included participants with dementia of different severities. The dose of rivastigmine was different in each study. No pooling of study results was attempted because of these differences between the studies.

One trial included 40 participants with subcortical vascular dementia (age range 40 to 90 years) with a mean mini-mental state examination (MMSE) score of 13.0 and 13.4 in the rivastigmine and placebo arms, respectively. Treatment over 26 weeks was limited to 3 mg rivastigmine twice daily, or placebo. No significant difference was found on any outcome measure relevant to cognition, neuropsychiatric symptoms, function or global rating, or in the number of withdrawals before the end of treatment.

Another trial included 710 participants with vascular dementia, including subcortical and cortical forms (age range 50 to 85 years). Over 24 weeks, a mean dose of rivastigmine of 9.4 mg/day was achieved versus placebo. Baseline MMSE was identical for both groups, at 19.1. Statistically significant advantage in cognitive response (but not with global impression of change or non-cognitive measures) was seen with rivastigmine treatment at 24 weeks (MMSE change from baseline MD 0.6, 95% CI 0.11 to 1.09, P value 0.02; Vascular Dementia Assessment Scale (VaDAS) change from baseline MD -1.3, 95% CI-2.62 to 0.02, P value 0.05 ). Significantly higher rates of vomiting, nausea, diarrhoea and anorexia and withdrawals from treatment were noted in the participants randomized to rivastigmine compared with placebo (withdrawals rivastigmine 90/365, placebo 48/345, OR 2.02, 95% CI 1.38 to 2.98) (withdrawals due to an adverse event rivastigmine 49/365, placebo 19/345, OR 2.66, 95% CI 1.53 to 4.62, P value 0.0005).

The third study included 50 participants (age range 48 to 84 years) with mean MMSE scores of 23.7 and 23.9 in the rivastigmine and placebo arms, respectively. Over a 24-week period, participants labelled as having cognitive impairment but no dementia (CIND) following ischaemic stroke were given up to 4.5 mg rivastigmine twice daily, or placebo. Primary and secondary outcome measures showed no statistically significant difference when considering neurocognitive abilities, function, neuropsychiatric symptoms and global performance. One participant in the rivastigmine group and two in the placebo group discontinued their medication because of an adverse effect.

Authors' conclusions

There is some evidence of benefit of rivastigmine in VCI from trial data from three studies. However, this conclusion is based on one large study. Rivastigmine is capable of inducing side effects that lead to withdrawal in a significant proportion of patients.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Rivastigmine for vascular cognitive impairment

Vascular dementia (i.e. dementia caused by disease of blood vessels affecting the supply of blood to the brain) is one of the most common types of dementia. It includes dementia caused by stroke. It may exist by itself or with other common dementias such as Alzheimer's disease. Sometimes vascular disease can present with cognitive problems which are less severe than dementia. Those with vascular dementia may have significant cognitive impairment without major memory loss. The term vascular cognitive impairment (VCI) is useful, because of the range of different ways in which people are affected. Rivastigmine is a drug widely used in Alzheimer's disease (AD). It works by preventing breakdown of acetylcholine, a neurotransmitter (signalling molecule). Levels of acetylcholine are reduced in VCI as well as in AD and so it may also help people with VCI. Researchers searched for all trials that compared rivastigmine with placebo in people with VCI, and identified three. Only one of these showed any significant results, and it did show some benefit for people with VCI who took rivastigmine. However, nausea and vomiting were a frequent side effect of taking the drug. Therefore it remains uncertain how useful rivastigmine is for people with VCI .

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La rivastigmine pour le traitement du déficit cognitif d'origine vasculaire

Contexte

La démence vasculaire est la deuxième forme de démence la plus courante après la maladie d'Alzheimer. Chez les patients âgés, en particulier, la combinaison de la démence vasculaire et de la maladie d'Alzheimer est courante et est qualifiée de démence mixte. La classification de la démence vasculaire suit globalement trois processus clinico-pathologiques : démence par infarctus multiples, démence par infarctus stratégique unique et démence sous-corticale. Les victimes ne répondent pas toutes à des critères stricts de démence et peuvent avoir des troubles cognitifs importants sans perte de mémoire, et c'est alors que l'expression « déficit cognitif d'origine vasculaire » (DCOV) est la plus utile. Il n'y a pas à ce jour de traitement standard établi pour le DCOV. Les baisses d'activité de l'acétylcholine et de l'acétyltransférase sont communes à la maladie d'Alzheimer et au DCOV, ce qui soulève la possibilité que des inhibiteurs de la cholinestérase, comme la rivastigmine, qui sont bénéfiques dans la maladie d'Alzheimer, puissent l'être également pour le DCOV.

Objectifs

Évaluer l'efficacité de la rivastigmine par rapport au placebo dans le traitement des personnes atteintes de déficit cognitif d'origine vasculaire (DCOV), de démence vasculaire ou de démence mixte.

Stratégie de recherche documentaire

Le 12 février 2013, nous avons effectué des recherches dans ALOIS (le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la démence et les autres troubles cognitifs) en utilisant les termes suivants : rivastigmine, exelon, "SDZ ENA 713". ALOIS contient des dossiers d’essais cliniques identifiés lors de recherches mensuelles effectuées dans plusieurs bases de données médicales majeures (The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, PsycINFO, LILACS), de nombreux registres d’essais cliniques et des sources de littérature grise.

Critères de sélection

Tout essai randomisé, en double aveugle et non biaisé comparant la rivastigmine à un placebo dans le traitement des personnes atteintes de DCOV, de démence vasculaire ou de démence mixte, était éligible à l'inclusion.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont extrait et évalué les données de façon indépendante, et se sont mis d'accord après discussion. Ils ont noté les résultats concernant les effets indésirables.

Résultats Principaux

Trois essais, totalisant 800 participants, ont été identifiés pour inclusion. Les participants à un essai ne souffraient pas de démence, tandis que les deux autres études incluaient des participants atteints de démence de gravité diverse. La dose de rivastigmine était différente dans chaque étude. Nous n'avons pas essayé de regrouper les résultats des études en raison de ces différences entre elles.

Un essai avait inclus 40 participants atteints de démence vasculaire sous-corticale (âgés de 40 à 90 ans) avec un score MMSE moyen de 13,0 et 13,4 dans les groupes à rivastigmine et à placebo, respectivement. Le traitement sur ​​26 semaines était limité à 3 mg de rivastigmine deux fois par jour, ou un placebo. Il n'a été observé de différence significative pour aucune mesure de résultat touchant à la cognition, aux symptômes neuropsychiatriques, à la fonction ou à la note globale, ni concernant le nombre d'abandons avant la fin du traitement.

Un autre essai comprenait 710 participants (âgés de 50 à 85 ans) atteints de démence vasculaire, y compris sous les formes sous-corticales et corticales. Pendant 24 semaines, une dose moyenne de 9,4 mg / jour de rivastigmine avait été administrée, versus placebo. Le MMSE de départ était identique pour les deux groupes, à 19,1. Un avantage statistiquement significatif au niveau de la réponse cognitive (mais pas de l'impression globale de changement ou des mesures non cognitives) avait été observé à 24 semaines pour le traitement par rivastigmine (changement du MMSE par rapport au départ, DM 0,6 [IC 95% 0,11 à 1,09], P = 0,02 ; changement sur l'échelle VaDAS par rapport au départ DM -1,3 [IC 95% 2,62 à 0,02], P = 0,05). Des taux significativement plus élevés de vomissements, de nausées, de diarrhée, d'anorexie et d'arrêts de traitement avaient été notés chez les participants randomisés à la rivastigmine, en comparaison avec le placebo (retraits : rivastigmine 90/365, placebo 48/345 ; RC 2,02 ; IC 95% 1,38 à 2,98) (retraits pour cause d'événement indésirable : rivastigmine 49/365, placebo 19/345 ; RC 2,66 ; IC 95% 1,53 à 4,62 ; P = 0,0005).

La troisième étude avait inclus 50 participants (âgés de 48 à 84 ans) ayant des scores MMSE moyens de 23,7 et 23,9 dans les groupes à rivastigmine et à placebo, respectivement. Sur une période de 24 semaines, les participants étiquetés comme souffrant de déficience cognitive sans démence (DCSD) après un AVC ischémique avaient reçu jusqu'à 4,5 mg de rivastigmine deux fois par jour, ou un placebo. Les mesures des critères de résultat primaires et secondaires n'avaient pas mis en évidence de différence statistiquement significative concernant les capacités neurocognitives, la fonction, les symptômes neuropsychiatriques et la performance globale. Un participant dans le groupe à rivastigmine et deux dans le groupe à placebo avaient interrompu leur traitement en raison d'un effet indésirable.

Conclusions des auteurs

Les données d'essais de trois études fournissent certaines preuves d'un bénéfice de la rivastigmine pour le DCOV. Cette conclusion se base toutefois sur une seule grande étude. Chez une proportion significative des patients, la rivastigmine est susceptible d'induire des effets secondaires conduisant à l'abandon.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

La rivastigmine pour le traitement du déficit cognitif d'origine vasculaire

La rivastigmine pour le traitement du déficit cognitif d'origine vasculaire

La démence vasculaire (c.-à-d. la démence causée par une maladie des vaisseaux sanguins affectant l'approvisionnement en sang du cerveau) est un des types de démence les plus courants. Elle comprend la démence causée par un accident vasculaire cérébral (AVC). Elle peut être présente seule ou en conjonction avec d'autres démences communes telles que la maladie d'Alzheimer. Parfois, une maladie vasculaire peut causer des problèmes cognitifs moins graves que la démence. Les personnes atteintes de démence vasculaire peuvent avoir des troubles cognitifs importants sans perte majeure de mémoire. Vu le large éventail de façons dont les gens sont touchés, l'expression « déficit cognitif d'origine vasculaire » (DCOV) est utile. La rivastigmine est un médicament beaucoup utilisé dans la maladie d'Alzheimer (MA). Elle agit en prévenant la dégradation du neurotransmetteur (molécule de signalisation) acétylcholine. Les niveaux d'acétylcholine étant réduits en cas de DCOV comme en MA, elle pourrait aussi aider les gens atteints de DCOV. Nous avons recherché tous les essais ayant comparé la rivastigmine à un placebo chez les personnes atteintes de DCOV, et nous en avons identifié trois. Un seul d'entre eux présentait des résultats significatifs, et montrait un certain bénéfice pour les personnes atteintes de DCOV qui avaient pris de la rivastigmine. Cependant, nausées et vomissements étaient un effet secondaire fréquent de la prise du médicament. Par conséquent, l'utilité de la rivastigmine pour les personnes atteintes de DCOV reste incertaine.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.