Interventions for cutaneous molluscum contagiosum

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Molluscum contagiosum is a common skin infection, caused by a pox virus. The infection will usually resolve within months in people with a normal immune system. Many treatments have been used for molluscum contagiosum but a clear evidence base supporting them is lacking.

This is an updated version of the original Cochrane Review published in Issue 2, 2006.

Objectives

To assess the effects of management strategies (including waiting for natural resolution) for cutaneous, non-genital molluscum contagiosum in otherwise healthy people.

Search methods

In June 2009 we updated our searches of the Cochrane Skin Group Specialised Register, the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library (Issue 2, 2009), MEDLINE, EMBASE, and LILACS. We also searched ongoing trials registers, reference lists, and contacted pharmaceutical companies and experts in the field.

Selection criteria

We investigated randomised controlled trials (RCTs) for the treatment of molluscum contagiosum. We excluded trials on sexually transmitted molluscum contagiosum and in people with lowered immunity (including those with HIV infection).

Data collection and analysis

Two authors independently selected studies, assessed methodological quality, and extracted data from selected studies.

Main results

Eleven studies, with a total number of 495 participants, examined the effects of topical (9 studies), systemic, and homoeopathic interventions (1 study each). Limited evidence was found for the efficacy of sodium nitrite co-applied with salicylic acid compared to salicylic acid alone (risk ratio (RR) 3.50, 95% confidence interval (CI) 1.23 to 9.92); for Australian lemon myrtle oil compared to its vehicle, olive oil (RR 17.88, 95% CI 1.13 to 282.72); and for benzoyl peroxide cream compared to tretinoin (RR 2.20, 95% CI 1.01 to 4.79). No statistically significant differences were found for 10 other comparisons, most of which addressed 2 topical treatments.

Study limitations included no blinding (four studies), many dropouts (three studies), and no intention-to-treat analysis; small study sizes may have led to important differences being missed. None of the evaluated treatment options were associated with serious adverse effects.

Authors' conclusions

No single intervention has been shown to be convincingly effective in the treatment of molluscum contagiosum. The update identified six new studies, most of them reporting on interventions not included in the original version. However, the conclusions of the review did not change.

Résumé scientifique

Interventions contre les molluscum contagiosum cutanés

Contexte

Le molluscum contagiosum est une infection cutanée courante occasionnée par un pox virus. L'infection guérit généralement spontanément en quelques mois chez les patients ayant un système immunitaire normal. De nombreux traitements sont administrés contre le molluscum contagiosum mais ils ne sont pas fondés sur des preuves claires.

Cette revue est une mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 2, 2006.

Objectifs

Évaluer les effets de stratégies de prise en charge (y compris attendre la guérison naturelle) du molluscum contagiosum non génital cutané chez des individus en bonne santé.

Stratégie de recherche documentaire

En juin 2009, nous avons mis à jour nos recherches dans le registre spécialisé du Cochrane skin group, le registre Cochrane central des essais contrôlés (CENTRAL) dans la librairie Cochrane (numéro 2, 2009), MEDLINE, EMBASE et LILACS. Nous avons également consulté des registres d'essais en cours, les listes de références et pris contact avec des entreprises pharmaceutiques et des experts du domaine.

Critères de sélection

Nous avons étudié les essais contrôlés randomisés (ECR) sur le traitement du molluscum contagiosum. Nous avons exclu les essais sur le molluscum contagiosum sexuellement transmissible et chez des personnes immunodéprimées (y compris les personnes infectées par le VIH).

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné indépendamment les études, évalué la qualité méthodologique et extrait les données des études sélectionnées.

Résultats principaux

Onze études, avec un total de 495 participants, étudiaient les effets d'interventions topiques (9 études), systémiques (1 étude) et homéopathiques (1 étude). Il y avait peu de preuve concernant l'efficacité du nitrite de sodium associé à l'acide salicylique par rapport à l'acide salicylique seul (risque relatif (RR) 3,50, intervalle de confiance (IC) à 95% entre 1,23 et 9,92) ; pour l'huile de myrte citronnée d'Australie comparée à son excipient, l'huile d'olive (RR 17,88, IC à 95% entre 1,13 et 282,72) ; et pour la crème à base de peroxyde de benzoyle comparée à la trétinoïne (RR 2,20, IC à 95% entre 1,01 et 4,79). Aucune différence statistiquement significative n'a été mise en évidence pour 10 autres comparaisons, dont la plupart portaient sur deux traitements topiques.

Les études présentaient les limites suivantes : absence d'assignation en aveugle (quatre études), de nombreux abandons (trois études) et absence d'analyse en intention de traiter ; attendu la taille réduite des études, des différentes importantes peuvent avoir échappé aux investigateurs. Aucun traitement évalués n'a été associé à des effets secondaires graves.

Conclusions des auteurs

Aucune intervention n'a démontré être réellement efficace pour le traitement du molluscum contagiosum. La mise à jour a permis d'identifier six nouvelles études dont la plupart portaient sur des interventions qui n'étaient pas incluses dans la version initiale. Cependant, les conclusions de la revue restent les mêmes.

Plain language summary

There is not enough evidence to show that any particular treatment is effective for treating molluscum infection.

Molluscum contagiosum, in healthy people, is a self limiting, relatively harmless viral skin infection. It affects mainly children and adolescents. It occurs worldwide but is much more frequent in certain geographic areas with warm climates. Molluscum contagiosum usually presents as single or multiple pimples filled with fluid. People may seek treatment for social and aesthetic reasons and because of concerns about spreading the disease to others. Treatment is intended to speed up the healing process. Eleven studies with 495 patients were included in this review. This review found that many common treatments for molluscum, such as physical destruction, have not been adequately evaluated. Several of the treatments that we studied are not part of daily practice. Limitations of several of these studies were: small numbers of patients, the investigators were not blinded, and patients who did not complete the study (which were numerous in some studies) were not included in the analysis. None of the evaluated treatment options were associated with serious adverse effects.
Since most lesions will resolve within months, molluscum contagiosum can be left to heal naturally unless better evidence for the superiority of other treatment options emerges.

Résumé simplifié

Les preuves disponibles ne sont pas suffisantes pour affirmer qu'un traitement particulier est efficace pour traiter l'infection par molluscum.

Le molluscum contagiosum, chez les personnes en bonne santé, est une infection cutanée virale relativement inoffensive et à guérison spontanée. Il touche principalement les enfants et les adolescents. Il survient dans le monde entier, mais est bien plus fréquent dans certaines zones géographiques au climat chaud. Le molluscum contagiosum se présente généralement sous la forme d'un ou plusieurs boutons remplis de liquide. Les personnes qui en sont atteintes demandent un traitement pour des raisons sociales et esthétiques et parce qu'elles craignent de transmettre la maladie. Le traitement vise à accélérer le processus de guérison. Onze études portant sur 495 patients ont été incluses dans cette revue. Cette revue a montré que de nombreux traitements communs contre le molluscum, comme la destruction physique, n'ont jamais été correctement évalués. Certains des traitements que nous avons étudiés ne sont pas utilisés en pratique courante. Plusieurs des études présentaient les limites suivantes : Faibles nombres de patients, absence d’aveugle des investigateurs, les patients sortis d’étude (qui étaient nombreux dans certains cas) n'ont pas été inclus dans l'analyse. Aucun des traitements évalués n'a été associé à des effets secondaires graves.
Puisque la plupart des lésions guérissent en quelques mois, le molluscum contagiosum peut être laissé sans traitement et guérir spontanément, jusqu'à ce que la supériorité d'autres options de traitement soit démontrée.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st July, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary