Intervention Review

Manipulative therapies for infantile colic

  1. Dawn Dobson1,*,
  2. Peter LBJ Lucassen2,
  3. Joyce J Miller3,
  4. Arine M Vlieger4,
  5. Philip Prescott5,
  6. George Lewith1

Editorial Group: Cochrane Developmental, Psychosocial and Learning Problems Group

Published Online: 12 DEC 2012

Assessed as up-to-date: 30 OCT 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD004796.pub2


How to Cite

Dobson D, Lucassen PLBJ, Miller JJ, Vlieger AM, Prescott P, Lewith G. Manipulative therapies for infantile colic. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD004796. DOI: 10.1002/14651858.CD004796.pub2.

Author Information

  1. 1

    University of Southampton, Complementary and Integrated Medicine Research Unit, Department of Primary Care, Southampton, England, UK

  2. 2

    Radboud University Nijmegen Medical Center, Department of Primary and Community Care, Nijmegen, Netherlands

  3. 3

    Bournemouth University, Anglo-European College of Chiropractic, Bournemouth, Dorset, UK

  4. 4

    St Antonius Hospital, Department of Pediatrics, Nieuwegein, Netherlands

  5. 5

    University of Southampton, School of Mathematics, Southampton, England, UK

*Dawn Dobson, Complementary and Integrated Medicine Research Unit, Department of Primary Care, University of Southampton, Aldermoor Health Centre, Aldermoor Close, Southampton, England, SO16 5ST, UK. d_dobson_is@hotmail.co.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 12 DEC 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Infantile colic is a common disorder, affecting around one in six families, and in 2001 was reported to cost the UK National Health Service in excess of £65 million per year (Morris 2001). Although it usually remits by six months of age, there is some evidence of longer-term sequelae for both children and parents.

Manipulative therapies, such as chiropractic and osteopathy, have been suggested as interventions to reduce the severity of symptoms.

Objectives

To evaluate the results of studies designed to address efficacy or effectiveness of manipulative therapies (specifically, chiropractic, osteopathy and cranial manipulation) for infantile colic in infants less than six months of age.

Search methods

We searched following databases: CENTRAL (2012, Issue 4), MEDLINE (1948 to April Week 3 2012), EMBASE (1980 to 2012 Week 17), CINAHL (1938 to April 2012), PsycINFO (1806 to April 2012), Science Citation Index (1970 to April 2012), Social Science Citation Index (1970 to April 2012), Conference Proceedings Citation Index - Science (1990 to April 2012) and Conference Proceedings Citation Index - Social Science & Humanities (1970 to April 2012). We also searched all available years of LILACS, PEDro, ZETOC, WorldCat, TROVE, DART-Europe, ClinicalTrials.gov and ICTRP (May 2012), and contacted over 90 chiropractic and osteopathic institutions around the world. In addition, we searched CentreWatch, NRR Archive and UKCRN in December 2010.

Selection criteria

Randomised trials evaluating the effect of chiropractic, osteopathy or cranial osteopathy alone or in conjunction with other interventions for the treatment of infantile colic.

Data collection and analysis

In pairs, five of the review authors (a) assessed the eligibility of studies against the inclusion criteria, (b) extracted data from the included studies and (c) assessed the risk of bias for all included studies. Each article or study was assessed independently by two review authors. One review author entered the data into Review Manager software and the team's statistician (PP) reviewed the chosen analytical settings.

Main results

We identified six studies for inclusion in our review, representing a total of 325 infants. There were three further studies that we could not find information about and we identified three other ongoing studies. Of the six included studies, five were suggestive of a beneficial effect and one found no evidence that manipulative therapies had any beneficial effect on the natural course of infantile colic. Tests for heterogeneity imply that there may be some underlying difference between this study and the other five.

Five studies measured daily hours of crying and these data were combined, suggesting that manipulative therapies had a significant effect on infant colic - reducing average crying time by one hour and 12 minutes per day (mean difference (MD) -1.20; 95% confidence interval (CI) -1.89 to -0.51). This conclusion is sustained even when considering only studies with a low risk of selection bias (sequence generation and allocation concealment) (MD -1.24; 95% CI -2.16 to -0.33); those with a low risk of attrition bias (MD -1.95; 95% CI -2.96 to -0.94), or only those studies that have been published in the peer-reviewed literature (MD -1.01; 95% CI -1.78 to -0.24). However, when combining only those studies with a low risk of performance bias (parental 'blinding'), the improvement in daily crying hours was not statistically significant (MD -0.57; 95% CI -2.24 to 1.09).

One study considered whether the reduction in crying time was clinically significant. This found that a greater proportion of parents of infants receiving a manipulative therapy reported clinically significant improvements than did parents of those receiving no treatment (reduction in crying to less than two hours: odds ratio (OR) 6.33; 95% CI 1.54 to 26.00; more than 30% reduction in crying: OR 3.70; 95% CI 1.15 to 11.86).

Analysis of data from three studies that measured 'full recovery' from colic as reported by parents found that manipulative therapies did not result in significantly higher proportions of parents reporting recovery (OR 11.12; 95% CI 0.46 to 267.52).

One study measured infant sleeping time and found manipulative therapy resulted in statistically significant improvement (MD 1.17; 95% CI 0.22 to 2.12).

The quality of the studies was variable. There was a generally low risk of selection bias but only two of the six studies were evaluated as being at low risk of performance bias, three at low risk of detection bias and one at low risk of attrition bias.

One of the studies recorded adverse events and none were encountered. However, with only a sample of 325 infants, we have too few data to reach any definitive conclusions about safety.

Authors' conclusions

The studies included in this meta-analysis were generally small and methodologically prone to bias, which makes it impossible to arrive at a definitive conclusion about the effectiveness of manipulative therapies for infantile colic.

The majority of the included trials appeared to indicate that the parents of infants receiving manipulative therapies reported fewer hours crying per day than parents whose infants did not, based on contemporaneous crying diaries, and this difference was statistically significant. The trials also indicate that a greater proportion of those parents reported improvements that were clinically significant. However, most studies had a high risk of performance bias due to the fact that the assessors (parents) were not blind to who had received the intervention. When combining only those trials with a low risk of such performance bias, the results did not reach statistical significance. Further research is required where those assessing the treatment outcomes do not know whether or not the infant has received a manipulative therapy.

There are inadequate data to reach any definitive conclusions about the safety of these interventions.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Manipulative therapies for infantile colic

Infantile colic is a distressing problem, characterised by excessive crying of infants and it is the most common complaints seen by physicians in the first 16 weeks of a child's life.

It is usually considered a benign disorder because the symptoms generally disappear by the age of five or six months. However, the degree of distress caused to parents and family life is such that physicians often feel the need to intervene. Some studies suggest that there are longer-lasting effects on the child, and estimates in 2001 put the cost to the UK National Health Service at over £65 million.

It has been suggested that certain gentle (low velocity, low amplitude) manipulative techniques (such as those used in osteopathy and chiropractic therapies) might safely reduce the symptoms associated with infantile colic, specifically excessive crying time. This review included six randomised trials involving 325 infants who received manipulative treatment or had been part of a control group.

The studies involved too few participants and were of insufficient quality to draw confident conclusions about the usefulness and safety of manipulative therapies.

Although five of the six trials suggested crying is reduced by treatment with manipulative therapies, there was no evidence of manipulative therapies improving infant colic when we only included studies where the parents did not know if their child had received the treatment or not.

No adverse effects were found, but they were only evaluated in one of the six studies.

Further rigorous research is required where (a) infants are randomly allocated to receive either treatment or no treatment and (b) those assessing the treatment outcomes do not know whether or not the infant has received a manipulative therapy.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitements manipulatifs pour la colique infantile

Contexte

La colique infantile est une maladie fréquente, touchant environ une famille sur six, et dont on rapporte qu'elle aurait couté plus de 65 millions £ au UK National Health Service pour l'année 2001 (Morris, 2001). Bien qu'elle régresse habituellement vers l'âge de six mois, il y a des preuves de séquelles à plus long terme à la fois pour les enfants et les parents.

Des traitements manipulatifs, comme la chiropractie et l'ostéopathie, ont été proposés comme interventions visant à réduire la gravité des symptômes.

Objectifs

Évaluer les résultats des études destinées à déterminer l'efficacité des traitements manipulatifs (plus précisément, la chiropraxie, l'ostéopathie et la manipulation crânienne) pour la colique infantile chez les nourrissons de moins de six mois.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : CENTRAL (2012, numéro 4), MEDLINE (de 1948 à la 3ème semaine d'avril 2012), EMBASE (de 1980 jusqu'à la 17ème semaine de 2012 ), CINAHL (de 1938 à avril 2012), PsycINFO (de 1806 à avril 2012), Science Citation Index (de 1970 à avril 2012), Social Science Citation Index (de 1970 à avril 2012), Conference Proceedings Citation Index - Science (de 1990 à avril 2012) et Conference Proceedings Citation Index - Social Science & Humanities (de 1970 à avril 2012). Nous avons également passé au crible toutes les années disponibles de LILACS, PEDro, ZETOC, WorldCat, TROVE, DART -Europe, ClinicalTrials.gov et ICTRP (mai 2012), et contacté plus de 90 institutions de chiropractie et d'ostéopathie à travers le monde. Nous avons en outre cherché en décembre 2010 dans CentreWatch, NRR Archives et UKCRN.

Critères de sélection

Des essais randomisés évaluant l'effet de la chiropractie, de l'ostéopathie ou de l'ostéopathie crânienne, seule ou en combinaison avec d'autres interventions, pour le traitement de la colique infantile.

Recueil et analyse des données

Cinq auteurs de la revue ont, par paire, (a) évalué l'éligibilité des études au regard des critères d'inclusion, (b) extrait les données des études incluses et (c) évalué le risque de biais pour toutes les études incluses. Chaque article ou étude a été évalué indépendamment par deux auteurs. Un auteur de la revue a introduit les données dans le logiciel Review Manager et le statisticien de l'équipe (PP) a examiné les paramètres analytiques choisis.

Résultats Principaux

Nous avons identifié six études à inclure dans notre revue, représentant un total de 325 nourrissons. Il y avait trois autres études sur lesquelles nous n'avons pas pu trouver d'informations et nous avons identifié trois autres études en cours. Parmi les six études incluses, cinq laissaient entrevoir un effet bénéfique et une n'avait trouvé aucune preuve d'un quelconque effet bénéfique des traitements manipulatifs sur le cours naturel de la colique infantile. Les tests d'hétérogénéité laissent supposer qu'il pourrait y avoir une différence sous-jacente entre cette étude et les cinq autres.

Cinq études avaient mesuré les heures quotidiennes de pleur et ces données ont été combinées, montrant que les traitements manipulatifs avaient eu un effet significatif sur la colique du nourrisson - réduisant la durée moyenne des pleurs d'une heure et 12 minutes par jour (différence moyenne (DM) -1,20 ; intervalle de confiance (IC) à 95% -1,89 à -0,51). Cette conclusion est maintenue même si l'on considère seulement les études à faible risque de biais de sélection (génération de séquence et assignation secrète) (DM -1,24 ; IC à 95% -2,16 à -0,33), celles à faible risque de biais d'attrition (DM -1,95 ; IC à 95% -2,96 à -0,94) ou seulement celles publiées dans la littérature évaluée par les pairs (DM -1,01 ; IC à 95% -1,78 à -0,24). Toutefois, lorsqu'on ne combinait que les études à faible risque de biais de performance (masquage parental), l'amélioration de la durée journalière de pleur n'était pas statistiquement significative (DM -0,57 ; IC à 95% -2,24 à 1,09).

Une étude avait examiné si la réduction de la durée des pleurs était cliniquement significative. Elle constata qu'une plus grande proportion de parents de nourrissons recevant un traitement manipulatif avaient fait état d'améliorations cliniquement significatives que chez les parents de ceux n'ayant reçu aucun traitement (réduction de la durée des pleurs à moins de deux heures : rapport de cotes (RC) 6,33 ; IC à 95% 1,54 à 26,00 ; plus de 30 % de réduction des pleurs : RC 3,70 ; IC à 95% 1,15 à 11,86).

L'analyse des données de trois études qui avaient mesuré la 'guérison complète' des coliques telle que rapportée par les parents a mis en lumière que les traitements manipulatifs n'avaient pas entrainé que des proportions significativement plus élevées de parents fassent état de guérison (RC 11,12 ; IC à 95% 0,46 à 267,52).

Une étude avait mesuré le temps de sommeil des nourrissons et constaté que le traitement manipulatif avait entraîné une amélioration statistiquement significative (DM 1,17 ; IC à 95% 0,22 à 2,12).

La qualité des études était variable. Il y avait un risque généralement faible de biais de sélection, mais seulement deux des six études ont été évaluées comme étant à faible risque de biais de performance, trois à faible risque de biais de détection et une à faible risque de biais d'attrition.

Une des études avait enregistré les événements indésirables et aucun ne s'était produit. Cependant, avec un échantillon de seulement 325 enfants, nous avons trop peu de données pour parvenir à des conclusions définitives quant à l'innocuité.

Conclusions des auteurs

Les études incluses dans cette méta-analyse étaient généralement petites et méthodologiquement enclines aux biais, ce qui rend impossible d'arriver à une conclusion définitive sur l'efficacité des traitements manipulatifs pour la colique infantile.

La majorité des essais inclus semblaient indiquer que les parents de nourrissons ayant bénéficié de traitements manipulatifs avaient fait état de moins d'heures de pleurs par jour que les parents dont les enfants n'en avaient pas bénéficié, sur la base des relevés de pleurs, et cette différence était statistiquement significative. Les essais indiquent également qu'une plus grande proportion de ces parents avaient fait état d'améliorations qui étaient cliniquement significatives. Cependant, la plupart des études avaient un risque élevé de biais de performance en raison du fait que les évaluateurs (les parents) n'étaient pas masqués quant à qui avait reçu l'intervention. Lorsqu'on combinait uniquement les essais à faible risque d'un tel biais de performance, les résultats n'atteignaient pas la signifiance statistique. De nouvelles recherches sont nécessaires dans lesquelles ceux qui évaluent les résultats du traitement ne savent pas si l'enfant a reçu ou non un traitement manipulatif.

Les données sont insuffisantes pour atteindre des conclusions définitives sur l'innocuité de ces interventions.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Traitements manipulatifs pour la colique infantile

Traitements manipulatifs pour la colique infantile

La colique infantile est un problème pénible caractérisé par des pleurs excessifs du nourrisson et il s'agit du problème le plus souvent soumis au médecin au cours des 16 premières semaines de la vie d'un enfant.

Elle est d'ordinaire considérée comme un trouble bénin parce que les symptômes disparaissent généralement vers l'âge de cinq ou six mois. Toutefois, la détresse dans laquelle se retrouvent les parents et la vie familiale atteint un tel degré que les médecins se sentent souvent le besoin d'intervenir. Certaines études laissent penser que les effets sur l'enfant sont plus durables, et on en estimait en 2001 le coût pour le UK National Health Service à plus de 65 millions £.

Il a été suggéré que certaines techniques douces (faible vitesse, faible amplitude) de manipulation (telles que celles utilisées en ostéopathie et en chiropraxie) pourraient réduire en toute sécurité les symptômes associés à la colique infantile, en particulier les pleurs de durée excessive. Cette revue comprenait six essais randomisés portant sur 325 nourrissons ayant reçu un traitement manipulatif ou ayant fait partie d'un groupe de contrôle.

Les études avaient porté sur trop peu de participants et n'étaient pas de qualité suffisante pour que l'on tire des conclusions fiables quant à l'utilité et à l'innocuité des traitements manipulatifs.

Bien que cinq des six essais laissent penser que les traitements manipulatifs réduisaient les pleurs, il n'y avait aucune preuve que les traitements manipulatifs aient amélioré la colique du nourrisson quand n'étaient incluses que les études dans lesquelles les parents ne savaient pas si leur enfant avait reçu le traitement ou non.

Il n'avait pas été trouvé d'effets indésirables, mais ceux-ci n'avaient été évalués que dans une des six études.

De nouvelles recherches rigoureuses sont nécessaires dans lesquelles (a) les enfants sont assignés de façon aléatoire au traitement ou à l'absence de traitement et (b) les personnes chargées d'évaluer les résultats du traitement ne savent pas si l'enfant a bénéficié ou non d'un traitement manipulatif.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�