Intervention Review

You have free access to this content

Antipsychotics for acute and chronic pain in adults

  1. Stefan Seidel1,*,
  2. Martin Aigner2,
  3. Michael Ossege2,
  4. Elisabeth Pernicka3,
  5. Brigitte Wildner4,
  6. Thomas Sycha1

Editorial Group: Cochrane Pain, Palliative and Supportive Care Group

Published Online: 29 AUG 2013

Assessed as up-to-date: 21 AUG 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD004844.pub3


How to Cite

Seidel S, Aigner M, Ossege M, Pernicka E, Wildner B, Sycha T. Antipsychotics for acute and chronic pain in adults. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 8. Art. No.: CD004844. DOI: 10.1002/14651858.CD004844.pub3.

Author Information

  1. 1

    Medical University of Vienna, Department of Neurology, Vienna, Austria

  2. 2

    Medical University of Vienna, Department of Psychiatry, Vienna, Austria

  3. 3

    Medical University of Vienna, Department of Medical Statistics, Vienna, Austria

  4. 4

    University Library of the Medical University of Vienna, Information Retrieval Office, Vienna, Austria

*Stefan Seidel, Department of Neurology, Medical University of Vienna, Währinger Straße 13a, Vienna, Austria. stefan.seidel@meduniwien.ac.at.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 29 AUG 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

Background

This is an updated version of the original Cochrane review published in Issue 4, 2008. The role of antipsychotics as adjuvant analgesics is a subject of longstanding controversy. Neuroleptanalgesia (that is a state of quiescence, altered awareness, and analgesia produced by a combination of taking an opioid analgesic and an antipsychotic), an established term for the management of acute pain, was shown to negatively influence disease course and total mortality in unstable angina patients. Nevertheless, antipsychotics are used to treat chronic pain (for example chronic headache, fibromyalgia and diabetic neuropathia). With atypical antipsychotics, a new class of antipsychotics, both fewer extrapyramidal side effects and additional benefits may be available.

Objectives

To assess the analgesic efficacy and adverse effects of antipsychotics in acute or chronic pain in adults.

Search methods

The following databases were searched: CENTRAL, on The Cochrane Library, (Issue 12 of 12, 2012); MEDLINE (1966 to 11/1/2013); EMBASE (1980 to 2013 week 03) and PsycINFO 1806 to Jan week 3 2013. Searches were run originally in 2007 and then again in 2011 and 2013.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) of adults prescribed any dose of an oral antipsychotic for acute or chronic pain, where subjective pain assessment was described as either the primary or a secondary outcome, were included in this review.

Data collection and analysis

Data were extracted by two independent review authors, and results were compared for differences. Discrepancies were resolved by discussion. All trials were quality scored according to the methods set out in section six of the Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions.

Main results

A total of 770 participants were involved in the 11 included studies. Data from five included randomised double-blind studies showed beneficial effects of antipsychotics in the treatment of acute and chronic pain. Quantitative analysis of these studies showed a significant reduction of mean pain intensity after administration of the antipsychotic compared to placebo or another active compound, weighted mean difference (WMD) -1.78 (95% CI -2.71 to -0.85) for the continuous data; and relative risk (RR) 0.43 (95% CI 0.25 to 0.73), number needed to treat to benefit (NNT) 2.6 for the dichotomous data. Nevertheless, the test for heterogeneity was significant for both the continuous data (P = 0.0007) and the dichotomous data (P = 0.04). Obviously this makes the calculated NNT less reliable and caution is warranted when interpreting these results.

The most frequently reported adverse effects were extrapyramidal (that is involuntary movements, parkinsonism and akathisia) and sedating effects.

Authors' conclusions

The recent search found five new studies which were all excluded, so the review remains the same as previously.

Antipsychotics might be used as an add-on therapy in the treatment of painful conditions. Nevertheless, extrapyramidal and sedating side effects have to be considered before using antipsychotics for treating painful conditions.

Results for antipsychotics in the treatment of different painful conditions are mixed and most sample sizes in the reviewed RCTs are small. Further studies on atypical antipsychotics in larger double-blind placebo-controlled studies that include standardised pain assessment and documentation are warranted.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

Analgesic effects of antipsychotics in acute and chronic painful states

Medicines called ‘antipsychotics’, which are used to treat some mental health conditions, are sometimes used to treat chronic pain. A new type of these medicines called 'atypical antipsychotics' is available, with fewer side effects and some additional benefits. The review authors assessed the effect of these medicines on pain and their side effects. Based on 5 out of 11 included trials there were some beneficial effects of antipsychotics in the treatment of acute and chronic pain. Analysis of these studies showed a significant reduction in pain after administration of the antipsychotic compared to placebo or another medicine, however these results were based on small studies and therefore they may be unreliable. It is also important to consider the unwanted effects that these medicines might cause.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

Les antipsychotiques pour traiter la douleur aiguë et chronique chez l'adulte

Contexte

Ceci est une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée dans le numéro 4, 2008. Le rôle des antipsychotiques en tant qu'analgésiques adjuvants fait l'objet d'une longue controverse. Il a été démontré que la neuroleptanalgésie (qui est un état de quiescence, d'altération de la conscience et d'analgésie produite par la prise d'un analgésique opioïde combiné avec un antipsychotique), une forme établie pour la prise en charge de la douleur aiguë, influence négativement le cours de la maladie et la mortalité totale chez des patients atteints d'angor instable. Néanmoins, les antipsychotiques sont utilisés pour traiter la douleur chronique (par exemple la céphalée chronique, la fibromyalgie et la neuropathie diabétique). Avec des antipsychotiques atypiques, une nouvelle classe de neuroleptiques, ayant à la fois moins d'effets secondaires extrapyramidaux et davantage de bénéfices, pourrait être disponible.

Objectifs

Évaluer l'efficacité analgésique et les effets indésirables des neuroleptiques contre la douleur aiguë ou chronique chez l'adulte.

Stratégie de recherche documentaire

Les bases de données suivantes ont été consultées : CENTRAL, sur La Bibliothèque Cochrane, (numéro 12 sur 12, 2012) ; MEDLINE (de 1966 à 11/1/2013) ; EMBASE (de 1980 à 2013 semaine 3) et PsycINFO de 1806 à la 3ème semaine de janvier 2013. Des Recherches ont été effectuées pour la première fois en 2007 et encore en 2011 et 2013.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur des adultes ayant été prescrits une dose quelconque d'antipsychotique orale pour la douleur aiguë ou chronique, où l'évaluation subjective de la douleur a été décrite comme critère de jugement primaire ou secondaire, ont été inclus dans cette revue.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites par deux auteurs indépendants de la revue et les résultats ont été comparés pour évaluer les différences. Les divergences ont été résolues par discussion. Tous les essais ont été notés en fonction de leur qualité selon les méthodes décrites dans la section six des du Manuel Cochrane sur les Revues Systématiques des Interventions.

Résultats Principaux

Un total de 770 participants a été impliqué dans 11 études incluses. Les données issues de cinq études, incluant des essais randomisés en double aveugle, ont montré les effets bénéfiques des neuroleptiques pour le traitement de la douleur aiguë et chronique. L'analyse quantitative de ces études a montré une réduction significative de l'intensité de la douleur moyenne après l'administration de l'antipsychotique par rapport à un placebo ou à un autre composé actif, la différence moyenne pondérée (DMP) à 95 % -1,78 (IC à 95 % de -2,71 à -0,85) pour les données continues ; et le risque relatif (RR) de 0,43 (IC à 95 % 0,25 à 0,73), le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice (NST) de 2,6 pour les données dichotomiques. Néanmoins, le test d'hétérogénéité était significatif à la fois pour les données continues (P =0,0007) et les données dichotomiques (P =0,04). Bien évidemment, cela rend les calculs NST moins fiables et il est nécessaire d'être prudent lors de l'interprétation de ces résultats.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés étaient des effets extrapyramidaux (qui sont des mouvements involontaires, la maladie de Parkinson et l'acathésie) et des effets sédatifs.

Conclusions des auteurs

Les récentes recherches ont découvert cinq nouvelles études qui ont toutes été exclues, la revue reste donc la même que précédemment.

Les neuroleptiques peuvent être utilisés comme traitement d'appoint dans le traitement des états douloureux. Néanmoins, les effets secondaires extrapyramidaux et sédatifs doivent être pris en compte avant d'utiliser des neuroleptiques pour traiter les états douloureux.

Les résultats pour les neuroleptiques dans le traitement de différentes conditions douloureuses sont contrastés et la plupart des tailles d'échantillons dans les ECR de la revue sont réduites. D'autres études sur les antipsychotiques atypiques, avec des études plus nombreuses en double aveugle contrôlées par placebo, qui incluent une évaluation de la douleur standardisée et la documentation, sont nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

Les antipsychotiques pour traiter la douleur aiguë et chronique chez l'adulte

Les effets analgésiques des antipsychotiques sur les états douloureux aigus et chroniques

Les médicaments appelés « antipsychotiques », qui sont utilisés pour traiter certains problèmes de santé mentale, sont parfois utilisés pour traiter la douleur chronique. Un nouveau type de ces médicaments appelé « antipsychotique atypique » est disponible, avec moins d'effets secondaires et certains bénéfices supplémentaires. Les auteurs de la revue ont évalué l'effet de ces médicaments sur la douleur et leurs effets secondaires. En se basant sur 5 des 11 essais inclus, ils présentaient certains effets bénéfiques des neuroleptiques pour le traitement de la douleur aiguë et chronique. L'analyse de ces études a montré une réduction significative de la douleur après l'administration de l'antipsychotique par rapport à un placebo ou un autre médicament, mais ces résultats étaient fondés sur des études de petite taille et par conséquent, ils peuvent ne pas être fiables. Il est également important de considérer les effets indésirables que ces médicaments pourraient entraîner.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 5th November, 2013
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. Plain language summary

Lijekovi antipsihotici za liječenje akutne i kronične boli kod odraslih

Analgetski učinak antipsihotika za liječenje akutne i kronične boli kod odraslih

Lijekovi koji se nazivaju „antipsihotici“, a koji se koriste za liječenje određenih duševnih poremećaja, ponekad se koriste i za liječenje kronične boli. Sada je dostupna nova generacija tih lijekova, koja se naziva „atipični antipsihotici“, i koja ima manje nuspojava i više korisnih učinaka. Autori Cochrane sustavnog pregleda analizirali su učinak tih lijekova na bol i njihove nuspojave. Temeljem 5 od 11 kliničkih studija koje su pronašli u medicinskoj literaturi, zaključeno je da u određenoj mjeri antipsihotici mogu biti korisni u liječenju akutne i kronične boli. Analiza tih kliničkih studija pokazala je značajno smanjenje boli nakon primjene antipsihotika, u usporedbi s placebom ili drugim lijekom. Međutim, ti se rezultati temelje na malim studijama i stoga mogu biti nepouzdani. Također je važno uzeti u obzir moguće nuspojave koje ti lijekovi mogu izazvati prije nego se propišu pacijentima.

Translation notes

Translated by: Croatian Branch of the Italian Cochrane Centre