Get access

Fluids and diuretics for acute ureteric colic

  • Review
  • Intervention

Authors

  • Andrew S Worster,

    Corresponding author
    1. McMaster University, Division of Emergency Medicine, Department of Medicine, Hamilton, Ontario, Canada
    • Andrew S Worster, Division of Emergency Medicine, Department of Medicine, McMaster University, 237 Barton East, Rm. 250a McMaster Clinic, Hamilton, Ontario, L8L 2X2, Canada. worster@mcmaster.ca.

    Search for more papers by this author
  • Wendy Bhanich Supapol

    1. McMaster University, Division of Emergency Medicine, Department of Medicine, Hamilton, Ontario, Canada
    Search for more papers by this author

Abstract

Background

Acute ureteric colic is commonly associated with severe and debilitating pain. Theoretically, increasing fluid flow through the affected kidney might expedite stone passage, thereby improving symptoms more quickly. The efficacy and safety of interventions such as high volume intravenous (IV) or oral fluids and diuretics aimed at expediting ureteric stone passage is, however, uncertain.

Objectives

To look at the benefits and harms of diuretics and high volume (above maintenance) IV or oral fluid therapy for treating adult patients presenting with uncomplicated acute ureteric colic.

Search methods

We searched the Cochrane Renal Group's specialised register (3 January 2012). Previously we searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL The Cochrane Library), MEDLINE (from 1966), EMBASE (from 1980) and handsearched reference lists of nephrology and urology textbooks, review articles, relevant studies, and abstracts from nephrology scientific meetings.

Selection criteria

All randomised controlled trials (RCTs) and quasi-RCTs (including the first period of randomised cross-over studies) looking at diuretics or high volume IV or oral fluids for treating uncomplicated acute ureteric colic in adult patients presenting to the emergency department for the first time during that episode were included.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed study quality and extracted data. Statistical analyses were performed using the random-effects model for multiple studies of the same outcomes, otherwise the fixed-effect model was used. Results were expressed as risk ratios (RR) for dichotomous outcomes or as mean differences (MD) for continuous data with 95% confidence intervals (CI).

Main results

Two studies (enrolling 118 participants) examined the association between intense hydration and ureteric colic outcomes. There was no significant difference in pain at six hours (1 study, 60 participants: RR 1.06, 95% CI 0.71 to 1.57), surgical stone removal (1 study, 60 participants: RR 1.20, 95% CI 0.41 to 3.51) or manipulation by cystoscopy (1 study, 60 participants: RR 0.67, 95% CI 0.21 to 2.13) when no fluids over six hours was compared to three litres IV fluids administered over a six hour period. There was no difference in stone clearance (1 study 43 participants: RR 1.38, 95% CI 0.50 to 3.84), hourly pain score or patients' narcotic requirements (P > 0.05 for all comparisons) when forced IV hydration of two litres over four hours was compared with minimal IV hydration at 20 mL/hour.

One study did not provide any details which would have allowed us to assess any of the risk of bias items (selection, detection, performance, attrition or reporting bias). The second study did not report the method of randomisation or allocation (selection bias - unclear), they reported that the patients were blinded to therapy (low risk of bias), analgesics were administered according to predetermined pain score criteria (low risk), and assessment of stone passage was unlikely to have been biased by knowledge of group assignment (low risk). However the second study also reported a high percentage of participants excluded post randomisation (26%; high risk of bias). We were unable to assess or ascertain any of the other risk of bias items.

Authors' conclusions

We found no reliable evidence in the literature to support the use of diuretics and high volume fluid therapy for people with acute ureteric colic. However, given the potential positive therapeutic impact of fluids and diuretics to facilitate stone passage, the capacity of these interventions warrants further investigation to determine safety and efficacy profiles.

Résumé scientifique

Administration de liquides et prise de diurétiques pour le traitement d'une colique néphrétique aiguë

Contexte

La colique néphrétique aiguë est généralement associée à des douleurs vives et invalidantes. Théoriquement, une augmentation des flux de liquides dans le rein concerné peut accélérer le passage du calcul, atténuant ainsi les symptômes plus rapidement. L'efficacité et l'innocuité des interventions, comme l'administration de volumes élevés de liquides par intraveineuse (IV) ou par voie orale et de diurétiques visant à activer le passage des calculs néphrétiques, sont toutefois incertaines.

Objectifs

Observer les effets bénéfiques et les dangers des traitements à base de diurétiques et dans lesquels des volumes élevés (supérieurs aux volumes d'entretien) de liquides sont administrés par IV ou par voie orale pour le traitement de patients adultes atteints d'une colique néphrétique aiguë non compliquée.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais spécialisés du groupe Cochrane sur les reins (3 janvier 2012). Nous avons précédemment effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL The Cochrane Library), MEDLINE (à partir de 1966), EMBASE (à partir de 1980), ainsi que des recherches manuelles dans les listes bibliographiques des manuels sur la néphrologie et l'urologie, les articles de revues, les études pertinentes et les résumés de conférences scientifiques concernant la néphrologie.

Critères de sélection

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) et quasi-randomisés (y compris la première période d'études croisées randomisées) étudiant la prise de diurétiques ou des volumes élevés de liquides administrés par IV ou par voie orale pour le traitement de la colique néphrétique aiguë non compliquée chez des patients adultes se présentant aux services des urgences pour la première fois au cours de cet épisode étaient inclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué la qualité méthodologique de l'étude et extrait des données de façon indépendante. Des analyses statistiques ont été réalisées en utilisant un modèle à effets aléatoires pour plusieurs études dont les critères de jugement étaient identiques. Un modèle à effets fixes était utilisé dans les autres cas. Les résultats étaient exprimés en risques relatifs (RR) pour les résultats dichotomiques et en différences moyennes (DM) pour les données continues, avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux

Deux études (impliquant 118 participants) examinaient l'association entre des critères liés à une hydratation intense et une colique néphrétique. Il n'y avait aucune différence significative au niveau de la douleur au bout de six heures (1 étude, 60 participants : RR 1,06 ; IC à 95 % 0,71 à 1,57), de l'ablation chirurgicale des calculs (1 essai, 60 participants : RR 1,20 ; IC à 95 % 0,41 à 3,51) ou de la manipulation cystoscopique (1 essai, 60 participants : RR 0,67, IC à 95 % 0,21 à 2,13) en comparant l'absence d'administration de liquides pendant six heures à trois litres de liquides administrés par IV sur une période de six heures. Il n'y avait aucune différence au niveau de l'élimination des calculs (1 étude, 43 participants : RR 1,38, IC à 95 % 0,50 à 3,84), des scores de douleur horaires ou des besoins en narcotiques des patients (P > 0,05 pour toutes les comparaisons) en comparant une hydratation intensive par IV de deux litres de liquides en quatre heures à une hydratation minimale par IV de 20 ml/heure.

Une étude ne fournissait aucun détail qui aurait pu nous permettre d'évaluer l'un des éléments de risques de biais (biais de sélection, de détection, de performances, d'attrition ou de notification). La deuxième étude n'indiquait pas la méthode de randomisation ou d'allocation utilisée (biais de sélection - indéterminé). Cependant, elle indiquait que le traitement des patients était administré en aveugle (risques de biais faibles), les analgésiques étaient administrés conformément à des critères prédéterminés selon un score de douleur (risques faibles) et il était peu probable que l'évaluation du passage des calculs ait été biaisée par les connaissances du groupe d'affectation (risques faibles). Toutefois, la deuxième étude signalait aussi un pourcentage élevé de participants exclus suite à la randomisation (26 %, risques de biais élevés). Nous n'avons pu évaluer ou constater aucun des autres éléments de risques de biais.

Conclusions des auteurs

Nous n'avons trouvé aucune preuve probante dans la littérature permettant de corroborer la prise de diurétiques et le recours à un traitement consistant à administrer des volumes élevés de liquides chez des personnes atteintes d'une colique néphrétique aiguë. Toutefois, étant donné l'impact thérapeutique positif potentiel des liquides et diurétiques pour faciliter le passage des calculs, la capacité de ces interventions justifie la réalisation de recherches approfondies pour déterminer des profils de tolérance et d'efficacité.

Plain language summary

Fluids and diuretics for treating acute ureteric colic

Kidney stones are most commonly formed from masses of crystals and protein. Movement of stones from the kidney through the urinary tract is a common cause of urinary tract obstruction in adults and can cause severe pain (colic). This review aimed to determine if increased fluids and diuretics or both could hasten the passage of stones and improve symptoms. Neither our initial review nor this subsequent update identified sufficient evidence to enable conclusions to be determined about the safety and effectiveness of increasing fluids or diuretics or both to treat people with acute ureteric colic. More and larger randomised controlled studies are required.

Résumé simplifié

Administration de liquides et prise de diurétiques pour le traitement d'une colique néphrétique aiguë

Les calculs rénaux sont généralement le résultat d'amas de cristaux et de protéines. Leur déplacement des reins par les voies urinaires est souvent la cause d'une obstruction des voies urinaires chez les adultes et peut entraîner des douleurs aiguës (colique). Cette revue avait pour objectif de déterminer si une augmentation de l'administration de liquides et / ou de la prise de diurétiques pouvait faciliter le passage des calculs et atténuer les symptômes. Ni notre revue initiale, ni cette mise à jour n'ont pu identifier suffisamment de preuves permettant de tirer des conclusions sur la tolérance et l'efficacité liées à une augmentation de l'administration de liquides et / ou de la prise de diurétiques pour le traitement de personnes atteintes d'une colique néphrétique aiguë. D'autres études contrôlées randomisées doivent être réalisées à plus grande échelle.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 18th May, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article

Ancillary