Intervention Review

You have free access to this content

Effect of longer-term modest salt reduction on blood pressure

  1. Feng J He1,*,
  2. Jiafu Li2,
  3. Graham A MacGregor1

Editorial Group: Cochrane Hypertension Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 28 FEB 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD004937.pub2


How to Cite

He FJ, Li J, MacGregor GA. Effect of longer-term modest salt reduction on blood pressure. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD004937. DOI: 10.1002/14651858.CD004937.pub2.

Author Information

  1. 1

    Queen Mary University of London, Wolfson Institute of Preventive Medicine, Barts and The London School of Medicine & Dentistry, London, UK

  2. 2

    Affiliated Hospital of LuZhou Medical College, Department of Cardiology, Luzhou, Sichuan, China

*Feng J He, Wolfson Institute of Preventive Medicine, Barts and The London School of Medicine & Dentistry, Queen Mary University of London, Charterhouse Square, London, EC1M 6BQ, UK. f.he@qmul.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (conclusions changed)
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Background

A reduction in salt intake lowers blood pressure (BP) and, thereby, reduces cardiovascular risk. A recent meta-analysis by Graudal implied that salt reduction had adverse effects on hormones and lipids which might mitigate any benefit that occurs with BP reduction. However, Graudal's meta-analysis included a large number of very short-term trials with a large change in salt intake, and such studies are irrelevant to the public health recommendations for a longer-term modest reduction in salt intake. We have updated our Cochrane meta-analysis.  

Objectives

To assess (1) the effect of a longer-term modest reduction in salt intake (i.e. of public health relevance) on BP and whether there was a dose-response relationship; (2) the effect on BP by sex and ethnic group; (3) the effect on plasma renin activity, aldosterone, noradrenaline, adrenaline, cholesterol, low-density lipoprotein (LDL), high-density lipoprotein (HDL) and triglycerides.

Search methods

We searched MEDLINE, EMBASE, Cochrane Hypertension Group Specialised Register, Cochrane Central Register of Controlled Trials, and reference list of relevant articles.

Selection criteria

We included randomised trials with a modest reduction in salt intake and duration of at least 4 weeks.

Data collection and analysis

Data were extracted independently by two reviewers. Random effects meta-analyses, subgroup analyses and meta-regression were performed.

Main results

Thirty-four trials (3230 participants) were included. Meta-analysis showed that the mean change in urinary sodium (reduced salt vs usual salt) was -75 mmol/24-h (equivalent to a reduction of 4.4 g/d salt), the mean change in BP was -4.18 mmHg (95% CI: -5.18 to -3.18, I2=75%) for systolic and -2.06 mmHg (95% CI: -2.67 to -1.45, I2=68%) for diastolic BP. Meta-regression showed that age, ethnic group, BP status (hypertensive or normotensive) and the change in 24-h urinary sodium were all significantly associated with the fall in systolic BP, explaining 68% of the variance between studies. A 100 mmol reduction in 24 hour urinary sodium (6 g/day salt) was associated with a fall in systolic BP of 5.8 mmHg (95%CI: 2.5 to 9.2, P=0.001) after adjusting for age, ethnic group and BP status. For diastolic BP, age, ethnic group, BP status and the change in 24-h urinary sodium explained 41% of the variance between studies. Meta-analysis by subgroup showed that, in hypertensives, the mean effect was -5.39 mmHg (95% CI: -6.62 to -4.15, I2=61%) for systolic and -2.82 mmHg (95% CI: -3.54 to -2.11, I2=52%) for diastolic BP. In normotensives, the mean effect was -2.42 mmHg (95% CI: -3.56 to -1.29, I2=66%) for systolic and -1.00 mmHg (95% CI: -1.85 to -0.15, I2=66%) for diastolic BP. Further subgroup analysis showed that the decrease in systolic BP was significant in both whites and blacks, men and women. Meta-analysis of hormone and lipid data showed that the mean effect was 0.26 ng/ml/hr (95% CI: 0.17 to 0.36, I2=70%) for plasma renin activity, 73.20 pmol/l (95% CI: 44.92 to 101.48, I2=62%) for aldosterone, 31.67 pg/ml (95% CI: 6.57 to 56.77, I2=5%) for noradrenaline, 6.70 pg/ml (95% CI: -0.25 to 13.64, I2=12%) for adrenaline, 0.05 mmol/l (95% CI: -0.02 to 0.11, I2=0%) for cholesterol, 0.05 mmol/l (95% CI: -0.01 to 0.12, I2=0%) for LDL, -0.02 mmol/l (95% CI: -0.06 to 0.01, I2=16%) for HDL, and 0.04 mmol/l (95% CI: -0.02 to 0.09, I2=0%) for triglycerides.

Authors' conclusions

A modest reduction in salt intake for 4 or more weeks causes significant and, from a population viewpoint, important falls in BP in both hypertensive and normotensive individuals, irrespective of sex and ethnic group. With salt reduction, there is a small physiological increase in plasma renin activity, aldosterone and noradrenaline. There is no significant change in lipid levels. These results provide further strong support for a reduction in population salt intake. This will likely lower population BP and, thereby, reduce cardiovascular disease. Additionally, our analysis demonstrates a significant association between the reduction in 24-h urinary sodium and the fall in systolic BP, indicating the greater the reduction in salt intake, the greater the fall in systolic BP. The current recommendations to reduce salt intake from 9-12 to 5-6 g/d will have a major effect on BP, but are not ideal. A further reduction to 3 g/d will have a greater effect and should become the long term target for population salt intake.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Modest salt reduction lowers blood pressure in all ethnic groups at all levels of blood pressure without adverse consequences

The public health recommendations in most countries are to reduce salt intake from the current levels of approximately 9-12 grams per day to less than 5-6 grams per day. Our pooled analysis of randomised trials of 4 weeks or more in duration shows that such a reduction in salt intake lowers blood pressure both in individuals with raised blood pressure and in those with normal blood pressure. The fall in blood pressure is shown in both whites and blacks, men and women. Additionally, our results show that a longer-term modest reduction in salt intake has no adverse effect on hormone and lipid levels. These findings provide further strong support for a reduction in population salt intake. This will likely lower population blood pressure and reduce strokes, heart attacks and heart failure. Furthermore, our results are consistent with the fact that the lower the salt intake, the lower the blood pressure. The current recommendations to reduce salt intake to 5-6 grams per day will lower blood pressure, but a further reduction to 3 grams per day will lower blood pressure more. Therefore, 3 grams per day should become the long-term target for population salt intake.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Effets liées à la diminution modérée de sel à long terme sur la pression artérielle

Contexte

Une baisse de la consommation de sel diminue la pression artérielle (PA) et, par conséquent, réduit les risques cardiovasculaires. Une récente méta-analyse réalisée par Graudal supposait que la diminution de sel avait des effets indésirables sur les hormones et les lipides, ce qui pouvait atténuer tout effet bénéfique lié à une diminution de la PA. Toutefois, cette méta-analyse incluait un grand nombre d'essais réalisés à très court terme et avec des variations importantes de la consommation de sel. Par conséquent, ces études ne sont pas pertinentes par rapport aux recommandations de santé publique consistant à diminuer modérément et à long terme la consommation de sel. Nous avons donc mis à jour notre méta-analyse Cochrane.  

Objectifs

Évaluer (1) les effets liés à une diminution modérée et à long terme de la consommation de sel (à savoir, pertinente du point de vue de la santé publique) sur la PA et l'existence d'une relation dose - réponse ; (2) les effets sur la PA selon le sexe et le groupe ethnique ; (3) les effets sur l'activité rénine plasmatique, l'aldostérone, la noradrénaline, l'adrénaline, le cholestérol, la lipoprotéine à faible densité (LDL pour « Low-Density Lipoprotein »), la lipoprotéine à haute densité (HDL pour « High-Density Lipoprotein ») et les triglycérides.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans MEDLINE, EMBASE, le registre spécialisé du groupe Cochrane sur l'hypertension artérielle, le registre Cochrane des essais contrôlés et les listes bibliographiques des articles pertinents.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais randomisés, d'une durée d'au moins 4 semaines, consistant à diminuer modérément la consommation de sel.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment extrait des données. Des méta-analyses à effets aléatoires, des analyses en sous-groupes et une méta-régression ont été réalisées.

Résultats principaux

Trente-quatre essais (3 230 participants) ont été inclus. Une méta-analyse montrait que la variation moyenne de sodium urinaire (comparaison d'une consommation de sel réduite à une consommation de sel normale) était de - 75 mmol/24 h (équivaut à une diminution de 4,4 g/jour de sel), la variation moyenne de la PA était de - 4,18 mmHg (IC à 95 % : - 5,18 à - 3,18, I 2 = 75 %) pour la PA systolique et de - 2,06 mmHg (IC à 95 % : - 2,67 à - 1,45, I 2 = 68 %) pour la PA diastolique. La méta-régression montrait que l'âge, le groupe ethnique, le statut de la PA (hypertendu ou normotendu) et la variation de sodium urinaire en 24 h étaient tous significativement liés à une baisse de la PA systolique, expliquant 68 % de la variance entre les études. Une diminution de 100 mmol de sodium urinaire en 24 heures (6 g/jour de sel) était liée à une baisse de la PA systolique de 5,8 mmHg (IC à 95 % : 2,5 à 9,2, P = 0,001) après ajustement de l'âge, du groupe ethnique et du statut de la PA. Quant à la PA diastolique, l'âge, le groupe ethnique, le statut de la PA et la variation de sodium urinaire en 24 h expliquaient 41 % de la variance entre les études. La méta-analyse réalisée en sous-groupes montrait que, chez les personnes hypertendues, l'effet moyen était de - 5,39 mmHg (IC à 95 % : - 6,62 à - 4,15, I 2 = 61 %) pour la PA systolique et de - 2,82 mmHg (IC à 95 % : - 3,54 à - 2,11, I 2 = 52 %) pour la PA diastolique. Chez les personnes normotendues, l'effet moyen était de - 2,42 mmHg (IC à 95 % : - 3,56 à - 1,29, I 2 = 66 %) pour la PA systolique et de - 1,00 mmHg (IC à 95 % : - 1,85 à - 0,15, I 2 = 66 %) pour la PA diastolique. Une autre analyse en sous-groupes montrait que la diminution de la PA systolique était significative chez les personnes de type caucasien et de type africain, mais aussi chez les hommes et chez les femmes. Une méta-analyse des données relatives aux hormones et aux lipides montrait que l'effet moyen était de 0,26 ng/ml/h (IC à 95 % : 0,17 à 0,36, I 2 = 70 %) pour l'activité rénine plasmatique, de 73,20 pmol/l (IC à 95 % : 44,92 à 101,48, I 2 = 62 %) pour l'aldostérone, de 31,67 pg/ml (IC à 95 % : 6,57 à 56,77, I 2 = 5 %) pour la noradrénaline, de 6,70 pg/ml (IC à 95 % : - 0,25 à 13,64, I 2 = 12 %) pour l'adrénaline, de 0,05 mmol/l (IC à 95 % : - 0,02 à 0,11, I 2 = 0 %) pour le cholestérol, de 0,05 mmol/l (IC à 95 % : - 0,01 à 0,12, I 2 = 0 %) pour la LDL, de - 0,02 mmol/l (IC à 95 % : - 0,06 à 0,01, I 2 = 16 %) pour la HDL et de 0,04 mmol/l (IC à 95 % : - 0,02 à 0,09, I 2 = 0 %) pour les triglycérides.

Conclusions des auteurs

Une diminution modérée de la consommation de sel pendant au moins 4 semaines réduit sensiblement et, du point de vue de la population, de façon notable la PA chez les personnes hypertendues et normotendues, quel que soit le sexe ou le groupe ethnique. En diminuant la consommation de sel, on constate une légère augmentation physiologique de l'activité de la rénine plasmatique, de l'aldostérone et de la noradrénaline. Il n'existe aucune variation significative des niveaux de lipides. Ces résultats confortent davantage l'idée qui consiste à réduire la consommation de sel, ce qui va probablement diminuer la PA et, par conséquent, réduire les risques de maladies cardiovasculaires chez la population. De plus, notre analyse démontre un lien significatif entre la diminution de sodium urinaire en 24 h et la baisse de la PA systolique, ce qui indique que plus la baisse de la consommation de sel est importante, plus la baisse de la PA systolique sera importante. Les recommandations actuelles visant à réduire la consommation de sel de 9 - 12 à 5 - 6 g/j auront un effet majeur sur la PA, sans toutefois être idéales. Une baisse supplémentaire à 3 g/j aura un effet encore plus significatif et la population devra atteindre cet objectif de consommation de sel à long terme.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Une diminution modérée de sel réduit la pression artérielle dans tous les groupes ethniques, quels que soient les niveaux de pression artérielle et sans aucune conséquence indésirable

Dans la plupart des pays, les recommandations de santé publique préconisent de réduire la consommation de sel par rapport aux niveaux actuels, qui sont d'environ 9 à 12 grammes par jour, à moins de 5 à 6 grammes par jour. Notre analyse groupée d'essais randomisés, d'une durée de 4 semaines ou plus, montre que cette diminution de la consommation de sel fait baisser la pression artérielle chez les personnes ayant une pression artérielle élevée et chez celles ayant une pression artérielle normale. Une baisse de la pression artérielle est constatée chez les personnes de type caucasien et de type africain, chez les hommes comme chez les femmes. Nos résultats montrent également qu'une diminution modérée à long terme de la consommation de sel ne présente aucun effet indésirable sur les niveaux d'hormones et de lipides. Ces résultats confortent davantage l'idée qui consiste à réduire la consommation de sel, ce qui va probablement diminuer la pression artérielle et les risques d'AVC, de crise cardiaque et d'insuffisance cardiaque chez la population. De plus, nos résultats sont cohérents avec le fait selon lequel plus la consommation de sel est basse, plus la pression artérielle sera basse. Les recommandations actuelles pour réduire la consommation de sel à 5 - 6 grammes par jour vont faire diminuer la pression artérielle, mais une baisse supplémentaire à 3 grammes par jour va encore diminuer davantage la pression artérielle. Par conséquent, une consommation de 3 grammes de sel par jour doit être l'objectif que la population doit atteindre à long terme.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.

 

Laički sažetak

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Dugoročno umjereno smanjenje soli može sniziti krvni tlak

Većina zemalja preporučuje smanjenje unosa soli s trenutne količine od otprilike 9-12 grama dnevno na količinu manju od 5-6 grama dnevno. Cochrane sustavni pregled literature napravio je zbirnu analizu 34 klinička istraživanja s ukupno 3230 ispitanika koja su trajala 4 tjedna ili dulje. Zbirni rezultati pokazuju da takvo smanjenje količine soli u prehrani snižava krvni tlak u osoba s povišenim krvnim tlakom i u osoba s normalnim krvnim tlakom. Rezultati sustavnog pregleda literature također pokazuju da takvo dugoročno umjereno smanjenje konzumiranja soli nema neželjene učinke na razinu hormona i masnoća. Dobiveni rezultati snažno podupiru nastojanja kojima je cilj smanjiti unos soli prehranom. Velika je vjerojatnost da će smanjenje soli u prehrani dovesti do smanjenja krvnog tlaka stanovništva i smanjiti broj moždanih udara, srčanih udara i zatajenja srca. Nadalje, dobiveni su rezultati u skladu s poznatom činjenicom da je krvni tlak manji što je unos soli niži. Trenutne preporuke koje ograničavaju unos soli na 5-6 grama dnevno mogu dovesti do smanjenja krvnog tlaka, ali će dodatno smanjenje konzumacije soli na 3 grama dnevno još više sniziti krvni tlak. Stoga bi unos soli od 3 grama dnevno trebao biti dugoročni cilj stanovništva.

Bilješke prijevoda

Prevoditelj:: Croatian Branch of the Italian Cochrane Centre