Intervention Review

Interventions at caesarean section for reducing the risk of aspiration pneumonitis

  1. Shantini Paranjothy1,*,
  2. James D Griffiths2,
  3. Hannah K Broughton1,
  4. Gillian ML Gyte3,
  5. Heather C Brown4,
  6. Jane Thomas5

Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group

Published Online: 5 FEB 2014

Assessed as up-to-date: 6 JUN 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD004943.pub4


How to Cite

Paranjothy S, Griffiths JD, Broughton HK, Gyte GML, Brown HC, Thomas J. Interventions at caesarean section for reducing the risk of aspiration pneumonitis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2014, Issue 2. Art. No.: CD004943. DOI: 10.1002/14651858.CD004943.pub4.

Author Information

  1. 1

    School of Medicine, Cardiff University, Cochrane Institute of Primary Care and Public Health, Cardiff, UK

  2. 2

    Royal Women's Hospital, Department of Anaesthesia, Parkville, Victoria, Australia

  3. 3

    The University of Liverpool, Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK

  4. 4

    Royal Sussex County Hospital, Department of Obstetrics and Gynaecology, Brighton, UK

  5. 5

    The University of Liverpool, C/o Cochrane Pregnancy and Childbirth Group, Department of Women's and Children's Health, Liverpool, UK

*Shantini Paranjothy, Cochrane Institute of Primary Care and Public Health, School of Medicine, Cardiff University, Cardiff, UK. paranjothys@cardiff.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 5 FEB 2014

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Aspiration pneumonitis is a syndrome resulting from the inhalation of gastric contents. The incidence in obstetric anaesthesia has fallen, largely due to improved anaesthetic techniques and the increased use of regional anaesthesia at caesarean section. However, aspiration pneumonitis is still a cause of maternal morbidity and mortality, and it is important to use effective prophylaxis.

Objectives

To determine whether interventions given prior to caesarean section reduce the risk of aspiration pneumonitis in women with an uncomplicated pregnancy.

Search methods

We searched the Cochrane Pregnancy and Childbirth Group's Trials Register (30 April 2013).

Selection criteria

Randomised controlled trials were included. Quasi-randomised trials were excluded.

Data collection and analysis

Review authors independently assessed the studies for inclusion, assessed risk of bias and carried out data extraction. Data entry was checked. Fixed-effect meta-analysis was used to combine data where it was reasonable to assume that studies were estimating the same underlying treatment effect. If substantial clinical or statistical heterogeneity was detected, we used random-effects analysis to produce an overall summary.

Main results

Thirty-two studies were included in this review. However, only 22 studies, involving 2658 women, provided data for analysis. All the women in the included studies had a caesarean section under general anaesthesia. The studies covered a number of comparisons, but were mostly small and of unclear or poor quality.

When compared with no treatment or placebo, there was a significant reduction in the risk of intragastric pH < 2.5 with antacids (risk ratio (RR) 0.17, 95% confidence interval (CI) 0.09 to 0.32, two studies, 108 women), H2 antagonists (RR 0.09, 95% CI 0.05 to 0.18, two studies, 170 women) and proton pump antagonists (RR 0.26, 95% CI 0.14 to 0.46, one study 80 women). H2 antagonists were associated with a reduced the risk of intragastric pH < 2.5 at intubation when compared with proton pump antagonists (RR 0.39, 95% CI 0.16 to 0.97, one study, 120 women), but compared with antacids the findings were unclear. The combined use of 'antacids plus H2 antagonists' was associated with a significant reduction in the risk of intragastric pH < 2.5 at intubation when compared with placebo (RR 0.02, 95% CI 0.00 to 0.15, one study, 89 women) or compared with antacids alone (RR 0.12, 95% CI 0.02 to 0.92, one study, 119 women).

Authors' conclusions

The quality of the evidence was poor, but the findings suggest that the combination of antacids plus H2 antagonists was more effective than no intervention, and superior to antacids alone in preventing low gastric pH. However, none of the studies assessed potential adverse effects or substantive clinical outcomes. These findings are relevant for all women undergoing caesarean section under general anaesthesia. 

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions at caesarean section for reducing the risk of lung damage from inhaling stomach contents during anaesthesia

Stomach contents can regurgitate up the gullet into the wind pipe and enter the lungs when there is no cough reflex, e.g. during general anaesthesia. Solid food can block airways and cause breathing difficulties. The acidic liquid from the stomach can damage the lungs. This is called aspiration pneumonitis or Mendelson’s syndrome. It can lead to serious illness or even death. Many caesarean sections now are undertaken using epidural or spinal anaesthesia, and here the risk is much lower because the woman stays awake and the cough reflex remains intact. A breathing tube, which provides a seal, is normally placed in the windpipe when setting up a general anaesthetic to try to prevent this problem. However, aspiration can still occur before the tube is inserted and when it is removed.  It is thought that both the acidity and amount of fluid inhaled contribute to how much damage occurs in the lungs in the event of inhalation of the fluid into the lungs and how sick people become.  

Thirty-two studies were included in this review. However, only 22 studies, involving 2658 women, provided data for analysis, looking at interventions given prior to caesarean section for reducing the risk of aspiration. There were several different drugs and drug combinations being considered and the studies were generally of poor or questionable quality. Antacids (like sodium citrate), H2 receptor antagonists (like ranitidine), proton pump antagonists (like omeprazole), all reduced the acidity of the stomach contents. An antacid plus an H2 receptor antagonist also reduced acidity. In theory, a combination like this, where the antacid acts quickly and the H2 receptor antagonists takes a little longer, should protect at periods of greatest risk, i.e. the beginning and end of the procedure (i.e. intubation and extubation). More research is needed to identify the best combination of drugs and to check for possible adverse effects.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions lors d'une césarienne pour réduire le risque de pneumopathie d'inhalation

Contexte

La pneumopathie d'inhalation est un syndrome qui résulte de l'inhalation du contenu gastrique. Son incidence lors d'anesthésies obstétricales a considérablement diminué, notamment en raison de l'amélioration des techniques d'anesthésie et du recours croissant à l'anesthésie locale lors des césariennes. Toutefois, la pneumopathie d'inhalation est encore une cause de morbidité et de mortalité maternelle et il est important d'utiliser une prophylaxie efficace.

Objectifs

Déterminer si des interventions réalisées avant une césarienne permettent de réduire le risque de pneumopathie d'inhalation chez les femmes dont la grossesse ne présente pas de complications.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la grossesse et l'accouchement (30 avril 2013).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés ont été inclus. Les essais quasi randomisés ont été exclus.

Recueil et analyse des données

Des auteurs de la revue ont indépendamment évalué les études à inclure ainsi que les risques de biais et extrait les données. La saisie des données a été vérifiée. Une méta-analyse à effets fixes a été utilisée pour combiner les données lorsqu'il était raisonnable de présumer que les estimations des études portaient sur le même effet sous-jacent du traitement. Si une hétérogénéité clinique ou statistique importante était détectée, nous avons utilisé une analyse à effets aléatoires pour produire un résumé global.

Résultats Principaux

Trente-deux études ont été incluses dans cette revue. Cependant, seulement 22 études, impliquant 2 658 femmes, ont fourni des données pour l'analyse. Toutes les femmes dans les études incluses avaient subi une césarienne sous anesthésie générale. Les études portaient sur différentes comparaisons, mais étaient pour la plupart petites et de qualité imprécise ou faible.

Par rapport à l'absence de traitement ou au placebo, on a constaté une réduction significative du risque de pH intragastrique < 2,5 avec les antiacides (risque relatif (RR) 0,17 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,09 à 0,32 ; deux études, 108 femmes), les antagonistes des H2 (RR 0,09 ; IC à 95 % 0,05 à 0,18 ; deux études, 170 femmes) et les inhibiteurs de la pompe à protons (RR 0,26 ; IC à 95 % 0,14 à 0,46 ; une étude, 80 femmes). Les antagonistes des H2 étaient davantage associés à un risque réduit de pH intragastrique < 2,5 lors de l'intubation que les inhibiteurs de la pompe à protons (RR 0,39 ; IC à 95 % 0,16 à 0,97 ; une étude, 120 femmes), mais les résultats de la comparaison avec les antiacides n'étaient pas clairs. L'utilisation combinée des antiacides plus antagonistes des H2 était associée à une réduction significative du risque de pH intragastrique < 2,5 lors de l'intubation par rapport au placebo (RR 0,02 ; IC à 95 % 0,00 à 0,15 ; une étude, 89 femmes) ou aux antiacides seuls (RR 0,12 ; IC à 95 % 0,02 à 0,92 ; une étude, 119 femmes).

Conclusions des auteurs

La qualité des preuves était faible, mais les résultats suggèrent que l'association d'antiacides et d'antagonistes des H2 était plus efficace que l'absence d'intervention et supérieure aux antiacides seuls dans la prévention d'un pH gastrique bas. Toutefois, aucune des études n'a évalué les effets indésirables potentiels ou les résultats cliniques substantiels. Ces résultats sont pertinents pour toutes les femmes subissant une césarienne sous anesthésie générale.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Interventions lors d'une césarienne pour réduire le risque de pneumopathie d'inhalation

Interventions lors d'une césarienne pour réduire le risque de lésions pulmonaires dues à l'inhalation du contenu de l'estomac pendant l'anesthésie

Le contenu de l'estomac peut remonter dans la gorge puis redescendre dans la trachée et passer dans les poumons lorsque le réflexe de toux est absent, notamment pendant une anesthésie générale. Les aliments solides risquent de bloquer les voies aériennes et d'engendrer des difficultés respiratoires. Le liquide acide de l'estomac peut endommager les poumons. On parle alors de pneumopathie d'inhalation, ou syndrome de Mendelson. Cette condition peut entraîner une grave maladie ou même la mort. La plupart des césariennes sont désormais réalisées sous anesthésie péridurale ou locorégionale, le risque étant alors nettement inférieur parce que la femme est réveillée et que le réflexe de toux reste intact. Une sonde respiratoire, qui empêche le passage des aliments, est normalement placée dans la trachée lors de l'anesthésie générale pour essayer d'éviter ce problème. Toutefois, l'inhalation peut quand même se produire avant l'insertion de la sonde et au moment de son retrait. On pense qu'en cas d'inhalation de liquide dans les poumons, le taux d'acidité et la quantité inhalée déterminent en partie le degré des lésions dans les poumons et la gravité de la maladie qui s'ensuit.

Trente-deux études ont été incluses dans cette revue. Cependant, seulement 22 études, impliquant 2 658 femmes, ont fourni des données pour analyse, examinant les interventions réalisées avant une césarienne pour réduire le risque d'inhalation. Différents médicaments et combinaisons de médicaments étaient évalués et les études étaient généralement de qualité inadéquate ou discutable. Les antiacides (tels que le citrate de sodium), les antagonistes des récepteurs H2 (tels que la ranitidine) et les inhibiteurs de la pompe à protons (tels que l'omeprazole) réduisaient tous l'acidité du contenu de l'estomac. L'association d'un antiacide et d'un antagoniste des récepteurs H2 réduisait également l'acidité. En théorie, une combinaison de ce type, où l'antiacide agit rapidement et l'antagoniste des récepteurs H2 plus lentement, devrait offrir une protection aux moments les plus dangereux, c'est-à-dire au début et à la fin de l'intervention (intubation et extubation). Des recherches complémentaires sont nécessaires pour identifier la meilleure combinaison de médicaments et vérifier les éventuels effets indésirables.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 22nd June, 2014
Traduction financée par: Financeurs pour le Canada : Instituts de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut National d'Excellence en Santé et en Services Sociaux; pour la France : Ministère en charge de la Santé