Intervention Review

You have free access to this content

Treatment for femoral pseudoaneurysms

  1. Paul V Tisi*,
  2. Michael J Callam

Editorial Group: Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group

Published Online: 29 NOV 2013

Assessed as up-to-date: 9 OCT 2013

DOI: 10.1002/14651858.CD004981.pub4


How to Cite

Tisi PV, Callam MJ. Treatment for femoral pseudoaneurysms. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 11. Art. No.: CD004981. DOI: 10.1002/14651858.CD004981.pub4.

Author Information

  1. Bedford Hospital, Department of Vascular Surgery, Bedford, Bedfordshire, UK

*Paul V Tisi, Department of Vascular Surgery, Bedford Hospital, Kempston Road, Bedford, Bedfordshire, MK42 9DJ, UK. pvtisi@rcsed.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 29 NOV 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Background

Femoral pseudoaneurysms may complicate up to 8% of vascular interventional procedures. Small pseudoaneurysms can spontaneously clot, but sometimes definitive treatment is needed. Surgery has traditionally been considered the 'gold standard' treatment, although it is not without risk in patients with severe cardiovascular disease. Less invasive treatment options such as Duplex ultrasound-guided compression and percutaneous thrombin injection are available, however, evidence of their efficacy is limited. This is an update of a Cochrane review first published in 2006.

Objectives

To assess the effects of different treatments for femoral pseudoaneurysms resulting from endovascular procedures, specifically assessing less invasive treatment options such as blind manual or mechanical compression, ultrasound-guided compression, or percutaneous thrombin injection.

Search methods

For this update the Cochrane Peripheral Vascular Diseases Group Trials Search Co-ordinator searched the Specialised Register (last searched October 2013) and CENTRAL (2013, Issue 9).

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) comparing two treatments for femoral pseudoaneurysms following vascular interventional procedures were considered for inclusion in the review.

Data collection and analysis

Four studies were included in the analyses comparing: manual compression versus ultrasound-guided compression; ultrasound-guided application of a mechanical device (FemoStop) versus blind application; and ultrasound-guided compression versus percutaneous thrombin injection (two studies). There were no studies with a surgical intervention arm. Data were extracted independently by both authors.

Main results

Compression (manual or FemoStop) was effective in achieving pseudoaneurysm thrombosis although ultrasound-guided application failed to confer any benefit (risk ratio (RR) 0.96; 95% confidence interval (CI) 0.88 to 1.04).

Percutaneous thrombin injection was more effective than a single session of ultrasound-guided compression in achieving primary pseudoaneurysm thrombosis within individual RCTs but merged data failed to show statistical significance (RR 2.81; 95% CI 0.44 to 18.13). There was no statistically significant difference in the length of hospital stay between the two groups and no complications were reported apart from one deep vein thrombosis in the compression group.

Authors' conclusions

The limited evidence base appears to support the use of thrombin injection as an effective treatment for femoral pseudoaneurysm. A pragmatic approach may be to use compression (blind or ultrasound-guided) as first-line treatment, reserving thrombin injection for those in whom the compression procedure fails.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Treatments for swelling of an artery in the groin following vascular procedures

People with heart disease and diseased leg arteries often undergo investigations and treatments that involve placing a needle into the main artery in the groin (endovascular procedures, for example diagnostic arteriogram, angioplasty, cardiac catheterization). One possible complication is the formation of a large swelling in the artery (a pseudoaneurysm) in the groin. This happens when the hole that the needle makes in the wall of the artery does not seal properly afterwards and blood collects, causing pain, swelling and bruising. Small pseudoaneurysms may clot spontaneously or surgery may be required. Less invasive treatment is now possible to stop the blood flow into the swelling. This involves sedation or analgesia to allow pressure to be placed over the puncture in the artery using a special mechanical device or a probe guided by ultrasound. Another option is injection of a clotting agent (thrombin) through the skin into the swelling.

The review authors searched the medical literature and found four randomised controlled trials. No new studies were included in this update. Application of pressure (compression) with a mechanical device for some 30 minutes caused clotting of the blood in the pseudoaneurysm in three-quarters of people (38 people aged between 40 and 85 years) within 24 hours. It made no difference if the probe was placed blindly or using ultrasound. A further study of 168 people found that compression caused clotting of the pseudoaneurysm in more than 90% of people at 24 hours; again, using ultrasound did not seem to make any difference. Injection of bovine thrombin appeared to be more effective that ultrasound-guided compression (in two studies, including 68 patients in total). There are, however, concerns about allergy to the thrombin and introduction of infectious agents, thought to be responsible for transmission of some degenerative diseases, as well as the possibility of causing a blood clot in the artery. No complications were reported in these studies apart from one deep vein thrombosis in the people treated with compression.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Traitement des pseudo-anévrismes fémoraux

Contexte

Les pseudo-anévrismes fémoraux peuvent compliquer jusqu'à 8% des procédures interventionnelles vasculaires. Les pseudo-anévrismes de petite taille peuvent coaguler spontanément, mais il arrive qu' un traitement définitif soit nécessaire. La chirurgie a traditionnellement été considérée comme le traitement standard bien qu' elle ne soit pas sans risques pour les patients avec une maladie cardiovasculaire grave. Des options thérapeutiques moins invasives comme la compression guidée avec doppler par ultrasons et l'injection de thrombine par voie percutanée sont disponibles, les preuves de leur efficacité restant toutefois limitées. Ceci est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2006.

Objectifs

Évaluer les effets des différents traitements pour les pseudo-anévrismes fémoraux provenant de procédures endovasculaires, évaluant spécifiquement les options de traitements moins invasifs comme la compression mécanique ou manuelle à l'aveugle, la compression guidée par ultrasons ou l'injection de thrombine par voie percutanée.

Stratégie de recherche documentaire

Pour cette mise à jour le coordinateur du registre du groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué des recherches dans le registre spécialisé (dernière recherche en octobre 2013) et CENTRAL (2013, numéro 9).

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant deux traitements pour les pseudo-anévrismes fémoraux suite à des procédures interventionnelles vasculaires étaient candidats à l'inclusion dans la revue.

Recueil et analyse des données

Quatre études ont été incluses dans les analyses comparant: La compression manuelle versus la compression guidée par ultrasons; l'application guidée par ultrasons d'un dispositif mécanique (FemoStop) versus l'application à l'aveugle; et la compression guidée par ultrasons versus l'injection de thrombine par voie percutanée (deux études). Il n'y avait aucune étude avec un bras d'intervention chirurgical. Les données ont été extraites indépendamment par les deux auteurs.

Résultats principaux

La compression manuelle (ou FemoStop) a été efficace pour thromboser des pseudo-anévrismes bien que l'application guidée par ultrasons n'ait pas réussi à conférer un bénéfice (rapport de risques (RR) 0,96; intervalle de confiance (IC) à 95%, de 0,88 à 1,04).

L'injection de thrombine par voie percutanée a été plus efficace qu' une seule session de compression guidée par ultrasons pour thromboser un pseudo-anévrisme primaire dans les ECR individuels mais les données regroupées n'ont pas pu démontrer une signification statistique (RR 2,81; IC à 95%, de 0,44 à 18,13). Aucune différence statistiquement significative n'a été observée dans la durée d'hospitalisation entre les deux groupes et aucune complication n'a été signalée à l'exception d'un cas de thrombose veineuse profonde dans le groupe avec compression.

Conclusions des auteurs

Les preuves limitées semblent soutenir l'utilisation de l'injection de thrombine comme étant un traitement efficace pour les pseudo-anévrismes fémoraux. Une approche pragmatique peut être d'utiliser la compression (à l'aveugle ou guidée par ultrasons) comme traitement de première ligne et de réserver l'injection de thrombine en cas d'échec de celle-ci.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié

Traitements utilisés pour les pseudo-anévrismes d'une artère de l'aine suite à des procédures vasculaires

Les personnes souffrant d'une maladie cardiaque et d'artères malades de membres inférieurs doivent bénéficier souvent des examens et des traitements qui impliquent de placer une aiguille dans la principale artère de l'aine (procédures endovasculaires, par exemple artériographie diagnostique, angioplastie, cathétérisation cardiaque). Une complication éventuelle est la formation d'un gonflement important de l'artère (un pseudo-anévrisme) dans l'aine. Cela arrive lorsque le trou fait par l'aiguille dans la paroi de l'artère ne se referme pas convenablement par la suite et que du sang stagne, entraînant une douleur, un gonflement ou un hématome. Les pseudo-anévrismes de petite taille peuvent se coaguler spontanément ou une chirurgie peut être requise. Un traitement moins invasif est désormais possible pour stopper le flux sanguin dans le gonflement. Il implique une sédation ou analgésie pour permettre de placer une pression sur la ponction de l'artère à l'aide d'un dispositif mécanique spécifique ou d'une sonde guidée par ultrasons. Une autre option est l'injection d'un agent de coagulation (thrombine) à travers la peau dans le pseudo anevrysme.

Les auteurs de la revue ont fait des recherches dans la littérature médicale et ont trouvé quatre essais contrôlés randomisés. Aucune nouvelle étude n'a été incluse dans cette mise à jour. L'application d'une pression (compression) avec un dispositif mécanique pendant environ 30 minutes fait coaguler le sang dans le pseudo-anévrisme chez trois quart des participants (38 personnes âgées de 40 à 85 ans) au bout de 24 heures. Il n'y a aucune différence si la sonde est placée à l'aveugle ou à l'aide d'ultrasons. Une autre étude totalisant 168 personnes a découvert que la compression entraînait la coagulation des pseudo-anévrismes chez plus de 90% des participants au bout de 24 heures; l'utilisation des ultrasons ne semblait toujours pas faire de différence. L'injection de thrombine bovine semblait être plus efficace que la compression guidée par ultrasons (dans deux études, totalisant 68 patients). Il existe toutefois des inquiétudes quant à l'allergie à la thrombine et la possibilité d'introduire des agents infectieux, jugés responsables de transmission de certaines maladies dégénératives, ainsi que sur la formation d'un caillot de sang dans l'artère. Aucune complication n'a été signalée dans ces études à l'exception d'une thrombose veineuse profonde chez les personnes traitées avec la compression.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 14th January, 2014
Traduction financée par: Minist�re des Affaires sociales et de la Sant�