Intervention Review

You have free access to this content

Massage for promoting mental and physical health in typically developing infants under the age of six months

  1. Cathy Bennett1,
  2. Angela Underdown2,
  3. Jane Barlow2,*

Editorial Group: Cochrane Developmental, Psychosocial and Learning Problems Group

Published Online: 30 APR 2013

Assessed as up-to-date: 20 DEC 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD005038.pub3


How to Cite

Bennett C, Underdown A, Barlow J. Massage for promoting mental and physical health in typically developing infants under the age of six months. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 4. Art. No.: CD005038. DOI: 10.1002/14651858.CD005038.pub3.

Author Information

  1. 1

    Plymouth University Peninsula Schools of Medicine and Dentistry, Plymouth, UK

  2. 2

    Warwick Medical School, Division of Mental Health and Wellbeing, Coventry, UK

*Jane Barlow, Division of Mental Health and Wellbeing, Warwick Medical School, University of Warwick, Gibbett Hill Road, Coventry, CV4 7AL, UK. jane.barlow@warwick.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 30 APR 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Infant massage is increasingly being used in the community with babies and their primary caregivers. Anecdotal reports suggest benefits for sleep, respiration and elimination, the reduction of colic and wind, and improved growth. Infant massage is also thought to reduce infant stress and promote positive parent-infant interaction.

Objectives

The aim of this review was to assess whether infant massage is effective in promoting infant physical and mental health in low-risk, population samples.

Search methods

Relevant studies were identified by searching the following electronic databases up to June 2011: CENTRAL; MEDLINE; EMBASE; CINAHL; PsycINFO; Maternity and Infant Care; LILACS; WorldCat (dissertations); ClinicalTrials.gov; China Masters' Theses; China Academic Journals; China Doctoral Dissertations; China Proceedings of Conference. We also searched the reference lists of relevant studies and reviews.

Selection criteria

We included studies that randomised healthy parent-infant dyads (where the infant was under the age of six months) to an infant massage group or a 'no-treatment' control group. Studies had to have used a standardised outcome measure of infant mental or physical development.

Data collection and analysis

Mean differences (MD) and standardised mean differences (SMD) and 95% confidence intervals (CIs) are presented. Where appropriate, the results have been combined in a meta-analysis using a random-effects model.

Main results

We included 34 studies, which includes one that was a follow-up study and 20 that were rated as being at high risk of bias.

We conducted 14 meta-analyses assessing physical outcomes post-intervention. Nine meta-analyses showed significant findings favouring the intervention group for weight (MD -965.25 g; 95% CI -1360.52 to -569.98), length (MD -1.30 cm; 95% CI -1.60 to -1.00), head circumference (MD -0.81 cm; 95% CI -1.18 to -0.45), arm circumference (MD -0.47 cm; 95% CI -0.80 to -0.13), leg circumference (MD -0.31 cm; 95% CI -0.49 to -0.13), 24-hour sleep duration (MD -0.91 hr; 95% CI -1.51 to -0.30), time spent crying/fussing (MD -0.36; 95% CI -0.52 to -0.19), deceased levels of blood bilirubin (MD -38.11 mmol/L; 95% CI -50.61 to -25.61), and there were fewer cases of diarrhoea, RR 0.39; 95% CI 0.20 to 0.76). Non-significant results were obtained for cortisol levels, mean increase in duration of night sleep, mean increase in 24-hour sleep and for number of cases of upper respiratory tract disease and anaemia.

Sensitivity analyses were conducted for weight, length and head circumference, and only the finding for length remained significant following removal of studies judged to be at high risk of bias. These three outcomes were the only ones that could also be meta-analysed at follow-up; although both weight and head circumference continued to be significant at 6-month follow-up, these findings were obtained from studies conducted in Eastern countries only. No sensitivity analyses were possible.

We conducted 18 meta-analyses measuring aspects of mental health and development. A significant effect favouring the intervention group was found for gross motor skills (SMD -0.44; 95% CI -0.70 to -0.18), fine motor skills (SMD -0.61; 95% CI -0.87 to -0.35), personal and social behaviour (SMD -0.90; 95% CI -1.61 to -0.18) and psychomotor development (SMD -0.35; 95% CI -0.54 to -0.15); although the first three findings were obtained from only two studies, one of which was rated as being at high risk of bias, and the finding for psychomotor development was not maintained following following removal of studies judged to be at high risk of bias in a sensitivity analysis. No significant differences were found for a range of aspects of infant temperament, parent-infant interaction and mental development. Only parent-infant interaction could be meta-analysed at follow-up, and the result was again not significant.

Authors' conclusions

These findings do not currently support the use of infant massage with low-risk groups of parents and infants. Available evidence is of poor quality, and many studies do not address the biological plausibility of the outcomes being measured, or the mechanisms by which change might be achieved. Future research should focus on the impact of infant massage in higher-risk groups (for example, demographically and socially deprived parent-infant dyads), where there may be more potential for change.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Massage for promoting mental and physical health in infants under the age of six months

This review aimed to assess the impact of infant massage on mental and physical outcomes for healthy mother-infant dyads in the first six months of life. A total of 34 randomised trials were included. Twenty of these had significant problems with their design and the way they were carried out. This means that the we are not as confident as we would otherwise be that the findings are valid. That is to say, the findings of these 20 included studies may over- or under-estimate the true effect of massage therapy. 

We combined the data for 14 outcomes measured physical health and 18 outcomes measured aspects of mental health or development. The results show limited statistically significant benefits for a number of aspects of physical health (for example, weight, length, head/arm/leg circumference, 24-hour sleep duration; time spent crying or fussing; blood bilirubin and number of episodes of illness) and mental health/development (for example, fine/gross motor skills personal and social behaviour and psychomotor development). However, all significant results were lost either at later follow-up points or when we removed the large number of studies regarded to be at high risk of bias.

These findings do not currently support the use of infant massage with low-risk population groups of parents and infants. The results obtained from this review may be due to the poor quality of many of the included studies, the failure to address the mechanisms by which infant massage could have an impact on the outcomes being assessed, and the inclusion of inappropriate outcomes for population groups (such as weight gain). Future research should focus on the benefits of infant massage for higher-risk population groups (for example, socially deprived parent-infant dyads), the duration of massage programmes, and could address differences between babies being massaged by parents or healthcare professionals.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Massages visant à promouvoir la santé mentale et physique des nourrissons âgés de moins de six mois ayant un développement normal

Contexte

Les parents sont de plus en plus nombreux à masser leurs bébés dans le cadre familial. Des rapports anecdotiques suggèrent des effets bénéfiques sur le sommeil, la respiration et l'élimination, la diminution des coliques et des flatulences et la croissance. Le massage du nourrisson permettrait également de réduire le stress chez l'enfant et favoriserait des interactions positives entre un parent et son bébé.

Objectifs

L'objectif de la présente revue était d'évaluer l'efficacité des massages du nourrisson à promouvoir la santé physique et mentale du nourrisson dans des échantillons de population présentant de faibles risques.

Stratégie de recherche documentaire

Des études pertinentes ont été identifiées suite à des recherches réalisées jusqu'en juin 2011 dans les bases de données électroniques suivantes : CENTRAL ; MEDLINE ; EMBASE ; CINAHL ; PsycINFO ; Maternity and Infant Care ; LILACS ; WorldCat (dissertations) ; ClinicalTrials.gov ; China Masters' Theses ; China Academic Journals ; China Doctoral Dissertations ; China Proceedings of Conference. Nous avons également effectué des recherches dans les listes bibliographiques des études et revues pertinentes.

Critères de sélection

Nous avons inclus des études randomisant des binômes parent - nourrisson en bonne santé (où le nourrisson était âgé de moins de six mois) à un groupe de massage du nourrisson ou à un groupe témoin ne faisant l'objet d'aucune intervention. Les études devaient avoir utilisé une mesure de résultat standardisée du développement mental ou physique du nourrisson.

Recueil et analyse des données

Les différences moyennes (DM), les différences moyennes standardisées (DMS) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % sont présentés. Lorsque cela était approprié, les résultats étaient combinés dans une méta-analyse à l'aide d'un modèle à effets aléatoires.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 34 études, dont l'une était une étude de suivi et 20 étaient considérées comme présentant des risques de biais élevés.

Nous avons réalisé 14 méta-analyses évaluant des résultats physiques suite à l'intervention. Neuf méta-analyses montraient des résultats significatifs favorisant le groupe de l'intervention au niveau du poids (DM - 965,25 g ; IC à 95 % - 1 360,52 à - 569,98), de la taille (DM - 1,30 cm ; IC à 95 % - 1,60 à - 1,00), du tour de tête (DM - 0,81 cm ; IC à 95 % - 1,18 à - 0,45), du tour de bras (DM - 0,47 cm ; IC à 95 % - 0,80 à - 0,13), du tour de jambe (DM - 0,31 cm ; IC à 95 % - 0,49 à - 0,13), de la durée de sommeil en 24 heures (DM - 0,91 h ; IC à 95 % - 1,51 à - 0,30), la durée des pleurs/agitations (DM - 0,36 ; IC à 95 % - 0,52 à - 0,19), de la baisse des niveaux de bilirubine sérique (DM - 38,11 mmol/l ; IC à 95 % - 50,61 à - 25,61) et des cas de diarrhées en baisse, RR 0,39 ; IC à 95 % 0,20 à 0,76). Des résultats non significatifs ont été obtenus concernant les niveaux de cortisol, une hausse moyenne de la durée du sommeil nocturne, une hausse moyenne du sommeil en 24 heures et le nombre de cas de maladies des voies respiratoires supérieures et d'anémies.

Des analyses de sensibilité ont été réalisées sur le poids, la taille et le tour de tête. Seul le résultat concernant la taille restait significatif suite à la suppression des études jugées comme présentant des risques de biais élevés. Ces trois résultats étaient les seuls pouvant être utilisés dans une méta-analyse lors du suivi ; bien que le poids et le tour de tête restent significatifs au bout d'un suivi de 6 mois, ces résultats ont été obtenus dans des études réalisées uniquement dans des pays de l'Est. Aucune analyse de sensibilité n'était possible.

Nous avons réalisé 18 méta-analyses mesurant des aspects de la santé mentale et du développement. Un effet significatif favorisant le groupe de l'intervention a été identifié au niveau des compétences motrices globales (DMS - 0,44 ; IC à 95 % - 0,70 à - 0,18), des compétences motrices fines (DMS - 0,61 ; IC à 95 % - 0,87 à - 0,35), du comportement personnel et social (DMS - 0,90 ; IC à 95 % - 1,61 à - 0,18) et du développement psychomoteur (DMS - 0,35 ; IC à 95 % - 0,54 à - 0,15) ; bien que les trois premiers résultats aient été obtenus auprès de seulement deux études, dont l'une était considérée comme présentant des risques de biais élevés, et que le résultat concernant le développement psychomoteur n'ait pas été maintenu suite à la suppression d'études considérées comme présentant des risques de biais élevés dans le cadre d'une analyse de sensibilité. Aucune différence significative n'a été trouvée dans les différents aspects du tempérament du nourrisson, l'interaction parent - nourrisson et le développement mental. Seule l'interaction parent - nourrisson pouvait être incluse dans une méta-analyse lors du suivi et le résultat n'était pas une nouvelle fois significatif.

Conclusions des auteurs

À l'heure actuelle, ces résultats déconseillent de masser les nourrissons dans les groupes composés de parents et de nourrissons présentant peu de risques. Les preuves disponibles sont de qualité médiocre et beaucoup d'études n'évaluent pas la plausibilité biologique des résultats mesurés ou l'efficacité des mécanismes à obtenir des résultats. D'autres recherches devront privilégier l'impact des massages du nourrisson dans les groupes présentant des risques plus élevés (par exemple : les binômes parent - nourrisson socialement défavorisés), où il serait plus facile d'obtenir des résultats.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Massages visant à promouvoir la santé mentale et physique des nourrissons âgés de moins de six mois ayant un développement normal

Massages visant à promouvoir la santé mentale et physique des nourrissons âgés de moins de six mois

L'objectif de la présente revue était d'évaluer l'impact des massages du nourrisson sur la santé mentale et physique au cours des six premiers mois de sa vie dans des binômes mère - nourrisson en bonne santé. Un total de 34 essais randomisés ont été identifiés. Sur ce total, 20 présentaient d'importants problèmes au niveau de leur conception et de leur réalisation, ce qui signifie que nous ne sommes pas aussi confiants que nous devrions l'être quant à la validité des résultats. Ainsi, les résultats de ces 20 études incluses peuvent sur ou sous-estimer les effets réels de la massothérapie.

Nous avons combiné les données de 14 résultats qui mesuraient la santé physique et de 18 résultats qui mesuraient des aspects de la santé mentale ou du développement. Ces résultats montrent des effets bénéfiques limités statistiquement significatifs concernant plusieurs aspects de la santé physique (par exemple : le poids, la taille, le tour de tête/bras/jambe, la durée de sommeil en 24 heures ; la durée des pleurs ou des agitations ; la bilirubine sérique et le nombre d'épisodes de maladie) et de la santé mentale/développement (par exemple : les compétences motrices fines/globales, le comportement personnel et social, ainsi que le développement psychomoteur). Toutefois, tous ces résultats significatifs ont été perdus à des points de suivi ultérieurs ou lorsque de la suppression d'un grand nombre d'études jugées comme présentant des risques de biais élevés.

À l'heure actuelle, ces résultats déconseillent de masser les nourrissons dans les groupes composés de parents et de nourrissons présentant peu de risques. Les résultats obtenus dans cette revue peuvent être dus à la mauvaise qualité de la majorité des études incluses, à l'incapacité d'évaluer les mécanismes via lesquels le massage du nourrisson pourrait être efficace quant aux résultats évalués et à l'inclusion de résultats inadaptés aux groupes de population (comme la prise de poids). Des recherches supplémentaires devront privilégier les effets bénéfiques du massage du nourrisson chez les groupes de population présentant des risques plus élevés (par exemple : des binômes parent - nourrisson socialement défavorisés), la durée des programmes de massage, mais devront également analyser les différences entre des bébés massés par leurs parents ou par des professionnels de santé.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 17th May, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.