Intervention Review

Epidural pain relief versus systemic opioid-based pain relief for abdominal aortic surgery

  1. Mina Nishimori1,*,
  2. James HS Low2,
  3. Hui Zheng3,
  4. Jane C Ballantyne4

Editorial Group: Cochrane Anaesthesia Group

Published Online: 11 JUL 2012

Assessed as up-to-date: 5 NOV 2010

DOI: 10.1002/14651858.CD005059.pub3

How to Cite

Nishimori M, Low JHS, Zheng H, Ballantyne JC. Epidural pain relief versus systemic opioid-based pain relief for abdominal aortic surgery. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 7. Art. No.: CD005059. DOI: 10.1002/14651858.CD005059.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Tokyo, Department of Anesthesiology, Tokyo, Japan

  2. 2

    Southern Derbyshire Acute Hospitals NHS Trust Derbyshire Royal Infirmary, Department of Anaesthesia and Critical Care, Derby DE1 2QY, UK

  3. 3

    Massachusetts General Hospital , Biostatistics Center, Harvard Medical School, Boston, Massachusetts, USA

  4. 4

    University of Washington, Department of Anesthesiology and Pain Medicine, Seattle, WA, USA

*Mina Nishimori, Department of Anesthesiology, University of Tokyo, Hongo, Bunkyo, Tokyo, Japan. Minansm@aol.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 11 JUL 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Epidural analgesia offers greater pain relief compared to systemic opioid-based medications, but its effect on morbidity and mortality is unclear. This review was originally published in 2006 and was updated in 2011.

Objectives

To assess the benefits and harms of postoperative epidural analgesia in comparison with postoperative systemic opioid-based pain relief for adult patients who underwent elective abdominal aortic surgery.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2010, Issue 11) via Ovid; Ovid MEDLINE (from inception to week 1 November 2010); and EMBASE (from inception to week 1, November 2010). The original search was performed in 2004. We assessed non-English language reports and contacted researchers in the field. We did not seek unpublished data.

Selection criteria

We included all randomized and quasi-randomized controlled trials comparing postoperative epidural analgesia and postoperative systemic opioid-based analgesia for adult patients who underwent elective open abdominal aortic surgery.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed trial quality and extracted data. We contacted study authors for additional information and data.

Main results

We included 15 trials that involved 1297 patients (633 patients received epidural analgesia and 664 received systemic opioid analgesia) in this review. This included one trial we found in our updated search and one trial from our original review that had been awaiting translation. The epidural analgesia group showed significantly lower visual analogue scale scores for pain on movement (up to postoperative day three) regardless of the site of the epidural catheter and epidural formulation. The postoperative duration of tracheal intubation and mechanical ventilation was significantly shorter, by about 48%, in the epidural analgesia group. The overall event rates of myocardial infarction, acute respiratory failure (defined as an extended need for mechanical ventilation), gastrointestinal complications, and renal complications were significantly lower in the epidural analgesia group.

Authors' conclusions

Epidural analgesia provides better pain relief (especially during movement) in the period up to three postoperative days. It reduces the duration of postoperative tracheal intubation by roughly half. The occurrence of prolonged postoperative mechanical ventilation, myocardial infarction, gastric complications and renal complications was reduced by epidural analgesia. However, current evidence does not confirm the beneficial effect of epidural analgesia on postoperative mortality and other types of complications.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Epidural analgesia gives better pain relief and reduces tracheal tube use after abdominal aortic surgery compared with systemic opioid-based drugs

Surgery on the abdominal aorta (the main artery to the legs) requires aggressive postoperative pain management. The most commonly used pain management is epidural analgesia. this involves injecting pain relieving drugs through a catheter (narrow tube) that is placed in the epidural space (the outermost part of the spinal space) or systemic opioids (morphine-like drugs injected into the bloodstream). The effect of these two methods of pain relief on postoperative complications and deaths after abdominal aortic surgery has not previously been clarified. We included 15 randomized trials that involved 1297 patients (633 patients received epidural analgesia and 664 received systemic opioid analgesia) in this review. We found that epidural analgesia reduced the postoperative duration of tracheal intubation (a flexible plastic or rubber tube which is placed directly into the windpipe) by approximately half, and provided better pain management for up to three postoperative days regardless of the site of epidural catheter placement and the epidural medications used. We also found that epidural analgesia reduced the rates of postoperative heart attack (myocardial infarction); prolonged mechanical ventilation, the use of a machine to improve the exchange of air between the lungs and the atmosphere; reduced digestive (gastrointestinal) and kidney (renal) complications. However we found that mortality was unchanged. Most of the patients with epidural analgesia also had epidural anaesthesia for the surgical procedure.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Analgésie péridurale versus analgésie systémique aux opiacés pour la chirurgie de l'aorte abdominale

Contexte

L'analgésie péridurale apporte un plus grand soulagement de la douleur comparé aux médicaments opiacés systémiques, mais son effet sur la morbidité et la mortalité reste inconnu. Cette revue a été publiée à l'origine en 2006 et a été mise à jour en 2011.

Objectifs

Evaluer les bénéfices et les dangers de l'analgésie péridurale postopératoire comparé au soulagement de la douleur à l'aide d'opiacés systémiques après l'opération pour les patients adultes ayant subi une chirurgie élective de l'aorte abdominale.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2010, numéro 11) via Ovid ; Ovid MEDLINE (des origines à la 1ère semaine de novembre 2010) ; et EMBASE (des origines à la 1ère semaine de novembre 2010). La recherche originale a été réalisée en 2004. Nous avons évalué des articles non anglophones et avons contacté des chercheurs dans ce domaine. Nous n'avons pas recherché de données non publiées.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant l'analgésie péridurale postopératoire et l'analgésie postopératoire par opiacés systémiques pour les patients adultes ayant subi une chirurgie élective ouverte de l'aorte abdominale.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données. Nous avons contacté des auteurs d'études pour obtenir des informations et des données supplémentaires.

Résultats Principaux

Nous avons inclus 15 essais qui portaient sur 1 297 patients (633 patients recevaient une analgésie péridurale et 664 recevaient une analgésie aux opiacés systémiques) dans cette revue. Cela comprenait un essai que nous avons trouvé dans notre recherche mise à jour et un essai provenant de notre revue originale qui était en attente de traduction. Le groupe de l'analgésie péridurale a démontré des scores d'échelle visuelle analogique significativement plus faibles pour la douleur lors des mouvements (jusqu'à trois jours après l'opération), quels qu'aient été le site du cathéter péridural et la formulation péridurale. La durée postopératoire de l'intubation et de la ventilation mécanique a été significativement plus courte, d'environ 48 % dans le groupe de l'analgésie péridurale. Les taux d'événements globaux concernant l'infarctus du myocarde, l'insuffisance respiratoire aiguë (définie comme un besoin prolongé de ventilation mécanique), les complications gastro-intestinales et les complications rénales, ont été significativement plus faibles dans le groupe de l'analgésie péridurale.

Conclusions des auteurs

L'analgésie péridurale offre un meilleur soulagement de la douleur (en particulier lors des mouvements) jusqu'à trois jours après l'opération. Elle réduit la durée d'intubation postopératoire d'approximativement la moitié. La présence d'une ventilation mécanique postopératoire prolongée, d'un infarctus du myocarde, de complications gastriques et de complications rénales a été réduite par l'analgésie péridurale. Cependant, les preuves actuelles ne confirment pas l'effet bénéfique de l'analgésie péridurale sur la mortalité postopératoire et les autres types de complications.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Analgésie péridurale versus analgésie systémique aux opiacés pour la chirurgie de l'aorte abdominale

L'analgésie péridurale offre un meilleur soulagement de la douleur et réduit l'utilisation du tube trachéal après une chirurgie de l'aorte abdominale comparé aux médicaments opiacés systémiques

La chirurgie de l'aorte abdominale (la principale artère des jambes) nécessite une prise en charge agressive de la douleur postopératoire. La prise en charge de la douleur la plus couramment utilisée est l'analgésie péridurale. Celle-ci implique l'injection de médicaments analgésiques par un cathéter (tube étroit) qui est placé dans l'espace péridural (la partie la plus externe de l'espace rachidien) ou d'opiacés systémiques (médicaments morphinomimétiques injectés dans le flux sanguin). L'effet de ces deux méthodes de soulagement de la douleur sur les complications postopératoires et les décès après une chirurgie de l'aorte abdominale n'a pas été clarifié auparavant. Nous avons inclus 15 essais randomisés qui portaient sur 1 297 patients (633 patients recevaient une analgésie péridurale et 664 recevaient une analgésie aux opiacés systémiques) dans cette revue. Nous avons découvert que l'analgésie péridurale réduisait la durée de l'intubation trachéale postopératoire (un tube flexible en plastique ou en caoutchouc qui est placé directement dans la trachée) d'environ la moitié et offrait une meilleure prise en charge de la douleur jusqu'à trois jours après l'opération quels que soient le site de positionnement du cathéter péridural et les médicaments périduraux utilisés. Nous avons également découvert que l'analgésie péridurale réduisait le taux d'attaque cardiaque (infarctus du myocarde) postopératoire ; prolongeait la ventilation mécanique, l'utilisation d'une machine afin d'améliorer l'échange d'air entre les poumons et l'atmosphère ; réduisait les complications digestives (gastro-intestinales) et rénales. Cependant, nous avons découvert que la mortalité restait inchangée. La plupart des patients recevant une analgésie péridurale avaient également reçu une anesthésie péridurale pour la procédure chirurgicale.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 13th March, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français