Recombinant Luteinizing Hormone (rLH) for controlled ovarian hyperstimulation in assisted reproductive cycles

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

During in vitro fertilization (IVF)/intracytoplasmic sperm injection (ICSI) treatment cycles, controlled ovarian hyperstimulation (COH) is performed with recombinant follicle stimulating hormone (rFSH) in combination with a gonadotrophin-releasing hormone (GnRH) analogue for the prevention of premature luteinizing hormone (LH) surges. The use of GnRH analogues however deprives the growing follicles of LH. The effectiveness of co-administrating rLH to rFSH for COH is at present unclear.

Objectives

To compare the effectiveness and safety of a combination of recombinant LH and recombinant FSH with recombinant FSH alone in COH protocols in (IVF or ICSI followed by embryo transfer (ET).

Search methods

We searched the MDSG Group Specialised Register (searched up to Nov 2006) and CENTRAL, MEDLINE and EMBASE (1980 to November 2006) and reference lists of articles.

Selection criteria

Randomised controlled trials comparing COH with rFSH alone or in combination with rLH in IVF/ICSI were included.

Data collection and analysis

Three review authors independently assessed trial quality and extracted data. We sought additional information if necessary.

Main results

Fourteen trials involving 2612 women were included. Eleven trials involving 2396 women used a GnRH agonist .There was no evidence of a statistical difference in live birth rate reported in two trials (OR 1.51, 95% CI 0.79 to 2.87). There was no evidence of a statistical difference in clinical pregnancy rates reported in seven trials OR 1.15, 95% CI 0.91 to 1.45. There was no evidence of a statistical difference or in ongoing pregnancy rates seven trials OR 1.22, 95% CI 0.95 to 1.56. Three trials used a GnRH antagonist. No data on live birth rates was available. There was no evidence of a statistical difference in clinical pregnancy rates (one trial: OR 0.79, 95% CI 0.26 to 2.43) or in ongoing pregnancy rates (two trials: OR 0.83, 95% CI 0.39 to 1.80) comparing both groups. The pooled pregnancy estimates of trials including only poor responders showed significant increase in pregnancy rate, in favour of co-administrating rLH (three trials: OR 1.85, 95% CI 1.10 to 3.11)

Authors' conclusions

There was no evidence of a statistical difference in pregnancy outcomes when rLH was used. Nevertheless, further large RCTs should be undertaken in long GnRH agonist down regulation protocols, since all pooled pregnancy estimates, although not statistically different probably due to the small numbers, point towards a beneficial effect of co-treatment with rLH, in particular with respect to pregnancy-loss and poor-responders.

Résumé scientifique

Hormone lutéinisante recombinante (rLH) pour une hyperstimulation ovarienne contrôlée dans les cycles de la procréation médicalement assistée

Contexte

Au cours des cycles de traitement de fécondation in vitro (FIV)/injection intracytoplasmique de sperme (IICS), une hyperstimulation ovarienne contrôlée (HOC) est réalisée à l'aide de l'hormone folliculo-stimulante recombinante (rFSH) combinée à un analogue de la gonadolibérine (GnRH) afin de prévenir l'afflux prématuré d'hormone lutéinisante (LH). Toutefois, l'administration d'analogues de la GnRH prive les follicules en croissance de la LH. L'efficacité de la coadministration de rLH avec la rFSH pour une HOC reste indéterminée à l'heure actuelle.

Objectifs

Afin de comparer l'efficacité et l'innocuité d'une combinaison de LH recombinante et de FSH recombinante à la FSH recombinante seule dans les protocoles HOC (FIV ou IICS suivie d'un transfert embryonnaire (TE),

Stratégie de recherche documentaire

nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité (recherches effectuées jusqu'en novembre 2006), CENTRAL, MEDLINE et EMBASE (de 1980 à novembre 2006), ainsi que dans les listes bibliographiques des articles.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés comparant la HOC à la rFSH seule ou combinée à la rLH dans une FIV/IICS étaient inclus.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données. Nous avons recherché des informations supplémentaires lorsque cela était nécessaire.

Résultats principaux

Quatorze essais, impliquant 2 612 femmes, ont été inclus. Onze essais, impliquant 2 396 femmes, utilisaient un agoniste de la GnRH. Il n'y avait aucune preuve d'une différence statistique concernant le taux de naissances vivantes rapporté dans deux essais (OR 1,51, IC à 95 % 0,79 à 2,87). Il n'y avait aucune preuve d'une différence statistique concernant les taux de grossesses cliniques rapportés dans sept essais (OR 1,15, IC à 95 % 0,91 à 1,45). Il n'y avait aucune preuve d'une différence statistique concernant les taux de grossesses en cours rapportés dans sept essais (OR 1,22, IC à 95 % 0,95 à 1,56). Trois essais utilisaient un antagoniste de la GnRH. Aucune donnée concernant les taux de naissances vivantes n'était disponible. Il n'y avait aucune preuve d'une différence statistique concernant les taux de grossesses cliniques (un essai : OR 0,79, IC à 95 % 0,26 à 2,43) ou concernant les taux de grossesses en cours (deux essais : OR 0,83, IC à 95 % 0,39 à 1,80) lors de la comparaison des deux groupes. Les estimations combinées de grossesses des essais incluant uniquement des femmes répondant peu au traitement montraient une hausse significative du taux de grossesses, en faveur d’une coadministration de rLH (trois essais : OR 1,85, IC à 95 % 1,10 à 3,11).

Conclusions des auteurs

Il n'y avait aucune preuve d'une différence statistique concernant les résultats de la grossesse lors de l'utilisation de la rLH. Néanmoins, d'autres ECR de grande taille devront être réalisés dans le cadre de longs protocoles d'inhibition de l'agoniste de la GnRH, étant donné que toutes les estimations de grossesses combinées, bien qu'elles ne soient pas statistiquement différentes en raison du faible nombre de participantes, semblent indiquer un effet bénéfique du traitement associé avec la rLH, plus particulièrement concernant les fausses-couches et les femmes peu répondantes.

Plain language summary

Recombinant Luteinizing Hormone (rLH) for controlled ovarian hyperstimulation in assisted reproductive cycles

The standard treatment in in vitro fertilization (IVF) or intracytoplasmic sperm injection (ICSI) consists of daily administration of subcutaneous (s.c.) injections of recombinant follicle stimulating hormone (rFSH) to induce multiple follicle growth in the ovaries i.e. controlled ovarian hyperstimulation (COH). This treatment is combined with daily s.c. injections of a gonadotrophin-releasing hormone (GnRH) agonist or antagonist which down regulate the pituitary gland to prevent a premature luteinizing hormone (LH) surge. This pituitary down regulation, however, entirely deprives the growing follicles of LH stimulation. Since growing follicles become increasingly sensitive to, and ultimately dependent on, the presence of both luteinizing hormone (LH) and follicle stimulating hormone (FSH) for their development, the question arises whether co-administration of recombinant LH (rLH) to rFSH can lead to higher pregnancy rates compared to ovarian hyperstimulation with rFSH alone. Fourteen trials involving 2612 women were included. There was no evidence of a statistical difference in pregnancy outcomes when rLH was used.

Résumé simplifié

Hormone lutéinisante recombinante (rLH) pour une hyperstimulation ovarienne contrôlée dans les cycles de la procréation médicalement assistée

Le traitement standard pour la fécondation in vitro (FIV) ou l'injection intracytoplasmique de sperme (IICS) consiste à administrer quotidiennement des injections sous-cutanées (s.c.) d'une hormone folliculo-stimulante recombinante (rFSH pour « recombinant follicle stimulating hormone ») afin d'induire la croissance de plusieurs follicules dans les ovaires, c'est-à-dire une hyperstimulation ovarienne contrôlée (HOC). Ce traitement est combiné à des injections quotidiennes s.c. d'un agoniste ou d'un antagoniste de la gonadolibérine (GnRH pour « gonadotrophin-releasing hormone ») qui inhibe l'hypophyse afin de prévenir l'afflux prématuré d'hormone lutéinisante (LH pour « luteinizing hormone »). Toutefois, cette inhibition de l'hypophyse prive entièrement les follicules en croissance de toute stimulation de la LH. Étant donné que ces follicules deviennent de plus en plus sensibles à, et finalement dépendants de, la présence de l'hormone lutéinisante (LH) et de l'hormone folliculo-stimulante (FSH) pour leur développement, la question se pose de savoir si la coadministration de LH recombinante (rLH) avec la rFSH peut augmenter les taux de grossesses par rapport à une hyperstimulation ovarienne avec la rFSH seule. Quatorze essais, impliquant 2 612 femmes, ont été inclus. Il n'y avait aucune preuve d'une différence statistique concernant les résultats de la grossesse lors de l'utilisation de la rLH.

Notes de traduction

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec-Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux;

Ancillary