This is not the most recent version of the article. View current version (26 DEC 2014)

Intervention Review

Uterine artery embolization for symptomatic uterine fibroids

  1. Janesh K Gupta1,*,
  2. Anju Sinha2,
  3. M.A Lumsden3,
  4. Martha Hickey4

Editorial Group: Cochrane Menstrual Disorders and Subfertility Group

Published Online: 16 MAY 2012

Assessed as up-to-date: 11 NOV 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD005073.pub3


How to Cite

Gupta JK, Sinha A, Lumsden M, Hickey M. Uterine artery embolization for symptomatic uterine fibroids. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5. Art. No.: CD005073. DOI: 10.1002/14651858.CD005073.pub3.

Author Information

  1. 1

    University of Birmingham, Academic Department of Obstetrics and Gynaecology, Birmingham, UK

  2. 2

    University Hospital of Wales, Obstetrics & Gynaecology, Cardiff, Wales, UK

  3. 3

    University of Glasgow, Developmental Medicine, Reproductive & Maternal Medicine, Glasgow, UK

  4. 4

    The Royal Women's Hospital, The University of Melbourne, Melbourne, Victoria, Australia

*Janesh K Gupta, Academic Department of Obstetrics and Gynaecology, University of Birmingham, Birmingham Women's Hospital, Edgbaston, Birmingham, B15 2TG, UK. j.k.gupta@bham.ac.uk.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 MAY 2012

SEARCH

This is not the most recent version of the article. View current version (26 DEC 2014)

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Uterine fibroids cause heavy prolonged bleeding, pain, pressure symptoms and subfertility. The traditional method of treatment has been surgery as medical therapies have not proven effective. Uterine artery embolization (UAE) has been reported to be an effective and safe alternative to treat fibroids in women not desiring future fertility. There is a significant body of evidence based on case controlled studies and case reports. This is an update of the review previously published in 2006.

Objectives

To review the benefits and risks of uterine artery embolization (UAE) versus other medical or surgical interventions for symptomatic uterine fibroids.

Search methods

We searched the Cochrane Menstrual Disorders & Subfertility Group Trials register (searched November 2011), the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) in The Cochrane Library, 4th Quarter 2011), MEDLINE (1950 to November 2011) and EMBASE (January 1980 to November 2011). We also contacted authors of eligible RCTs for unpublished data.

Selection criteria

Randomised controlled trials (RCTs) of UAE versus any medical or surgical therapy for symptomatic uterine fibroids.

Data collection and analysis

Two of the authors (AS and JKG) assessed the trials and extracted the data independently.

Main results

Six RCTs with 732 women were included in this review. Three trials compared UAE with abdominal hysterectomy, two trials compared UAE with myomectomy and one trial compared UAE with surgery (43 hysterectomies and 8 myomectomies).

There was moderately good evidence that there is no significant difference between UAE and surgery in patient satisfaction rates at two years (OR 0.69, 0.40 to 1.21, 516 women, 5 trials) or at five years (OR 0.90, 95% CI 0.45 to 1.80, 295 women, 2 trials), and there was very low level evidence suggesting that quality of life at one year improved equally in both groups (mean difference -7.60, -17.55 to 2.35, 1 trial, 122 women). There was very low level evidence suggesting that myomectomy may be associated with better fertility outcomes than UAE, but this analysis was restricted to the limited cohort of women (n=66) who tried to conceive in one study of UAE versus myomectomy (live birth: OR 0.33, 95% CI 0.11 to 1.00; pregnancy: OR 0.29, 95% CI 0.10 to 0.85). There was no significant difference between the two interventions in the rate of major complications. Compared to surgery, UAE was associated with a significantly reduced length of the procedure, length of hospital stay and time to resumption of routine activities and UAE decreased the likelihood of needing a blood transfusion. However, UAE was associated with higher rates of minor short term and long term complications, more unscheduled readmissions after discharge and an increased surgical reintervention rate. This increase in the surgical reintervention rate may balance out the initial cost advantage of UAE (reinterventions within 2 years: OR 5.09, 95% CI 2.82 to 9.18, 608 women, 5 trials; within 5 years: OR 5.79, 95% CI 2.65 to 12.65, 289 women, 2 trials). There was no significant difference in ovarian failure rates at long term follow-up.

Authors' conclusions

UAE appears to have an overall patient satisfaction rate similar to hysterectomy and myomectomy, while offering an advantage with regards to a shorter hospital stay and a quicker return to routine activities. However, UAE is associated with a higher rate of minor complications and an increased likelihood of requiring surgical intervention within two to five years of the initial procedure. There is very low level evidence suggesting that myomectomy may be associated with better fertility outcomes than UAE, but more research is needed.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Uterine artery embolization for symptomatic uterine fibroids

Uterine fibroids (benign tumours) can cause varied symptoms such as heavy bleeding, pain and reduced likelihood of pregnancy. Surgery (hysterectomy or myomectomy) has traditionally been the main treatment option but it carries a risk of complications. Uterine artery embolization (UAE) is a newer treatment option which blocks the blood supply to the womb and thus shrinks the fibroids and reduces their effects. This review of trials found that women who had UAE and women who had surgery were equally likely to be satisfied with their treatment and had similar improvement in their quality of life. However, the UAE group had a significantly shorter hospital stay and a more rapid return to daily activities. With regards to safety, while there were no differences in major complication rates, the percentage of women with minor complications was higher after UAE. Moreover within five years of UAE there was a five times increased risk of needing a surgical intervention. Therefore, it appears that while UAE is a safe option with an earlier initial recovery, it does carry a higher risk of minor complications and need for further surgery later. There is very low level evidence to suggest that fertility outcomes (live birth and pregnancy) may be better after myomectomy than after UAE, but more research is needed in this area.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Embolisation des artères utérines pour fibromes utérins symptomatiques

Contexte

Les fibromes utérins provoquent des saignements abondants et prolongés, des douleurs, des symptômes de pression et une sous-fécondité. Le traitement était traditionnellement chirurgical car les thérapies médicales n'ont pas prouvé leur efficacité. Il a été rapporté que l'embolisation des artères utérines (EAU) était une alternative efficace et sûre pour traiter les fibromes chez les femmes ne désirant pas de future grossesse. Il y a un important corpus de preuves reposant sur des études cas-témoins et des rapports de cas. Ceci est une mise à jour de la revue publiée antérieurement en 2006.

Objectifs

Examiner les avantages et les risques de l'embolisation des artères utérines (EAU) versus d'autres interventions médicales ou chirurgicales pour les fibromes utérins symptomatiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l'hypofertilité (en novembre 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans (The Cochrane Library, 4ème trimestre 2011), MEDLINE (de 1950 à novembre 2011) et EMBASE (de janvier 1980 à novembre 2011). Nous avons également contacté les auteurs d'ECR éligibles pour obtenir des données non publiées.

Critères de sélection

Des essais contrôlés randomisés (ECR) sur l'EAU versus toute thérapie médicale ou chirurgicale pour fibromes utérins symptomatiques.

Recueil et analyse des données

Deux des auteurs (AS et JKG) ont évalué les essais et extrait les données de manière indépendante.

Résultats Principaux

Six ECR avec 732 femmes ont été inclus dans cette revue. Trois essais avaient comparé l'EAU à l'hystérectomie abdominale, deux essais ont comparé l'EAU à la myomectomie et un essai a comparé l'EAU à la chirurgie (43 hystérectomies et 8 myomectomies)

Il y avait des preuves moyennement bonnes de l'absence de différence significative entre l'EAU et la chirurgie dans les taux de satisfaction des patientes après deux ans (RC 0,69 ; 0,40 à 1,21 ; 516 femmes ; 5 essais) et après cinq ans (RC 0,90 ; IC à 95% 0,45 à 1,80 ; 295 femmes ; 2 essais), et il y avait un faible niveau de preuves suggérant que la qualité de vie à un an avait été améliorée de façon égale dans les deux groupes (mean difference -7.60,-17.55 à 2.35, 1 essai, 122 femmes). Des preuves de très faible niveau semblaient indiquer que la myomectomie pourrait être associée à une meilleure fécondité que l'EAU, mais cette analyse était limitée à la cohorte limitée des femmes (n = 66) qui avaient essayé de concevoir dans la seule étude EAU versus myomectomie (naissances vivantes : RC 0,33 ; IC à 95% 0,11 à 1,00 - grossesses : RC 0,29 ; IC à 95 % 0,10 à 0,85). Il n'y avait pas de différence significative entre les deux interventions pour le taux de complications majeures. En comparaison avec la chirurgie, l'EAU avait réduit de manière significative la durée de la procédure, la durée d'hospitalisation et le délai de reprise des activités de routine et avait également diminué la probabilité de nécessiter une transfusion sanguine. L'EAU était toutefois associée à des taux plus élevés de complications mineures à court et long terme, à plus de réadmissions imprévues après sortie de l'hôpital et à un taux accru de réintervention chirurgicale. Cette augmentation du taux de réintervention chirurgicale pourrait contrebalancer l'avantage initial de coût de l'EAU (réinterventions dans les 2 ans : RC 5,09 ; IC à 95 % 2,82 à 9,18 ; 608 femmes ; 5 essais - dans les 5 ans : RC 5,79 ; IC à 95 % 2,65 à 12,65 ; 289 femmes, 2 essais). Dans un suivi à long terme, il n'y avait pas eu de différence significative pour les taux de carence ovarienne.

Conclusions des auteurs

L'EAU semble avoir un taux de satisfaction globale des patientes similaire à l'hystérectomie et à la myomectomie et présente l'avantage d'une plus courte hospitalisation et d'un retour plus rapide aux activités de routine. Toutefois, l'EAU est associée à un taux plus élevé de complications mineures et à une probabilité accrue de nécessiter une intervention chirurgicale dans les deux à cinq années suivant la procédure initiale. Des preuves de très faible niveau semblent indiquer que la myomectomie pourrait être associée à une meilleure fécondité que l'EAU, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Embolisation des artères utérines pour fibromes utérins symptomatiques

Embolisation des artères utérines pour fibromes utérins symptomatiques

Les fibromes utérins (tumeurs bénignes) peuvent provoquer divers symptômes tels que des saignements abondants, des douleurs et la diminution des chances de grossesse. La chirurgie (hystérectomie ou myomectomie) était traditionnellement la principale option thérapeutique, mais elle comporte un risque de complications. L'embolisation des artères utérines (EAU) est une option de traitement plus récente qui bloque l'approvisionnement en sang de l'utérus, rétrécissant ainsi les fibromes et réduisant leurs effets. Cette revue d'essais cliniques a constaté que les femmes traitées par EAU et celles ayant subi une opération chirurgicale avaient autant de chances d'être satisfaites de leur traitement et avaient une amélioration de leur qualité de vie à un an similaire. Le groupe à EAU avait toutefois bénéficié, de manière significative, d'un plus court séjour hospitalier et d'un plus rapide retour aux activités quotidiennes. En ce qui concerne la sécurité, alors qu'il n'y avait pas de différences dans les taux de complications majeures, le pourcentage de femmes souffrant de complications mineures était plus élevé après une EAU. En outre, dans les cinq années suivant une EAU le risque de nécessiter une intervention chirurgicale était cinq fois plus important. Il semble par conséquent que si l'EAU est une option sûre permettant un rétablissement initial plus précoce, elle comporte un risque plus élevé de complications mineures et de nécessiter ultérieurement d'une nouvelle intervention chirurgicale. Des preuves de très faible niveau semblent indiquer que la fécondité (naissances vivantes et grossesses) serait meilleure après myomectomie qu'après EAU, mais de nouvelles recherches sont nécessaires dans ce domaine.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th June, 2014
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français