Intervention Review

Low level laser therapy for nonspecific low-back pain

  1. Reza Yousefi-Nooraie1,*,
  2. Eva Schonstein2,
  3. Kazem Heidari3,
  4. Arash Rashidian4,
  5. Victoria Pennick5,
  6. Marjan Akbari-Kamrani6,
  7. Shirin Irani6,
  8. Behnam Shakiba7,
  9. Sara Mortaz Hejri8,
  10. Ahmad-Reza Jonaidi6,
  11. Soroush Mortaz-Hedjri9

Editorial Group: Cochrane Back Group

Published Online: 23 APR 2008

Assessed as up-to-date: 13 NOV 2007

DOI: 10.1002/14651858.CD005107.pub4

How to Cite

Yousefi-Nooraie R, Schonstein E, Heidari K, Rashidian A, Pennick V, Akbari-Kamrani M, Irani S, Shakiba B, Mortaz Hejri S, Jonaidi AR, Mortaz-Hedjri S. Low level laser therapy for nonspecific low-back pain. Cochrane Database of Systematic Reviews 2008, Issue 2. Art. No.: CD005107. DOI: 10.1002/14651858.CD005107.pub4.

Author Information

  1. 1

    McMaster University, Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, Hamilton, Ontario, Canada

  2. 2

    The University of Sydney, Faculty of Health Sciences, Lidcombe, NSW, Australia

  3. 3

    Tehran University of Medical Sciences (TUMS), Department of Epidemiology and Biostatistics, School of Public Health, Tehran, Iran

  4. 4

    Tehran University of Medical Sciences, Center for Academic and Health Policy, School of Public Health, Tehran, Iran

  5. 5

    Institute for Work & Health, Toronto, Ontario, Canada

  6. 6

    Tehran University of Medical Sciences, Student's Scientific Research Center, Tehran, Iran

  7. 7

    Mashhad University of Medical Sciences, Department of Urology, Mashhad, Iran

  8. 8

    Tehran University of Medical Sciences, School of Medicine, Educational Development Office, Tehran, Iran

  9. 9

    Tehran University of Medical Sciences, Systematic Review Study Group, Students' Scientific Research Center, Tehran, Iran

*Reza Yousefi-Nooraie, Department of Clinical Epidemiology and Biostatistics, McMaster University, 1200 Main Street West, HSC 2C7, Hamilton, Ontario, L8N 3Z5, Canada. yousefr@mcmaster.ca. rynaso@yahoo.com.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 23 APR 2008

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Low-back pain (LBP) is a major health problem and a major cause of medical expenses and disablement. Low level laser therapy (LLLT) can be used to treat musculoskeletal disorders such as back pain.

Objectives

To assess the effects of LLLT in patients with non-specific LBP.

Search methods

We searched CENTRAL (The Cochrane Library 2005, Issue 2), MEDLINE, CINAHL, EMBASE, AMED and PEDro from their start to November 2007 with no language restrictions. We screened references in the included studies and in reviews and conducted citation tracking of identified RCTs and reviews using Science Citation Index. We also contacted content experts.

Selection criteria

Randomised controlled clinical trials (RCTs) investigating LLLT to treat non-specific low-back pain were included.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed methodological quality using the criteria recommended by the Cochrane Back Review Group and extracted data. Studies were qualitatively and quantitatively analysed according to Cochrane Back Review Group guideline.

Main results

Seven heterogeneous English language RCTs with reasonable quality were included.

Three small studies (168 people) separately showed statistically significant but clinically unimportant pain relief for LLLT versus sham therapy for sub-acute and chronic low-back pain at short-term and intermediate-term follow-up (up to six months). One study (56 people) showed that LLLT was more effective than sham at reducing disability in the short term. Three studies (102 people) reported that LLLT plus exercise were not better than exercise, with or without sham in the short-term in reducing pain or disability. Two studies (90 people) reported that LLLT was not more effective than exercise, with or without sham in reducing pain or disability in the short term.

Two small trials (151 people) independently found that the relapse rate in the LLLT group was significantly lower than in the control group at the six-month follow-up.

No side effects were reported.

Authors' conclusions

Based on the heterogeneity of the populations, interventions and comparison groups, we conclude that there are insufficient data to draw firm conclusions on the clinical effect of LLLT for low-back pain.

There is a need for further methodologically rigorous RCTs to evaluate the effects of LLLT compared to other treatments, different lengths of treatment, wavelengths and dosages.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Low level laser therapy for low-back pain

Sixty to eighty per cent of people suffer from back pain at some time in their lives. Of those who develop acute low-back pain (LBP), up to 30% will go on to develop chronic LBP. The toll on individuals, families and society makes the successful management of this common, but benign condition an important goal.

Low level laser therapy (LLLT) is used by some physiotherapists to treat LBP. LLLT is a non-invasive light source treatment that generates a single wavelength of light. It emits no heat, sound, or vibration. It is also called photobiology or biostimulation. LLLT is believed to affect the function of connective tissue cells (fibroblasts), accelerate connective tissue repair and act as an anti-inflammatory agent. Lasers with different wavelengths, varying from 632 to 904 nm, are used in the treatment of musculoskeletal disorders.

We included seven small studies with a total of 384 people with non-specific LBP of varying durations. Three studies (168 people) separately showed that LLLT was more effective at reducing pain in the short-term (less than three months), and intermediate-term (six months) than sham (fake) laser. However, the strength and number of treatments were varied and the amount of the pain reduction was small. Three studies (102 people) separately reported that LLLT with exercise was not better than exercise alone or exercise plus sham in short-term pain reduction.

One study (56 people) showed that LLLT was more effective than sham at reducing disability in the short term. Three studies (102 people) compared LLLT plus exercise with exercise plus sham or exercise alone and did not show significant reduction in disability. Two studies (90 people) separately reported that LLLT was not more effective at reducing disability than exercise alone or exercise plus sham in the short-term.

Based on these small trials, with different populations, LLLT doses and comparison groups, there are insufficient data to either support or refute the effectiveness of LLLT for the treatment of LBP. We were unable to determine optimal dose, application techniques or length of treatment with the available evidence. Larger trials that look specifically at these questions are required.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Thérapie laser de faible niveau pour le traitement des lombalgies non-spécifiques

Contexte

Les lombalgies sont un problème majeur de santé et une cause principale de dépenses médicales et d'invalidité. La thérapie laser de faible niveau (LLLT) peut être utilisée pour traiter les troubles musculo-squelettiques tels que les douleurs dorsales.

Objectifs

Évaluer les effets de la thérapie laser de faible niveau (LLLT) chez les patients souffrant de lombalgies non-spécifiques.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2005, numéro 2), MEDLINE, CINAHL, EMBASE, AMED et PEDro de leur origine respective jusqu'à novembre 2007 sans aucune restriction concernant la langue. Nous avons passé au crible les bibliographies des essais inclus et des revues et effectué le suivi des références des ECR identifiés et des revues en utilisant Science Citation Index. Nous avons également contacté des experts dans le domaine.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés (ECR) étudiant la thérapie laser de faible niveau (LLLT) pour traiter les lombalgies non-spécifiques ont été inclus.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique en appliquant les critères recommandés par le groupe thématique Cochrane sur le dos et extrait les données. Les études ont été analysées qualitativement et quantitativement conformément aux directives du groupe thématique Cochrane sur le dos.

Résultats Principaux

Sept ECR hétérogènes en langue anglaise dont la qualité méthodologique était raisonnable ont été inclus.

Trois études de petite taille (168 patients) ont révélé séparément un soulagement de la douleur statistiquement significatif mais cliniquement insignifiant pour la thérapie laser de faible niveau (LLLT) comparée à un traitement simulé pour les lombalgies subaiguës et chroniques lors du suivi à court et à moyen terme (jusqu'à six mois). Une étude (56 patients) a montré que la thérapie laser de faible niveau (LLLT) était plus efficace qu'un traitement simulé pour réduire l'invalidité à court terme. Trois études (102 patients) ont rapporté que la thérapie laser de faible niveau (LLLT) plus des exercices n'était pas meilleure que des exercices, avec ou sans traitement simulé à court terme pour réduire la douleur ou l'invalidité. Deux études (90 patients) ont rapporté que la thérapie laser de faible niveau (LLLT) n'était pas plus efficace que des exercices, avec ou sans traitement simulé pour réduire la douleur ou l'invalidité à court terme.

Deux essais de petite taille (151 patients) ont indépendamment trouvé que le taux de rechute dans le groupe de thérapie laser de faible niveau (LLLT) était significativement plus faible que dans le groupe témoin lors du suivi de six mois.

Aucun effet secondaire n'avait été signalé.

Conclusions des auteurs

En fonction de l'hétérogénéité des populations, des interventions et des groupes de comparaison, nous en concluons que les données sont insuffisantes pour tirer des conclusions définitives sur l'effet clinique de la thérapie laser de faible niveau (LLLT) sur les lombalgies.

Il est donc nécessaire de réaliser d'autres ECR méthodologiquement rigoureux pour évaluer les effets de la thérapie laser de faible niveau (LLLT) comparée à d'autres traitements, différentes durées de traitement, longueurs d'onde et différents dosages.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Thérapie laser de faible niveau pour le traitement des lombalgies non-spécifiques

Thérapie laser de faible niveau pour le traitement des lombalgies

Soixante à quatre-vingt pour cent de personnes souffrent de douleurs dorsales à un moment au cours de leur vie. Parmi celles qui développent des lombalgies aiguës, une proportion atteignant 30 % développent ensuite des lombalgies chroniques. L'effet néfaste sur les personnes, les familles et la société fait de la réussite de la prise en charge de ce problème médical courant, mais bénin, un objectif important.

La thérapie laser de faible niveau (LLLT) est utilisée par certains physiothérapeutes pour traiter les lombalgies. Cela consiste en un traitement non-invasif par source lumineuse qui génère une seule longueur d'onde. La thérapie laser de faible niveau (LLLT) n'émet ni chaleur, ni son ni vibration. On l'appelle aussi photobiologie ou biostimulation. La thérapie laser de faible niveau (LLLT) est supposée affecter la fonction des cellules du tissu conjonctif (fibroblastes), accélérer la réparation du tissu conjonctif et agir comme un agent anti-inflammatoire. Des lasers ayant différentes longueurs d'onde, variant de 632 à 904 nm, sont utilisés dans le traitement des troubles musculo-squelettiques.

Nous avons inclus sept études de petite taille totalisant 384 patients souffrant de lombalgies non-spécifiques de durées variables. Trois études (168 patients) ont montré séparément que la thérapie laser de faible niveau (LLLT) était plus efficace pour réduire la douleur à court terme (moins de trois mois), et à moyen terme (six mois) qu'un laser simulé (faux). Toutefois, la puissance et le nombre des traitements variaient et le niveau de réduction de la douleur était faible. Trois études (102 patients) ont rapporté séparément que la thérapie laser de faible niveau (LLLT) combinée à des exercices n'était pas meilleure que des exercices seuls ou des exercices plus un traitement simulé en termes de réduction de la douleur à court terme.

Une étude (56 patients) a montré que la thérapie laser de faible niveau (LLLT) était plus efficace qu'un traitement simulé pour réduire l'invalidité à court terme. Trois études (102 patients) ont comparé la thérapie laser de faible niveau (LLLT) plus des exercices à des exercices plus un traitement simulé ou à des exercices seuls et n'ont pas révélé de réduction significative de l'invalidité. Deux études (90 patients) ont rapporté séparément que la thérapie laser de faible niveau (LLLT) n'était pas plus efficace pour réduire l'invalidité que des exercices seuls ou des exercices plus un traitement simulé à court terme.

D'après ces essais de petite taille, portant sur différentes populations, différentes doses de thérapie laser de faible niveau (LLLT) et différents groupes de comparaison, les données sont insuffisantes soit pour étayer soit pour récuser l'effet de la thérapie laser de faible niveau (LLLT) pour le traitement des lombalgies. Nous n'avons pas pu déterminer la dose optimale, les techniques d'application ou la durée de traitement avec les preuves dont nous disposions. Des essais de plus grande taille examinant spécifiquement ces questions doivent être menés.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 11th September, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français