Interventions for unilateral and bilateral refractive amblyopia

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Refractive amblyopia is a common cause of reduced visual acuity in childhood, but optimal treatment is not well defined. This review examined the treatment effect from spectacles and conventional occlusion.

Objectives

Evaluation of the evidence of the effectiveness of spectacles, occlusion or both in the treatment of unilateral and bilateral refractive amblyopia.

Search methods

We searched CENTRAL (which contains the Cochrane Eyes and Vision Group Trials Register) (The Cochrane Library 2012, Issue 1), MEDLINE (January 1950 to January 2012), EMBASE (January 1980 to January 2012), Latin American and Caribbean Health Sciences Literature Database (LILACS) (January 1982 to January 2012), the metaRegister of Controlled Trials (mRCT) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) and the WHO International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP) (www.who.int/ictrp/search/en). There were no date or language restrictions in the electronic searches for trials. We last searched the electronic databases on 24 January 2012. We manually searched relevant conference proceedings.

Selection criteria

Randomised controlled trials of treatment for unilateral and bilateral refractive amblyopia by spectacles, with or without occlusion, were eligible. We included studies with participants of any age.

Data collection and analysis

Two authors independently assessed abstracts identified by the searches. We obtained full-text copies and contacted study authors where necessary. Eleven trials were eligible for inclusion. We extracted data from eight. Insufficient data were present for the remaining three trials so data extraction was not possible. We identified no trials as containing participants with bilateral amblyopia. We performed no meta-analysis as there were insufficient trials for each outcome.

Main results

For all studies mean acuity (standard deviation (SD)) in the amblyopic eye post-treatment was reported. All included trials reported treatment for unilateral refractive amblyopia.

One study randomised participants to spectacles only compared to no treatment, spectacles plus occlusion compared to no treatment and spectacles plus occlusion versus spectacles only. For spectacles only versus no treatment, mean (SD) visual acuity was: spectacles group 0.31 (0.17); no treatment group 0.42 (0.19) and mean difference (MD) between groups was -0.11 (borderline statistical significance: 95% confidence interval (CI) -0.22 to 0.00). For spectacles plus occlusion versus no treatment, mean (SD) visual acuity was: full treatment 0.22 (0.13); no treatment 0.42 (0.19). Mean difference (MD) between the groups -0.20 (statistically significant: 95% CI -0.30 to -0.10). For spectacles plus occlusion versus spectacles only, MD was -0.09 (borderline statistical significance 95% CI -0.18 to 0.00). For two other trials that also looked at this comparison MD was -0.15 (not statistically significant 95% CI -0.32 to 0.02) for one trial and MD 0.01 (not statistically significant 95% CI -0.08 to 0.10) for the second trial.

Three trials reviewed occlusion regimes.One trial looked at two hours versus six hours for moderate amblyopia: MD 0.01 (not statistically significant: 95% CI -0.06 to 0.08); a second trial 2003b reviewed six hours versus full-time for severe amblyopia: MD 0.03 (not statistically significant: 95% CI -0.08 to 0.14) and a third trial looked at six hours versus full-time occlusion: MD -0.12 (not statistically significant: 95% CI -0.27 to 0.03). One trial looked at occlusion supplemented with near or distance activities: MD-0.03 (not statistically significant 95% CI -0.09 to 0.03). One trial looked at partial occlusion and glasses versus glasses only: MD -0.01 (not statistically significant: 95% CI -0.05 to 0.03).

Authors' conclusions

In some cases of unilateral refractive amblyopia it appears that there is a treatment benefit from refractive correction alone. Where amblyopia persists there is evidence that adding occlusion further improves vision. Despite advances in the understanding of the treatment of amblyopia it is currently still not possible to tailor individual treatment plans for amblyopia. The nature of any dose/response effect from occlusion still needs to be clarified. Partial occlusion appears to have the same treatment effect as glasses alone when started simultaneously for the treatment of unilateral refractive amblyopia. Treatment regimes for bilateral and unilateral refractive amblyopia need to be investigated further.

Résumé scientifique

Interventions pour l'amblyopie de réfraction unilatérale et bilatérale

Contexte

L'amblyopie de réfraction est une cause courante de la baisse d'acuité visuelle de l'enfance, mais le traitement optimal n'est pas bien défini. Cette revue a examiné l'effet du traitement par lunettes de vue et occlusion classique.

Objectifs

Évaluation des preuves de l'efficacité des lunettes de vue, de l'occlusion ou des deux pour le traitement de l'amblyopie de réfraction unilatérale et bilatérale.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l'œil et la vision) (The Cochrane Library 2011, numéro 1), MEDLINE (de janvier 1950 à janvier 2012), EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2012), Latin American and Caribbean Literature on Health Sciences (LILACS) (de janvier 1982 à janvier 2012), le méta-registre des essais contrôlés (mREC) (www.controlled-trials.com), ClinicalTrials.gov (www.clinicaltrials.gov) et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS (ICTRP pour International Clinical Trials Registry Platform) (www.who.int/ictrp/search/fr). Aucune restriction concernant la langue ou la date n'a été appliquée aux recherches électroniques d'essais. Nous avons effectué les dernières recherches dans les bases de données électroniques le 24 janvier 2012. Nous avons recherché manuellement dans les résumés de conférences pertinents.

Critères de sélection

Les essais contrôlés randomisés portant sur le traitement de l'amblyopie de réfraction unilatérale et bilatérale par des lunettes de vue, avec ou sans occlusion, étaient éligibles. Nous avons inclus des études avec des participants de tout âge.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont évalué de façon indépendante les résumés identifiés par les chercheurs. Nous avons obtenu des copies intégrales et contacté les auteurs des études lorsque cela était nécessaire. Onze essais pouvaient être inclus. Nous avons extrait les données à partir de huit d'entre eux. Les données disponibles étaient insuffisantes pour les trois essais restants, il n'a donc pas été possible d'extraire les données. Nous n'avons identifié aucun essai concernant des participants atteints d'amblyopie bilatérale. Nous n'avons pas réalisé de méta-analyse car le nombre d'essais était insuffisant pour chaque critère de jugement.

Résultats principaux

Pour toutes les études, l'acuité moyenne (écart type (SD)) dans l'œil amblyope après le traitement était rapportée. Tous les essais inclus faisaient état d'un traitement de l'amblyopie de réfraction unilatérale.

Une étude avait randomisé les participants dans un groupe de lunettes de vue seules comparé à un groupe sans traitement, un groupe de lunettes de vue plus occlusion comparé à un groupe sans traitement et un groupe de lunettes de vue plus occlusion par rapport à un groupe de lunettes de vue seules. Pour le groupe de lunettes de vue seules comparé à un groupe sans traitement, l'acuité visuelle moyenne (SD) était : pour le groupe de lunettes de vue de 0,31 (0,17) ; pour le groupe sans traitement de 0,42 (0,19) et la différence moyenne (DM) entre les groupes était de -0,11 (signification statistique limite : intervalle de confiance à 95 % (IC) -0,22 à 0,00). Pour le groupe de lunettes de vue plus occlusion comparé à un groupe sans traitement, l'acuité visuelle moyenne (SD) était : pour le groupe de traitement complet de 0,22 (0,13) ; pour le groupe sans traitement de 0,42 (0,19). La différence moyenne (DM) entre les groupes était de -0,20 (signification statistique : IC à 95 % -0,30 à -0,10). Pour le groupe de lunettes de vue plus occlusion comparé à un groupe de lunettes de vue seules, la DM était de -0,09 (signification statistique limite : IC à 95 % -0,18 à 0,00). Pour deux autres essais qui avaient aussi examiné cette comparaison, la DM était de -0,15 (pas de signification statistique : IC à 95 % -0,32 à 0,02) pour un essai et la DM était de 0,01 (pas de signification statistique : IC à 95 % -0,08 à 0,10) pour le second essai.

Trois essais avaient étudié les schémas d'occlusion. Un essai avait examiné un schéma de deux heures comparé à un schéma de six heures pour l'amblyopie modérée : DM de 0.01 (pas de signification statistique : IC à 95 % -0,06 à 0,08) ; un second essai 2003b avait étudié un schéma de six heures comparé à un schéma permanent pour l'amblyopie grave : DM de 0,03 (pas de signification statistique : IC à 95 % -0,08 à 0,14) et un troisième essai avait examiné une occlusion de six heures comparée à une occlusion permanente : DM de -0,12 (pas de signification statistique : IC à 95 % -0,27 à 0,03). Un essai avait examiné l'occlusion complétée par des activités proches ou à distance : DM de -0,03 (pas de signification statistique : IC à 95 % -0,09 à 0,03). Un essai avait examiné l'occlusion partielle et les lunettes de vue comparées aux lunettes de vue seules : DM de -0,01 (pas de signification statistique : IC à 95 % -0,05 à 0,03).

Conclusions des auteurs

Dans certains cas d'amblyopie de réfraction unilatérale, il semble qu'il existe un bénéfice du traitement par rapport à la correction de la réfraction seule. Dans les cas où l'amblyopie persiste, il existe des preuves indiquant que l'ajout de l'occlusion améliore davantage la vision. Malgré les progrès réalisés dans la compréhension du traitement de l'amblyopie, il n'est toujours pas possible actuellement d'adapter des plans de traitement individuels pour l'amblyopie. La nature d'un effet dose-réponse de l'occlusion a encore besoin d'être élucidée. L'occlusion partielle semble avoir le même effet de traitement que les lunettes de vue seules quand on les commence simultanément pour le traitement de l'amblyopie de réfraction unilatérale. Les schémas thérapeutiques pour l'amblyopie de réfraction unilatérale et bilatérale doivent être davantage étudiés.

Plain language summary

Treatment for lazy eye caused by a need for glasses

Amblyopia (lazy eye) is a term describing reduced vision in one or both eyes. Amblyopia can sometimes be caused by a need for glasses. The need for glasses may be greater in one eye causing amblyopia only in the worse eye. This happens because the brain receives a weaker image from the eye with the greater need for glasses and prefers to use the eye with a clearer image. Sometimes there may be a strong need for glasses in both eyes causing amblyopia in both eyes. This is because the brain receives a blurred image from both eyes. 

Children who have amblyopia due to a need for glasses in one eye only are often asked to wear a patch over the good eye, in addition to wearing their spectacles, to improve their vision. This review found that for some children with this type of amblyopia a period of glasses wear alone can restore normal vision. For those children for whom glasses wear alone does not improve vision there is evidence that wearing a patch can further improve vision. At present it is not possible to tell at the start of treatment which children will respond to glasses alone and which ones will need a patch as well. The amount of patching needed for an individual child cannot yet be predicted. This is because the effects of factors such as age are not fully understood. These findings are based on the results of eleven high-quality trials.

Children who have amblyopia in both eyes because of a need for glasses in both eyes are currently advised to wear their glasses as much of the time as possible in order to improve their vision. No trials looking at treatment for children who had reduced vision in both eyes were found.

Résumé simplifié

Cache-œil pour le traitement de l'amblyopie (paresse de l'œil) provoquée par le besoin de porter des lunettes de vue

Le besoin de traitement à l'aide d'un cache-œil de l'amblyopie (paresse de l'œil) est dû à un besoin inégal de porter des lunettes de vue pour l'un ou l'autre des yeux lorsque l'œil le plus touché (généralement) risque de ne pas parvenir à développer une vision optimale. L'amblyopie est une maladie dans laquelle la vision d'un œil (ou plus rarement des deux yeux) baisse parce que la partie du cerveau responsable de la vision ne se développe pas normalement. L'amblyopie survient parce que le cerveau reçoit une image affaiblie depuis l'œil avec les erreurs optiques plus importantes et il lui préfère l'œil qui lui envoie une image plus nette. Les enfants qui sont atteints d'amblyopie à cause des erreurs optiques reçoivent souvent un cache-œil pour recouvrir le bon œil en plus de leur correction par lunettes de vue pour améliorer leur vision. Cette revue a constaté que pour certains enfants atteints de ce type d'amblyopie, une période de port de lunettes de vue peut rétablir une vision normale. À présent, il n'est pas possible de déterminer au début du traitement quels enfants auront simplement besoin de lunettes de vue et lesquels auront également besoin d'un cache-œil. Pour les enfants qui ont encore une vision affaiblie même après qu'ils aient porté leurs lunettes de vue pendant un certain temps, il existe des preuves que la thérapie des cache-œils améliore davantage leur vision. La quantité de cache-œils qui seront nécessaires pour un enfant particulier ne peut pas encore être prédite. Ceci parce que les effets de facteurs tels que l'âge ne sont pas complètement compris. Ces conclusions sont fondées sur les résultats de huit essais de grande qualité. Aucun essai examinant le traitement des enfants qui avaient une vision affaiblie dans les deux yeux n'a été trouvé.

Notes de traduction

This translation refers to an older version of the review that has been updated or amended.

Traduit par: French Cochrane Centre 1st June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Ancillary