Intervention Review

You have free access to this content

Use of hyperbaric versus isobaric bupivacaine for spinal anaesthesia for caesarean section

  1. Alex T Sia1,
  2. Kelvin H Tan2,
  3. Ban Leong Sng1,*,
  4. Yvonne Lim1,
  5. Edwin SY Chan3,
  6. Fahad Javaid Siddiqui4

Editorial Group: Cochrane Anaesthesia Group

Published Online: 31 MAY 2013

Assessed as up-to-date: 2 MAY 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD005143.pub2


How to Cite

Sia AT, Tan KH, Sng BL, Lim Y, Chan ESY, Siddiqui FJ. Use of hyperbaric versus isobaric bupivacaine for spinal anaesthesia for caesarean section. Cochrane Database of Systematic Reviews 2013, Issue 5. Art. No.: CD005143. DOI: 10.1002/14651858.CD005143.pub2.

Author Information

  1. 1

    KK Women's and Children's Hospital, Department of Women's Anaesthesia, Singapore, Singapore

  2. 2

    KK Women's and Children's Hospital, Department of Maternal Fetal Medicine, Singapore, Singapore

  3. 3

    Office of Clinical Sciences, Duke-NUS Graduate Medical School, Centre for Quantitative Medicine, Singapore, Singapore

  4. 4

    Singapore Clinical Research Institute (SCRI), Singapore Branch of the Australasian Cochrane Centre, Singapore, Singapore

*Ban Leong Sng, Department of Women's Anaesthesia, KK Women's and Children's Hospital, 100 Bukit Timah Road, Singapore, 229899, Singapore. blsngdr@yahoo.com.sg.

Publication History

  1. Publication Status: New
  2. Published Online: 31 MAY 2013

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Background

Bupivacaine is an amide local anaesthetic used in hyperbaric and isobaric forms. These are administered intrathecally into the spine to provide regional anaesthesia for caesarean section. Several trials have compared hyperbaric and isobaric bupivacaine but none have conclusively shown benefit of either.

Objectives

This systematic review aimed to summarize the effectiveness and safety of hyperbaric versus isobaric bupivacaine in providing anaesthesia for caesarean section. We considered the adequacy of anaesthesia for completion of caesarean section and the need for interventions to treat complications.

Search methods

We searched the Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, Issue 4), MEDLINE (January 1966 to May 2011) and EMBASE (January 1980 to May 2011). We handsearched journals. We imposed no language restriction. We reran our search in the above databases from January 2011 to January 2013; the studies are awaiting assessment and will be dealt with when we update the review.

Selection criteria

We included all randomized controlled trials involving parturients undergoing spinal anaesthesia for elective caesarean section that compared the use of hyperbaric with isobaric bupivacaine.

Data collection and analysis

Two authors independently extracted the data. The data that were extracted included the number of events and the sample sizes in both the intervention and control groups. For continuous outcomes, we extracted mean and standard deviation.

We reported odds ratios and risk ratios (RR) for binary outcomes and mean differences (MD) for continuous outcomes.

Main results

We included six studies with a total of 394 patients in this review. Anaesthesia performed with hyperbaric bupivacaine appeared to be less likely to need conversion to general anaesthesia (two studies, 158 patients included in meta-analysis; RR 0.17, 95% confidence interval (CI) 0.03 to 0.94). There was no difference in the need for supplemental analgesics. The time till sensory block to the T4 level was also shorter with hyperbaric bupivacaine (two studies, 126 patients; MD -1.06 minutes, 95% CI -1.80 to -0.31). There were no other significant differences between the two anaesthetics.

Authors' conclusions

The criteria for conversion to general anaesthesia should be clearly defined in future research. This review found that intrathecal hyperbaric bupivacaine had a more rapid onset of sensory blockade at the T4 level than isobaric bupivacaine. It may also result in less need for conversion to general anaesthesia and supplemental analgesia. However, due to the rarity of this outcome, variability in the dose, use of adjuvant drugs and differences in the technique used for regional anaesthesia the evidence is weak. Any apparent advantage of hyperbaric bupivacaine needs to be confirmed in larger randomized trials. There were no differences in the adverse effects studied.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Hyperbaric bupivacaine compared to isobaric bupivacaine for adequate spinal anaesthesia to complete caesarean section

This Cochrane systematic review summarized the best available evidence regarding the effectiveness and safety of the hyperbaric (denser than the spinal fluid) form of bupivacaine compared to the isobaric (equal density) form when used to provide spinal anaesthesia (injection of medications into the spinal column) for delivery of a baby by caesarean section. We searched the medical literature databases until March 2011 and included six randomized controlled studies involving 394 women. We found that hyperbaric bupivacaine was associated with less need for a switch to general anaesthesia and a more rapid onset of anaesthesia. However, due to the differences in the doses given, use of other drugs such as opioids, variation in regional anaesthesia techniques and small number of patients, we can only tentatively conclude that it is better than the isobaric form.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Utilisation de la bupivacaïne hyperbare versus isobare en rachianesthésie pour césarienne

Contexte

La bupivacaïne est un anesthésique local amide utilisé sous forme hyperbare et isobare. Celles-ci sont administrées par voie intrathécale dans la colonne vertébrale afin de créer une anesthésie régionale pour la césarienne. Plusieurs essais ont comparé les bupivacaïnes hyperbare et isobare mais aucun n'a mis en évidence de façon concluante un avantage pour l'une d'elles.

Objectifs

Cette revue systématique visait à résumer l'efficacité et l'innocuité de la bupivacaïne hyperbare versus isobare pour l'anesthésie en vue de césarienne. Nous avons examiné l'adéquation de l'anesthésie pour la réalisation complète d'une césarienne, ainsi que la nécessité d'interventions pour traiter les complications.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 4), MEDLINE (de janvier 1966 à mai 2011) et EMBASE (de janvier 1980 à mai 2011). Nous avons recherché manuellement dans des journaux professionnels. Nous n'avons imposé aucune restriction de langue. Nous avons réitéré notre recherche dans les bases de données ci-dessus de janvier 2011 à janvier 2013 ; les études doivent encore être évaluées et seront prises en compte lorsque nous mettrons à jour la revue.

Critères de sélection

Nous avons inclus tout essai contrôlé randomisé portant sur des parturientes subissant une anesthésie spinale pour césarienne, et ayant comparé l'utilisation des bupivacaïnes hyperbare et isobare.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont extrait les données de manière indépendante. Les données extraites incluaient le nombre d'événements et la taille des effectifs dans les groupes d'intervention et de contrôle. Pour les résultats continus, nous avons extrait la moyenne et l'écart type.

Nous avons rendu compte du rapport de cotes et du risque relatif (RR) pour les résultats binaires et de la différence moyenne (DM) pour les résultats continus.

Résultats Principaux

Nous avons inclus dans cette revue six études totalisant 394 patients. L'anesthésie réalisée avec la bupivacaïne hyperbare semblait moins susceptible de nécessiter une conversion en anesthésie générale (deux études, 158 patients inclus dans une méta-analyse ; RR 0,17 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,03 à 0,94). Il n'y avait pas de différence pour ce qui est du besoin d'analgésiques supplémentaires. Le temps jusqu'au blocage sensoriel de niveau T4 était également plus court avec la bupivacaïne hyperbare (deux études, 126 patients ; DM -1,06 minutes ; IC 95% -1,80 à -0,31). Il n'y avait pas d'autre différence significative entre les deux anesthésiques.

Conclusions des auteurs

Les critères pour la conversion en anesthésie générale devront être clairement définis dans les recherches futures. Cette revue a constaté que la bupivacaïne hyperbare intrathécale enclenchait plus rapidement un blocage sensoriel de niveau T4 que la bupivacaïne isobare. Elle pourrait aussi entrainer un moindre besoin de conversion en anesthésie générale et d'analgésie supplémentaire. Toutefois, vu la rareté de ce critère de résultat, la variabilité de la dose, l'utilisation de médicaments adjuvants et les différences dans la technique utilisée pour l'anesthésie régionale les données dont nous disposons sont faibles. Tout avantage apparent de la bupivacaïne hyperbare devra être confirmé dans des essais randomisés de plus grande taille. Il n'y avait aucune différence au niveau des événements indésirables étudiés.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié

Utilisation de la bupivacaïne hyperbare versus isobare en rachianesthésie pour césarienne

La bupivacaïne hyperbare comparée à la bupivacaïne isobare pour l'anesthésie spinale permettant de réaliser une césarienne

Cette revue systématique Cochrane résume les meilleures données disponibles sur l'efficacité et l'innocuité de la forme hyperbare (plus dense que le liquide céphalo-rachidien) de la bupivacaïne par rapport à la forme isobare (densité égale) pour l'anesthésie spinale (injection de médicaments dans la colonne vertébrale) en vue d'accouchement par césarienne. Nous avons effectué des recherches dans les bases de données de littérature médicale jusqu'en mars 2011 et avons ainsi inclus six études contrôlées randomisées impliquant 394 femmes. Nous avons constaté que la bupivacaïne hyperbare était associée à une moindre nécessité de passer en anesthésie générale et à un déclenchement plus rapide de l'anesthésie. Toutefois, en raison des différences dans les doses administrées, de l'utilisation d'autres médicaments comme les opiacés, de la variation des techniques d'anesthésie régionale et du petit nombre de patients, ce n'est que provisoirement que nous ne pouvons conclure qu'elle est meilleure que la forme isobare.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 3rd June, 2013
Traduction financée par: Pour la France : Minist�re de la Sant�. Pour le Canada : Instituts de recherche en sant� du Canada, minist�re de la Sant� du Qu�bec, Fonds de recherche de Qu�bec-Sant� et Institut national d'excellence en sant� et en services sociaux.