Intervention Review

Haloperidol plus promethazine for psychosis-induced aggression

  1. Gisele Huf1,*,
  2. Jacob Alexander2,
  3. Michael H Allen3,
  4. Nirmal S Raveendran4

Editorial Group: Cochrane Schizophrenia Group

Published Online: 8 JUL 2009

Assessed as up-to-date: 14 FEB 2008

DOI: 10.1002/14651858.CD005146.pub2


How to Cite

Huf G, Alexander J, Allen MH, Raveendran NS. Haloperidol plus promethazine for psychosis-induced aggression. Cochrane Database of Systematic Reviews 2009, Issue 3. Art. No.: CD005146. DOI: 10.1002/14651858.CD005146.pub2.

Author Information

  1. 1

    Universidade Federal do Rio de Janeiro, Hospital Universitário Clementino Fraga Filho, RJ Rio de Janeiro, Brazil

  2. 2

    Mental Health Centre, Christian Medical Centre, Department of Psychiatry, Vellore, Tamil Nadu, India

  3. 3

    University of Colorado School of Medicine, Denver, Colorado, USA

  4. 4

    Christian Medical College, Department of Psychiatry, Vellore, India

*Gisele Huf, Hospital Universitário Clementino Fraga Filho, Universidade Federal do Rio de Janeiro, Avenida Brigadeiro Trompowski, s/no, Ilha do Fundao, RJ Rio de Janeiro, CEP 21949-900, Brazil. gisele.huf@incqs.fiocruz.br.

Publication History

  1. Publication Status: Edited (no change to conclusions)
  2. Published Online: 8 JUL 2009

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Health services often manage agitated or violent people, and for emergency psychiatric services such behaviour is particularly prevalent (10%). The drugs used in this situation should ensure that the person swiftly and safely regains composure.

Objectives

To examine whether haloperidol plus promethazine is an effective treatment for psychosis induced agitation/aggression.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (January 2008).

Selection criteria

We included all randomised clinical trials involving aggressive people with psychosis for which haloperidol plus promethazine was being used.

Data collection and analysis

We reliably selected, quality assessed and extracted data from all relevant studies. For binary outcomes we calculated standard estimations of risk ratio (RR) and their 95% confidence intervals (CI). Where possible we estimated weighted number needed to treat or harm (NNT/H).

Main results

We identified four relevant high quality studies. One compared the haloperidol plus promethazine mix with midazolam (n=301), one with lorazepam (n=200), one with haloperidol alone (n=316) and one with olanzapine IM (n=300). In Brazil, haloperidol plus promethazine was an effective means of tranquillisation with over two thirds of people being tranquil or sedated by 30 minutes, but midazolam was more swift (n=301, RR 2.9 CI 1.75 to 4.80, NNH 5 CI 3 to 12). In India, compared with lorazepam, more people were tranquil or sedated by 30 minutes if allocated to the combination treatment (n=200, RR 0.26 CI 0.10 to 0.68, NNT 8 CI 6 to 17). Over the next few hours of treatment reported differences are negligible. One person given midazolam had respiratory depression (0.7%, reversed by flumazenil); one given lorazepam (1%) had respiratory difficulty. About 1% of people given any haloperidol treatment experienced a seizure. By 20 minutes intramuscular haloperidol plus promethazine was more tranquillising than intramuscular haloperidol (1 RCT, n=316, RR 0.65 CI 0.49 to 0.87, NNT 7 CI 5 to 17). Haloperidol given without promethazine in this situation causes frequent serious adverse effects (NNH 15 CI 14 to 40). Olanzapine is as rapidly tranquillising as the haloperidol/promethazine combination (1 RCT, n=300, RR tranquil or asleep at 15 mins 0.74 CI 0.38 to 1.41), but did not have an enduring effect and more people needed additional drugs within four hours (1 RCT, n=300, RR 0.48 CI 0.33 to 0.69, NNT 5 CI 4 to 8) and to be re-assessed by the doctor (1 RCT, n=300, RR 0.47 CI 0.30 to 0.73, NNT 6 CI 5 to 12).

Authors' conclusions

All treatments evaluated within the included studies are effective. Benzodiazepines, however, have the potential to cause respiratory depression, probably midazolam more so than lorazepam, and use of this group of drugs outside of services fully confident of observing for and managing the consequences of respiratory distress is difficult to justify. Haloperidol used on its own is at such risk of generating preventable adverse effects that unless it is the only choice, this evidence directs that this sole treatment should be avoided. Olanzapine IM is valuable when compared with haloperidol plus promethazine but its duration of action is short and re-injection is frequently needed. Haloperidol plus promethazine used in two diverse situations in Brazil and India has much evidence to support its swift and safe clinically valuable effects.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Haloperidol plus promethazine for psychosis-induced aggression

When people suffer from hallucinations and delusions (psychosis) they can become agitated, scared or aggressive and will not respond very rapidly to other peoples’ reassurance or help. In some circumstances the clinical staff may be too busy to take time to help someone through this. In this situation medication is used to help agitated people relax and become more tranquil or to sleep. In low and middle-income countries the drugs used to do this cannot be too expensive. This review includes four trials of people who have received the drugs haloperidol (an antipsychotic) in combination with promethazine (an antihistamine) compared to some other medications when they have been aggressive in an emergency situation. These four trials included 1117 individuals in cities in India and Brazil. People were monitored for whether they were tranquil or asleep at twenty minutes to four hours and also for adverse effects and how well they were.

All the treatments work, albeit at different rates with midazolam (benzodiazepine) working the fastest and lorazipam (another benzodiazepine) the slowest. However there were more adverse effects in the benzodiazepine groups. The results for haloperidol plus promethazine between trials showed differences in outcome in the two geographical locations. In both Indian trials the percentage of people on haloperidol plus promethazine becoming tranquil or asleep at 30 minutes were 95 and 96% whereas in Rio de Janeiro it was 67 and 70%. The reason for this is not fully understood but it may be due to cultural expectations and to the environment of the emergency room. Haloperidol plus promethazine, worked faster than haloperidol alone or olanzapine alone, although at later time points there was no difference in the number of people asleep or tranquil. More movement adverse effects were experienced with haloperidol alone.

It is difficult to combine all the results as each trial compared haloperidol plus promethazine with a different drug. There were also differences in the environment in which the patients were treated. Because of the need to keep both staff and patients safe this is an area that could benefit from more research.

(Plain language summary prepared for this review by Janey Antoniou of RETHINK, UK www.rethink.org)

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Halopéridol plus prométhazine pour traiter l'agressivité due à une psychose

Contexte

Les services de santé prennent souvent en charge des personnes agitées ou violentes, ce comportement est particulièrement fréquent dans les services d'urgence psychiatrique (10 %). Dans cette situation, les médicaments utilisés doivent garantir que la personne retrouve rapidement et en toute sécurité son sang-froid.

Objectifs

Vérifier si l'halopéridol accompagné de prométhazine est un traitement efficace pour l'agitation/agressivité due à une psychose.

Stratégie de recherche documentaire

Le registre du groupe Cochrane sur la schizophrénie a été consulté (janvier 2008).

Critères de sélection

Ont été inclus tous les essais cliniques randomisés portant sur des personnes atteintes de psychose et pour lesquelles l'association halopéridol-prométhazine était utilisée.

Recueil et analyse des données

De manière fiable, toutes les données provenant des études pertinentes ont été sélectionnées, extraites et leur qualité a été évaluée. Pour les résultats binaires, les estimations standards du risque relatif (RR) et leurs intervalles de confiance (IC) à 95 % ont été calculées. Dans la mesure du possible, le nombre pondéré de sujets à traiter pour observer un bénéfice ou un effet indésirable (NST/NNN) a été estimé.

Résultats Principaux

Quatre études pertinentes et de grande qualité ont été identifiées. La première comparait l'association halopéridol-prométhazine avec le midazolam (n=301), la seconde avec le lorazépam (n=200), la troisième avec l'halopéridol seul (n=316) et la quatrième avec olanzapine IM (n=300). Au Brésil, l'association halopéridol-prométhazine se révélait être un moyen de tranquillisation efficace avec deux tiers des personnes calmées ou tranquillisées dans les 30 minutes, mais le midazolam agissait plus rapidement (n=301, RR 2,9 IC entre 1,75 et 4,80, NNN 5 IC entre 3 et 12). En Inde, par rapport au lorazépam, davantage de personnes étaient calmées ou tranquillisées au bout de 30 minutes si elles faisaient partie du groupe recevant le traitement combiné (n=200, RR 0,26 IC entre 0,10 et 0,68, NST 8 IC entre 6 et 17). Les différences consignées lors des heures de traitement suivantes sont négligeables. Il a été observé une dépression respiratoire chez une personne ayant reçu du midazolam (0,7 %, traitée par flumazénil) et des difficultés respiratoires chez une autre ayant reçu du lorazépam (1 %). Environ 1 % des personnes ayant reçu tout traitement à l'halopéridol subissaient une crise convulsive. Au bout de 20 minutes, l'association halopéridol-prométhazine par injection intramusculaire produisait un plus grand effet tranquillisant que l'halopéridol par injection intramusculaire (1 ECR, n=316, RR 0,65 IC entre 0,49 et 0,87, NST 7 IC entre 5 et 17). L'administration d'halopéridol sans prométhazine dans cette situation est à l'origine d'effets indésirables fréquents et graves (NNN 15 IC entre 14 et 40). L'olanzapine tranquillisait aussi rapidement que l'association halopéridol-prométhazine (1 ECR, n=300, RR tranquillisé ou endormi à 15 minutes 0,74 IC entre 0,38 et 1,41), mais ne produisait pas un effet durable et plus de personnes avaient besoin de médicaments supplémentaires dans les quatre heures (1 ECR, n=300, RR 0,48 IC entre 0,33 et 0,69, NST 5 IC entre 4 et 8) et d'une nouvelle évaluation par le médecin (1 ECR, n=300, RR 0,47 IC entre 0,30 et 0,73, NST 6 IC entre 5 et 12).

Conclusions des auteurs

Tous les traitements évalués dans le cadre des études incluses étaient efficaces. Cependant, les benzodiazépines peuvent entraîner une dépression respiratoire, probablement plus le midazolam que le lorazépam. Il est difficile de justifier l'utilisation de ce groupe de médicaments en dehors de services entièrement convaincus de pouvoir observer et gérer les conséquences d'une détresse respiratoire. Selon cette preuve, l'halopéridol seul comporte un tel risque d'effets indésirables évitables qu'il devrait être utilisé uniquement s'il constitue la seule option de traitement. L'olanzapine IM présente un intérêt par rapport à l'halopéridol plus prométhazine mais sa durée d'action est courte et une nouvelle injection est souvent nécessaire. L'halopéridol plus prométhazine utilisé dans deux situations distinctes au Brésil et en Inde dispose de beaucoup de preuves étayant ses effets sûrs, rapides et très utiles sur le plan clinique.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Halopéridol plus prométhazine pour traiter l'agressivité due à une psychose

Halopéridol plus prométhazine pour traiter l'agressivité due à une psychose

Les personnes souffrant d'hallucinations et de délires (psychose) peuvent se montrer agitées, effrayées ou agressives. De plus, elles ne réagissent pas très rapidement à l'aide ou au réconfort apporté par autrui. Parfois, le personnel clinique peut ne pas avoir le temps d'aider ces personnes à sortir de cet état.Dans ce cas, des médicaments peuvent être utilisés pour aider les personnes agitées à se détendre, s'apaiser ou dormir. Dans les pays à faible ou à moyen revenus, les médicaments utilisés à cet effet ne peuvent pas être trop chers. Cette revue inclut quatre essais portant sur des personnes qui, lorsqu'elles se sont montrées agressives dans une situation d'urgence, ont reçu de l'halopéridol (un antipsychotique) associé à la prométhazine (un antihistaminique) par rapport à d'autres médicaments. Ces quatre essais comprenaient 1 117 personnes vivant dans des villes d'Inde et du Brésil. Elles étaient observées afin de savoir si elles étaient tranquillisées ou endormies au bout de vingt minutes à quatre heures, mais également pour constater les effets indésirables et évaluer leur bien-être.

Tous les traitements fonctionnent, mais à différents rythmes ; le midazolam (benzodiazépine) étant le plus rapide à produire un effet et le lorazépam (autre benzodiazépine) le plus lent. Cependant, les groupes recevant des benzodiazépines ressentaient davantage d'effets indésirables. Pour l'halopéridol plus prométhazine, les résultats étaient différents entre les essais dans les deux localisations géographiques. Dans les deux essais indiens, le pourcentage de personnes, sous halopéridol plus prométhazine, se calmant ou s'endormant à 30 minutes était de 95 et 96 %, tandis qu'à Rio de Janeiro il était de 67 et 70 %. On ne comprend pas pleinement la raison à cela, mais c'est peut-être dû à des aspects culturels et à l'environnement des urgences. L'halopéridol plus prométhazine agissait plus vite que l'halopéridol seul ou la prométhazine seule, mais il n'y avait par la suite aucune différence dans le nombre de personnes tranquillisées ou endormies. Davantage d'effets indésirables sur la motricité étaient ressentis avec l'halopéridol seul.

Chaque essai comparant l'halopéridol plus prométhazine à un médicament différent, il est difficile de combiner tous les résultats. De plus, l'environnement de traitement des patients présentaient des différences. Étant donnée la nécessité de protéger les patients et le personnel, ce domaine pourrait bénéficier de plus amples recherches.

(Résumé en langage simplifié préparé pour cette revue par Janey Antoniou de RETHINK, Royaume-Uni www.rethink.org)

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

Haloperidol加上promethazine治療精神病引發的攻擊行為

醫療院所常藥處理激動或暴力患者,在精神科急診,這種行為尤為普遍(10%),在這種情況下使用的藥物,應確保個案迅速而安全地恢復鎮靜。

目標

評估精神分裂症或類精神分裂症病人,與標準療法和其他介入相比,舞蹈療法的效果

搜尋策略

搜尋Cochrane Schizophrenia Group Trials Register (July 2007),文獻和聯絡第一作者取得額外資訊.

選擇標準

納入比較舞蹈療法與標準療法和其他介入,評估精神分裂症病人的所有隨機對照試驗

資料收集與分析

可靠的選擇,評估品質和擷取資料. 排除超過30%受試者失去追蹤的試驗. 計算連續資料的加權平均差異. 計算二元資料的RR和95%CI.

主要結論

我們納入一個品質合理的單盲試驗(樣本數為45). 比較舞蹈療法和例行療法. 大部分患者可接受治療組合但4個月時各組都有40%患者失去追蹤(RR 0.68 CI 0.31 to 1.51). PANSS平均終點總分在每組差不多. (加權平均差−0.50 CI −11.8 to 10.8)正像分次得分也是(加權平均差2.50 CI −0.67 to 5.67). 治療結束時,舞蹈療法組有較多患者達到20% PANSS負向症狀得分減少(RR 0.62 CI 0.39 to 0.97),總平均負向終點得分較低(加權平均差−4.40 CI −8.15 to 0.65). 滿意得分沒有差異(平勳CAT得分, 加權平均差0.40 CI −0.78 to 1.58)和生活品質資料也相當(平勳 MANSA得分, 加權平均差0.00 CI −0.48 to 0.48).

作者結論

沒有證據顯示證明對這些患者舞蹈療法有效. 本療法療效尚待證實,精神分裂患者本身,照護者. 試驗人員和試驗贊助者希望有更多鼓勵以增加本領域高品質證據.

翻譯人

本摘要由成功大學附設醫院尹子真翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

精神分裂症的舞蹈療法: 舞蹈療法或舞蹈動作療法(DMT)使用身體運動當作治療工具. 對發展,醫學,社會體能或心理有障礙的人可能有效. 舞蹈療法可在很多場合進行,通常有以下階段:加入,身體準備,探索,實驗加入時做出的動作,核心動作,身體和心理顯著的動作以產深主題,回顧題材和結論. 療程長度為20 – 90分鐘,依個人耐受度而訂. 但治療性舞蹈需要思考,感覺和意願. 本回顧比較舞蹈療法與常規療法,評估精神分裂症或類精神分裂症病人的療效. 只有納入一個小型隨機對照試驗. 沒有決定性結論,因此目前不能提供方針支持或不支持精神分裂症患者使用舞蹈療法. 需要更多研究以確定舞蹈療法在此族群的價值和療效