Get access

Interferon beta for secondary progressive multiple sclerosis

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Therapy with either recombinant beta-1a or beta-1b interferons (IFNs) is worldwide approved for Relapsing Remitting Multiple Sclerosis (RRMS). A major unanswered question is whether this treatment is able to safely reverse or retard the progressive phase of the disease.

Objectives

The main objective was to verify whether IFNs treatment in Secondary Progressive Multiple Sclerosis (SPMS) is more effective than placebo in reducing the number of patients who experience disability progression.

Search methods

We searched the Cochrane Multiple Sclerosis Group's Trials Register (1995 to 15 February 2011), the reference lists of relevant articles and conference proceedings. Regulatory agencies were used as additional sources of information.

Selection criteria

We included all randomised, double or single blind, placebo-controlled trials (RCTs) evaluating the efficacy of IFNs versus placebo in SPMS patients.

Data collection and analysis

Two review authors independently assessed all reports retrieved from the search. They independently extracted clinical, safety and MRI data, using a predefined data extraction form, resolving disagreements after discussion with a third reviewer. Risk of bias was evaluated to assess the quality of the studies. Treatment effect was measured using Risk Ratio (RR) with 95% confidence intervals (CI) for the binary outcomes and Standard Mean Difference with 95% CI for the continuous outcomes.

Main results

Five RCTs met the inclusion criteria, from which 3122 (1829 IFN and 1293 placebo) treated patients contributed to the analysis. Included population was heterogeneous in terms of baseline clinical characteristics of the disease, in particular the percentage of patients affected by secondary progression with superimposed relapse ranging from 72% to 44%. IFN beta 1a and 1b did not decrease the risk of progression sustained at 6 months (RR, 95% CI: 0.98, [0.82-1.16]) after three years of treatment. A significant decrease of the risk of progression sustained at 3 months (RR, 95% CI: 0.88 [0.80, 0.97]) and of the risk of developing new relapses at three years (RR 0.91, [0.84-0.97]) were found. The risk of developing new active brain lesions decreased over time but this data was obtained from single studies on Magnetic Resonance Imaging (MRI), performed in subgroups of patients; in spite of no effect on progression, the radiological data supported an effect on MRI parameters. The safety profile reflects what is commonly reported in MS IFN-treated patients.

Authors' conclusions

Well designed RCTs, evaluating a high number of patients were included in the review. Recombinant IFN beta does not prevent the development of permanent physical disability in SPMS. We were unable to verify the effect on cognitive function for the lack of comparable data. This treatment significantly reduces the risk of relapse and of short -term relapse-related disability.

Overall, these results show that IFNs' anti-inflammatory effect is unable to retard progression, when established. In the future, no new RCTs for IFNs versus placebo in SPMS will probably be undertaken, because research is now focusing on innovative drugs. We believe that this review gives conclusive evidence on the clinical efficacy of IFNs versus placebo in SPMS.

Résumé scientifique

Interféron bêta dans la sclérose en plaques progressive secondaire

Contexte

Le traitement à base d'interférons bêta-1a ou bêta-1b (IFN) recombinants est mondialement approuvé pour les cas de sclérose en plaques récurrente-rémittente (SPRR). Une question essentielle qui reste sans réponse consiste à déterminer si ce traitement peut supprimer ou retarder sans crainte la phase progressive de la maladie.

Objectifs

L'objectif principal était de vérifier si le traitement IFN de la sclérose en plaques progressive secondaire (SPPS) est plus efficace qu'un placebo afin de réduire le nombre de patients exposés à une augmentation de l'invalidité.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la sclérose en plaques (de 1995 au 15 février 2011), les listes bibliographiques des articles pertinents et les actes de conférence. Nous avons contacté des agences de réglementation en guise de sources d'informations supplémentaires.

Critères de sélection

Nous avons inclus tous les essais randomisés, en double ou simple aveugle, contrôlés par placebo (ECR) évaluant l'efficacité des IFN par rapport à un placebo chez des patients atteints de la SPPS.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante tous les rapports extraits des recherches. Ils ont extrait de façon indépendante des données cliniques, ainsi que des données relatives à l'innocuité et des données d'IRM en utilisant un formulaire d'extraction de données prédéfini et en résolvant tout désaccord par des discussions avec un troisième relecteur. Les risques de biais étaient évalués afin de définir la qualité des études. Les effets du traitement étaient mesurés à l'aide du risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % pour les résultats binaires et la différence moyenne standard avec un IC à 95 % pour les résultats continus.

Résultats principaux

Cinq ECR répondaient aux critères d'inclusion, dont 3 122 patients traités (1 829 IFN et 1 293 placebo) ont participé à l'analyse. La population incluse était hétérogène en termes de caractéristiques cliniques de base de la maladie, plus particulièrement le pourcentage de patients touchés par la progression secondaire avec des rechutes cumulées comprises entre 72 et 44 %. Les IFN bêta-1a et 1b n'ont pas diminué les risques de progression maintenus au bout de 6 mois (RR, IC à 95 % : 0,98, [0,82 - 1,16]) après trois années de traitement. Une baisse significative des risques de progression maintenus au bout de 3 mois (RR, IC à 95 % : 0,88 [0,80, 0,97]) et des risques de nouvelles rechutes au bout de trois ans (RR 0,91, [0,84 - 0,97]) ont été identifiés. Les risques d'augmentation de nouvelles lésions cérébrales actives ont diminué au fil du temps, mais ces données ont été obtenues dans des études individuelles portant sur l'imagerie à résonance magnétique (IRM) réalisées dans des sous-groupes de patients ; malgré l'absence d'effets sur la progression, les données radiologiques révélaient un effet sur les paramètres d'IRM. Les profils d'innocuité reflètent ce qui est couramment signalés chez les patients suivant un traitement IFN de la SP.

Conclusions des auteurs

Des ECR correctement élaborés évaluant un nombre élevé de patients étaient inclus dans la revue. Les IFN bêta recombinants n'empêchent pas le développement d'une invalidité physique permanente chez les patients atteints de SPPS. Nous n'avons pu vérifier les effets sur les fonctions cognitives en raison de données comparables insuffisantes. Ce traitement réduit sensiblement les risques de rechute et d'invalidité liée à des rechutes à court terme.

Dans l'ensemble, ces résultats montrent que les effets anti-inflammatoires des IFN ne peuvent retarder la progression, une fois celle-ci établie. Il est probable qu'aucun nouveau ECR comparant des IFN à un placebo chez des patients atteints de SPPS ne soit réalisé à l'avenir, étant donné que les recherches privilégient désormais les médicaments innovants. Nous pensons que cette revue fournit des preuves probantes sur l'efficacité clinique des IFN par rapport à un placebo dans les cas de SPPS.

Plain language summary

Interferon beta for Secondary Progressive Multiple Sclerosis

Interferon beta, an anti-inflammatory therapy for patients with Relapsing Remitting Multiple Sclerosis(RRMS), is also used for patients with the secondary progressive type.

Although it remains unclear how either beta-1a or beta-1b interferons (IFNs) work in MS, these therapies have been  well established in RRMS. Currently, IFNs' therapies are also the first line treatment for Secondary Progressive Multiple Sclerosis (SPMS), since  other drugs, such as mitoxantrone, have a worse risk/benefit profile.  A major unanswered question is whether and to what extent IFNs are really effective in SPMS.

The main objective of this review was to verify whether IFNs in patients with SPMS are more effective than placebo in reducing the number of patients who experience disability progression during the 2-3 years follow-up.

Among the pertinent literature, only  five studies met the criteria of the inclusion in the review, comprising a total of 3122 participants (1829 treated with IFN and 1293 with placebo).

Overall, these results show that IFNs are unable to retard the progression once it is established, making INFs not useful in the secondary progressive phase of the disease. 

The well known adverse events related to IFNs' treatment such as injection site reactions, influenza like syndrome, and leukopenia occurred frequently also in SPMS patients, while serious and  life-threatening adverse events were not increased in the treated group of patients.

Because this review has considered well designed studies with a high number of patients, the authors believe that its results give conclusive evidence on the clinical efficacy of IFN beta versus placebo in patients with SPMS. Research focused on innovative drugs is mandatory.

Résumé simplifié

Interféron bêta dans la sclérose en plaques progressive secondaire

L'interféron bêta, traitement anti-inflammatoire pour les patients atteints d'une sclérose en plaques récurrente-rémittente (SPRR), est aussi utilisé chez les patients atteints du type de sclérose progressive secondaire.

Bien que le fonctionnement des interférons bêta-1a ou bêta-1b (IFN) dans la SP reste à déterminer, ces traitements sont bien tolérés dans le cas d'une SPRR. À l'heure actuelle, les traitements IFN servent aussi de traitement de première ligne de la sclérose en plaques progressive secondaire (SPPS), étant donné que d'autres médicaments, comme la mitoxantrone, ont un profil risque/bénéfice plus mauvais. Une question essentielle qui reste sans réponse consiste à déterminer si les IFN sont réellement efficaces pour la SPPS et dans quelle mesure.

L'objectif principal de cette revue était de vérifier si les IFN chez les patients atteints de SPPS sont plus efficaces qu'un placebo afin de réduire le nombre de patients exposés à une progression de l'invalidité pendant les 2/3 années de suivi.

Parmi la littérature médicale pertinente, seules cinq études répondaient aux critères d'inclusion de la revue et totalisaient 3 122 participants (1 829 traités aux IFN et 1 293 avec un placebo).

Dans l'ensemble, ces résultats montrent que les IFN ne peuvent pas retarder la progression une fois celle-ci établie, ce qui les rend alors inutiles dans la phase progressive secondaire de la maladie.

Les événements indésirables connus liés à un traitement IFN, comme des réactions au site d'injection, un syndrome pseudo-grippal et une leucopénie, se produisaient couramment chez les patients atteints de la SPPS, alors que les événements indésirables graves et mortels restaient stables dans le groupe de patients traités.

Étant donné que cette revue a pris en compte les études correctement élaborées avec un nombre élevé de patients, les auteurs estiment que ses résultats fournissent des preuves probantes sur l'efficacité clinique des IFN bêta par rapport à un placebo chez les patients atteints de la SPPS. Les recherches privilégiant des médicaments innovants sont obligatoires.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th April, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Get access to the full text of this article

Ancillary