Intervention Review

Creatine for amyotrophic lateral sclerosis/motor neuron disease

  1. Daniel M Pastula1,*,
  2. Dan H Moore2,
  3. Richard S Bedlack3

Editorial Group: Cochrane Neuromuscular Disease Group

Published Online: 12 DEC 2012

Assessed as up-to-date: 16 JUL 2012

DOI: 10.1002/14651858.CD005225.pub3


How to Cite

Pastula DM, Moore DH, Bedlack RS. Creatine for amyotrophic lateral sclerosis/motor neuron disease. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD005225. DOI: 10.1002/14651858.CD005225.pub3.

Author Information

  1. 1

    UCSF Medical Center, Neurology, San Francisco, California, USA

  2. 2

    California Pacific Medical Center, Research Institute, San Francisco, CA, USA

  3. 3

    Duke Medical Center, Division of Neurology, Durham, USA

*Daniel M Pastula, Neurology, UCSF Medical Center, UCSF Neurology, Box 0114, 505 Parnassus Ave, San Francisco, California, 94143-0114, USA. Daniel.Pastula@ucsfmedctr.org.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 12 DEC 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Background

Creatine, a naturally-occurring nitrogenous organic acid involved in adenosine triphosphate (ATP) production, has been shown to increase survival in mouse models of amyotrophic lateral sclerosis (ALS), also known as motor neuron disease (MND). Results from human trials, however, have been mixed. Given conflicting results regarding the efficacy of creatine, we conducted a systematic review, which was updated in 2012.

Objectives

To systematically examine the efficacy of creatine efficacy in prolonging ALS survival and in slowing ALS disease progression.

Search methods

We searched the Cochrane Neuromuscular Disease Group Specialized Register (16 July 2012), CENTRAL (2012, issue 7 in the Cochrane Library), MEDLINE (January 1966 to July 2012) and EMBASE (January 1980 to July 2012) for any trial involving creatine in the treatment of ALS. We also contacted experts in the field for any additional studies.

Selection criteria

Randomized trials of treatment with creatine or placebo in patients diagnosed with ALS. Our primary outcome was tracheostomy-free survival time; secondary outcomes were ALS progression as measured by changes in ALS functional rating revised scores (ALSFRS-R) and per cent predicted forced vital capacity (FVC) over time.

Data collection and analysis

Two authors independently selected studies, assessed risk of bias and extracted data. We obtained and analyzed individual participant data from each study.

Main results

We included three trials involving 386 participants randomized to either creatine 5 to 10 g per day or placebo. When we updated the searches in 2012 we found no additional trials. Creatine was reportedly well-tolerated in all three included studies, with no evidence of renal failure or serious adverse events specifically attributable to creatine. Using a pooled log-rank statistical test, we found no statistical difference in survival between the placebo and creatine groups across all three studies (Chi2 = 0.09, P = 0.76). In addition, we found no statistical difference in ALSFRS-R slopes between the two groups across all three studies using a pooled linear mixed-effects model (slope difference of +0.03 ALSFRS-R/month in the creatine group; P = 0.76). Interestingly, there was a trend towards slightly worsened FVC slope in the creatine group (slope difference of -0.63 FVC/month in the creatine group) using a pooled linear mixed-effects model across the two studies which included FVC as an outcome, but this difference was not statistically significant (P = 0.054).

Authors' conclusions

In patients already diagnosed with clinically probable or definite ALS, creatine at doses ranging from 5 to 10 g per day did not have a statistically significant effect on survival, ALSFRS-R progression or percent predicted FVC progression.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Creatine for amyotrophic lateral sclerosis/motor neuron disease

Amyotrophic lateral sclerosis (ALS), also known as motor neuron disease (MND), is a progressive neurodegenerative disease that results in widespread paralysis and shortened life. Recently, a naturally-occurring organic acid called creatine has gained attention as a potential therapy for ALS/MND. However, human trials have shown mixed results thus far. Therefore, we systematically reviewed all available clinical trial evidence as of July 2012 to determine if creatine benefits or harms people with ALS/MND. This review included three well-designed clinical trials involving a total of 386 participants receiving either creatine or placebo. Overall, creatine was well-tolerated with no serious side effects. Using various statistical methods, we found that creatine at a dose of 5 to 10 g per day did not improve ALS survival or slow ALS progression in any meaningful way. There was a hint that creatine may slightly worsen breathing ability, but this may have just been misleading statistical variability.

 

Résumé scientifique

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

La créatine pour la sclérose latérale amyotrophique / maladie du motoneurone

Contexte

Il a été montré que la créatine, un acide organique azoté d'origine naturelle impliqué dans la production du triphosphate adénosine, augmente la survie dans des modèles chez la souris de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), également connue sous le nom de maladie du motoneurone (MMN). Les résultats des essais sur l'homme étaient cependant mitigés. Compte tenu des résultats contradictoires sur l'efficacité de la créatine, nous avons effectué une revue systématique, mise à jour en 2012.

Objectifs

Examiner systématiquement l'efficacité de la créatine quant à l'allongement de la survie de la SLA et au ralentissement de la progression de la SLA.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons recherché dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (16 juillet 2012), CENTRAL (2012, numéro 7 dans The Cochrane Library), MEDLINE (de janvier 1966 à juillet 2012) et EMBASE (de janvier 1980 à juillet 2012) des essais impliquant la créatine dans le traitement de la SLA. Nous avons également contacté des experts dans le domaine pour trouver d'éventuelles études supplémentaires.

Critères de sélection

Des essais randomisés de traitement de créatine versus placebo pour patients atteints de SLA. Notre principal critère de résultat était la durée de survie sans trachéotomie ; les critères secondaires étaient la progression de la SLA, telle que mesurée par l'évolution au fil du temps des scores révisés d'évaluation fonctionnelle de la SLA (ALSFRS-R) et du pourcentage de la capacité vitale forcée (CVF) prédite.

Recueil et analyse des données

Deux auteurs ont sélectionné les études, évalué leurs risques de biais et extrait les données de façon indépendante. Pour chaque étude nous avons obtenu et analysé les données individuelles des participants.

Résultats principaux

Nous avons inclus trois essais impliquant 386 participants randomisés pour recevoir soit 5 à 10 g de créatine par jour soit un placebo. Lorsque nous avons mis à jour les recherches en 2012, nous n'avons pas trouvé d'essais supplémentaires. La créatine aurait été bien tolérée dans les trois études incluses, sans aucun signe d'insuffisance rénale ou d'effets indésirables graves attribuables spécifiquement à la créatine. Utilisant un test global du log rank, nous n'avons pas trouvé de différence statistique au niveau de la survie entre les groupes à placebo et à créatine sur l'ensemble des trois études (Chi2 = 0,09 ; P = 0,76). En outre, en utilisant un modèle linéaire global à effets mixtes, nous n'avons pas trouvé de différence statistique entre les deux groupes, sur l'ensemble des trois études, pour les pentes de l'ALSFRS-R (différence de pente de +0,03 ALSFRS-R / mois dans le groupe à créatine ; P = 0,76). Fait intéressant, il y avait une tendance à une légère aggravation de la pente de la CVF dans le groupe à créatine (différence de pente de -0,63 CVF / mois dans le groupe à créatine) en utilisant un modèle linéaire global à effets mixtes pour les deux études qui comprenaient la CVF comme critère de résultat, mais cette différence n'était pas statistiquement significative (P = 0,054).

Conclusions des auteurs

Chez les patients déjà diagnostiqués comme atteints d'une SLA cliniquement probable ou certaine, la créatine à des doses allant de 5 à 10 g par jour n'avait pas eu d'effet statistiquement significatif sur la survie, la progression de l'ALSFRS-R ou celle du pourcentage de CVF prédite.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

La créatine pour la sclérose latérale amyotrophique / maladie du motoneurone

La sclérose latérale amyotrophique (SLA), également connue sous le nom de maladie du motoneurone (MMN) est une maladie neurodégénérative progressive qui mène à la paralysie générale et à un raccourcissement de la vie. Récemment, un acide organique d'origine naturelle appelé créatine a attiré l'attention en tant que traitement potentiel pour la SLA / MMN. Jusqu'à présent, cependant, les essais humains ont produit des résultats mitigés. Nous avons donc examiné systématiquement toutes les données d'essais cliniques disponibles en date de juillet 2012 afin de déterminer si la créatine est bénéfique ou préjudiciable pour les personnes atteintes de SLA / MMN. Cette revue a inclus trois essais cliniques bien conçus totalisant 386 participants qui avaient reçu de la créatine ou un placebo. Dans l'ensemble, la créatine avait été bien tolérée, sans effets secondaires graves. Au moyen de diverses méthodes statistiques, nous avons constaté que la créatine à une dose de 5 à 10 g par jour n'avait pas amélioré la survie de la SLA ni ralenti la progression de la SLA de façon significative. Il y avait un indice que la créatine pourrait légèrement détériorer la capacité respiratoire, mais il se pourrait qu'il ne s'agisse que d'une variabilité statistique trompeuse.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 10th January, 2013
Traduction financée par: Minist�re Fran�ais des Affaires sociales et de la Sant�

 

Laički sažetak

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé scientifique
  5. Résumé simplifié
  6. Laički sažetak

Kreatin kao sredstvo za liječenje amiotrofične lateralne skleroze/bolesti motornoga neurona

Amiotrofična lateralna skleroza (ALS), poznata i kao bolest motornoga neurona (BMN), je progresivna neurodegenerativna bolest koja za posljedicu ima rasprostranjenu kljenut i skraćenje životnoga vijeka Nedavno je prirodna organska kiselina kreatin predložena kao potencijalni lijek za ALS/BMN. Međutim, klinička ispitivanja su dosad pokazala različite rezultate. Stoga je napravljen Cochrane sustavni pregled svih dostupnih dokaza kliničkih ispitivanja objavljenih do srpnja 2012. da bi se odredili pozitivni i štetni učinci kreatina na bolesnike s ALS/BMN. Ovaj sustavni pregled je uključio tri dobro dizajnirane kliničke studije s ukupno 386 pacijenata koji su uzimali kreatin ili placebo. Kreatin je u sveukupnim istraživanjima bio podnošljiv i nije uzrokovao ozbiljnije nuspojave. Korištenjem različitih statističkih metoda, utvrđeno jeda kreatin pri dnevnoj dozi od 5 do 10 g nije poboljšao preživljenje bolesnika s ALS ili u značajnom razmjeru usporio progresiju bolesti. Postoji naznaka da kreatin može blago pogoršati sposobnost disanja, ali moguće je da se radi samo o statističkoj varijabilnosti koja navodi na pogrešno zaključivanje.

Bilješke prijevoda

Hrvatski Cochrane
Prevela: Monika Omrčen
Ovaj sažetak preveden je u okviru volonterskog projekta prevođenja Cochrane sažetaka. Uključite se u projekt i pomozite nam u prevođenju brojnih preostalih Cochrane sažetaka koji su još uvijek dostupni samo na engleskom jeziku. Kontakt: cochrane_croatia@mefst.hr