Get access

Risperidone versus olanzapine for schizophrenia

  • Review
  • Intervention

Authors


Abstract

Background

Antipsychotic medication is a mainstay of treatment for schizophrenia. Risperidone and olanzapine are popular choices among the new generation drugs.

Objectives

To determine the clinical effects, safety and cost effectiveness of risperidone compared with olanzapine for treating schizophrenia.

Search methods

We searched the Cochrane Schizophrenia Group's Register (Sept 2005) which is based on regular searches of, amongst others, BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE and PsycINFO. References of all identified studies were inspected for further trials. We also contacted relevant pharmaceutical companies for additional information.

Selection criteria

We included all clinical randomised trials comparing risperidone with olanzapine for schizophrenia and schizophrenia-like psychoses.

Data collection and analysis

We extracted data independently. For homogenous dichotomous data we calculated random effects, relative risk (RR), 95% confidence intervals (CI) and, where appropriate, numbers needed to treat/harm (NNT/H) on an intention-to-treat basis. For continuous data, we calculated weighted mean differences (WMD).

Main results

We found no difference for the outcome of unchanged or worse in the short term (n=548, 2 RCTs, RR 1.00 CI 0.88 to 1.15). One study favoured olanzapine for the outcome of relapse/rehospitalisation by 12 months (n=279, 1 RCT, RR 2.16 CI 1.31 to 3.54, NNH 7 CI 3 to 25). Most mental state data showed the two drugs to be as effective as each other (n=552, 2 RCTs, RR 'no <20% decrease PANSS by eight weeks' 1.01 CI 0.87 to 1.16). Both drugs commonly cause adverse events: 75% given either drug experience an adverse event; 20% anticholinergic symptoms; both groups experienced insomnia although it was more frequent with risperidone (n=1588, 5 RCTs, RR 1.41 CI 1.15 to 1.72, NNH 15 CI 9 to 41); about 30% experienced sleepiness (n=1713, 6 RCTs, RR 0.92 CI 0.79 to 1.07). People given either drug often experienced some extrapyramidal symptoms (n=893, 3 RCTs, RR 1.18 CI 0.75 to 1.88); 25% of people using risperidone required medication to alleviate these symptoms (n=419, 2 RCTs, RR 1.76 CI 1.25 to 2.48, NNH 8 CI 4 to 25). People allocated to risperidone were less likely to gain weight compared with those given olanzapine and the weight gain was often considerable and of quick onset (n=984, 2 RCTs, RR gain more than 7% of their baseline weight in short term 0.47 CI 0.36 to 0.61, NNH 7 CI 6 to 10). Risperidone participants were less likely to leave the study due to metabolic side effects and weight gain compared with olanzapine (n=667, 1RCT, RR 0.19 CI 0.08 to 0.45). Patients on risperidone were more likely to experience abnormal ejaculation (n=370, 2 RCTs, RR 4.36 CI 1.38 to 13.76, NNH 20 CI 6 to 176). Both drugs are associated with high attrition rates; in the long term consistent findings show that 66% of those allocated risperidone left the study early compared with 56% given olanzapine (n=1440, 5 RCTs, RR 1.17 CI 1.08 to 1.27, NNH 11 CI 7 to 23).

Authors' conclusions

We know very little of the effects of these drugs regarding service outcomes, general functioning and behaviours, engagement with services and treatment satisfaction from evaluative studies. There was generally a high rate of attrition in the trials and there appears to be little to differentiate between risperidone and olanzapine except on issues of adverse effects. Both drugs are associated with a reduction in psychotic symptoms but both commonly cause unpleasant adverse effects.

摘要

背景

Risperidone對比olanzapine在精神分裂症的應用

抗精神病藥物在治療精神分裂症為主線藥物. Risperidone 和olanzapine是新一代藥物中常見用藥.

目標

考量Risperidone 和olanzapine在治療精神分裂症的臨床的效果,安全性以及成本效益.

搜尋策略

我們搜尋以BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE and PsycINFO 等資料庫為基礎的考科藍精神分裂症團體登錄(Cochrane Schizophrenia Group's Register 2005年9月)).並參考已經認可的試驗來審視未來的研究.我們也和相關藥廠聯繫以獲得附加的資訊.

選擇標準

我們收錄所有比較risperidone和olanzapine使用於精神分裂症及類似的精神病的臨床隨機試驗.

資料收集與分析

我們獨立解讀資料.因為同質性的二元數據,並計算隨機作用(random effects),相對危險性(relative risk),95% 信賴區間.在意圖治療的基礎下,並計算需要治療人數(NNT/H).對於連續性資料,計算加權平均差(weighted mean differences).

主要結論

我們發現在短期不變或惡化的結果中兩者並沒有差異.(n = 548, 2 RCTs, RR 1.00 CI 0.88 to 1.15). 其中一項研究的結果顯示,對於12個月內的復發或在入院率, olanzapine具有優勢.(n = 279, 1 RCT, RR 2.16 CI 1.31 to 3.54, NNH 7 CI 3 to 25). 大部分的精神狀態資料顯示兩者療效一致(n = 552, 2 RCTs, PANSS 在8周內降低 20%的RR為1.01 CI 0.87 to 1.16). 兩者普遍造成副作用,75%使用者會出現副作用,其中20%為抗膽鹼作用.兩者都可能造成失眠,然而risperidone更為常見.(n = 1588, 5 RCTs, RR 1.41 CI 1.15 to 1.72, NNH 15 CI 9 to 41). 30% 會有嗜睡的情形(n = 1713, 6 RCTs, RR 0.92 CI 0.79 to 1.07). 使用任一藥物都可能產生某些錐體外症狀(n = 893, 3 RCTs, RR 1.18 CI 0.75 to 1.88),25% 使用risperidone必須使用藥物來減輕這些症狀(n = 419, 2 RCTs, RR 1.76 CI 1.25 to 2.48, NNH 8 CI 4 to 25). Risperidone 對照olanzapine 比較不會增加體重;體重增加值得注意,並且通常快速出現.(n = 984, 2 RCTs, 短期內體重上升超過基礎體重7%的RR 是0.47 CI 0.36 to 0.61, NNH 7 CI 6 to 10). Risperidone對照olanzapine的受試者較不易因代謝性的副作用或體重增加而退出試驗.(n = 667, 1RCT, RR 0.19 CI 0.08 to 0.45). 使用risperidone的患者較容易出現不正常的射精.(n = 370, 2 RCTs, RR 4.36 CI 1.38 to 13.76, NNH 20 CI 6 to 176). 兩種藥都有高退出率,在長期一致性的研究發現使用risperidone有66%退出率,而olanzapine則為56%.(n = 1440, 5 RCTs, RR 1.17 CI 1.08 to 1.27, NNH 11 CI 7 to 23).

作者結論

我們對於來自於臨床試驗的內容諸如藥物處方上的結果,整體功能及行為,處方及治療滿意的契合度,了解太少. 試驗普遍性的呈現高退出率, 除了副作用方面外, risperidone和olanzapine 表現出少許差異性. 兩者均可降低精神症狀但都常產生不愉快的副作用.

翻譯人

本摘要由彰化基督教醫院張庭綱翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

精神分裂症是種削弱精神的疾患,大約影響全球百分之一的人口.精神分裂症患者有時會出現疾病復發而需要住院治療. 復發的出現可能因為不佳的藥物順從性,此常因抗精神病藥物相關副作用所導致. Risperidone及olanzapine 屬於同一類抗精神病藥,也就是所謂的非典型抗精神病藥或新一代抗精神病藥. 我們系統性的回顧Risperidone及olanzapine在精神分裂症病患和類似的精神病的使用效果. 我們選用了16個研究. 兩者在改善症狀上均有良好成效.但兩者都有其副作用. Risperidone 較常出現運動疾病及性功能異常.而olanzapine有明顯的體重增加.

Résumé scientifique

Rispéridone versus olanzapine dans le traitement de la schizophrénie

Contexte

Les médicaments antipsychotiques sont le pilier du traitement de la schizophrénie. La rispéridone et l'olanzapine font partie des antipsychotiques de seconde génération les plus populaires.

Objectifs

Déterminer les effets cliniques, l'innocuité et l'efficience de la rispéridone par rapport à l'olanzapine dans le traitement de la schizophrénie.

Stratégie de recherche documentaire

Nous avons effectué une recherche dans le registre d’essais cliniques du Groupe Cochrane sur la Schizophrénie (septembre 2005) qui est basé sur des recherches régulières issues de, entre autres, BIOSIS, CENTRAL, CINAHL, EMBASE, MEDLINE et PsycINFO. Les références bibliographiques de toutes les études identifiées ont été examinées afin d'identifier d'autres essais. Pour de plus amples informations, les laboratoires pharmaceutiques concernés ont également été contactés.

Critères de sélection

Ont été inclus tous les essais cliniques randomisés comparant la rispéridone à l'olanzapine pour le traitement de la schizophrénie et des psychoses d'allure schizophréniques.

Recueil et analyse des données

Les données ont été extraites de façon indépendante. Pour des données dichotomiques homogènes, nous avons calculé les effets aléatoires, le risque relatif (RR), l'intervalle de confiance (IC) à 95% et lorsque c'était possible, le nombre de sujets à traiter pour observer un bénéfice/effet indésirable (NST/NNN) sur une base d'intention de traiter. Pour les données continues, les différences moyennes pondérées (DMP) ont été calculées.

Résultats principaux

Sur le court terme, aucune différence n'était constatée pour le résultat dit sans changement ou pire (n=548, 2 ECR, RR 1,00, IC entre 0,88 et 1,15). Une étude était favorable à l'olanzapine concernant le critère de rechute/réhospitalisation à 12 mois (n=279, 1 ECR, RR 2,16 IC entre 1,31 et 3,54, NNN 7 IC entre 3 et 25). La plupart des données relatives à l'état mental révélaient que les deux médicaments étaient aussi efficaces l'un que l'autre (n=552, 2 ECR, RR aucune < 20 % diminution PANSS à huit semaines 1,01 IC entre 0,87 et 1,16). Les deux médicaments entraînent souvent des événements indésirables : 75 % des personnes ayant reçu un médicament, l'un ou l'autre, connaissent un événement indésirable ; 20 % des symptômes anticholinergiques ; les malades des deux groupes souffraient d'insomnie, mais plus fréquemment avec la rispéridone (n=1588, 5 ECR, RR 1,41 IC entre 1,15 et 1,72, NNN 15 IC entre 9 et 41) ; environ 30 % avaient envie de dormir (n=1713, 6 ECR, RR 0,92 IC entre 0,79 et 1,07). Les personnes ayant reçu un médicament, l'un ou l'autre, ressentaient quelques symptômes extrapyramidaux (n=893, 3 ECR, RR 1,18 IC entre 0,75 et 1,88) ; 25 % des personnes recevant la rispéridone avaient besoin de médicaments pour soulager ces symptômes (n=419, 2 ECR, RR 1,76 IC entre 1,25 et 2,48, NNN 8 IC entre 4 et 25). Les personnes recevant la rispéridone étaient moins susceptibles de prendre du poids que celles recevant l'olanzapine. De plus, la prise de poids était souvent considérable et rapide (n=984, 2 ECR, RR prise de poids à court terme de plus de 7 % par rapport à leur poids de base 0,47 IC entre 0,36 et 0,61, NNN 7 IC entre 6 et 10). Les participants sous rispéridone étaient moins susceptibles de quitter l'étude du fait d'effets secondaires métaboliques et de prise de poids par rapport à ceux sous olanzapine (n=667, 1 ECR, RR 0,19 IC entre 0,08 et 0,45). Les patients sous rispéridone étaient plus susceptibles de présenter une éjaculation anormale (n=370, 2 ECR, RR 4,36 IC entre 1,38 et 13,76, NNN 20 IC entre 6 et 176). Les deux médicaments sont associés à des taux de départs élevés ; Sur le long terme, les résultats constants montrent que 66 % des personnes sous rispéridone partaient de l'étude prématurément contre 56 % pour l'olanzapine (n=1440, 5 ECR, RR 1,17 IC entre 1,08 et 1,27, NNN 11 IC entre 7 et 23).

Conclusions des auteurs

Nous en savons peu sur les effets de ces médicaments en ce qui concerne les résultats de service, le fonctionnement général et les comportements, l'engagement dans les services, la satisfaction du traitement des études évaluatives. Il y avait généralement un taux élevé de départs des essais et il semble y avoir peu de différences entre la rispéridone et l'olanzapine, sauf sur les questions d'effets indésirables. Les deux médicaments sont associés à une réduction des symptômes psychotiques mais tous deux provoquent généralement des effets indésirables désagréables.

Plain language summary

Risperidone versus olanzapine for schizophrenia

Schizophrenia is a debilitating mental illness that affects about one percent of the population worldwide.
People who suffer from schizophrenia can sometimes experience a relapse of their illness and may require admission to hospital. Incidences of relapse can be exacerbated due to poor compliance with medication; often a consequence of the adverse effects associated with antipsychotic drugs.

Risperidone and olanzapine are among a class of antipsychotic drugs commonly referred to as atypical antipsychotics or new generation drugs. We systematically reviewed the effects of risperidone in comparison to olanzapine for people with schizophrenia and schizophrenia-like illnesses. We were able to include 16 studies. Both drugs appear to have favourable effects in terms of improvement of symptoms. Both these drugs are also associated with adverse effects. Risperidone is commonly associated with movement disorders and sexual dysfunction and olanzapine with considerable weight gain.

Résumé simplifié

Rispéridone versus olanzapine dans le traitement de la schizophrénie

La schizophrénie est une maladie mentale débilitante qui touche environ un pour-cent de la population mondiale.
Les personnes souffrant de schizophrénie peuvent parfois rechuter et devoir être admises en centre hospitalier. Le taux de rechute peut être aggravé par une mauvaise observance du traitement ; souvent une conséquence des effets indésirables associés aux antipsychotiques.

La rispéridone et l'olanzapine font partie d'une classe d'antipsychotiques communément appelés antipsychotiques atypiques ou antipsychotiques de seconde génération. Une revue systématique a été réalisée sur les effets du rispéridone par rapport à l'olanzapine pour les personnes atteintes de schizophrénie et de maladies d'allure schizophrénique. Seize études ont pu être incluses. Pour ce qui est de l'amélioration des symptômes, il semble que les deux médicaments présentent des effets favorables. Les deux médicaments sont également associés à des effets indésirables. La rispéridone est souvent associée à des troubles de la motricité et à un dysfonctionnement sexuel, l'olanzapine à une prise de poids considérable.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 1st November, 2012
Traduction financée par: Instituts de Recherche en Sant� du Canada, Minist�re de la Sant� et des Services Sociaux du Qu�bec, Fonds de recherche du Qu�bec Sant� et Institut National d'Excellence en Sant� et en Services Sociaux

Ancillary