Intervention Review

Recompression and adjunctive therapy for decompression illness

  1. Michael H Bennett1,*,
  2. Jan P Lehm2,
  3. Simon J Mitchell3,
  4. Jason Wasiak4

Editorial Group: Cochrane Anaesthesia Group

Published Online: 16 MAY 2012

Assessed as up-to-date: 6 OCT 2011

DOI: 10.1002/14651858.CD005277.pub3


How to Cite

Bennett MH, Lehm JP, Mitchell SJ, Wasiak J. Recompression and adjunctive therapy for decompression illness. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 5. Art. No.: CD005277. DOI: 10.1002/14651858.CD005277.pub3.

Author Information

  1. 1

    Prince of Wales Hospital, Department of Anaesthesia, Randwick, NSW, Australia

  2. 2

    Prince of Wales Hospital, Department of Diving and Hyperbaric Medicine, Randwick, NSW, Australia

  3. 3

    Auckland Hospital, Department of Anaesthesia, Auckland, New Zealand

  4. 4

    Monash University, The Alfred Hospital, Victorian Adult Burns Service and School of Public Health and Preventative Medicine, Melbourne, Victoria, Australia

*Michael H Bennett, Department of Anaesthesia, Prince of Wales Hospital, Barker Street, Randwick, NSW, 2031, Australia. m.bennett@unsw.edu.au. s9400356@unsw.edu.au.

Publication History

  1. Publication Status: New search for studies and content updated (no change to conclusions)
  2. Published Online: 16 MAY 2012

SEARCH

 

Abstract

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Background

Decompression illness (DCI) is due to bubble formation in the blood or tissues following the breathing of compressed gas. Clinically, DCI may range from a trivial illness to loss of consciousness, death or paralysis. Recompression is the universally accepted standard treatment of DCI. When recompression is delayed, a number of strategies have been suggested in order to improve the outcome.

Objectives

To examine the effectiveness and safety of both recompression and adjunctive therapies in the treatment of DCI.

Search methods

In our previous update we searched until October 2009. In this version we searched CENTRAL (The Cochrane Library, October 2011); MEDLINE (1966 to October 2011); CINAHL (1982 to October 2011); EMBASE (1980 to October 2011); the Database of Randomised Controlled Trials in Hyperbaric Medicine (October 2011); and handsearched journals and texts.

Selection criteria

We included randomized controlled trials that compared the effect of any recompression schedule or adjunctive therapy with a standard recompression schedule. We did not apply language restrictions.

Data collection and analysis

Three authors extracted the data independently. We assessed each trial for internal validity and resolved differences by discussion. Data were entered into RevMan 5.1.

Main results

Two randomized controlled trials enrolling a total of 268 patients satisfied the inclusion criteria. The risk of bias for Drewry 1994 was unclear as this study was presented as an abstract, while Bennett 2003 was rated as at low risk. Pooling of data was not possible. In one study there was no evidence of improved effectiveness with the addition of a non-steroidal anti-inflammatory drug (tenoxicam) to routine recompression therapy (at six weeks: relative risk (RR) 1.04, 95% confidence interval (CI) 0.90 to 1.20, P = 0.58) but there was a reduction in the number of compressions required when tenoxicam was added from three to two (P = 0.01, 95% CI 0 to 1). In the other study, the odds of multiple recompressions were lower with a helium and oxygen (heliox) table compared to an oxygen treatment table (RR 0.56, 95% CI 0.31 to 1.00, P = 0.05).

Authors' conclusions

Recompression therapy is standard for the treatment of DCI, but there is no randomized controlled trial evidence for its use. Both the addition of a non-steroidal anti-inflammatory drug (NSAID) and the use of heliox may reduce the number of recompressions required, but neither improve the odds of recovery. The application of either of these strategies may be justified. The modest number of patients studied demands a cautious interpretation. Benefits may be largely economic and an economic analysis should be undertaken. There is a case for large randomized trials of high methodological rigour in order to define any benefit from the use of different breathing gases and pressure profiles during recompression therapy.

 

Plain language summary

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Recompression therapy and adjunctive drug therapy for decompression illness (the bends)

Decompression illness (DCI) is due to the presence of bubbles in the tissues or blood vessels following the reduction of surrounding pressure (decompression). It is most commonly associated with breathing compressed gas while diving underwater. The effects of DCI may vary from the trivial to life-threatening and treatment is usually administered urgently. Recompression is applied while breathing 100% oxygen or a mixture of oxygen and helium (heliox), based on the reduction in bubble size with pressure and more rapid elimination of nitrogen from the bubbles when breathing nitrogen poor mixtures. Recovery without recompression can be slow and incomplete and DCI is responsible for significant health problems in geographical areas where recompression is unavailable. Recompression with 100% oxygen has become universally accepted as the appropriate therapy despite the lack of high quality clinical evidence of effectiveness. This review found only two randomized trials enrolling a total of 268 patients. One trial compared standard oxygen recompression to helium and oxygen recompression, while the other compared oxygen recompression alone to recompression and an adjunctive non-steroidal anti-inflammatory drug (NSAID). Both trials suggested that these additional interventions may shorten the course of recompression required. For example, the use of an NSAID reduced the median number of recompression sessions required from three to two. We conclude that there is little evidence for using one recompression strategy over another in the treatment of decompression illness and that the addition of an anti-inflammatory drug may shorten the course of recompression required. More research is needed.

 

Résumé

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Recompression et thérapie d'appoint pour la maladie de décompression

Contexte

La maladie de décompression (MDD) est due à la formation de bulles dans le sang ou les tissus suite à la respiration de gaz comprimé. Cliniquement, la MDD peut être sans gravité ou aller jusqu'à la perte de conscience, la mort ou la paralysie. La recompression est le traitement standard universellement accepté pour la MDD. Lorsque la recompression est retardée, un certain nombre de stratégies ont été proposées afin d'améliorer le résultat.

Objectifs

Examiner l'efficacité et la sécurité de la recompression et des thérapies adjuvantes dans le traitement de la MDD.

Stratégie de recherche documentaire

Lors de notre précédente mise à jour, nous avions effectué une recherche jusqu'à octobre 2009. Dans cette version, nous avons cherché dans CENTRAL (The Cochrane Library, octobre 2011), MEDLINE (de 1966 à octobre 2011), CINAHL (de 1982 à octobre 2011), EMBASE (de 1980 à octobre 2011) et la base de données des essais en médecine hyperbare (Database of Randomised Controlled Trials in Hyperbaric Medicine) (octobre 2011), et nous avons passé manuellement au crible divers journaux et textes.

Critères de sélection

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés ayant comparé l'effet d'un programme de recompression ou d'une thérapie adjuvante avec un programme de recompression standard. Nous n’avons imposé aucune restriction linguistique.

Recueil et analyse des données

Trois auteurs ont, indépendamment, extrait les données. Nous avons évalué la validité interne de chaque essai et les différends ont été résolus par la discussion. -Les données ont été saisies dans RevMan 5.1.

Résultats Principaux

Deux essais contrôlés randomisés portant sur un total de 268 patients satisfaisaient aux critères d'inclusion. Le risque de biais pour Drewry 1994 n'était pas clair parce que cette étude se présentait sous la forme d'un résumé, alors que Bennett 2003 a été classé comme étant à faible risque. Il n'a pas été possible de regrouper des données. Dans une étude, il n'y avait pas de preuve d'une efficacité améliorée avec l'ajout d'un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (ténoxicam) à la thérapie de recompression usuelle (à six semaines : risque relatif (RR) 1,04 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,90 à 1,20 ; P = 0,58) mais le nombre de compressions nécessaires baissait de trois à deux lorsque du ténoxicam était ajouté (P = 0,01 ; IC à 95 % 0 à 1). Dans l'autre étude, la probabilité de recompressions multiples était plus faible avec un traitement hélium-oxygène (héliox) qu'avec traitement à l'oxygène (RR = 0,56 ; IC à 95 % 0,31 à 1,00 ; P = 0,05).

Conclusions des auteurs

La thérapie de recompression constitue le traitement standard de la MDD, mais il n'y a pas de données provenant d'essais contrôlés randomisés pouvant étayer son utilisation. L'ajout d'un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) ainsi que l'utilisation de l'héliox peuvent réduire le nombre de recompressions nécessaires, mais ne pas améliorer les chances de rétablissement. L'utilisation d'une de ces stratégies peut être justifiée. Le nombre modeste de patients étudiés exige une interprétation prudente. Les bénéfices pourraient être en grande partie financiers et il convient d'effectuer une analyse économique. Il y a matière à de grands essais randomisés à la méthodologie très rigoureuse afin de déterminer les avantages liés à l'utilisation des différents gaz respiratoires et profils de pression en thérapie de recompression.

 

Résumé simplifié

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

Recompression et thérapie d'appoint pour la maladie de décompression

Thérapie de recompression et pharmacothérapie d'appoint pour la maladie de décompression (ou maladie des caissons)

La maladie de décompression (MDD) est due à la présence de bulles dans les tissus ou les vaisseaux sanguins suite à la réduction de la pression environnante (décompression). Elle est le plus souvent associée à la respiration de gaz comprimé en plongée sous-marine. Les effets de la MDD peuvent varier de la non-gravité jusqu'au danger de mort et le traitement est habituellement administré en urgence. La recompression est appliquée alors que le patient respire de l'oxygène à 100 % ou un mélange d'oxygène et d'hélium (héliox) ; elle est basée sur la réduction de la taille des bulles grâce à la pression et sur l'élimination plus rapide de l'azote des bulles due à la respiration d'un mélange pauvre en azote. Sans recompression, le rétablissement peut être lent et incomplet ; la MDD est d'ailleurs à l'origine d'importants problèmes de santé dans les zones géographiques où la recompression n'est pas disponible. La recompression avec de l'oxygène à 100 % est maintenant universellement reconnue comme la thérapie la plus appropriée, malgré l'absence de données cliniques de bonne qualité sur son efficacité. Cette revue n'a trouvé que deux essais randomisés impliquant un total de 268 patients. Un essai avait comparé la recompression standard à l'oxygène avec la recompression au mélange hélium-oxygène, tandis que l'autre avait comparé la seule recompression à l'oxygène avec la recompression à l'oxygène combinée à l'adjonction d'un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Les deux essais laissaient penser que ces interventions supplémentaires pourraient raccourcir la procédure de recompression nécessaire. Par exemple, l'utilisation d'un AINS réduisait de trois à deux le nombre médian de séances de recompression nécessaires. Nous concluons qu'il existe peu de preuves étayant l'utilisation d'une stratégie de recompression plutôt qu'une autre dans le traitement de la maladie de décompression et que l'ajout d'un médicament anti-inflammatoire pourrait raccourcir la procédure de recompression nécessaire. Des recherches supplémentaires devront être effectuées.

Notes de traduction

Traduit par: French Cochrane Centre 8th June, 2012
Traduction financée par: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

 

摘要

  1. Top of page
  2. Abstract
  3. Plain language summary
  4. Résumé
  5. Résumé simplifié
  6. 摘要

背景

再加壓及輔助治療於減壓症

減壓症(decompression illness; DCI)起因於吸入加壓氣體後在血液或組織中生成的氣泡。臨床上,減壓症的症狀可以從輕微的不適,到意識喪失、癱瘓或死亡。再加壓(recompression)普遍被視為減壓症的標準療法。若無法即時予以再加壓,亦有其他方法被建議採用,藉以改善預後。

目標

檢查再加壓及輔助治療應用於減壓症治療的效果及安全性。

搜尋策略

搜尋 CENTRAL (The Cochrane Library 2009, Issue 3)、MEDLINE (1966 to October 2009)、 CINAHL (1982 to October 2009)、EMBASE (1980 to October 2009)、Database of Randomised Controlled Trials in Hyperbaric Medicine (October 2009),並且人工搜尋期刊及全文。

選擇標準

我們採納以任何一種再加壓療程或輔助治療與標準再加壓療程比較其效果的隨機對照試驗。試驗發表的語言則不受限制。

資料收集與分析

三位作者各自獨立摘錄數據。每篇文獻均以internal validity評估,若有相異者,則一起討論解決。所有的數據均輸入於RevMan 4.2軟體中。

主要結論

兩篇隨機對照試驗符合我們的收納標準。但無法彙集數據。其中一篇文獻並無證據顯示在常規的再加壓治療中增加消炎藥(tenoxicam)可使效果改善(RR 1.04, 95% CI 0.90 to 1.20, P = 0.58),但使用tenoxicam者卻可使加壓需求次數降低(P = 0.01, 95% CI 0 to 1)。另一篇文獻中,使用氦氧混合氣體(helium and oxygen; heliox)和只使用氧氣相比較,則有較低的機率需要多次再加壓治療(RR 0.56, 95% CI 0.31 to 1.00, P = 0.05)。

作者結論

再加壓療法是減壓症的標準治療,但並沒有隨機臨床試驗的證據支持。使用消炎藥或氦氧混合氣體兩者皆可能減少再加壓治療的次數,但皆無法改善復原的機率。兩者中使用任一種方法尚屬合理。在這些文獻中,少部份的病人結果需小心解讀。其利益可能大部分來自於經濟上的考量,因此應進行經濟分析(economic analysis)。在再加壓治療時使用不同的吸入氣體或氣壓參數,應有在方法學上嚴謹的大規模隨機試驗來定義其能獲得的任何益處。

翻譯人

本摘要由臺灣大學附設醫院林文瑛翻譯。

此翻譯計畫由臺灣國家衛生研究院(National Health Research Institutes, Taiwan)統籌。

總結

再加壓及輔助治療於減壓症。減壓症(DCI)起因於當周遭的壓力降低後,在組織或血管裡形成的氣泡。它通常與潛水時呼吸加壓的氣體有關。減壓症的影響可從輕不適到危及生命不等,常常需要緊急施予治療。在呼吸100%氧氣時施予再加壓治療可以使氣泡變小,同時加速氣泡中氮氣的排出。若無法施予再加壓治療,自減壓症恢復將變得緩慢且不完全。在無法獲得再加壓治療的地區,減壓正可造成顯著的健康問題。儘管其有效性缺乏高品質的臨床證據,給予100%氧氣和再加壓治療已被廣泛地採納為治療減壓症的適當療法。有一篇文獻比較標準的氧氣再加壓治療和氦氧混合再加壓治療,另一篇文獻則比較單施予氧氣再加壓治療和併加消炎藥(NSAID)的氧氣再加壓治療。兩篇文獻皆建議在氧氣加壓療法之外給予額外治療皆可縮短再加壓治療的需求時間。例如使用消炎藥可將平均再加壓治療次數從3次降至2次。我們得到的結論是治療減壓症時,任一種再加壓方式優於其他的證據很少,而併用消炎藥則可縮短再加壓治療的需求。對此,尚須更多的研究。